28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 21:35

Jeux vidéos

 

Avant que je ne parvienne à finir les derniers VNs de ma liste, et donc à boucler mon article sur le sujet (cela fait un moment que je l’ai promis sur Twitter et sur Facebook), voici un petit billet pour faire patienter (et remplir le blog). Je vais surtout évoquer mes impressions sur le sujet alors ne vous attendez pas à beaucoup de détails techniques.

 

 

Sentiments contrastés

Je ne vous ferais pas l’affront de vous présenter la saga Final Fantasy mondialement connue, encensée et décriée en permanence. Autant s’enfoncer dans le vif du sujet, en repartant de l’opus précédent : FFXIII. Je n’ai quasiment aucune expérience de ce jeu et je dois dire qu’il ne m’a jamais trop intéressée, la faute à un gameplay à mon avis mal foutu (le fameux syndrome du couloir, des tas de restrictions par-ci, par-là) qui dessert une histoire que je pense être honnêtement intéressante. J’aime explorer, causer aux PNJs, m’adonner aux quêtes subsidiaires, et ce parce que c’est la manière la plus simple à mes yeux de découvrir l’univers, de s’y plonger, de comprendre comment on y vit et comment il a été pensé par les développeurs. Les cinématiques et les grandes tirades dramatiques me font beaucoup plus d’effet quand elles sont utilisées avec parcimonie, et s’il y a bien quelque chose qui m’insupporte, c’est bien de devoir me taper cinématique sur cinématique à chaque pas que je fais. Du coup, je n’ai fort logiquement pas cherché à jouer à FFXIII malgré que l’héroïne a l’air plutôt charismatique et que le concept de malédiction soit alléchant, pour éviter de me décevoir (et aussi parce qu’acheter une PS3 n’est pas dans mes moyens). Cependant l’annonce de FFXIII-2 m’a beaucoup intriguée à cause de son thème principal : les voyages dans le temps. Un thème aussi prometteur que casse-gueule. Surtout quand on sait à quel point l’opus précédent avait été contrasté dans sa réception. Pendant un bon paquet de temps je me suis contentée de quelques vidéos Youtube pour me donner un aperçu du jeu, et voilà qu’il y a quelques semaines, mon colocataire a fait l’acquisition d’une jolie édition collector. Il n’en fallait pas plus pour que je le tanne de la tester.

 

Final-Fantasy-XIII-2-008.jpg

L'existence d'une folle-dingue comme Chocolina m'est toujours aussi inexplicable.

 

 

 

Des concepts-clés osés

Les prémices de Final Fantasy XIII-2 paraissent peu réjouissantes de prime abord : Lightning, l’héroïne charismatique a brutalement disparu à cause d’une distorsion temporelle et seule sa sœur Serah, la demoiselle en détresse de FFXIII, se souvient d’elle. Sauf que voilà, Lightning est coincée à Valhalla où elle est censée garder la déesse de la mort (rien que ça), et elle ne peut plus sauver le monde. C’est donc un peu désespérée qu’elle envoie une mascotte mignonne à sa sœur en espérant que celle-ci pourra l’aider. Serah va donc devenir une sorte de magical girl qui voyage dans le temps accompagnée de son Mog et d’un mystérieux jeune homme répondant au doux nom de Noel. Si, en effet, dans les premiers mondes qu’elle traverse, on la verra surtout se balader gentiment, se faire une amie, et aider le bon peuple, très vite son périple va devenir tout sauf adorable.

 



  \!/ Spoilers \!/

Le premier grand thème abordé dans FFXIII-2 est celui de l’Histoire. En effet, le charmant Noel Kreiss (qui possède un prénom christique qui est loin d’être innocent) vient de 700 ans dans le futur et il témoigne être le seul être vivant après une sorte d’Apocalypse causé par l’effondrement du pilier de cristal censé maintenir Cocoon depuis la fin de FFXIII. D’après lui, et ce que confirme la disparition de Lightning, l’Histoire, jusque là linéaire, est tordue par une série de paradoxes qui viennent mettre à mal le futur. L’enjeu va donc être pour nos héros d’arpenter le temps à travers une série de portails pour corriger ces fameux paradoxes et rétablir l’Histoire. Ce qui pose déjà une problématique énorme que soulevait déjà Kant en 1784 avec Idée d’une Histoire universelle d’un point de vue cosmopolitique (la référence est juste là pour se la péter en soirée) : « l’Histoire a-t-elle un sens ? ».

FF-XIII-2_001.jpg

 

La réponse du jeu est loin d’être évidente. Certains personnages de l’univers confirmeront ainsi à Serah et Noel que les mondes qu’ils visitent ne sont pas des mondes parallèles, qu’ils appartiennent bel et bien au même cours du temps mais à des époques différentes, tandis que Mog (qui sait décidément beaucoup de choses) nous apprendra de manière très surprenante qu’on ne peut traverser un portail temporel que si on est destiné à le faire. Or si destin il y a, quid de la liberté d’action de nos héros ? Est-ce que les paradoxes étaient destinés à intervenir pour que Serah soit destinée à les régler et que l’Histoire soit destinée à prendre telle ou telle tournure ? Malgré l’accès qu’a le joueur à l’Historia Crux qui rassemble une sorte de diagramme de toutes les époques disponibles, même les paradoxales, le temps suivrait un cours parfaitement linéaire ? C’est un parti-pris aussi intéressant que lourd de concepts philosophiques. Dans les variantes abordées par le jeu on peut ainsi compter l’idée de malédiction déjà présente dans FFXIII (les prophétesses et leur cadeau empoisonné), la mort et la hantise de la mort (Caïus est un personnage immortel qui devient fou à force de revivre le même évènement inéluctable qui est la mort de la personne à qui il tient, Hope défie le temps pour façonner un avenir radieux à la race humaine, Yeul se réincarne pour se sacrifier encore et encore, Noel qui tient à la vie plus que tout parce qu’étant le dernier humain sur terre, il en comprend le mieux la valeur).

 

Une de mes pistes fétiches

Ce thème et ses ramifications s’entremêlent dans un récit qui est au final tout sauf manichéen. Caïus qui est présenté comme le grand méchant, est au final un être très humain, attaché à ses proches, stoïque dans sa tâche de gardien, mais fragile au point où il veut faire le bien au point de détruire ce qu’il veut sauver, au point où on se demande si tout son plan compliqué n’est pas un prétexte à se suicider. Noel n’est pas un héros au sens habituel du terme dans le sens où il refuse de tuer son ancien mentor, malgré les atrocités qu’il commet, non pas parce que « tuer c’est mal » mais tout simplement parce qu’il s’agit avant tout d’un ami et de quelqu’un qu’il respecte. De même, Serah, au départ très nunuche, prend une nouvelle ampleur dans tout ce bazar. Elle qui était la demoiselle en détresse, toujours à attendre que les choses se passent, que les gens se fassent tuer à sa place, décide de partir à l’aventure pour prouver qu’elle aussi a une utilité. Sauf qu’elle ne peut pas faire grand-chose et qu’elle choisit de tout sacrifier pour cette nouvelle cause. Le passage du rêve montre bien ce que le début du récit tait : en voyageant dans le temps, elle abandonne sa vie idéale sur New Bodhum, ses amis, ses élèves. Eux vont mourir, elle s’embarque pour des siècles ; elle ne retournera jamais à l’an 3 AC. Tout comme Yeul, elle utilisera son don jusqu’au bout parce que c’est la seule chose qu’elle possède pour contrer son impuissance. En abandonnant sa vie, elle gagne le pouvoir momentanée de sauver le monde et de remercier ceux qui se sont autrefois indirectement ou directement battus pour elle.

 

Final-Fantasy-XIII-2-005.jpg

Les nouveaux persos ont un design bien sympa

 

 

Final Fantasy meets Silent Hill ?

La différence de ton se perçoit à travers divers éléments. On pensera, par exemple, au fait que l’équipe de personnages jouables se limite à Noel et Serah, ce qui amplifie d’une certaine manière leur solitude. Ils ne peuvent pas avoir de véritable compagnon dans leur mission, seulement des monstres apprivoisés. Cette solitude on la retrouve dans certains environnements qui se font de plus en plus déserts à mesure que le temps passe (rarification des PNJs). Mais plus que tout, c’est à travers des idées scénaristiques très intéressantes que l’on voit que FFXIII-2 essaye de se démarquer de ses prédécesseurs sur des points inattendus.

 

Final-Fantasy-XIII-2-007.jpg

 

Ce qui m’a le plus frappée ce sont les quêtes relatives aux rubis du chagrin dans le futur distant des Monts Yaschas. Les êtres humains s’y font régulièrement dévorés par des failles temporelles et ils réapparaissent, soit sous forme de spectre nébuleux que Mog peut dévoiler grâce à sa magie, soit sous forme de grosse boule rouge. Or les dites sphères, lorsqu’on s’en approche, parlent dans votre tête (via une façon astucieuse de présenter le texte) et se lamentent de comment ils aimeraient revenir sur terre pour accomplir une dernière chose. On peut alors retrouver des photos de leur passé ou parler aux morts pour les apaiser. Ce qui est vraiment touchant dans ce concept c’est l’ambiance propre à ce monde : il est parcouru par des brumes qui font vibrer la manette, les PNJs vous confient à quel point ils sont terrorisés et les chocobos habituels sont remplacés par des versions rouge sang nerveux qui poussent des cris bestiaux régulièrement en secouant leur plume, comme s’ils étaient rongés par l’envie de vous dévorer sur place. Cette ambiance effrayante donne vraiment l’impression que le monde va mal, que l’apocalypse approche de manière sournoise.

 

FFXIII-2_002.jpg

 

L’impression est dans une moindre mesure présente à Académia dans sa version pluvieuse et sombre. Un monde marquant puisque les PNJs gémissent de douleur et semblent vomir en permanence jusqu’à se transformer en monstres et vous attaquer. On se sent vraiment mal à l’aise. De même qu’à la Tour Augusta lorsque des effets brouillent légèrement l’écran et qu’une intelligente artificielle détraquée semble détenir le monopole. Ou encore aux nombreux décors de ruines désolées visitables dans le futur (comme Oerba, la décharge des Pics Infâmes ou le Monde Agonisant). Et que dire de ce passage dans le scénario où on vous force à plus ou moins tuer des PNJs mort-vivants à l’aide de Mog pour sortir Noel d’un rêve aussi triste que douloureux.

 

Final-Fantasy-XIII-2-003.jpg

Le futur a l'air réjouissant...

 

Malgré cet aspect effrayant vraiment déroutant, le jeu semble vouloir s’affadir, peut-être parce que les FF sont reconnus pour leur exploitation des émotions comme la tristesse mais pas la peur ? Je veux dire, rien que le logo parait superficiel parce qu'il ne correspond à aucun élément scénaristique tangible (il n'y a pas de rivalité enetre Caïus et Lightning et ces deux personnages se côtoient à peine). Cela peut sembler superflu mais ça veut vraiment tout dire concernant l'identité du jeu. Les éléments précédemment mentionnés par exemple ne sont malheureusement qu’à peine exploités, ce qui est immensément dommage parce que l’univers y aurait grandement gagné en profondeur. Certaines quêtes annexes poussent à se poser beaucoup de question et aident à l’immersion, il aurait été pertinent d’en profiter davantage en n’hésitant pas à prendre aux tripes le joueur.

\!/ Fin Spoilers \!/

 

 

Une bande-son mal utilisée

J’écoute la bande-son de Final Fantasy XIII-2 depuis un moment et je l’avais toujours trouvé excellente. Les 3 compositeurs en charge (Masashi Hamauzu, Naoshi Mizuta et Mitsuto Suzuki) se sont vraiment dépassés. On notera aussi une inventivité avec les « Aggressive Mix » qui sont des versions alternatives des thèmes d’exploration apparaissant en même temps que les ennemis. Si Mizuta s’est souvent contenté de rajouter un peu de beat, Suzuki a eu l’idée de bâtir une continuité entre le thème normal et sa variante, ce qui rend vraiment très bien. En outre, il y a pléthore de mélodies chantées par des artistes de talent (la chanteuse russe Origa plus connue pour les openings de Ghost in the Shell, Kokia, Aimee Blackschleger qui a interprété l’ending de Panty & Stocking mais dont la chanson a été modifiée pour la version européenne du jeu pour je ne sais quelle raison, Joelle qui a l’air de connaître un peu plus la notoriété depuis Märchen), ce qui est assez rafraichissant.

 

 
Malheureusement cette bande-son est très mal mise en valeur. Les « Aggressive Mix », par exemple, ne servent absolument à rien. Ils ne durent que quelques secondes quand les monstres débarquent sur l’écran et ne se poursuivent même pas pendant le combat lui-même. Le gâchis est flagrant. Et ce n’est pas tout, beaucoup de thèmes très beaux ne s’entendront qu’une brève fois dans tout le jeu, en laissant la plupart du temps place à une repompe des thèmes de FFXIII assez systématique. On aura par exemple le droit à un monde optionnel avec Blinded by Light en permanence alors que l’ambiance ne s’y prête pas du tout.

Final-Fantasy-XIII-2-009.jpg

 

L’erreur de l’équipe aura été, je pense, de totalement sous-exploiter les thèmes d’exploration à cause de la prolifération de variantes d’un même monde. Il aurait été ingénieux d’utiliser le Aggressive Mix dans le futur distant des mondes les plus récurrents pour montrer que la situation s’empire et de réutiliser certaines pistes bien plus souvent au lieur de vouloir lancer continuellement de « nouvelles » musiques (y avait-il besoin d’utiliser 3 musiques de FFXIII sur 4 pistes disponibles dans les Plaines d’Archylte ?).

 

 

Laboratoire d’idées ?

Ce qui est également dommage avec les concepts ambitieux que j’ai nommé plus haut c’est qu’il aurait été bon de les mêler à une interactivité plus poussée. Je m’explique.

 

Final-Fantasy-XIII-2-004.jpg

 

L’Historia Crux donne accès à différentes époques. Le joueur est donc naturellement très curieux de voir ce qui a changé au fil du temps mais aussi d’agir sur le futur pour en analyser les conséquences. Sauf qu’au final, il n’y a quasiment pas de variations. Beaucoup de mondes sont outrageusement recyclés (notamment les Monts Yaschas) avec parfois un centimètre de carte en plus à explorer ! Les PNJs ont les mêmes vêtements, la configuration des lieux n’a quasiment pas bougé et seule la météo fait un peu illusion (les Ruines de Breschas à 300 AC c’est quand-même une vaste blague, c’est le même endroit avec juste un peu de neige !). On aurait très bien pu imaginer avoir réellement de nouveaux bouts de carte à explorer et surtout des ambiances différentes afin de constater soi-même quel a été l’effet du temps. Il aurait été bien plus inventif de permettre au joueur des manipulations temporelles en dehors des fins paradoxales, sans pour autant toucher au scénario principal.

 

Final-Fantasy-XIII-2-Historia-Crux.jpg

 

De même, j’aurais trouvé tellement plus pertinent que les informations ne nous soient pas directement données dans l’Historia Crux et qu’on ait à les découvrir/deviner nous-mêmes. Au lieu d’indiquer « New Bodhum 3 AC » en nous fournissant une description du lieu, pourquoi ne pas laisser des points d’interrogation tant que le joueur n’a pas visité cette période et lui permettre, via des indices, de discerner la date approximative de l’époque dans laquelle il se trouve. Je pense, par exemple, aux écrans ultra-technologiques d’Académia, sur lesquels on pourrait lire une partie de l’histoire de la ville, à des objets abandonnés ou à des PNJs. Cet aspect détective anecdotique renforcerait grandement l’immersion à peu de frais, surtout qu’au final la date précise de l’époque à laquelle on se trouve a très peu d’importance.

 

Final-Fantasy-XIII-2-010.jpg

 

De plus cela permettrait d’abandonner le système très bizarre de datation des développeurs. En effet, lorsque vous visitez une époque où règne un paradoxe (mettons les Monts Yaschas 10 AC), on vous propose une version où le paradoxe n’existe plus (les Monts Yaschas 1X AC). Vu que la distorsion a été effacée, l’époque paradoxale devient la normale par défaut et la normale la paradoxale mais les titres ne changent pas ! J’aurais trouvé plus intelligent de mettre un X dans la date tant que le joueur n’a pas trouvé le chiffre précis et mettre un petit logo à côté du monde paradoxal ou simplement un sous-titre (ex : "Mont Yaschas 10 AC ~ Eclipse" et "Monts Yaschas 10 AC").

 

Final-Fantasy-XIII-2-006.jpg

 

Un goût d’inachevé

En conclusion, j’ai trouvé pour ma part Final Fantasy XIII-2 très chouette sur beaucoup d’aspects tels que l’histoire, les personnages, la musique et le gameplay (j’ai pu noter grâce à mon colocataire à quel point le système de combat avait été amélioré) mais le jeu garde un côté un peu incomplet. J’aurais vraiment souhaité que les développeurs aillent au bout de leurs idées, ça aurait pu faire un sacré chef d’œuvre (et m’arracher toutes les cordes sensibles au passage). L’expérience avait beau être satisfaisante, je ne peux pas m’empêcher de regretter un petit goût d’inachevé que je n’ai pas eu avec Final Fantasy XII, par exemple (mais vous savez que je suis une fangirl). Reste à voir ce que les développeurs ont prévu pour Lightning Returns. Est-ce que la saga FFXIII va enfin trouver sa conclusion ? L’avenir nous le dira...à condition que colocataire achète le prochain opus et fasse tourner sa PS3 bien sûr !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cyiel 19/03/2013 12:50

"Aussi, ce n’est qu’un avis personnel, mais à mon sens un jeu qui se concentre trop sur une histoire linéaire au détriment de tout l’aspect gameplay n’est plus qu’un visual novel."

Mais justement il n'y a pas d'absence de gameplay, le système de combat est d'ailleurs super intéressant. Non ce que tu critiques c'est pas le gameplay mais le level design, ce qui est un peu
différent. Après c'est ton opinion je la respecte, hein. :)

Par contre moi FFXII ce qui me pose problème c'est bien justement le système de combat, du moins dans sa première version (et celle auquel on a eu droit en Europe) c'est à dire les Gambits pour
tous les persos (*pose sa manette et regarde l'écran pendant les combats* C'est dommage, certes ça avait été corrigé dans une seconde version, qui d'ailleurs ajoutait une seconde chose). Mais aussi
le fait qu'il n'y a ai pas de "personnalisation" du style de chaque perso, corrigé aussi dans cette seconde version (via un système de Job).
Ce que j'entends par personnalisation, c'est bien le fait que chaque personnage ai à sa disposition un panel de compétences qui lui soit propre (un excellent exemple pour illustrer ce que je veux
dire : FF IX).

Voila ceci était encoooore un pavé. :D

Helia 31/03/2013 16:10



« Mais justement il n'y a pas d'absence de gameplay, le système de combat est d'ailleurs super intéressant. Non ce que tu critiques c'est pas le gameplay mais le level design, ce qui est un
peu différent » = Peut-être que je n’utilise pas les bons mots pour m’exprimer, tout simplement XD. Disons qu’à mes yeux la présence d’un système de combat devient un peu inutile quand
l’histoire est trop linéaire parce que le but n’est pas tant de buter le méchant que de débloquer la prochaine cinématique et c’est ça qui me démotive le plus. J’ai plus d’expérience avec FFX que
FFXIII et je me souviens encore du moment où j’ai voulu redémarrer une partie et qu’il y avait ce moment stupide, en plein milieu d’un rêve, où tu devais reprendre ta manette pour faire avancer
le personnage de quelques mètres et poursuivre le rêve. Ce passage m’avait agacé parce qu’il n’y a rien de plus frustrant quand tu as des heures de console restreintes par la haute autorité
parentale que d’en passer les ¾ à attendre de pouvoir jouer... C’est partiellement à cause de cela que j’ai abandonné FFX en plein milieu ^^’.


 


« Par contre moi FFXII ce qui me pose problème c'est bien justement le système de combat, du moins dans sa première version (et celle auquel on a eu droit en Europe) c'est à dire les Gambits
pour tous les persos *pose sa manette et regarde l'écran pendant les combats* » = Je suis pas d’accord pour les Gambits. Pour programmer un système efficace qui joue à ta place, il faut déjà
acheter les bons Gambits (ce qui n’est pas possible avant un moment), arriver à faire s’enchaîner les commandes, ce qui demande de la réflexion et de la stratégie (sauf si tu recopies sur un
walkthrough), sans compter que ça ne marche que pour les monstres les plus faibles. Vu que FFXII regorge de boss facultatifs super puissants, j’ai vraiment pas l’impression que le travail soit si
prémâché que ça. C’est pas devant les derniers monstres du jeu que tu te tournes les pouces et buter les plus faibles, même manuellement, n’apporte guère de satisfaction X’).


 


Oh, pour moi c’est un message moyen, on peut faire pire niveau pavés, t’en fais pas XD.



Cheksa 27/02/2013 21:41

Hmmm, ça dépend t'es dispo en édition collector avec OST et bibelots inclus ?

Helia 28/02/2013 21:35



Je suis vendue avec la parole mais sans l’option « Chant harmonieux » donc pour l’OST on
repassera. La compilation de mes catch-phrases te va ? Quant aux bibelots, Barbie-Helia est vendue avec sa bibliothèque, ses peluches et ses tonnes de paperasse, mais sans meuble pour les
ranger, attention :p.



Cheksa 21/02/2013 20:38

" Et qu’est-ce qui te donne envie dans ce que j’ai mentionné, particulièrement ? "

Surtout ta description des thèmes abordés ainsi que les personnages. Ceci dit, c'est peut être plus ta prose que le contenu intrinsèque du jeu qui me donne envie de me plonger dans ce XIII-2 :)

Helia 27/02/2013 18:25



Ahahah, dans ce cas, c’est peut-être moi que tu dois acheter à la place du jeu
XD.



Cyiel 21/02/2013 01:10

"Avec FFXIII-2 ils ont quand-même pu rectifier le tir en abandonnant le plus gros défaut du premier FFXIII : le dirigisme !"

Un défaut ? Pas du tout, si on s'abandonne à l'histoire, à son flux, alors il est normal d'être dirigé, compréhensible en rapport avec son scénario, ça rend d'ailleurs l'arrivée sur Pulse d'autant
plus marquante. Non honnêtement ce "dirigisme" est pour moi un des intérêt de ce FF. (Comme quoi tout les goûts sont dans la nature *rit*) D'ailleurs j'ajouterai qu'au moins SE tente des approches
différentes et forcément quand on chamboule un peu le schéma classique ça fait des pas contents (ça aurait été pareil dans l'autre sens de toutes façons).

Helia 21/02/2013 16:51



Je vais me faire l’avocat du diable mais à mes yeux le dirigisme est à double tranchant. Il s’accorde très bien d’une histoire interactive et beaucoup moins bien d’un jeu avec un univers vaste.
En l’occurrence, tout dépend de la manière dont on vend son produit. Si FFXIII avait été vendu comme une histoire interactive, cela n’aurait pas généré les mêmes attentes.


 


Aussi, ce n’est qu’un avis personnel, mais à mon sens un jeu qui se concentre trop sur une histoire linéaire au détriment de tout l’aspect gameplay n’est plus qu’un visual novel. Evidemment,
l’équilibre est très difficile à trouver, je ne le nie pas, mais si on me vend un RPG, je veux pouvoir explorer le monde à ma disposition.


 


Mais hé, ça dépend des goûts. J’ai eu un peu la même impression avec FFX et tout le monde adore FFX. Pareil, j’ai adoré FFXII longtemps décrié alors que maintenant c'est la mode de lapider le
XIII, comme quoi XD. Après ce n’est pas moi qui vais cracher sur les tentatives de Square Enix pour expérimenter des choses différentes, au contraire, les fans ont parfois des attentes tellement
excessives que ça plombe les développeurs =O.



Cheksa 09/02/2013 00:31

Le XIII m'est tombé des mains après 45 minutes de jeu. J'ai quand même acheté le XIII-2 en bêlant un peu, mais je ne me suis pas encore penché dessus. Malgré une conclusion en demi-teinte, ton
billet m'a vachement donné envie de m'y plonger... Trop de jeux, je n'y arriverai jamais -_-'

Helia 21/02/2013 16:50



Et qu’est-ce qui te donne envie dans ce que j’ai mentionné, particulièrement ?


 


Ahah, je compatis, trop de choses à faire et jamais assez de temps, pas vrai =).



Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories