6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 14:30

 

 

En l’honneur des sept ans du blog (déjà !) et parce que mars est aussi la période du Nanoreno, la plus grande game jam annuelle sur le thème du visual novel, j’ai décidé d’en faire un mois thématique : chaque dimanche, je vais publier un article en rapport avec le visual novel. Et je prévois du lourd.


En effet, cet été j’ai été approché par Laurent Pendarias, professeur de philosophie, écrivain et scénariste de jeux vidéo ayant notamment travaillé avec Bulwark Studio et Kreative Spill. Dernièrement ils ont produit la fiction interactive La Onzième Horde d'après le roman La Horde du Contrevent d'Alain Damasio (publiée sur le site de Folio SF) et travaillé sur aenigma, un projet visant à mettre des écrivains expérimentés à la scénarisation de courts RPG de 5min.

 

Alors qu’il préparait des dossiers sur les jeux narratifs pour différents studios, il m’a demandé de réaliser une étude complète et approfondie sur la situation du visual novel en France en 2015, « à une époque où ni Indiemag ni Steam n'en identifiaient ». De cette collaboration est née l’étude que je vais présenter à partir d’aujourd’hui, en la découpant en trois parties. Je pense que ce travail peut intéresser tout le monde : que ce soit les gens qui connaissent parfaitement le visual novel ou ceux qui n’y connaissent rien du tout. J’espère donc que ce dossier vous plaira et je vous souhaite une bonne lecture !


Partie 1 : Les multiples ambiguïtés d’une définition

Partie 2 : L’explosion du visual novel anglo-saxon : Trois exemples commerciaux réussis significatifs

Partie 3 : La création de visual novel francophone : un retard important

 

 

Introduction

 

Le visual novel est une forme de jeu-vidéo venue du Japon (où il représentait en 2006 pas moins de 70 % des ventes sur ordinateur ), centrée essentiellement sur la narration d’une histoire. La définition donnée par VNDB , la plus grosse base de données consacrée aux visual novel à ce jour, est « une combinaison entre un roman et un jeu vidéo : ce sont des jeux vidéos dont l’intrigue est largement basée sur le texte et ne demande au joueur qu’une participation limitée ». Cette définition fait office de porte d’entrée pour comprendre le médium mais ne recouvre pas ses multiples ambiguïtés. La première de toute étant que le concept même de visual novel est un malentendu culturel.

 

 

Partie 1 : Les multiples ambiguïtés d’une définition

 

A.Un paradoxe culturel : Lost in Translation

 

En effet, bien qu’issu du Japon, le visual novel en tant que tel n’existe tout simplement pas là-bas. Les japonais ont tendance à parler d’« adventure game » ou tout simplement à catégoriser le médium selon le marché visé : « bishoujo game » quand il s’agit de plaire à une audience masculine et « otome game » quand il s’agit de plaire à une audience féminine.

 

1.Bishoujo game et otome game

Yume Miru Kusuri, un bishoujo game publié en anglais par l’éditeur JAST USA

 

Un bishoujo game est un roman interactif centré sur la relation entre le héros (souvent une coquille vide pour que le lecteur puisse s’identifier à lui) et plusieurs personnages féminins. Le but va être de passer du temps avec l’héroïne choisie afin d’entrer dans une relation amoureuse avec elle ; relation qui culmine la plupart du temps par des scènes pornographiques. Les femmes représentées sont définies par leur capacité à être mignonnes et dessinées dans une esthétique typée manga. Elles font également l’objet de nombreux produits dérivés, dont les célèbres dakimakura, des oreillers géants censés procurer à l’acheteur la sensation de dormir avec son héroïne préférée. L’otome game en est donc le pendant pour femmes, à quelques détails près : les otomes games apparaissent principalement sur support mobile, contrairement aux bishoujo games qui sont essentiellement disponibles sur PC, ne contiennent presque jamais de scènes pornographiques et les produits dérivés sont plutôt des « drama CD », c’est-à-dire des histoires auditives jouées par les acteurs des personnages. Bien que très proches, ces deux marchés sont totalement déconnectés l’un de l’autre, que ce soit au Japon ou en Occident et ne communiquent quasiment jamais.

 

Hakuouki - Strange Tales of the Shinsengumi, un otome game publié en anglais par l’éditeur Aksys Games

 

Le paradoxe du visual novel est donc qu’il s’agit à l’origine d’un produit profondément genré et profondément ancré dans la romance. Même si l’univers attaché à un jeu semble complexe et travaillé, les concepteurs essayeront toujours de le rattacher à une relation amoureuse entre différents personnages car c’est l’attribut principal du marché japonais visé. Or, lorsque le concept a été découvert en Occident, les joueurs se sont focalisés sur l’importance accordée à l’histoire et ont ainsi rassemblé toutes les variantes sous le même nom qui s’est peu à peu imposé.

 

2.Le choc des cultures : narration et présentation

Hyperdimension Neptunia, RPG de Compile Heart, capture d’écran de jeuxvideo.com

 

Le problème que pose cette appropriation c’est qu’il devient difficile de comprendre ce qui appartient au genre du visual novel ou non. En effet, les japonais utilisent majoritairement la présentation dite ADV (pour adventure game) : le personnage est représenté sous forme de sprite fixe par-dessus un décor fixe et le texte apparaît dans une boîte de dialogue. Or c’est une présentation extrêmement courante dans d’autres genres : on pense par exemple au tactical RPG avec la série des Disgaea, au RPG avec la série des Shin Megami Tensei ou encore Hyperdimension Neptunia. De fait, les joueurs occidentaux ont tendance à assimiler le format ADV et l’esthétique manga au visual novel. On pense ainsi à Koutarou Uchikoshi, qui a travaillé sur la saga de visual novel Infinity par le passé et s’est reconverti dans le jeu d’aventure avec une nouvelle franchise : la série des Zero Escape. Malgré le fait que ce soit un jeu basé sur le genre Escape the room habituellement catégorisé comme un sous-genre du point & click, la série est considérée comme un visual novel par beaucoup de joueurs occidentaux. C’est également le cas avec la populaire série d’enquêtes Phoenix Wright Ace Attorney. Ces quelques exemples prouvent bien que la définition est actuellement difficile à appliquer.

 

 

B.Le métamorphe : du livre au jeu

 

Pour essayer de comprendre le problème, il faut revenir aux fondements de ce qui fait un visual novel. Du fait de sa nature de roman interactif, on les compare souvent aux livres-jeux (ou Livres dont vous êtes le héros) dans la mesure où la seule mécanique de gameplay consiste souvent à faire des choix pouvant influencer l’intrigue. Ainsi, la plupart des visual novel proposent différentes fins possibles à l’histoire, avec des variantes que le joueur est encouragé à collectionner, et qui débouchent parfois sur une « vraie fin » qui reprendra toutes les questions en suspens pour y répondre. Là où la situation se complique c’est que le genre se présente sous la forme d’un spectre assez large.

 

1. Le kinetic novel : expression la plus pure du concept ?

Certains visual novel, les kinetic novel , se révèlent plus proches du livre car complètement linéaires : le joueur peut uniquement cliquer pour faire défiler le texte. Les kinetic novel sont bien sûr accompagnés de musiques et de graphismes, comme n’importe quel visual novel, mais se révèlent souvent beaucoup plus épurés et minimalistes dans leur approche. On pense à Planetarian du célèbre studio japonais Key ou à Narcissu, petite œuvre indépendante de stage-nana sortie en 2005.

 

Narcissu de stage-nana, édité en anglais sur Steam par le Sekai Project

 

Les kinetic novel peuvent également être utilisés de manière plus cinématographique comme une forme de feuilleton : c’est par exemple le cas d’Higurashi no naku koro ni, du studio japonais indépendant 07th Expansion, qui se découpe en huit chapitres rassemblés par la suite en deux gros jeux. Ensemble, Higurashi et Higurashi Kai (l’arc des questions et l’arc des réponses) forment près d’un million de mots pour une durée de lecture dépassant les 100 heures (selon la page VNDB ). On peut arguer que ce format épisodique, au demeurant assez rare, s’explique surtout par des contraintes de développement mais il semble au moins séduisant pour une poignée de développeurs. C’est par exemple l’argument marketing récemment élaboré par le studio indépendant ALICE IN DISSONANCE sur son compte Patreon : l’équipe définit sa production comme des « cinematic novel », c’est-à-dire par l’emprunt de techniques cinématographiques pour procurer au joueur une meilleure immersion via des mouvements plus dynamiques. Cette nouvelle approche est d’ailleurs appliquée dans la série épisodique Fault-milestone actuellement en cours de production et localisée en anglais.

 

2. Le phénomène de croisement : détournements et amalgames

Le kinetic novel représente le visual novel sous sa forme la plus pure, dénuée de tout gameplay, mais ce n’est pas l’unique incarnation du médium. En effet, d’autres visual novel sont plus proches du jeu vidéo car ils comprennent des mécaniques de gameplay empruntées à d’autres genres.

 

Loren the Amazon Princess, un RPG au tour par tour de Winter Wolves

 

Ces hybrides posent néanmoins problème dans la mesure où, à partir du moment où le visual novel est uniquement utilisé comme inspiration pour la présentation des phases de narration (au format ADV, par exemple), il n’en est plus vraiment un. Ainsi, les RPG au tour par tour comme Loren The Amazon Princess du studio italien Winter Wolves, ou les jeux d’aventure procéduraux comme Black Closet du studio anglo-saxon Hanako Games, ne sont parfois pas considérés comme des visual novel par VNDB (qui est en questionnement permanent sur l’acceptation ou non de ces hybrides), même si les entreprises concernés produisent par ailleurs régulièrement des visual novel en parallèle, et sont bel et bien enregistrées dans la base de données. Le médium agit alors comme un métamorphe et disparaît au profit du genre choisi pour les phases de gameplay. La revendication ou non du genre visual novel s’explique finalement par le choix du développeur : comme ce genre encore de niche peut être potentiellement rejeté par les consommateurs de Steam à cause du manque de gameplay, les créateurs occidentaux ont souvent recours au croisement pour essayer d’insuffler des mécaniques de gameplay au visual novel et le rendre plus acceptable aux yeux des acheteurs potentiels, voire s’en détacher pour être considéré comme jeu-vidéo à part entière.

 

Hatoful Boyfriend, un dating-sim édité en anglais sur Steam par Devolver Digital

 

Toutefois, il existe de nombreux hybrides qui restent catégorisés en tant que visual novel dans la mesure où ils arrivent à incorporer des éléments des deux genres sans que la différence ne se fasse sentir. C’est traditionnellement le cas des dating sim qui demandent au joueur de monter des statistiques particulières (souvent liés à des personnages de l’intrigue) pour débloquer les fins souhaités dans un contexte de romance. Les statistiques pouvant être invisibles (par exemple sélectionner un certain choix peut monter la jauge d’affection d’un personnage sans que cela soit représenté à l’écran), les dating sim sont généralement confondus avec les visual novel, ce qui rend le croisement pratiquement invisible. L’attrait du dating sim est qu’il demande davantage de participation du joueur. Un exemple célèbre pourrait être Hatoful Boyfriend, une œuvre parodique qui met en scène une histoire d’amour entre une héroïne humaine et des pigeons, représentés par des photos réalistes. Edité par Devolver Digital, Hatoful Boyfriend est un des rares dating sim à avoir connu le succès en Occident grâce à son synopsis décalé qui attise la curiosité.

 

 

C. Le visual novel et ses cousins : le contrôle contre la liberté

 

Comme on l’a vu, le visual novel est soumis à de nombreuses ambiguïtés qui rendent sa définition problématique, si ce n’est impossible. On peut cependant en retrouver les grands traits en le comparant à des genres similaires et en déduire ce qui fait véritablement son intérêt.

 

1.Le pouvoir de l’immersion

Ce qui démarque le visual novel d’un support uniquement textuel, que ce soit un roman, un livre-jeu ou une fiction interactive, c’est sa capacité à accentuer l’immersion. Grâce à sa direction artistique, le genre construit petit à petit une atmosphère qui aide le lecteur à ressentir les émotions voulues au moment voulu. Là où le lecteur exerce son imagination et se révèle actif à sa manière dans la lecture d’un livre ou d’une fiction interactive, un visual novel lui demande moins de travail sans entacher pour autant son implication dans l’histoire, du moment que celle-ci lui plaît. Ainsi, l’écrivain agit presque comme un metteur en scène en fabriquant une synesthésie à l’équilibre précaire pour garantir au lecteur une expérience narrative qui ait de l’impact.

 

Galatea, une fiction interactive d’Emily Short

 

 

2. La suprématie de l’histoire sur l’interactivité : le joueur spectateur

Mais la caractéristique principale du visual novel reste la manière dont il traite son joueur. Dans un jeu vidéo classique, le joueur est actif. Ainsi, dans un point & click, il pourra explorer les différents environnements mis à sa disposition pour résoudre des énigmes, dans une fiction interactive il s’agira de trouver des solutions à un problème en tapant différentes commandes, etc. Le jeu vidéo traditionnel offre un immense terrain de jeu où le joueur exerce une grande liberté, parfois au détriment de l’expérience narrative : certains évènements étant scriptés, l’intrigue n’évoluera pas forcément dans le sens voulu par le joueur, même si la liberté qui lui est accordé le laisse supposer.

 

A Fragment of Her, réalisé par Chronerion pour la Point & Click Jam de 2014

 

À l’inverse, le visual novel manifeste un contrôle quasi-absolu du créateur sur le joueur : celui-ci n’est plus traité comme une entité pouvant contrôler les personnages, mais un simple spectateur qui subit l’histoire avec eux. Du fait des possibilités d’interaction extrêmement limitées, le scénariste choisit précisément la marge de manœuvre qu’il laisse au joueur à travers les choix éventuellement présents (ceux-ci peuvent être esthétiques, débloquer des variantes minimes ou avoir une réelle influence sur le déroulement de l’intrigue). Cette vision du jeu est directement issue de l’héritage culturel nippon dans la mesure où les RPG japonais ne traitent pas le joueur de la même manière que les RPG américains. On retrouve cette vision dans les bishoujo game et les otome games de par leur structure très codifiée : les choix ne servent pas tant à influencer l’intrigue qu’à faire entrer le protagoniste dans la route du personnage de son choix. Ces routes sont, au fond, relativement linéaires et servent avant tout à raconter l’histoire du héros ou de l’héroïne. Ainsi, dans Grisaia no Kajitsu , un bishoujo game de plus de 50 h de lecture qui a rencontré un fort succès au Japon et récemment localisé en anglais, les choix significatifs sont au nombre de deux : un pour choisir l’héroïne et un pour déterminer si le joueur va obtenir la bonne ou la mauvaise fin de l’héroïne en question. À partir de là, il semble illusoire de considérer le visual novel comme un Livre dont vous êtes le héros, dans la mesure où le genre accorde finalement peu d’importance aux choix du joueur. Il peut même parfois l’obliger à finir la route d’un personnage avant d’en débloquer un autre ou lui imposer une fin libellée « Vraie fin » qui est alors considérée canon.

 

Il est à noter que les jeux d’aventure épisodiques tels que The Walking Dead ou Life is Strange sont parfois considérés à tort comme des visual novel car ce sont des jeux fortement scénarisés. Pourtant le médium n’est pas tant identifiable par l’importance de l’histoire que par l’importance du texte et l’impossibilité pour le joueur d’exercer un contrôle autre que superficiel, même s’il est bien sûr difficile d’évaluer exactement à partir de quelle proportion de gameplay, une œuvre cesse d’être un visual novel pour devenir un jeu.

 

Life is Strange, un jeu d’aventure du studio français Dontnod

 

Malgré un nombre encombrant d’ambigüités qui empêchent de le théoriser précisément, le visual novel demeure un médium fascinant justement parce que chaque développeur s’en empare pour développer sa propre vision de ce que doit être le genre. Il existe désormais des pratiques très variées, s’inspirant plus ou moins du Japon, mais qui se rejoignent toutes par ces deux traits communs : l’utilisation quasi-exclusive d’illustration 2D statiques et par une interactivité extrêmement limitée laissant la part belle aux éléments scénaristiques. Afin de mieux comprendre le visual novel, il convient donc de s’arrêter sur plusieurs exemples professionnels, plus ou moins récents, pour en retirer ce qui fait le succès grandissant du genre en Occident.

 

A suivre dans la seconde partie !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

tisane 21/03/2016 18:41

Je me demande quelle est l'intention derrière le fait de masculiniser les termes anglo-saxons (un VN), même quand il s'agit de mots ne nécessitant pas d'article, comme "nanoreno", ou "sekai project".

Helia 22/03/2016 14:19

???

Laurent Pendarias 07/03/2016 17:26

Dossier toujours aussi intéressant.

Helia 07/03/2016 23:11

Je n’aurais finalement même pas eu besoin de vous envoyer le lien. Je ne pensais pas que vous le trouveriez si facilement !

Tama 07/03/2016 12:40

Ah ben ça tombe bien ce dossier, je parlais justement visual novel avec quelqu'un qui y jouait (un peu) ce WE. J'ai déjà assez peu de personnes qui jouent ou connaissent les VN dans mon entourage.
Je trouve ça bien que l'on t'ai demandé de réfléchir sur le sujet, il y a matière à dire et c'est intéressant. C'est un domaine qui m'intéresse mais je n'ai malheureusement pas le temps de jouer ou d'explorer le champs.
Pour les questions de définition, je comprends tout à fait car je me trouve dans le même problème sur des sujets différents. Il reste que soit on avoue son impossibilité à définir le sujet (mais en SHS je suis pas sure que ça passe...), soit on choisit une définition (donc un point de vue) et on explique son choix, soit on crée sa propre définition (avec risques et périls)...
Tient ça me fait penser que j'avais joué à Lovely Juliet (on ne rigole pas) des studios Tanukis...j'imagine qu'on peut le classer dans la catégorie "dating sims" pour "filles" (que j'aime pas dire ça XP) au même titre qu'un "amour sucré", dommage qu'on n'en verra jamais la fin...
Enfin bref... j'attends impatiemment de lire la suite :)

Helia 14/03/2016 17:41

Ce sont des choses qui arrivent, en effet. J’espère que la suite te conviendra, alors ! Je devrais publier ça dimanche dans l’aprem ^^

Je suis surprise d’avoir autant de réponses positives quant à la partie sur la définition : à vrai dire, j’avais un peu l’impression d’enfoncer des portes ouvertes =’)

Tama 13/03/2016 21:12

Oh non je pensais à rien de spécial à part livre virtuel avec musique et image en plus. Donc du très basique.
Lovely Juliet n'existe plus parce que le studio a été racheté et c'était plus dans leur priorité si je me souviens bien. Dommage, c'était vraiment un jeu sympa, je plains ceux et celles qui ont dépensé de l'argent dessus.
Bon j'attends le passage "pour filles" avec impatience :D
Au final, c'est bien que tu n'aies pas bazardé la définition.

Helia 07/03/2016 23:09

Ahah, mais c’était totalement fait exprès évidemment :p. Bon, peut-être pas mais la question se pose toujours, de toute façon.
On ne peut malheureusement pas toucher à tous les domaines : il y a tellement de choses que j’aimerais faire sans jamais trouver le temps X).

J’ai pris le parti d’avouer mon impossibilité à définir le sujet tout en fournissant des clefs d’interprétation personnelles, mais c’est sûr que ça ne marche pas à tous les coups. Tu pensais à quelque chose en particulier ?

Je ne connais pas du tout Lovely Juliet mais l’étude comprendra une partie dédiée aux jeux « pour filles » si ça t’intéresse ;).

« Je trouve ça bien que l'on t'ai demandé de réfléchir sur le sujet, il y a matière à dire et c'est intéressant. » = Tu peux remercier mon commanditaire pour ça : mon plan initial était justement de bazarder la définition de visual novel pour entrer dans le vif parce que je savais que ce serait très délicat XD.

Misté 06/03/2016 17:01

J'émerge de l'ombre depuis laquelle je suivais ton blog depuis quelques temps afin de te remercier pour ce début de dossier! *v*
C'était extrêmement intéressant et j'ai hâte de lire la suite. (et d'ailleurs ton blog est un concentré d'articles passionnants, en fait XD )
Pendant longtemps j'étais uniquement du côté joueurs et je ne me posais pas trop de questions quand à "est-ce un Vn ou non", tant que l'histoire, les graphismes et les personnages me plaisaient, peu important le niveau d'interactivité proposé, les "bonus" à côté ou encore les éléments de gameplay intégrés.
Maintenant que je suis passée du côté, heu... créateurs, ce sont au contraire des questions qui sont revenues de plus en plus souvent: c'est une façon de raconter des histoires qui me plait sacrément (autant à jouer qu'à faire) et qui ouvre un tas de possibilités incroyables, pour peu qu'on sache d'où on part... et c'est là que c'est plus délicat, parce que comme tu l'as bien expliqué dans cet article, finalement, savoir ce qu'on range ou non dans la catégorie "VN", ça dépend de plein de choses, de chaque personne, et c'est pas toujours bien clair :<

Personnellement, je me suis toujours dit qu'à partir du moment où j'étais face à quelque chose reposant principalement sur une histoire qu'on nous raconte via du texte, agrémentée de visuels, qu'on me propose quelques choix, alors c'était un VN, et que même si cela contenait quelques éléments de gameplay autres, genre mini-jeux ou points à gagner auprès des différents personnages, tant que ces derniers ne deviennent pas l'élément principal du jeu, ça restait un VN.

Mais du coup, c'est vraiment intéressant d'être amené à se questionner là-dessus une fois qu'on en fait à son tour, histoire de savoir pourquoi on y intègre ça ou ça, et pourquoi on ne changerait pas tel truc par rapport à d'habitude, enfin ce genre de choses.


Et sinon, j'ai hâte de voir ce qui va émerger du Nanoreno de cette année, y avait eu quelques chouettes choses l'an dernier *v*

Helia 19/04/2016 22:29

Tu es tellement dans la lumière que c’est moi qui te stalke maintenant, t’as vu XD.

Eh oui, ça paraît évident et pourtant tu n’entendras jamais un japonais parler de visual novel (sauf s’il s’adresse spécifiquement au marché occidental, ce qui peut arriver). Si tu as l’occasion de voir une bande annonce, prête attention aux dernières secondes : on y entend régulièrement un petit speech publicitaire. Il y est question de « bishoujo game », d’ « adventure game » ou d’ « erotic game », jamais de « visual novel ».

Je dirais que si la définition de VN est la formule japonaise, alors c’est son origine qui détermine si le jeu en est un ou non. Et si la définition est celle des codes occidentaux qu’on y a accolé alors paradoxalement seuls les VN occidentaux sont volontairement des visual novel =’). Bonjour le sac de nœuds !

Bonne pêche alors ! Pas mal de projets sont un peu à la bourre ou en pièces détachés, mais il y a des trucs très intéressants dans le lot ^^.

Misté 19/04/2016 15:36

Haha, merciii! *larmesd'éblouissement*

Eh bien c'était plutôt une bonne décision, à mon avis, plutôt que de t'emberlificoter dans une tentative de définition exacte alors que comme tu l'as dit, c'est difficile de vraiment avoir une réponse claire à ça, contrairement au reste des genres de jeux vidéos.
(D'ailleurs, j'ignorais qu'au Japon, ils n'utilisaient pas le terme de VN! :o )

Et puis c'est bien aussi d'en prendre conscience, parce que du coup ça donne encore plus envie d'aller au-delà des "codes" récurrents du genre, je trouve, sans se mettre la pression de "Je fais un visual novel, mais ça on ne le trouve quasiment jamais dans les VN, alors du coup est-ce que c'est encore un VN?"

Aaah le NanoReno, il va être temps d'aller à la pêche, tiens...

Helia 06/03/2016 22:36

Bienvenue dans la lumière, ancienne lurkeuse :p.

J’ai été pareille pendant un moment aussi : je ne me posais pas trop de questions et j’acceptais ce qu’on me disait. Mais, petit à petit, je me suis rendue compte que quelque chose clochait et j’ai finalement mis le doigt sur ce qui me dérangeait : même après toutes les recherches du monde, la « vraie » définition « officielle » de ce qu’est un visual novel reste introuvable. Finalement, nous n’avons que des bribes d’indices et des consensus de joueurs sur lesquels nous baser, et ce n’est pas assez d’un point de vue critique.

C’est pour cela que, quand mon commanditaire m’a demandé d’approfondir la définition, j’ai préféré attaquer le problème et exposer cash en quoi c’était impossible. Je suis sûre que certains amateurs du genre ne vont pas apprécier mais ça me semble plus honnête que de prétendre hypocritement tout savoir du visual novel ^^.
Mais ça ne veut pas dire que je jette la pierre, hein, moi aussi ça m’est arrivé de dire « C’est comme un Livre dont vous êtes le héros » par facilité. Je pense juste que j’éviterai de le faire encore à l’avenir : ça créer des attentes impossibles à satisfaire.

En attendant, la définition repose surtout sur des appréciations personnelles très subjectives. Bonjour le bazar =’).

Du coup, tu fais du VN toi aussi =O ? *curiosité*

Il y a toujours des tas de projets qui te font de l’œil durant le Nanoreno ! J’aurais bien du mal à faire de liste maintenant, d’ailleurs XD.

Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories