20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 14:15

 

 

Partie 1 : Les multiples ambiguïtés d’une définition

Partie 2 : L’explosion du visual novel anglo-saxon : Trois exemples commerciaux réussis significatifs

Partie 3 : La création de visual novel francophone : un retard important

 

Partie 3 : La création de visual novel francophone : un retard important

 

A. Publications commerciales : le juteux marché pour filles

 

1. Le free-to-play adapté aux otome game : le succès fulgurant de Beemoov

 

Alors que les studios indépendants anglo-saxons se multiplient, la France ne possède qu’un seul étendard : Beemoov. Fondé en 2006 par Benoit Guihard et Jean-Philippe Tessier, Beemoov est un studio indépendant situé à Nantes qui a su se positionner sur le marché des jeux en ligne pour filles. Il s’agit désormais d’une Société par Actions Simplifiées au capital social de 200 000 euros qui compte près d’une vingtaine de salariés. C’est avec le jeu de mode en ligne Ma-Bimbo.com sorti en 2007 que la firme trouve son premier succès et se développe rapidement en lançant différents projets, tels que CroMimi, jeu d’élevage de rongeurs. Mais c’est Amour Sucré, lancé en 2011, qui nous intéresse principalement.

 

Ma-Bimbo.com, Beemoov

 

Amour Sucré est un jeu gratuit disponible sur navigateur qui reprend les codes typiques des otomes games tant au niveau de la présentation (esthétique manga, format ADV) que du sujet traité (romance, multiples personnages à conquérir avec des choix). Beemoov y ajoute des mécanismes de gameplay empruntées au free-to-play et des mini-jeux pour en faire un mélange hautement attractif. Ainsi, le joueur est libre de se déplacer parmi différents décors, ce qui déclenchera des dialogues en fonction des personnages présents dans tel ou tel lieu. Or chaque déplacement consomme des points d’action et le jeu encourage les allers-retours. Le joueur doit donc, soit attendre que ses points d’action se rechargent, soit en acheter directement avec de la monnaie réelle (payable par différents moyens, dont le SMS, une stratégie courante lorsque l’on vise un public relativement jeune). De même, en fonction des choix réalisés, des illustrations des différents garçons à séduire se débloquent, et il n’est possible de refaire les différents épisodes qu’en dépensant davantage de points d’action, ce qui stimule la rejouabilité du titre.

 

Il existe en outre pléthore de petites options payantes comme des costumes ou des objets. En effet, dans Amour Sucré comme dans Eldarya, un autre otome game plus récent de Beemoov qui se déroule dans un contexte fantastique, l’aspect « relooking » demeure assez présent et plébiscité par les joueurs : l’avatar féminin est donc entièrement customisable. Cet aspect renvoie bien sûr aux débuts de l’entreprise avec Ma-Bimbo mais la particularité d’Amour Sucré est qu’au lieu de présenter une aventure finie, comme le font habituellement les otome game, il se découpe en épisodes. Un nouvel épisode sort ainsi régulièrement tous les deux ou trois mois, ajoutant un petit bout d’histoire avec son lot de rebondissements, ce qui en fait une saga-fleuve très similaire à une série télévisée. Certains épisodes sont spécifiquement publiés pour coller à des évènements tels que Noël ou la Saint Valentin.

 

Compte d’une joueuse d’Amour Sucré, Beemoov

 

Amour Sucré cible très spécifiquement les jeunes adolescentes rien qu’avec son univers (un lycée typique) et possède même une page d’informations destinée aux parents pour les informer sur les transactions en ligne. La formule connaît un succès certain puisque, outre ses 436 000 abonnés sur Facebook et les 6 805 579 inscriptions revendiquées, Amour Sucré a été décliné en plusieurs langues et en une multitude de produits dérivés parfois surprenants. Ainsi, en plus d’un agenda, d’une série de manga et de figurines (disponibles sur le stand de l’éditeur Kazé durant Japan Expo 2015), il existe une application de réveil pour que les joueuses puissent s’endormir aux cotés de leur personnage masculin préféré. De plus, plusieurs campagnes de publicité TV ont été réalisées et diffusées sur TF1.

 

Bref, Amour Sucré est une franchise populaire et visiblement lucrative puisqu’Eldarya a récemment été lancé dans ses pas. Un succès qui attise les convoitises puisque des concurrents voient progressivement le jour pour se partager ce juteux marché.

 

2. “Is it Love ?”, “French Kiss The Visual Novel” : l’émergence d’une concurrence

 

Fondé en 2014 par Claire et Thibaud Zamora, deux anciens de Feerik qui concurrençait déjà Ma-Bimbo avec le similaire OhMyDollz, 1492 Studio est une SARL unipersonnelle possédant 50 000 € de capital social. Leur première production, Is it Love ? – Carter Corp. se définit comme une histoire d’amour interactive disponible sur l’App Store et Google Play, et se révèle donc plus proche des otome game japonais via le choix du support. Bien que gratuit, Is it Love ? utilise un système similaire à Amour Sucré en restreignant la capacité d’actions des joueurs (ici nommée « énergie ») et propose une aventure épisodique avec des bonus payants. À la différence de Beemoov, 1492 Studio semble viser un public légèrement plus mature dans la mesure où son synopsis n’est pas sans rappeler le succès commercial, 50 nuances de Grey, déjà populaire auprès du marché féminin.

 

Is is Love ? Image promotionnelle de 1492 Studio

 

Egalement disponible sur l’App Store et Google Play, un tout nouveau otome game sur mobile vient de faire son apparition depuis le 15 juin 2015 : FrenchKiss – The Visual Novel de Nemorius. Mettant en scène, une jeune japonaise venant s’installer à Paris, FrenchKiss suit un chemin très similaire à ses aînés : il est possible de customiser l’apparence de l’héroïne comme dans Amour Sucré, mais l’aventure est globalement plus proche d’un otome game traditionnel comme Is it Love. Cependant, il est difficile d’estimer si ce nouveau venu se révèlera un concurrent sérieux dans la mesure où il est très difficile d’obtenir plus d’informations sur Nemorius : aucune société n’est enregistrée sous ce nom et le site web est entièrement vide et ne contient qu’un module Facebook. On pourrait supposer que les développeurs n’exercent pas cette activité de manière principale, ce qui est étrange puisque, si French Kiss a bien une introduction gratuite, le premier chapitre coûte 1,99€. Au-delà de ces considérations juridiques, ni Is it Love avec ses 25 966 abonnés Facebook, ni Frenck Kiss avec ses 1 517 abonnés, ne sont encore suffisamment populaires pour faire de l’ombre aux 435 940 abonnés d’Amour Sucré ou aux 85 389 abonnés d’Eldarya sur Facebook.

 

Frenck Kiss – The Visual Novel

 

On peut bien sûr débattre de la conformité ou non de ces jeux avec la définition de visual novel mais il n’en reste pas moins que ce sont les seules productions commerciales existants en France actuellement. En effet, les seules œuvres en dehors du marché dit « pour filles » sont en réalité des productions d’amateurs.


 

B. Publications amateurs : une communauté parcellaire et embryonnaire

Un amateur est un créateur qui exerce en dehors des circuits traditionnels : il ne possède pas de budget, n’a parfois même que des connaissances sommaires en matière de conception de jeux-vidéo, et œuvre seul ou en petite équipe. La plupart du temps, un développeur amateur ne recherche pas le profit dans la mesure où il fait de la création un passe-temps, il met donc généralement ses travaux à disposition gratuitement dans le seul but d’obtenir des retours des joueurs. Il se trouve que la production de visual novel francophones est quasiment uniquement l’apanage d’une poignée d’amateurs motivés mais peu visibles.

 

1. L’abandon partiel du seul développeur français sur Steam : les déboires d’OG-ZONE

 

En dehors du marché pour filles, il n’existe en réalité qu’un seul visual novel commercial : Snow Light. Il s’agit d’une histoire interactive vendue par OG-ZONE Digital Entertainment sur Windows, Mac et Linux. Bien qu’OG-ZONE ne soit pas enregistré en tant que société officielle, il s’agit bien de l’unique développeur français à avoir été accepté sur Steam via Greenlight. Snow Light, leur seul visual novel pour l’instant, est une histoire d’espionnage mettant en scène l’héroïne éponyme, une tueuse expérimentée, dans un monde futuriste. La particularité de ce jeu est de se présenter sous une forme bien plus cinématique : au lieu d’avoir recours au format ADV habituel, le développeur opte pour des illustrations complètes, souvent animés, et les scènes d’action sont accompagnées de QTE que le joueur doit exécuter correctement.

 

Snow Light, bannière promotionnelle

 

Cependant, bien que Snow Light ait été téléchargé par près de 5000 personnes, l’œuvre essuie des critiques globalement très négatives sur Steam et son prix a été provisoirement élevé à 99,99$, sans doute par protestation, même si aucune déclaration officielle n’explique cette décision. En outre, OG-ZONE a tenté de monter deux campagnes de financement participatif durant l’été 2014, une sur Indiegogo et une sur Kickstarter, dans le but de financer une nouvelle série. Cependant elles se sont toutes deux soldées par un échec, laissant le flou quant à l’avenir du studio.

 

2. Des créateurs « bénévoles » éparpillés et isolés : Korova, Atelier Dreamnoid et Träumendes Mädchen

 

Snow Light reste l'exception parmi les créateurs de visual novel français dans le sens où il s’agit d’un projet commercial, qui plus est accepté sur Steam, bien que le studio ne soit pas officiel. Ce n’est pas le cas de la majorité des productions qui ne se cachent pas d’être purement l’œuvre d’amateurs motivés mais aux ressources limitées.

 

On compte par exemple les visual novel de Korova, professeur en lycée, qui bricole seule à l’aide de ressources mis à disposition du domaine public. C’est aussi le cas de Dri, ingénieur développeur qui travaille dans le milieu du jeu-vidéo et a déjà par le passé cofondé sa propre société, depuis abandonnée. En marge de son métier, il conçoit seul des visual novel sous le label Atelier Dreamnoid en s’occupant aussi bien du code, de l’histoire et des graphismes. Son premier projet, Last (K)night lui aura toutefois pris 3 ans de développement, et son second situé dans le même univers, Code Muse, près d’un an. Là où Korova élabore des histoires très courtes inspirées de mot-clef, Atelier Dreamnoid construit un univers d’urban fantasy relativement conséquent.

 

Clair Obscur, un projet uniquement élaboré à partir du domaine public

 

De manière générale, les visual novel français finalisés proviennent souvent d’un seul individu, probablement parce que l’envergure des projets est plus modeste. De fait, il existe très peu d’équipes qui soient suffisamment productives, hormis peut-être Träumendes Mädchen. Derrière ce nom germanique se trouve en fait une dizaine de français, pour la plupart étudiants, qui produisent des visual novel à l’occasion de game jam, ces compétitions de développement de jeux-vidéo. Ils participent ainsi à la fois à des game jam spécifiques au visual novel (comme le Nanoreno, un concours organisé par la communauté anglophone Lemmasoft) et au Ludum Dare.

 

3. Le cas de la création de visual novel en Suisse : Endless Seasons

 

Côté francophonie, le constat est le même. Il existe actuellement un seul développeur de visual novel suisse : Endless Seasons, une petite équipe d’étudiants basée à Lausanne. La particularité de ce groupe est qu’il ne se focalise pas uniquement sur le visual novel mais développe tout un florilège d’activités autour des questions LGBT, y compris de l’autopublication de nouvelles ou de fanfictions, la traduction en français de documentaires sur le jeu vidéo queer ou du jeu-vidéo à visée éducative. Le visual novel reste tout de même le cœur d’Endless Seasons puisqu’ils en ont fini deux (Cardiff_Insane Letters et Closed / Needs, deux œuvres qui se focalisent sur l’introspection) et travaillent en parallèle sur un projet conséquent traitant de questions philosophiques et sociales, Système Isolé, sorti de manière fragmentée. L’autre spécificité d’Endless Seasons est qu’à l’exception de Cardiff_Insane Letters, leur production est uniquement accessible dans les conventions où ils se rendent en tant que créateurs amateurs. Ainsi Closed / Needs était vendu à la Japan Impact 2015 se déroulant à l’école polytechnique de Lausanne et le dernier épisode en date de Système Isolé à Japan Expo 2015 de Paris.

 

Cardiff_Insane Letters, un projet expérimental - Capture de la version anglaise

 

Il existe évidemment d’autres développeurs que l’échantillon présenté ici mais ceux-ci sont souvent « invisibles » dans la mesure où il ne possède pas forcément de site web ou même de comptes sur les réseaux sociaux pour les tracer. De plus, la plupart de ces développeurs n’ont réalisé qu’un seul projet avant de disparaître ou une simple démo d’un projet continuellement en hiatus. Difficile dans ces conditions de dresser un tableau fidèle de la création de visual novel en France. Pour ces quelques « survivants », il existe pléthore d’échecs que nous allons à présent analyser pour tenter de comprendre ce qui pose problème.


 

C. La longue liste des « échecs » : entre amateurisme total et volonté de se professionnaliser sans moyens concrets

 

1. Les visual novel « blagues » : des communautés sans réelles idées

 

Parmi les projets de visual novel qui ne voient jamais le jour, il en existe un type récurrent : le projet « communautaire ». Il s’agit à l’origine d’un groupe de fans qui se constitue autour d’un intérêt commun et échangent, souvent par le biais d’un forum. Ces mêmes fans peuvent, en entendant parler du visual novel, décider d’en réaliser un qui ait pour thème leur intérêt commun. Le premier projet de ce genre se nomme Higashi no Ginga SÜ;PER Shounen Kakumei Lyrical Sebastian no Densetsu et a été lancé par un groupe de blogueurs en juin 2009. Leur idée était de concevoir un visual novel parodique qui mettrait en scène des représentations féminines de chaque blogueur appartenant à leur cercle, le tout dans de multiples cadres typiques de la culture japonaise : un cadre scolaire en lycée, un hôpital, un manoir, un univers avec des pouvoirs magiques, etc. Sur le wiki, maintenant supprimé, du projet, on pouvait voir près d’une trentaine de contributeurs uniquement pour la partie scénaristique. Le projet n’a jamais dépassé le stade de quelques dessins conceptuels, dans la mesure où le principe de base était en soi une blague que les principaux concernés ne prenaient pas au sérieux. La plupart des blogueurs se sont en réalité contentés de jeter quelques idées à la va-vite et très peu se sont réellement atteler à en extraire du concret. De plus, les multiples intrigues imbriquées, toutes possédant un contexte différent et des personnages différents, rendaient le projet matériellement infaisable.

 

Une des rares archives restantes du projet SebaDen

 

Ce premier brouillon a cependant inspiré un an plus tard les habitués d’un forum affilié à tenter leur chance. Le « projet VN » fut une tentative de réaliser un visual novel de l’univers La mélancolie d’Haruhi Suzumiya, un anime japonais ayant rencontré un petit succès en France lors de sa diffusion et localisation. De 2010 à 2011, le projet a tant bien que mal tenté de recruter des volontaires dans les membres du forum mais l’organisation ne pouvait pas fonctionner dans la mesure où l’équipe provisoire n’est jamais arrivée à s’entendre sur une idée de scénario. Sur certains anciens posts, on peut voir qu’il y avait plus de dix personnes censées travailler sur l’écriture mais aucune coordination. De plus, les personnes en charge de la production ou du test étant déjà recrutées, elles se sont vite découragées en constatant que rien n’avançait. Le plus gros problème de ce projet est bien l’absence d’un manager pour trancher et recadrer les efforts des volontaires, ce qui les a tous conduit à abandonner au bout de quelques mois sans jamais rien produire. Les archives sont ainsi assez explicites sur le mécontentement des différents membres sur ce point.

 

On peut imaginer que l’absence de management est aussi ce qui a plombé, un an plus tard, un autre forum encore affilié, Vocaloid.fr, dans son propre projet de visual novel. Encore une fois, l’idée de base était assez vague et a rapidement sombré dans l’oubli car il manquait l’élément crucial : le scénario. Il existe moins d’archives sur le visual novel Vocaloid proclamé en 2012 que sur celui d’Haruhi mais on peut globalement en déduire que les trois projets précédemment cités souffrent du même défaut : le manque de motivation. Aucun volontaire ne souhaitant réellement hériter des rênes et devoir prendre des décisions, le groupe déjà très hétéroclite n’avait aucune chance de se coordonner pour produire du concret. Chacun de ces visual novel partait au fond d’une blague plus que d’une idée et personne n’était capable de visualiser une histoire entière qui puisse en être issue.

 

2. Otome games : quand des rêveurs sans expérience voient trop gros

 

Suite au succès d’Amour Sucré, une communauté française fan d’otome games s’est peu à peu formée sur Facebook. Il est donc tout naturel de voir des poignées de fans se constituer des groupes et rêver de concevoir leur propre otome game. Ces projets sont particulièrement difficile à dénicher pour tout œil extérieur à la communauté du fait de la difficulté de plonger dans les archives de Facebook mais ils se révèlent relativement nombreux…et beaucoup d’entre eux voient trop gros.

 

Image promotionnelle de 17th Spring avec les trois héros du jeu

 

17th Spring pourrait faire figure d’exemple particulièrement ancien dans la mesure où il aurait démarré, selon l’aveu des créateurs, en 2011. Après un changement total d’équipe entre 2014 et 2015, le projet peine toujours à produire une démo. Il s’agit d’un otome game réalisé sur RPG Maker et mettant en scène une école japonaise où l’héroïne pourra séduire trois garçons différents. Au-delà de la difficulté initiale pour de jeunes adolescentes sans expérience de finaliser un otome game, même court, le projet semble bourré de complications : ainsi une des scénaristes annonce en mars 2015 que le jeu nécessite une quarantaine de sprites, en plus de l’intégralité de l’école en pixelart. En outre, elle évoque le fait d’avoir bientôt fini la fiche des personnages et refuse régulièrement de dévoiler plus que les sprites des trois garçons. Malgré ces difficultés d’avancement, l’équipe lance tout de même une campagne de financement participatif sur Ulule pour rassembler suffisamment d’argent pour obtenir un stand à Japan Expo 2015. 17th Spring amassera en tout 381€, soit plus que sa mise initiale de 250€ et l’équipe se rendra bel et bien en convention pour faire la promotion du jeu et proposer des produits dérivés sans arriver toutefois à finir à temps la démo de jeu promise (Note : Un premier épisode aura finalement vu le jour fin décembre 2015 mais sa durée de jeu reste difficile à estimer). Cela n’empêche pas l’équipe de proposer une section de forum où les fans peuvent d’ores et déjà expliquer quel personnage du jeu est leur préféré et pourquoi.

 

Dans le même registre, Kahandra est un otome game de type fantastique en développement depuis juillet 2013. Les membres de l’équipe sont encore une fois très jeunes, le scénariste et illustrateur principal passait par exemple son baccalauréat en juin 2014 mais son aide n’a que 14 ans, et restent bloqués sur la démo. Si on en croit leur site web, seul le premier jet de celle-ci est finalisé, et l’univers qu’ils espèrent créer déborde de créatures fantastiques qui possèdent toutes un design. Lovely Idol de Kayume Studio (Note : la page Facebook a été récemment supprimée), en développement depuis mai 2014, et Aryamaïn, en développement depuis décembre 2014 sont également dans la même situation : ce sont des projets d’otome game n’ayant jamais sorti la moindre démo. Cependant la particularité de ce dernier est d’avoir annoncé non seulement pouvoir choisir le genre de son avatar et des personnages à séduire, mais en plus de proposer un système de guildes, de mini-jeux (dont des courses, des duels, des batailles et des puzzles), des bonus cachés et un système de comptes permettant au joueur de créer près de 3 personnages par compte.

 

Des projets comme précédemment cités, on en trouve beaucoup sur Facebook et ils sont tous issus de très jeunes adolescents qui ont, certes, beaucoup d’idées et de motivation, contrairement aux projets « blague », mais qui voient beaucoup trop gros du fait de leur manque d’expérience et tentent de reproduire le succès de Beemoov sans en avoir les compétences ou les moyens, ce qui mène invariablement à un temps de conception interminable où chaque ressource prend des années.

 

3. Catharsis ou les ravages du feature creep

Ecran principal de la démo de Catharsis

 

En marge, il existe bien des équipes un peu plus sérieuses dont l’échec est plus surprenant. C’est le cas de V.Gear dont les membres sont déjà rôdés aux visual novel. En effet, chaque année en 2011 , 2012 et 2013, un concours de création de visual novel est organisé par le cercle No-Xice, collectif sans statut qui arpente les conventions de France ayant pour thème le Japon. Ce concours a lieu à l’occasion d’Epitanime, la convention de l’école parisienne d’ingénieurs Epita, et se déroule en une journée entière. Le fondateur de V.Gear y participe ainsi avec un nom d’équipe toujours différent mais remporte trois fois de suite le dit concours, bien vite rejoint par les différents membres. Les visual novel produits sont bien sûr extrêmement courts et parodiques, mais cela leur assure un début d’expérience dans le domaine. L’équipe formée à l’occasion du dernier concours s’officialise sous le nom de V.Gear et annonce dans la foulée, en mai 2013, un premier projet : Catharsis, où la lutte entre deux joueurs qui inventent à tour de rôle une histoire.

 

Sur le blog de développement tout juste lancé, l’objectif de l’équipe semble clair : finaliser Catharsis pour Japan Expo 2013 qui a lieu la première semaine de juillet. Un projet censé être court, puisqu’il est présenté comme un kinetic novel de 3-4h de lecture, ce qui est généralement bon signe lorsque l’on débute dans la création. Pourtant, à la sortie d’une démo, le 18 juin, la durée prévisionnelle est allongée à 6-7h, un signe malheureusement avant-coureur puisque le jeu complet ne sera pas prêt à temps. Dans son article, le fondateur avoue que le projet s’est révélé plus ambitieux que prévu mais promet d’aller jusqu’au bout en estimant avoir besoin de trois mois supplémentaires. Aucun avancement officiel ne sera plus communiqué sur le blog après cela et le dernier message posté sur les réseaux sociaux date de mai 2014. Alors, comment expliquer cette déconvenue alors que le projet semblait bien parti ?

 

Image promotionnelle de Catharsis

 

L’élément-clef dans l’échec de Catharsis pourrait être l’absence soudaine de date butoir : pour le concours de visual novel, comme pour la démo, l’équipe disposait d’une limite claire et établie qui leur permettait de travailler. Or, une fois la date de Japan Expo manquée, il n’y avait plus de limite imposée et cela a pu paraître trompeurs : les membres ont certainement cru avoir tout le temps nécessaire ou avoir surmonté l’étape la plus difficile. De plus, lorsqu’on jette un coup d’œil à la démo produite en l’espace d’un mois et demi, on se rend compte qu’outre sa durée extrêmement faible (à peine une demi-heure), celle-ci n’était constituée que d’une poignée de ressources graphiques : l’interface par défaut du logiciel était à peine retouchée, il n’y avait que quelques variations d’un unique décor de plage, en plus d’un dégradé de couleurs, pour figurer les décors, et seulement trois personnages et une illustration. Le résultat est certes très honorable pour une démo mais un peu en deçà de ce dont une équipe relativement expérimentée, composée qui plus est de deux artistes différents, est capable de produire en un mois (on peut notamment la comparer avec les visual novel réalisés lors du concours Nanoreno de Lemmasoft). En excusant les différents membres à cause de la période d’examens qui apporte une difficulté supplémentaire, on peut tout de même en déduire que l’équipe n’était pas assez habituée aux productions d’ampleur pour se permettre de débuter avec un gros projet. C’est ce que les développeurs de jeux-vidéo nomment habituellement le « feature creep », ou la tendance à rajouter toujours plus d’éléments à un projet, au risque de causer son annulation. Avec le recul, Catharsis est très certainement un projet victime de feature creep en interne et de surestimation des capacités de l’équipe, ce qui a conduit à sa disparition silencieuse.

 

Conclusion

 

Le visual novel est un sujet d’étude délicat à saisir : fruit de multiples malentendus, sa définition précise reste encore au cœur de nombreux débats, et ce alors même que le médium commence doucement à faire parler de lui outre-Atlantique. L’arrivée récente de centaines de titres différents sur Steam laisse à penser qu’un public se dessine pour ce genre d’œuvres. Malgré cela, la France accuse un sérieux retard dans le domaine. Hormis sur le marché spécifique des jeux pour filles inspirés des otome game où le studio Beemoov, qui tenait jusque-là le monopole, se fait progressivement concurrencer, il n’existe aucune production commerciale sérieuse ou du moins rencontrant un tant soit peu de succès dans l’Hexagone, et encore moins sur la plateforme de Valve. Actuellement, le marché français de création de visual novel reste balbutiant, voire quasi-inexistant. Seule une poignée d’amateurs occupe le terrain, dont une partie a même tendance à « s’expatrier », c’est-à-dire à viser directement le public anglo-saxon. Ce phénomène a donc tendance à invisibiliser encore plus un marché naissant.

 

Cependant on peut espérer que la situation s’améliore dans les années à venir, grâce à la démocratisation progressive du médium et à un effet « boule de neige ». En effet, plus le visual novel sera répandu, plus il y aura de chances que des développeurs s’emparent à leur tour du concept pour en produire leur propre version. De fait, le vide actuel est la résultante de la méconnaissance des années passées et il n’est pas à exclure que des studios indépendants se tournent déjà vers ce genre.

 

(Etude commandée par Laurent Pendarias)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Esraka 30/01/2017 19:51

bonjour j'ai fait il y a peux de temps un visual novel la 1 er parti et disponible ici c'est a télécharger https://mega.nz/#!6VFVxBJS!MiyFupSnFMm7lle8LmD_MyZKTsqmMRAOekBKV7HhpYI

sinon c'est aussi en histoire ou la il y a déjà 3 parti disponible ici https://www.wattpad.com/364287674-mon-prof-et-moi-histoire-la-rancontre

je voudrais des avis savoir si c'est bien ou si c'est pas du tout intéressent

Mathieu 14/01/2017 19:20

Merci pour ce dossier très intéressant. En tant que concepteur de jeu vidéo ce style m'intéresse depuis peu. Qui sait j'en ferai peut-être un jour.

Il a l'air assez récent donc ça explique qu'il ne soit pas dans ton dossier mais dans le genre roman interactif j'ai beaucoup aimé "Along the edge" http://alongtheedge-game.com/ pour le coup pas du tout orienté style japonais vu que ça a une esthétique assez bd européenne et que ça se passe dans un village français. Et présent sur steam en anglais et français donc manifestement le genre gagne en présence.

Torog 26/03/2016 07:35

Il y avait une mise en forme par paragraphe sur mon post précédent, mais la publication en article semble l'avoir fait sauter. Désolé pour le pavé.

Torog 26/03/2016 07:27

Je viens de terminer le dossier, vraiment super bien fourni, et ça me fait un peu mal au coeur de ne pas avoir été cité une seule fois.
Avec l'équipe No-Xice, on s'était vraiment donné du mal sur Anamnesis, un projet amateur certes avec beaucoup de défauts, mais fait avec du coeur. Vu l'ampleur du taff réalisé (Plus d'un an à bosser dessus, 300 sprites de personnages, 6-7 heures de lecture, 6 fins de jeu différentes, 16 pistes musicales composées pour l'occasion), ça me fait mal au coeur de te voir consacrer à la place un paragraphe à des "branlettes de projet" genre Sebaden, qui sont plus une honte qu'autre chose pour la communauté Otaku Francophone. Et Anamnesis était un "gros" projet bouclé, terminé, merde! Avec de nombreux défauts, oui, mais terminé tout de même! Ce qui est quand même suffisament rare dans une sphère amateure composée pour l'essentiel de tout petits projets, de jeux épisodiques jamais finis ou de gros jeux à peine entamés et perdus dans les limbes!

C'est vraiment rageant de se faire encore snober, comme j'ai pu le voir dans d'autres articles de blogs du même genre. Est-ce que parce qu'avec l'équipe on est trop à côté de la "sphère Otaku Francophone"? Ou alors encore le sempiternel reproche qui nous est fait d'avoir osé prétendre VENDRE notre jeu, alors que nous ne sommes que des amateurs? (J'ai l'impression que c'est ce qui ressort à plusieurs endroits de la 3ème partie de ton dossier, "amateur= obligation de mettre à disposition gratuitement").
J'ai envie de dire, c'est notre problème. Le problème des lecteurs c'est juste de savoir s'ils ont envie de l'acheter ou pas (ou de le pirater, peu importe). Personnellement, que ce soit pour ce projet ou pour ceux à venir, j'ai toujours été pour une diffusion gratuite en ligne de base (accompagnée d'une vente sur stand, notamment de goods et de version boitier dédicacée), mais le chef de l'équipe, et la logique qu'il a inscrite depuis ses débuts dans le collectif, est toujours de vendre un minimum notre travail, ne serait-ce que pour payer nos stands de convention, et financer les autres projets plus coûteux.
Ce qui explique que oui, même aujourd'hui, Anamnesis en ligne est vendu 2.90 Euros, c'est comme ça. Autant le dire tout de suite, honnêtement, on ne le vend pas ainsi, et mon avis personnel serait de le mettre à dispo gratuitement, notamment vu le nombre d'années écoulées depuis sa sortie. Mais faut composer avec les autres membres de l'équipe, et ce n'est pas toujours facile.

Bon, après, peut-être que tu ne connais pas le Visual-Novel, mais j'en doute vu ton implication et tes recherches dans le domaine, ainsi que le fait que tu ait cité l'équipe No-Xice vis à vis du concours de VN de l'Epitanime... C'était mon idée au fait, et là aussi je suis triste que ça n'ai pas débouché sur grand chose, notamment avec V.Gear qui a fini dans les limbes...
Je semble m'énerver un peu, mais je ne te reproche rien, ça n'est pas très grave, vu que le projet date un peu, et on est passé sur d'autres choses. Mais ça fait un peu mal au coeur tout de même...

Indépendamment de tout ça, et pour ajouter un peu à ton dossier, il faut savoir qu'avec l'équipe on travaille sur un nouveau "gros" projet de Visual-Novel depuis six mois, sur lequel on a bien avancé. Mais on attendra d'avoir suffisamment avancé dessus pour en parler plus en détails. Et cette fois-ci, on compte bien ne pas refaire les erreurs ridicules que l'on avait faites sur Anamnesis (Genre l'ortographe, le détourage de certains sprites, et les décors dégueu à base de photos à peine retouchées), tout en élevant le niveau de qualité. Sortie prévue normalement en début d'année prochaine, si tout va bien (Mais bon, on taffe à côté, donc ça n'est pas toujours évident de faire avancer le schmilblick ^^).

Bref, à part ça, je suis admiratif devant ton travail de documentation. J'avais quelques connaissances dans le domaine (notamment vis à vis d'amour sucré & co), mais je n'avais pas eu vent de tout ça. Merci beaucoup c'est vraiment très complet (enfin presque ;) ).
Autre chose, je suis aussi stupéfait par ce que j'ai pu lire sur le site de Traumendes Mädchen. C'est vraiment très très courageux de ta part de monter une vraie boite de création de Visual-Novel, et je ne peux qu'applaudir l'initiative! J'espère que ça ira, le domaine reste encore une niche au regard de l'ensemble de la masse vidéoludique (qui est elle-même noyée sous la masse de productions indépendantes, c'est chaud). Mais tu fais avancer le domaine, c'est le plus important :)

Si je vois aussi la montée en force du nombre de Visual-Novel Japonais qui paraissent (enfin) sur Steam, je pense par contre que l'avenir de ce genre de jeux est sur mobile. Si les Otaku Japonais sont habitués depuis bien longtemps à lire sur PC, je doute que ce genre d'expériences perce massivement hors-Japon, ne serait-ce que pour le confort de lecture. Sur PC & consoles de salon, on aurait plutôt le pendant plus graphique des Visual Novel, c'est à dire les jeux narratifs à la Telltale et autres Life is Strange. Personnellement, je n'ai pas envie de jouer à Steinsgate ou les Zero Escape autre part que sur ma Vita, et idem avec les Phoenix Wright sur ma 3DS.

On manque encore d'un écosystème favorable sur mobile (Ce serait bien que Steam fasse "Steam Mobile", avec des jeux certifiés compatibles, on peut rêver ^^), mais quelque chose me dit qu'il pourrait y avoir des possibilités. Outre l'approche de 1492 Studios, qui me semble prometteuse, tu ne le cite pas dans ton dossier il me semble, mais le succès foudroyant récemment de "Lifeline" relève pourtant du même domaine des jeux narratifs textuels. Vu la multiplication d'ailleurs de clones de Lifeline, il y a quelque chose à creuser là-dedans. Il y a un public demandeur, il faut juste trouver une forme appropriée, peut-être avec un middleware vraiment adapté au mobile pour le développement (qui permette tant qu'à faire de le sortir aussi sur PC). Mais ça existe peut-être déjà?

Helia 31/03/2016 15:08

C’est parfaitement normal de ne pas avoir le temps ou l’envie de se renseigner sur le développement du visual novel, c’est d’ailleurs aussi à ça que sert mon dossier : à faire un point sur les dernières grandes avancées pour ceux qui n’ont pas pu les suivre =).

Je te le disais déjà dans ma 1e réponse mais je comprends ta sensibilité : en tant que créateur, on met beaucoup de nous dans ce qu’on fait, et c’est forcément difficile de laisser ce bagage émotionnel de côté, surtout face aux critiques. Et pourtant il le faut bien. Autant rester optimiste et en profiter pour toujours chercher à s’améliorer ^^.

En même temps, vous avez complètement un public en France donc c’est sûrement plus judicieux de se concentrer sur la version française avant de songer à s’exporter ^^. D’ailleurs, je suis assez d’accord avec toi : en matière de VN le niveau de qualité, même pour de l’amateur, a fait un gros bond en quelques années donc il vaut mieux autant que possible mettre le paquet pour assurer ses arrières !

Comme vous préférez ! Envoyez-moi un mail via le formulaire de contact de l’équipe dès que vous avez des idées et on pourra en discuter plus en détail. En attendant, on peut toujours se suivre sur les réseaux sociaux (notamment Twitter) : comme ça, je pourrais relayer cette fameuse annonce quand elle sortira ;). Je suis également dispo si vous avez besoin d’un coup de main/avis directement sur la création de votre nouveau VN.

Les jeux-vidéo narratives ont de l’avenir mais ils subissent quand-même la concurrence du marché : les clients n’ayant pas temps et argent en quantité illimitée, ils ne dépenseront que pour une poignée de titres. Se démarquer par son scénario ou sa direction artistique ne suffit plus, il faut également muscler sa communication. C’est surtout ça qui peut être démotivant, surtout que généralement on fait des œuvres pour l’aspect créatif et pas par amour de se vendre, d’où ma remarque ^^. Mais sinon, je suis d’accord, les visual novel ont intérêt à trouver comment se démarquer, quitte à inclure un peu de gameplay pour se frayer un chemin sur Steam.

Torog 30/03/2016 23:47

"La mention d’Anamnésis semble faire naître des émotions contradictoires, du coup c’est un peu difficile pour moi de suivre le fond de ta pensée. Mais bref, aussi butée que je puisse paraître, je sais reconnaître et saluer les accomplissements des autres, même lorsque je suis en désaccord sur certains points."

Je pense que le problème vient de moi : Ces dernières années, je n'ai pas trop suivi tout le développement du milieu (à part V.Gear dont je prenais des nouvelles), et même d'ailleurs, toutes les actualités au niveau de votre équipe, je suis tombé dessus au détour d'une recherche sur autre chose. Tu as une vision bien plus globale que moi là-dessus, ce qui explique qu'à tes yeux en effet notre VN appartient un peu au passé, ce qui est sans aucun doute le cas. En tant que participant au projet (et donc prenant ça avec des sentiments), et avec mon manque de vision globale, je ne peux pas être en mesure d'estimer correctement sa place, du moins pas aussi bien que toi, ce qui explique notre discussion des posts précédents. De toute façon tu as raison, il vaut mieux regarder vers l'avenir que vers le passé.

"Côté promotion d’ailleurs, je suppose que No-Xice ne compte pas exporter ses visual novel à l’international ? L’écart de réaction d’un public à l’autre est assez flagrant, c’est d’autant plus démotivant quand on « retourne » côté français."

On y a songé, car on a dans nos contacts fanzineux une prof d'anglais, et la personne qui fait l'écriture de notre VN actuel est aussi en licence de langues étrangère donc il y aurait moyen ^^ Mais pour le moment on va déjà essayer de faire une bonne version Française, et on verra les réactions des gens. Faut qu'on essaye de monter le niveau de qualité par rapport à notre précédente production, ça me paraît indispensable déjà.

"Ce serait avec plaisir ! Jusqu’à maintenant, j’ai surtout fait de l’échange de liens (j’ai une page pour ça sur le devblog de l’équipe) mais si tu as d’autres idées et que c’est à ma portée, aucun souci."

Je vais en parler avec mon chef, je pense que ça pourrait être une bonne idée de faire ça un peu avant ou un peu après l'annonce officielle de notre nouveau VN (qui ne devrait pas tarder), ça permettra d'enchaîner des actualités dans le même thème. Il aura peut-être des bonnes idées pour un partenariat (comme je dis, il est fort en com' xD).

"Très honnêtement, franchir le pas vers le pro est actuellement super chaud : le marché du jeu-vidéo est devenu tellement compétitif que tu dois vraiment t’accrocher pour tenir, et la niche du visual novel n’est pas épargnée par le phénomène."

Je pense que les jeux vidéos à forte narration ont de l'avenir, mais il faut peut-être un plus par rapport à un simple visual-novel basique pour se démarquer, quelque chose qui frappe l'attention. Soit du gameplay particulier (Genre Danganronpa et son système d'élimination), ou un style/thème qui marque particulièrement (Genre le VN romantique avec les pigeons, ou bien "Aviatory Attorney" par exemple). Franchement, les jeux narratifs, c'est sans doute mon genre de jeu préféré. Récemment, la narration non-linéaire au sein d'"Her Story" par exemple m'a vraiment foutu sur le cul. Je pense qu'il y a encore des sacrés trouvailles à faire dans le domaine, et les expériences hybrides sont ce qu'il y a de plus intéressants.

Helia 30/03/2016 21:24

La mention d’Anamnésis semble faire naître des émotions contradictoires, du coup c’est un peu difficile pour moi de suivre le fond de ta pensée. Mais bref, aussi butée que je puisse paraître, je sais reconnaître et saluer les accomplissements des autres, même lorsque je suis en désaccord sur certains points. En l’occurrence, oui, je trouve que No-Xice avait de la légitimité au moment de lancer le concours visual novel qui était une bonne initiative. Qu’on le veuille ou non, vous avez amorcé quelque chose.

Côté promotion d’ailleurs, je suppose que No-Xice ne compte pas exporter ses visual novel à l’international ? L’écart de réaction d’un public à l’autre est assez flagrant, c’est d’autant plus démotivant quand on « retourne » côté français.

Ce serait avec plaisir ! Jusqu’à maintenant, j’ai surtout fait de l’échange de liens (j’ai une page pour ça sur le devblog de l’équipe) mais si tu as d’autres idées et que c’est à ma portée, aucun souci.

P.S : Très honnêtement, franchir le pas vers le pro est actuellement super chaud : le marché du jeu-vidéo est devenu tellement compétitif que tu dois vraiment t’accrocher pour tenir, et la niche du visual novel n’est pas épargnée par le phénomène. Je ne le recommanderais pas à tout le monde, quoi X).

Torog 29/03/2016 07:38

“Il serait peut-être plus constructif de simplement digérer le fait qu’après 5 ans No-Xice n’ait plus la même autorité en matière de visual novel.”
“n’hésitez donc pas à partager une partie de votre notoriété avec les autres ;).”

Parce qu’on a eu une quelconque autorité en la matière à une époque? Ce n’est pas parce que l’on en fait des tonnes sur notre com’ et que l’on a une grande gueule que ça nous donne une notoriété, une légitimité ou quoi que ce soit. Le chef de l’équipe est graphiste pro dans la vie, et il attache donc à tout ça une grande importance, c’est tout.
On est au même niveau que les autres amateurs, c’est à dire pas bien haut. C’est aussi pour ça que j’admire ta démarche de franchir le pas vers le pro, moi je n’oserais jamais.

Comme je disais dans mon 1er post, tout ça ne reflète pas une grande importance pour moi, c’est vieux tout ça, ça m’attristait juste un peu, rien de plus. Je ne cherche pas à décrédibiliser ton dossier ou je ne sais quoi.

“Sinon, j’aime comme tu insinues que les amateurs ne font aucun effort pour promouvoir leur travail : les développeurs concernés seront certainement ravis de l’apprendre, je leur transmettrais.”

Je n’ai pas dit ça. J’ai juste dit de notre côté ce que l’on avait fait, et que ça n’avait pas eu grand impact au fond. Le fond de ma pensée c’est que soit de 1)- c’est vraiment une niche et c’est peine perdue pour faire décoller le milieu sous cette forme, ou 2)- ce n’était pas encore suffisant (l’aurait peut-être fallu démarcher des plus gros sites genre jeuxvideos.com et tout - ce que l’on fera peut-être cette fois-ci d’ailleurs si on obtient une qualité vraiment satisfaisante).
Chacun fait du mieux qu’il peut de son côté hein.

“En attendant, il serait grand temps de dépasser les chamailleries d'école primaire : si les membres de la communauté otaku arrêtaient de ne penser qu’à leur pomme, le visual novel aurait certainement bien plus de publicité en France.”

On est d’accord là-dessus! D’ailleurs, un partenariat/échange de liens Traumendes Mädchen/No-Xice, ça te dirait?

Helia 28/03/2016 21:57

Je vois que tu restes braqué sur ton idée, c’est dommage, j’étais pourtant ouverte à la discussion.

Moi ce que je n’arrive pas à comprendre c’est en quoi le fait qu’un dossier décrivant la situation du visual novel français EN 2015 doive obligatoirement mentionner un projet sorti en 2011 et n’ayant donné aucune suite pour être considéré comme complet et, soudainement, légitime. Je suis allée à l’essentiel, comme mon commanditaire me l’avait demandé, et visiblement ça blesse ton orgueil. Il serait peut-être plus constructif de simplement digérer le fait qu’après 5 ans No-Xice n’ait plus la même autorité en matière de visual novel.

Le fait même que tu cherches à décrédibiliser mon étude en allant chercher de la persécution là où il n’y en a pas est en soi extrêmement révélateur. Sauf que voilà, je ne suis pas là pour préserver les égos fragiles et passer de la pommade aux gens. Si mon travail (naturellement empreint de subjectivité) te déplaît, je t’invite à rédiger une étude « Le visual novel en France en 2016 » qui comprendra, j’en suis sûre, le nouveau projet de No-Xice. En attendant, il serait grand temps de dépasser les chamailleries d'école primaire : si les membres de la communauté otaku arrêtaient de ne penser qu’à leur pomme, le visual novel aurait certainement bien plus de publicité en France. A bon entendeur, salut.

Sinon, j’aime comme tu insinues que les amateurs ne font aucun effort pour promouvoir leur travail : les développeurs concernés seront certainement ravis de l’apprendre, je leur transmettrais. D’ailleurs, si c’est si facile que cela, j’ai hâte de voir la réception enthousiaste qui suivra la publication de votre nouveau projet et que vous allez généreusement mettre à profit pour le bienfait de la communauté. Pour rappel mon guide des visual novel disponibles en français contient une cinquantaine de titres (et je n’ai pas tout mis sinon ce ne serait plus une sélection) : n’hésitez donc pas à partager une partie de votre notoriété avec les autres ;).

Tama 21/03/2016 00:18

C'est déjà fini :'(
C'est marrant parce que je connais quelqu'un qui joue à ma Bimbo et amour sucré, et elle a dépassé l'âge de l'ado prépubère :p
Moi même j'ai testé amour sucré mais pas très longtemps. 10 actions par jour c'était très limité de plus je n'ai jamais réussi à les cumuler comme le font certains. La personne que je connais qui y joue utilise ce système pour refaire régulièrement les épisodes et tester toutes les options, en plus des épisodes spéciaux. Il ne me semble pas qu'elle utilise le système de payement par sms. Je crois d'ailleurs qu'elle doit être sur tout les types de jeux de ce genre possible (dont un avec adoption de poneys magiques).
Sinon il me semble avoir essayé "Is it love" mais je l'ai quasiment viré aussitôt, trop restrictif. Pour ça que je regrette Lovely juliet, linéaire certes, mais moins "ado".
C'est vraiment dommage pour tout ces jeux tombés à l'eau. C'est d'autant plus dommage quand les gens ne disent pas clairement que le projet est en hiatus ou définitivement enterré et laisse le tout pourrir seul dans son coin. Par contre 99,99$ pour un jeux oO C'est plus que prohibitif !

Helia 21/03/2016 15:20

Il faut bien une fin à tout, que veux-tu :p.

Ce n’est pas parce que les jeux Beemoov ciblent avant tout les adolescentes que des femmes plus âgées ne peuvent pas y jouer ^^.

Personnellement, c’est un système qui me taperait sur les nerfs : je déteste qu’on contrôle mon rythme de lecture. Et étant du genre plutôt rapide, si on me dit « Votre temps est écoulé » alors que j’ai décidé de lire beaucoup, tu peux être sûr que le jeu ne sera plus jamais ouvert ou passera directement par la fenêtre 8). C’est d’ailleurs exactement pour cela que je ne toucherai probablement jamais à Hate*Plus de Christine Love (entre autres). Mais je suppose que ce système existe justement parce qu’il est efficace pour faire cracher des sous aux lectrices, c’est un peu triste X).

Je suis bien d’accord. Malheureusement le cas du projet laissé pourrir en silence est bien le plus fréquent, probablement parce que c’est difficile de reconnaître que c’est foutu =/. Très souvent, il suffit de surveiller l’activité des équipes : si aucun progrès significatif n’a été fait dans un certain laps de temps, il y a de fortes chances que le projet tombe à l’eau incessamment sous peu, et ce même si le créateur t’assure qu’il est motivé et que tout va bien (c’est sincère mais on se fait vite rattraper par la réalité). Et si c’est carrément le silence de la part des équipes depuis plusieurs mois, tu sais déjà que c’est mort de chez mort X). Mais évidemment, ça tu t’en rends compte uniquement après coup : sur le moment tu as envie de croire qu’ils vont tenir =’(.

« Par contre 99,99$ pour un jeux oO C'est plus que prohibitif ! » = C’était le but : empêcher l’achat. J’ai pu en discuter avec le développeur à un moment mais comme il n’a jamais fait de communiqué officiel, il m’est impossible de le prouver ou même de comprendre/expliquer quelles pouvaient être ses intentions =/.

Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories