15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 07:10

Musique

 

Pour quelqu’un qui écoute en permanence des bandes originales d’animes ou de jeux vidéos, c’était quand même un peu dommage de se cantonner à un article musical une fois tous les trois mois (et en plus ne parlant même pas de ce sujet). C’est maintenant chose faite grâce à une nouvelle rubrique (au titre très inspiré, j’avoue que je n’en trouvais pas qui me paraissait approprié) essentiellement destinée au remplissage, il faut l’avouer, et qui plagie ouvertement celle de Nataka :p (avec un peu de chance ça le fera rappliquer). Comme ça quand je serais à court d’idées il y aura toujours moyen de creuser le filon et de faire quelque chose de bien \o/.

 

Higurashi-Musique.jpg

 

En ce moment je n’ai pas trop le temps de regarder des animes et comme ma logique tordue veut que j’écoute une OST d’anime presque exclusivement après avoir vu l’anime en question, mais en revanche n’écoute que des musiques de jeux que je ne connais pas (et que j’achète éventuellement par la suite), eh bien je me tourne actuellement surtout vers les jeux vidéos pour y puiser une nourriture spirituelle dont j’ai grand besoin…

 

 


 

Voilà donc ce que j’écoute surtout en ce moment :

 

Song Book Vol.2

 

Après avoir découvert l’OST du dernier Ghibli, Karigurashi no Arrietty, il était difficile de ne pas s’intéresser un peu à sa compositrice (surtout qu’une bretonne pour composer la musique d’un film d’animation japonais c’est assez rare), Cécile Corbel. Bien que je n’ai pas encore eu le privilège de tester ses différents travaux, j’ai eu un petit coup de cœur en entendant un extrait d’Innocence.

 


 

 

Innocence c’est une piste instrumentale qui commence par de douces notes mélancoliques à la harpe et un violon. En elle-même la mélodie est incroyablement belle, elle donne envie de pleurer, et puis après deux minutes elle se fait un peu plus tribale et de 2:30 à 2:50 des chœurs masculins viennent se confier soudain aux instruments pour une confession très surprenante, probablement mon passage préféré. Une petite piste à la fois simple et complexe, lente et légèrement rythmée, triste et joyeuse. Un tel mélange ne pouvait que me plaire.

 

Unlimited Saga OST Disc 2

 

Unlimited-Saga.jpg

 

Ma recherche de musique nouvelle m’a portée jusque sur un site charmant qui évoquait justement la bande-son d’Unlimiteds Saga, composée par Masashi Hamauzu, un grand nom parmi les compositeurs de Square Enix. Autant le premier disque m’a immédiatement paru plutôt ennuyeux par son côté fade et sans surprise (depuis Dirge of Cerberus et Final Fantasy XIII je commence à connaître un peu le style du bonhomme), autant le deuxième est une vraie merveille un peu expérimentale sur les bords qui décèle de nombreuses perles.

 

Dès la première piste, Time-Space Travels (01) on s’engage dans un voyage à l’autre bout de l’univers à grands coups d’éléments synthétiques qui montent et qui descendent comme des vagues par dessus une mélodie qui se répète à intervalles réguliers, lancinante. On croirait entendre un spectacle fait de gerbes d’eau et de lumières, d’effets pyrotechniques.

 

Et puis on arrive à DG ''listless'' (04), qui rappelle un peu This is your story de Final Fantasy X, une piste calme, un petit air de piano avec des bruitages synthétiques, une ambiance ce coton, de mélancolie, comme sur un nuage, comme si le temps s’arrêtait soudain.

 

Dans une veine semblable, toujours au piano, on a DG ''sadness'' (14) qui est un peu plus ouvertement triste mais tout aussi belle.

 

Complètement à l’opposé BT Ver. 7 (15) s’impose comme une piste particulièrement originale avec un rythme un peu hip-hop, une boucle de sons bizarres et moyennement intéressantes mais à partir de 0:22 le saxophone se superpose à cette boucle, les violons commencent à apparaître et à 0:52 c’est le tour du piano qui donne un petit côté jazz à l’ensemble. Mais réellement le passage que je préfère c’est à 1:07 où le saxophone lance une série de cris particulièrement envoûtants, un passage aussi beau qu’éphémère puisqu’il ne dure que quelques secondes. Dommage.

 

L’un des derniers titres que j’aime beaucoup dans cet OST est le très rythmé BT ''ultimate'' (18) qui tient du génie. Tout d’abord on peut entendre un crescendo inquiétant et à 0:24  la musique explose enfin à grands coups de batterie et de synthétique pour ensuite s’ouvrir vers 0:35 au soupir d’une trompette qui se lamente, on croirait entendre le désespoir d’un condamné à mort qui lutte contre le destin. Un peu plus loin vers 1:17 petit crescendo de violons qui s’unissent à 1:46 à la trompette pour monter de plus en plus haut jusqu’à une sorte de pause dans le morceau, de havre de paix de 2:12 à 2 :45 fait de piano, de violons et de divers sons pour mieux reprendre le rythme initial encore plus fort et basculer dans le néant lentement amenant la fin de ce morceau audacieux.

 

 

Last Ranker Original Soundtrack

 

Last-Ranker.jpg

 

Cette découverte là je la dois, encore, à Role Playing Game Magazine qui a su m’appâter en me proposant une Yoko Shimomura en forme composant pour la première fois depuis Kingdom Hearts II entièrement une bande-son, qui plus est d’un univers totalement différent. Il n’en fallait pas plus pour que je saute dessus.

 

Beaucoup de pistes sont bonnes mais j’en retiens surtout quelques unes comme Born to Survive (1-09) une mélodie rythmée formée d’une boucle de violons et de cuivres qui s’intensifie par la suite vers 0 :34 pour se révéler enfin. S’en suit une succession de pauses (avec du piano notamment) puis la musique repart doucement, encore plus fort, s’arrête de nouveau, avant de repartir dans un dernier élan effréné. C’est aussi une chanson, et en anglais s’il vous plaît. On remarque que Shimomura ne sort pas de son style habituel mais arrive à le magnifier de façon certaine dans un feu d’artifices auditif.

 

The Evinos (1-13) a retenu mon attention par son originalité. Si le début s’apparente très fortement à la partie sauvage de Another Side dans Kingdom Hearts Final Mix, il part très vite en crescendo en s’alliant à des chœurs masculins discrets et des violons jusqu’à 1:12  et là c’est l’extase. On ne comprend pas très bien ce qui se passe mais c’est beau, très beau, une mélodie synthétique prend le dessus et monte tel un tourbillon vers les hauteurs, avant de céder la place au côté rythme pur pour mieux refaire surface vers 2:50. Je suis bluffée.

 

Retour à du connu avec Infinite Spiral (2-15) qui ressemble beaucoup au thème entrainant de la Contrée du Départ (le tutorial) dans Kingdom Hearts Birth by Sleep mais sans la flûte et avec la voix sublime d’une cantatrice et des violons déchainés. Que du bon.

 

 

Sound Horizon - Ido e Itaru Mori e Itaru Ido

 

Ido-e-Itaru-Mori-e-Itaru-Ido.jpg

 

Oui je sais je triche, mais ce cas-ci est un peu particulier car dans le tout dernier single du très particulier groupe Sound Horizon (j’en ai déjà parlé donc vous ne pouvez pas ne pas connaître è__é) où se troupe notamment le titre phare Hikari to Yami no Douwa - je mets le clip en lien- (oui c’est normal qu’Hatsune Miku chante aussi 0_o), il y a une petite piste, du nom de Bonus Track qui mérite attention.

 

 

Petite piste qui clôture une histoire fort énigmatique et incomplète de la même manière. Il n’y a pas de chant, juste une triste mélodie au violoncelle bientôt rejointe par des violons, le tout accompagné de bruitages divers. Le but étant d’imaginer le morceau manquant de l’histoire avec la Bonus Track. Ce qui serait intéressant comme exercice c’est de faire un jeu où chacun écouterait le single (avec la traduction des paroles) et essayerait de compléter avec sa propre vision de cette eau qui coule, du galop de cheval, du bruit des vagues, de la forêt, de pas.

 

 

Final Fantasy VII Crisis Core OST

 

Crisis-Core.jpg

 

Je ne sélectionnerai pas énormément de pistes pour cette OST, composé par le talentueux Takeharu Ishimoto, étant donné que pas mal sont des reprises des musiques de FFVII de Nobuo Uematsu (de très belles reprises par ailleurs) et que je n’ai vraiment que deux préférées dans les autres.

 

Wandering in a Sunny Afternoon (1-11) est un excellent thème d’exploration plutôt rock qui part d’une mélodie jouée à la guitare classique avec des petits coups de guitares électriques pour ponctuer le tout. De 1:02 à 1:31 puis de 2:34 à 3:04 il y a un passage que je n’arrive pas à définir mais qui est de toute beauté. Le tout est enjoué, ensoleillé, rock, ça ne ressemble que très peu à une musique de jeu vidéo d’ailleurs.

 

[Il existe une reprise de cette piste par Yoko Shimomura dans Kindgom Hearts Birth by Sleep (voir plus bas) et elle n'est pas mal non plus]

 

Those Who Accept the Protection of the stars (2-19) est encore plus rythmée et encore plus rock. Guitare électrique en furie au programme. Par moments la musique bascule dans une transition déchaînée, on a l’impression qu’elle va toujours plus loin, toujours plus fort. Un grand moment d’intensité.

 

 

Kingdom Hearts - Birth by Sleep “OST”

 

Kingdom-Hearts-Birth-by-Sleep.jpg

 

Oui, encore du Yoko Shimomura, à croire que j’en écoute beaucoup ces temps-ci. Si le jeu Kingdom Hearts Birth by Sleep est bel et bien sorti, aucune OST n’a encore été annoncée (pour 358/2 Days non plus d’ailleurs), ce qui fait qu’il faut pour l’instant se contenter des bouts sans véritable nom que certains joueurs ont extraits. Ce serait quand même bien cruel qu’après autant de bandes originales sorties sur la série des Kingdom Hearts, les deux derniers opus soient en rade quand même, surtout que les nouvelles pistes sont plus qu’écoutables (enfin un peu moins pour le jeu sur DS, la qualité sonore étant moins bonne).

 

Unforgettable, qui apparait donc lors de certains grands combats, est un petit bijou où se mêlent la plainte des violons et un rythme effréné, et lorsque le violon pleure (littéralement) il n’y a plus qu’à s’incliner. C’est un vrai délice que de massacrer du monstre sur une telle musique. Dans la même veine, en plus électronique il y a le thème de combat de Espace Profond (Makaukau) qui est pas mal du tout.

 

Le thème de combat du « Palais des Rêves » (Castle Escapade) a un petit quelque chose que je ne saurais définir et que je trouve charmant, pas tant dans la musique globale qui est assez sympathique mais quelconque, non c’est ce petit motif musical (à la flûte ?) qui est répété tout du long et qui m’obsède. Comme toute la boucle le soutient, c’est dur d’y échapper. De même avec le thème de combat de la Forêt des Nains (Risky Romp) en un peu moins prononcé. Un petit coup de xylophone sur un ensemble agréable mais pas transcendantal et ça fait pourtant presque tout.

 

[Digression : Je trouve que le nouveau thème du Pays Imaginaire colle beaucoup mieux que dans Kingdom Hearts 358/2 Days mais je suis déçue de ne plus retrouver l’ancienne musique (Secret of Neverland), elle était drôlement bien…Oh et si j'étais sadique je vous mettrais la reprise de la très connue chanson It's a Small World (mais si, vous savez, quand vous allez dans l'attraction des poupées à Disneyland Paris et qu'elles se mettent toutes à chanter ça) par ce qu'elle rentre dans la tête mais d'une force  ! ]

 

Et pour conclure en beauté : Enter the darkness est un savant mélange très classique et efficace à la Shimomura, mais ce qui le différencie d’un autre Battle Theme c’est qu’il reprend le motif mélancolique au violon de Ven (qui est une adaptation du thème de Roxas de Kingdom Hearts II) en plein milieu de 1:07 à 1:19, un passage juste sublime et bien pensé. Je note que c’est souvent un motif particulier placé au bon moment dans une piste qui fait sa magie dans cet OST, ce qui est une technique particulièrement redoutable.

 

Edit : l'OST de Kingdom Hearts Birth by Sleep & 3582 Days étant sorti, j'ai modifié le paragraphe afin de coller aux titres officiels et j'ajoute à la liste des pistes incontournables le thème de Terra, The Tumbling, Dismiss ou encore On the Debug court morceau issu de Re:Coded, Hunter of the dark et Forze dell'Oscurita.

 

 

Lord of Vermilion II Original Soundtrack

 

Lord-of-Vermillion.jpg

 

Histoire de garder, sinon le meilleur, du moins un gros morceau pour la fin, je tenais à mettre Lord of Vermilion II un peu à part pour en faire la critique quasi-complète. Comme pour Last Ranker, j’ai surtout bondi sur cet OST à cause de son compositeur, Hitoshi Sakimoto. Ceux qui connaissent le sieur, au moins pour la superbe bande-son de Final Fantasy XII, savent qu’il a un style bien particulier, qui peut parfois tendre à se répéter, mais qu’on repère toujours assez facilement. Eh bien là, changement brusque d’univers. Tout en instaurant cette petite touche qui est la sienne, Sakimoto se renouvelle de façon radicale est surprenante. Il n’y a juste rien à balancer, tout est incroyablement bon !

 

Dawn of Vermilion2 -Opening Theme- (01) est une reprise du thème principal du premier Lord of Vermilion qui avait été compose par Nobuo Uematsu, ça se sent un peu, notamment avec ce faux air d’Advent Children qui traine dans l’air, mais c’est bel et bien cette version là que je préfère : moins bourrine, la piste s’ouvre sur un petit riff de guitare électrique divin avant de monter dans les hauteurs à coup de violons, de cuivres et de percussions.  Lorsque la guitare se refait entendre avec vigueur c’est pour mieux nous achever et nous éblouir. Autant dire que l’OST commence de manière on ne peut plus fracassante.

 

Et on n’a pas le temps de se poser avec le superbe Name Entry (02), tellement entrainant qu’il est difficile de se contenir de bouger sur cette boucle de synthétiseur accompagné de batterie et de guitare électrique qui se déchainent en harmonie, puis échangent à 0:41 contre un petit air jazzy au piano pour mieux revenir nous combler vers 1:10. On m’aurait dit, il y a trois semaines « Tiens écoute ça », j’aurais jamais deviné qu’il s’agissait de Sakimoto tant ça tranche de son style habituel.

 

Combat Preparation (03) a des petits airs de Final Fantasy XII quand même, cette tension angoissante, lourde, ses percussions, le côté orchestral, oui ça nous dit quelque chose, mais le fragment de 0:40 à 0:55 avec ses cœurs lointains est suffisamment convainquant pour qu’on se laisse séduire. The Royal Capital Avalan (04) débute de manière un peu semblable jusqu’à ce qu’un piano survolté s’installe à 0:21, bientôt rejoint par de la guitare électrique furieuse, à partir de là la musique se met à s’élever progressivement en crescendo avec un petit passage de violons et de cuivres qui s’installe vers le milieu de la piste. Et puis tout se calme peu à peu.

 

J’aime un peu moins Aguirre Atoll (05) qui abuse un peu trop de la guitare électrique et de sons synthétiques divers à mon goût mais ça demeure une piste de bonne facture. De même avec Arcania Ruin (06) qui troque un peu trop vite son introduction orchestrale grandiloquente avec le duo très bourrin batterie/guitare électrique que j’apprécie assez peu, heureusement le motif initial revient à la toute fin mais quand même.

 

Petit dépaysement avec Nord Street (07) qui débute par ce qui ressemble à du tam-tam et se poursuite sur de l’orchestral efficace, mêlé de batterie et de trompette avec des occurrences de flûte pas désagréables du tout à l’écoute. Puis s’ajoutent les violons et soudain…c’est le drame. Bon Dieu, quel passage magnifique, de 1:46 à 2:00, où sur le rythme frénétique des percussions se met soudain à crier un violon. On ne s’y attend pas et l’éphémère fragment n’en est que plus beau. Dracovantel (08) est bien plus classique, je ne m’arrêterai pas dessus. Arcania (09) en revanche a du peps et démarre sur ce qui ressemble à du trombone pour continuer dans des influences arabes, le passage de guitare électrique de 0:50 à 1:21 est proprement épique. Un morceau définitivement très original.

 

Non ce n’est pas Masashi Hamauzu qui a fait Hell Court (10) et pourtant l’introduction aurait presque failli nous le faire penser. Pour Ark (11) par contre, il n’y a aucun doute, et ce morceau là est bien plus intéressant de par sa composition : de 0:31 à 0:58 on croirait entendre un orgue jouer une sorte de requiem par-dessus le tempo orchestral des violons, et puis à 1:58 c’est au tour d’une guitare électrique de se manifester un court instant et pendant une poignée de secondes autour de 2:27 instant aussi étrange que joli en compagnie des violons.

 

Si vous connaissez la musique des éons de Final Fantasy XII, Veteran Gallant (12) devrait vous plaire avec son rythme survolté et ses chœurs. Quand ceux-ci se taisent c’est une voix féminine claire qui s’élève dans la mêlée au dessus des cuivres et des percussions. Pas grand-chose de spécial à signaler sur The One at the Summit (13) et Ragnarok (14) mis à part pour ce dernier le passage bien sympathique et assez étrange qui se répète autour de 1:24 et ensuite de 1:57.

 

Heureusement après cela on a un Dragon’s Tomb (15) un peu plus étincelant à se mettre sous la dent avec son atmosphère très pesante mais surtout le très particulier Toy Box (16) composé de dissonances, de rythmes juxtaposés dans un chaos apparent total. Plus qu’une boite de jouets, on croirait avoir ouvert la boite de Pandore menant à l’apocalypse, mais ce n’est encore qu’une mise en bouche de ce que peut être l’enfer. L’enfer il est là, dans le sublime Eternal Garden (17), dans ce tourbillon très rock joins à des chœurs déroutants et inquiétants. Ce jardin éternel serait-il le pandémonium pour cracher auditivement du feu ainsi ? On croit en avoir fini mais non, Eden (18) reprend de plus belle, de manière un peu moins grandiose cependant.

 

Je sèche un peu pour Faux Supreme God (19) bien agréable avec ses effets de choeur, The Temple at the End of World (20) –mention spéciale au passage de 1:30 à 1:48 avec ces voix féminines qui s‘emballent-  The Tower of Black Abyss (21) et son rythme indéfinissable qui me charme, et The Tower of White Flame (22) dont le début ressemble beaucoup au thème du phare de Ridorana dans Final Fantasy XII mais qui part vite dans le crescendo grandiloquent.

 

Heureusement, pour souffler un peu, Sakimoto nous a tout de même concocté une balade Lord of Vermilion 2 (23) qui rappelle beaucoup le style qu’il avait employé dans une des pistes de l’OST de Roméo X Juliet mais en bien plus poussé. La chanteuse fait un travail admirable en nous portant sur ses ailes sur cet air tranquille de violons qui se fait plus doux à mesure qu’avance la piste. On se sent transporté par cette voix aérienne et cette mélodie céleste. Mais déjà le havre de paix se dissipe et il est temps de conclure…par le meilleur bien sûr.

 

 

La dernière piste, Coin (24), est un réalité un grand mix de tous les grands thèmes de l’OST réalisé par aRCaNa et autant vous dire qu’on retrouve les meilleurs morceaux sur un rythme électronique encore plus endiablé. C’est bien simple, s’il n’y a qu’une piste à garder pour découvrir l’OST c’est celle-là, qui offre un aperçu loin d’être négligeable de l’étendue du travail du compositeur.

 


 

J'espère que ce tour d'horizon vous aura permis de découvrir de la bonne musique et ose penser qu'avec tout ce que je viens de déballer il doit y en avoir pour tous les goûts

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alexandre 01/03/2011 11:12


"Non, moi je voulais juste rencontrer mes parents de sang qui m’ont abandonnés sur la Terre à la naissance parce qu’ils ne pouvaient pas s’occuper de moi et aussi parce que l’air de l’Aidès n’est
pas très frais, ce qui est un défaut remarquable pour les nouveau-nés. Quand mon tunnel sera fini il me faudra apprendre à jouer de la lyre sinon maman Perséphone ne me laissera jamais repartir" Oh
la fille de Hadès et de Perséphone en personne ! Je suis honoré =D

"Tu veux dire…la prime que tu n’as pas et que tu essayes d’obtenir sans le diplôme adéquat =D ?" Euuuuuuuh ahem. Bon et bien on va oublier cette histoire je crois xD (je l'aurai un jour, je
l'aurai).


Alexandre 28/02/2011 07:10


"Meuh non voyons, c’est une légende qu’on raconte aux petits enfants pour leur faire peur =O."Vu que ce sont des petits diables, peut-être n'en ont-ils pas peur :D Alors si tu veux atteindre
l'enfer c'est pour le conquérir je suppose. Mais s'il n'existe pas, tu auras fait un gros tunnel pour rien, et sacrifié plein d'esclaves par la même occasion. Remarque tu pourrais trouver une
civilisation qui vit secrètement dans les entrailles de la terre *o*

"Maintenant que tu m’as donné l’idée de me faire payer sûrement pas !" J'ai qu'à payer le cours avec ma prime. Mais si ma prime ! T'as pas déjà oublié quand même :p


Helia 28/02/2011 13:35



« Alors si tu veux atteindre l'enfer c'est pour le conquérir je suppose » = Décidément tu es bien mégalomane je trouve. Non, moi je voulais juste rencontrer mes parents de sang qui
m’ont abandonnés sur la Terre à la naissance parce qu’ils ne pouvaient pas s’occuper de moi et aussi parce que l’air de l’Aidès n’est pas très frais, ce qui est un défaut remarquable pour les
nouveau-nés. Quand mon tunnel sera fini il me faudra apprendre à jouer de la lyre sinon maman Perséphone ne me laissera jamais repartir.


 


« J'ai qu'à payer le cours avec ma prime. Mais si ma prime ! T'as pas déjà oublié quand même :p » = Tu veux dire…la prime que tu n’as pas et que tu essayes d’obetenir sans le diplôme
adéquat =D ?



Alexandre 25/02/2011 19:11


"Et puis qui va me construire mon tunnel vers l'enfer si je n'ai plus de main d'œuvre" Bah l'enfer est à la surface voyons, tout le monde sait ça. A l'Élysée il me semble. On m'a dit que le diable
y réside =D. (oula je vais avoir des problèmes moi, des gros problèmes).

"Mon premier cours a été gratuit mais maintenant que j'y pense, tu as raison, je vais faire payer le prix fort" J'aurais dû en profiter quand ils étaient en solde, quel idiot T.T Un prix de
bienvenue ? :D


Helia 26/02/2011 13:59



« Bah l'enfer est à la surface voyons, tout le monde sait ça » = Meuh non voyons, c’est une légende qu’on raconte aux petits enfants pour leur faire peur  =O.



« Un prix de bienvenue ? :D » = Maintenant  que tu m’as donné l’idée de me faire payer sûrement pas !



Alexandre 25/02/2011 07:43


"Non, vraiment, je ne comprends pas quel genre de signe peut être plus clair" Tu peux aussi libérer les gens dans ta cave que tu gardes pour tes expériences, ils pourront alors témoigner pour
aggraver ta réputation (enfin pour ceux qui ont un cerveau en état de marche ET qui ne demandent pas la mort dès leur libération :D).

"Sinon je donne des cours de Kajiurisme sur msn si ça en intéresse certains :p." Moi ça m'intéresse, mais je crains que tes honoraires soient particulièrement élevés xD


Helia 25/02/2011 14:00




"Tu peux aussi libérer les gens dans ta cave que tu gardes pour tes expériences" = Pour qu'ils me dénoncent aux autorités =O ? Mais ça va pas non ! Et puis qui va me construire mon tunnel vers
l'enfer si je n'ai plus de main d'oeuvre ?

"Moi ça m'intéresse, mais je crains que tes honoraires soient particulièrement élevés" = Mon premier cours a été gratuit mais maintenant que j'y pense, tu as raison, je vais faire payer le
prix  fort =O;



Alexandre 24/02/2011 09:58


"C'est pas la première fois que ça arrive pourtant" Et pas la dernière je le crains ^^" Mais je ferai des efforts.

"Je tiens à garder une certaine humilité (qui me parait être un fondement absolu, malheureusement en voie de disparition de nos jours...)" Je suis parfaitement d'accord.

"Ne me tente pas, pauvre diable ! Si je t'écoute, tu es perdu !" xDDDD Essaye pas de m'effrayer ça marche pas :p

"Et ça me fait penser que j'avais en tête, à un moment, de faire un billet récapitulatif sur les travaux de Yuki Kajiura, histoire que les retardataires se convertissent" Oh ouiiiiii ^^


Helia 24/02/2011 12:26



"Essaye pas de m'effrayer ça marche pas :p" = Mais pourquoi les gens ne me croient jamais quand j'essaye de les prévenir contre ma dangerosité naturelle =O ? Il faut que je fasse quoi pour être
crédible ? Que j'apporte toutes les têtes des gens qui m'ont servis de casse-croûte et dont j'ai conservé le chef pour m'en faire un collier du plus bel effet ? Que je porte les dents des
victimes en boucles d'oreilles ? Que je me maquille les lèvres avec du sang ? Que je cesse d'incinérer les cadavres qui jonchent régulièrement ma chambre ? Non, vraiment, je ne comprends pas quel
genre de signe peut être plus clair =O.

"Oh ouiiiiii ^^" = Ouais sauf que ça va me prendre un temps fou donc ce ne sera pas pour tout de suite je pense. Sinon je donne des cours de Kajiurisme sur msn si ça en intéresse certains :p.



Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories