11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 22:08


En ce moment une publicité est récurrente dans les magazines traitant de japanimation et autres otakueries et il s'agit de la sortie du premier tome d'un nouveau manga signalé comme « un trailer haletant », sorte de cross over entre « Les dix petits nègres et Saw », je parle bien sûr de Doubt de Tonogai Yoshiki ! Ayant toujours été une fan des romans policiers d'Agatha Christie, d'Alice au pays des merveilles et de gore, la couverture aguichante de ce manga me tapait dans l'oeil. Et j'ai fini par craquer.

 

Doubt01.jpg



Vous avez probablement déjà joué à ce jeu de plus en plus célèbre qu'est le loup-garou de Tiercelieu. Rien de plus simple : dès le début chaque joueur se voit remettre une carte qu'il ne doit montrer sous aucun prétexte et c'est cette dernière qui déterminera s'il sera villageois ou loup, les loups ayant pour but d'exterminer les villageois et vice et versa. Imaginez ce jeu familial transposé sur des téléphones portables avec des lapins à la place des villageois et vous obtenez Rabbit Doubt, le dernier jeu à la mode au Japon.Yuu est un des inconditionnels de ce jeu. Lui et quelques autres joueurs ont décidé de se réunir pour faire connaissance et s'amuser un peu. Première étape : le karaoké ! Mais étrangement tout ne se passe pas comme prévu et lorsque Yuu se réveille après avoir été assommé par un inconnu, il est enfermé avec ses camarades dans une sorte d'hôpital désaffecté. Le réveil est on ne peut plus difficile puisqu'ils ont déjà un cadavre sous les bras et un joueur de Rabbit Doubt en plus qui n'avait pas pu se rendre au point de rendez-vous. Que va-t-il pouvoir leur arriver de pire ?


Doubt03.jpg
Le synopsis est alléchant, très alléchant, n'est-ce pas ? Mais concrètement ? Petite présentation du truc et des personnages aussi tiens. Nous avons donc, de gauche à droite en partant du haut : Hajime, le retardataire qu'on ne recontre pas tout de suite, Yuu, le héros, Haruka, la bonasse aux gros seins, Mitsuki, la copine du héros, Rei, la mystérieuse, et Eiji, le délinquant. Le but est simple : ils sont six en tout (même si l'un d'entre eux crève tout de suite), chacun possède un code barre et le bâtiment délabré dans lequel ils se trouvent dispose de portes métalliques verrouillées. Chaque code barre ne peut ouvrir qu'une seule porte, ils doivent donc ruser s'ils veulent pouvoir trouver la sortie de ce labyrinthe morbide. A chaque fois qu'un lapin est mangé par le loup, la victime est retrouvée pendue (retenez bien ça). Je crois que tout a été dit. Commençons déjà par les points positifs.

 


Doubt05.jpg

Doubt est un manga plutôt bien dessiné, les graphismes, sans être extraordinaires, sont très plaisants, les cases ne sont pas surchargés et le tout passe très bien à la lecture. Le scénario comporte quelques retournements de situation bien sentis et on voit bien quand même la ligne de conduite de l'auteur (en clair ça se voit que tout a été mûrement réfléchi).

Doubt02

Le problème ce n'est pas la forme mais bel et bien le fond. Dès le début on sent que l'auteur patauge dans la semoule pour nous présenter les personnages et faire en sorte qu'on s'y attache. Le côté « ouais allons au karaoké » ne me semble pas l'idée la plus judicieuse qui soit. A quoi bon rentrer tout de suite dans le vif du sujet si c'est pour le faire mal ? Je pense qu'on aurait gagné à découvrir les joueurs prisonniers dès le départ (ne se connaissant pas dans la réalité) et à en apprendre petit à petit un peu plus sur leur passé, leur psychologie, le pourquoi qu'ils sont ici au travers de flash-backs ou autres procédés narratifs. Or là, et ce n'est pas un mince défaut, comme ce n'est pas le cas, il est très difficile de s'attacher aux personnages puisqu'ils n'ont aucune profondeur, pire, ce sont des caricatures vivantes !

 

Doubt07.jpg


On a donc Yuu, le mec normal qui a rien demandé, et comme il est le héros et qu'il n'y a aucune focalisation sur les autres tu sais d'avance que ce sera un des derniers debouts. Il se contentera de mener son rôle le mieux qu'il peut jusqu'à la fin, ce qui n'est déjà pas si mal. A ses côtés, on compte Mitsuki, alias la cruche/ou amie d'enfance/potiche qu'il a ramassé par hasard (rayez la mention inutile) qui va pleurer tout le long du truc et qu'il faudra protéger ; Haruka, la garce, et...euh c'est tout puisque l'auteur n'a pas cru bon de lui donner une personnalité, la seule chose qu'on retiendra d'elle sera donc ses boobs gigantesques ; Eiji, le délinquant repenti qu'on sait dès le début que son caractère colérique lui apportera des emmerdes et que ça va mal tourner pour lui ; Rei, la petite chose fragile ET handicapée (pour changer un peu de Mitsuki) ; et pour finir Hajime, le monsieur je-sais-tout apathique du coin, c'est à lui que revient la lourde de tâche de toujours tout expliquer aux autres. C'est réellement difficile de sentir quoi que ce soit en voyant ces personnages là se faire pendre haut et court, Dieu sait combien je m'attache facilement mais là rien, je n'ai rien senti. Ce qui nous amène au deuxième défaut : le scénario.

Doubt04.jpg
Le synopsis est prometteur mais le déroulement est beaucoup moins trépidant que son début. On s'imagine voir les différents protagonistes tourner psychopathes et s'entre-tuer, on nous a même promis beaucoup de sang, mais en fait ça reste très gentillet (à ma plus grande déception....du sang ! du sang ! du sang !) et très conventionnel. L'ambiance est sombre à souhait et là mais les motifs du tueur restent incroyablement flous. Le pire défaut, s'il ne faut en retenir qu'un seul, est le cruel manque d'originalité. Etant une fan invétérée des Hercule Poirot, j'ai lu bon nombre d'enquêtes toutes plus absurdes et incroyables les unes que les autres, avec des meurtriers tellement inventifs que ça en devenait dingue, et là c'est le calme plat. Dès les premières pages et avant même que le jeu ne commence je savais déjà qui serait coupable et qui ne le serait pas. Deux personnes en particulier sont extrêmement suspectes et l'indice que nous fournit l'auteur au tout début est tellement appuyé qu'il n'est pas confortable de faire comme si on n'avait pas compris ce que cela impliquerait. Pour quelqu'un qui n'est pas habitué aux thrillers, ça ne se verra peut être pas beaucoup, pour quelqu'un qui en a déjà une petite expérience, ça sera évident. Une intrigue donc archi convenue avec comme point commun avec les films d'horreur à la Saw le choix de la fin : est-ce que ce sera un happy end, un truc glauque et WTF ou un joyeux mélange des deux ? Doubt est assez malin de ce point de vue là puisqu'il fait croire à l'un pour mieux retomber dans l'autre.

Doubt06.jpg

En conclusion, Doubt n'est pas un mauvais manga, bien au contraire, c'est un bon divertissement, agréable à lire et à suivre, mais malheureusement souffrant d'un gros manque d'originalité dans l'intrigue et dans le choix des personnages qui fait qu'on peine à accrocher à cet univers. En somme, le plus gros problème de Doubt est d'avoir été affiché partout comme un chef d'oeuvre. Faire le rapprochement avec « Les dix petits nègres » (mon Agatha Christie préféré en plus) n'était vraiment pas une bonne idée marketing puisqu'on aura d'avantage tendance à s'imaginer une oeuvre du même gabarit alors que c'est juste un manga sans prétention. Rapide dans son cheminement (seulement quatre tomes), ce sera un tue-temps parfait et une bonne expérience du moment qu'on ne lui demande pas autre chose.

 

Ndla : Depuis, Yoshiki Tonogai a remis le couvert avec Judge

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories