14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 00:05

Restons dans le thème des jeux vidéos mais en abordant cette fois un titre qui fait vraiment figure d’OVNI : Yume Nikki. Entièrement crée par un japonais du nom de Kikiyama à partir de RPG Maker, le jeu a récemment été traduit en français et se trouve facilement (et gratuitement) ici. Pour ceux qui connaissent déjà et voudraient une analyse approfondie de Yume Nikki, je vous invite à lire l'article suivant.

 

Yume-Nikki-012.jpg

 

Il n’y a pas réellement d’histoire dans Yume Nikki. En réalité il n’y a même aucun dialogue ni récit. Ce qui fait que c’est bien souvent au jouer d’interpréter ce qu’il voit et de créer sa propre histoire à partir des éléments donnés. Et ils sont aussi riches que nombreux.

 

Yume-Nikki-001.jpg

 

Vous débutez l’aventure dans la chambre de Madotsuki, l’héroïne. L’espace est clos, étouffant, il n’y a pas grand-chose à y faire. La télévision ne reçoit aucune chaîne et la console ne propose qu’un unique jeu, Nasu, creux et ennuyeux. Dehors, sur le petit balcon, il n’y a rien à faire non plus. Le bureau permet simplement de sauvegarder. Il est également impossible de sortir par la porte pour des raisons mystérieuses, Madotsuki refusant vigoureusement de l’ouvrir si vous essayer de l’approcher. Que faire dans de telles conditions ? Eh bien dormir, c’est la seule manière de s’évader. Une fois dans son lit, Madotsuki est transportée dans le monde des rêves. Vous vous retrouvez dans la même chambre mais la console a disparue et dehors le ciel prend une couleur effrayante. Un son angoissant vous accompagne désormais. Cette fois-ci, vous pouvez ouvrir la porte…

 

Yume-Nikki-002.jpg

 

Vous voilà dans le Nexus. A partir de cet endroit peu rassurant vous avez la possibilité d’accéder à une douzaine de mondes, parfois secrètement reliés entre eux par des chemins tortueux, tous plus étranges et plus malsains les uns que les autres. Certains sont jonchés par des yeux, des bougies, des membres écartelés et mouvants, des fantômes, des illusions, des personnes sans visages, des statues ou des créatures glauques. Vous pouvez vous retrouvez tout à tour dans les ténèbres, dans une forêt, dans le métro, dans des univers multicolores ou cybernétiques, dans un désert blanc aux faux airs de cartoons mal dessinés ou encore dans le très redoutable Red Maze, un immense labyrinthe rouge, voire dans le Teleport Maze, dans lequel il est encore plus délicat de s'orienter.

 

Yume-Nikki-006.jpg

Oui, il faut passer dans la gueule de ce machin pour poursuivre son chemin...

 

Le but du jeu n’est pas ici de tuer des ennemis (d’ailleurs il n’y en a pas vraiment) ou d’accomplir des quêtes mais d’explorer les rêves dérangés de Madotsuki. Vous ne pouvez interagir avec personne, en ce que les créatures que vous croisez sont muettes ou ne lancent que de vagues sons inhumains, mais de temps en temps il arrive qu’un objet ou un fantôme un peu étrange vous donne un « effet » si vous tentez de communiquer avec eux.

 

Yume-Nikki-003.jpg

Le vélo est votre meilleur ami dans ce monde cauchemardesque !

 

Les effets sont des pouvoirs que vous pouvez équiper (un à la fois). Certains sont primordiaux, ainsi la bicyclette (à obtenir d’urgence) vous permet de vous déplacer plus vite, le parapluie d’éteindre le feu, le foulard triangulaire de devenir invisible, le madamaude de revenir au Nexus en cas de pépin (mais en contrepartie Madotsuki a une main à la place du crâne, brr), le couteau de massacrer les habitants des rêves ou le feu de signalisation de stopper le temps. D’autres au contraire, comme les cheveux blonds/longs, le néon ou le buyo-buyo, sont complètement inutiles. Il y a 24 effets en tout et vous devrez souvent vous en servir pour explorer de nouvelles zones.

 

Yume-Nikki-007.jpg

L'effet tête coupée est assez glauque quand même...

 

Les mondes en eux-mêmes sont immenses et déstabilisants. On s’y perd en permanence. Quelques fois on y découvre par hasard quelques secrets qui émettent des hypothèses quant au passé de Madotsuki, dont on ne sait rien. On tourne en rond, on explore. On tombe parfois sur des Toriningens, des créatures un peu particulières. Une Toriningen « saine » est aussi inoffensive que les autres habitants. Mais si elle a des yeux roses-rouges, elle devient enragée et vous poursuit sans relâche. Si elle vous attrape, elle vous téléporte dans une impasse et vous devrez vous réveiller puis retourner dans le monde des rêves afin de poursuivre ce que vous faisiez. A noter qu’une Toriningen « saine » poignardée se transforme en Toriningen « folle ». Il est donc déconseillé de sortir le couteau devant ces bestioles là.

Yume-Nikki-010.jpg

 

Vous pouvez vous réveiller à n’importe quel moment en appuyant sur une touche (ce qui pousse Madotsuki à se pincer) et aller sauvegarder dans votre journal pour retourner ensuite dans le Nexus pour poursuivre l’exploration. Et quand vous en avez assez et que les 24 effets sont rassemblés, il suffira de les larguer dans le Nexus sous forme d’œuf pour déclencher la fin du jeu. Une fin abrupte qui, elle-aussi, vous incite à échafauder les hypothèses les plus folles.

 

Yume-Nikki-009.jpeg

 

Mais Yume Nikki ne se réduit certainement pas à collecter des effets. Les différents mondes regorgent de détails, de petits secrets, d’évènements à découvrir, tel que Uboa (frayeur garantie), Monoko et ses cinq bras (là encore quand on ne s’y attend pas, c’est absolument flippant), Monoe ou le vaisseau qui conduit sur Mars. Parfois, vous pourrez même trouver des lits (le premier étant celui de la chambre de Madotsuki) et basculer dans le rêve dans le rêve où se trouvent encore d’autres choses à découvrir. En réalité il me semble que le jeu n’a d’autre fin que la lassitude du joueur : le fait de se séparer de tous ses effets durement acquis étant le symbole de cet abandon.

 

Yume-Nikki-005.jpg

Eyeball World, charmant n'est-il pas ?

 

Des hypothèses il y en aurait beaucoup à formuler à propos de Yume Nikki. Pour commencer sur Madotsuki elle-même. Nous ne savons rien de son âge (elle pourrait être une enfant, une adolescente ou une jeune adulte, ce qui change tout de même les interprétations qu’on se fait de sa vie) et encore moins de son histoire. Que fait-elle seule dans cette chambre ? Pourquoi refuse-t-elle de sortir ? Pourquoi passe-t-elle son temps à dormir (ce qui trouble totalement toute notion de temporalité) ? Que lui est-il arrivé pour que ses rêves soient dérangés à ce point ? Certains pensent que Madotsuki est une hikikomori, qu’elle fait une dépression. D’autres s’appuient sur le fait qu’il existe des toilettes dans les rêves et qu’elle peut utiliser les toilettes hommes comme les toilettes femmes pour esquisser la possibilité d’un rapport conflictuel avec son sexe (mais là encore, jusqu’à quel point ?). D’autres comptent les personnages comme Monoko, Poniko ou Monoe comme des flashbacks, des réminiscences de personnes décédées ou non que Madotsuki aurait connu. Il n’y a jamais rien de certain. C’est bel et bien au joueur d’inventer sa propre histoire à partir de tous ces éléments disséminés ça et là.

 

Yume-Nikki-004.jpg

 

Evidemment, Yume Nikki étant conçu via RPG Maker, il est graphiquement assez simple et concurrence difficilement la plupart des jeux actuels, mais il possède un certain charme visuel. On voit bien que cela a demandé un gros travail et Yume Nikki dégage une ambiance certaine, angoissante et prenante. Du point de vue de la gestion des bruitages, on croirait avoir avoir à faire à un Serial Experiments Lain du jeu vidéo (sur plusieurs niveaux en fait, mais je n'en dirais pas plus) : ça regorge de petits sons partout. Quand vous parlez à une créature, que vous marchez dans le monde musical, que vous testez le piano du vaisseau spatial ou juste quand vous changez d’endroits, il y a tout un tas de petites musiques, généralement de courtes boucles sonores, qui participent à cette ambiance si particulière. C’est glauque, malsain, et les cris des être poignardés à coup de couteau sont brefs mais suffisamment déchirants pour vous ôtez l’envie de tuer tout ce qui bouge (sauf si vous êtes psychopathe, mais dans ce cas, vos rêves à vous doivent être tout aussi sympathiques =D).

 

Yume-Nikki-008.jpg

 

En conclusion, Yume Nikki est un jeu très particulier qui ne plaira certainement pas à tout le monde (vu qu’il s’agit d’explorer en permanence) mais qu’il faut vraiment tester, au moins pour voir. Ce n’est plus tant un « jeu » dans ce qu’il a de ludique qu'une expérience à vivre. Madotsuki vous invite dans ses cauchemars, à vous de la suivre dans cette plongée suffocante et fascinante pour démêler qui elle est vraiment. Pour ne pas trop rendre l’exploration fastidieuse, je vous conseille de commencer par parcourir les mondes par vous-mêmes, puis, dès que vous en avez un peu marre, de jeter un coup d’œil à la FAQ (très bien faite, j’ose à peine imaginer en combien de temps ils ont pu trouver tout cela) et de poursuivre de manière plus guidée.

 

Yume-Nikki-011.png

  Je crois que ce fan art résume parfaitement le monde de Madotsuki !

 

Si vous êtes amateurs d’étrange, de glauque ou de tout ce qui touche à l’onirisme, Yume Nikki est le jeu idéal et vous laissera songeur encore longtemps après l’avoir fini. A tester de nuit, le son à fond pour un effet encore plus dévastateur (mais gare à la crise cardiaque, surtout avec Monoko et Uboa).

 

Yume-Nikki-013.jpg

 

Il semblerait qu’une grosse communauté de fans tente de donner des suites à cette œuvre mais pour l’instant aucune n’est véritablement aboutie ou ne se démarque des autres. Si quelqu’un arrive à capturer l’essence de Yume Nikki en poussant l’expérience encore plus loin, je crois qu’on aura le jeu du siècle.

En parlant de fangames, si Yume Nikki vous a plus, il y a de fortes chances pour que .flow vous plaise aussi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Clovis Simard 23/09/2012 22:45

Blog(fermaton.over-blog.com)No.3- THÉORÈME ILLUSOIRE. - Le temps de la sagesse.

UNtype 05/02/2012 18:16

Il s'agit de deux image trouvé sur Deviantart...

la premiére est de "Leggyre"
http://dl.dropbox.com/u/46896775/yume_nikki___chain_of_dreams_by_leggyre-d3aiyj3.png


La deuxième est de "neuroid":
http://dl.dropbox.com/u/46896775/endgame_by_neuroid-d3b3d83.jpg

Si il s'agit de lien Dopbox, c'est juste car mes lien Deviantart bug en général.

Helia 06/02/2012 23:40



En effet, elles sont sympas ces images ^^.



UNtype 05/02/2012 00:17

Yume Nikki.. Un vaste sujet... Ce jeu ma comme qui dirait traumatisé (je ne touche plus au interrupteur) mais, il reste quellque chose de grand a mes yeux, j'avais trouver deux images que je juges
magnifiques, chacune dans leur style, l'une reflétant la solitude de l'héroïne, l'autre...UN drôle de Wtf!
Si vous le voulez, je peux les poster.

Helia 05/02/2012 12:41



« Ce jeu m’a, comme qui dirait, traumatisé (je ne touche plus aux interrupteurs) » = Qui est-ce que Yume Nikki n’a pas traumatisé 8D ? Je crois que c’est le but non avoué du jeu,
donner des cauchemars à tout le monde.


 


« J'avais trouvé deux images que je juges magnifiques, chacune dans leur style, l'une reflétant la solitude de l'héroïne, l'autre...wtf! Si vous le voulez, je peux les poster » = Poster
les liens d’où elles se trouvent ? Pourquoi pas, du moment que c’est safe for work.



Alexandre 08/03/2011 07:18


.flow a vraiment l'air intéressant =)
J'ai été voir une vidéo et c'est amusant la ressemblance de la chambre et du balcon avec ceux de Yume nikki.

Le fait que .flow soit plus orienté horreur me refroidit un peu, mais bon je pense que c'est à essayer malgré tout :)


OuaF 03/03/2011 22:48


Oui, j'avoue, j'ai sans doute fait un peu dans le mélo pour le côté "pas de réactions francophones sur YN", j'avais vu l'article sur Oniromancie il y a quelques temps je crois... d'un côté comme je
le disais ça fait un bout de temps que je suis ce jeu, quand il n'existait encore qu'en anglais, donc à ce moment-là, trouver des fans français était obligatoirement moins aisé o/ j'abuse sans
doute un peu, mais c'est surtout que je regrette parfois de n'avoir aucune communauté genre forum etc où en parler en français, huhu. Je devrais essayer de refaire marcher le jeu quand même, ça me
manque parfois de ne pas pouvoir y rejouer. Mais ravi que tu aie trouvé ma formulation poétique :p

Pour ce qui est de .flow, le principal problème (qui est le même pour tous les fangames japonais) c'est que l'installation est fastidieuse parce qu'il faut changer la langue du PC sinon le jeu
refuse de démarrer (ou alors utiliser Applocale... ou je sais plus, j'ai oublié le nom exact (fail)) et puis après, il faut y jouer en japonais mais pour un jeu comme ça ça ne dérange pas vraiment
(même si j'avoue avoir galéré parfois pour me rappeler quelle option correspond à "effets" dans l'interface du menu. idem pour les effets, des fois il m'a fallu en essayer trois avant de trouver le
bon, mais au bout d'un moment tu reconnais les noms quand même...) .flow appuie plus sur le côté "horreur" de Yume Nikki, il est plus glauque et sanglant avec une atmosphère très présente. Je
n'aime pas autant 2kki qui est plus impersonnel puisque fait par plusieurs personnes, et surtout IMMENSE ce qui me rebute pas mal moi qui suis sous-doué pour ce qui est de me repérer et réussir à
accéder à des sous-mondes cachés ou quoi...

Comme la plupart des fangames sinon tous .flow n'est pas terminé. Il y a une version anglaise traduite par un grand fan du jeu mais je crois qu'elle ne va pas jusqu'à la dernière version, ici:
http://loda.jp/yume2kki/?id=322 Quant à la dernière version en japonais, je ne saurais pas te dire où elle se trouve, j'ai un peu de mal vu qu'il y a plusieurs sites apparemment et je n'ai pas le
courage de me faire toutes les pages de /fg/ pour le retrouver ce soir... Si tu veux voir des vidéos, Crossmirage sur YouTube en a beaucoup et elles sont vraiment bien. Elles présentent des
endroits du jeu et où trouver des effets, ce genre de choses.

Sur ce, j'ai vu que tu avais un autre article sur YN, je vais aller le lire aussi. :)


Helia 04/03/2011 00:29



« j'abuse sans doute un peu, mais c'est surtout que je regrette parfois de n'avoir aucune communauté genre forum etc où en parler en français, huhu » = Mmm, maintenant que tu le dis, ça
ne serait pas bête d’entamer un topic sur Yume Nikki dans un forum orienté vers les jeux vidéos, ça permettrait de convertir une communauté à défaut d’en avoir une à la base ^^.


 


Arg, si .flow est uniquement en japonais c’est bien dommage =/ (vu les soucis que j’ai déjà avec mon PC en matière de VNs j’imagine même pas le casse-tête que ça va donner…). Je testerai bien la
version anglaise par contre, même si elle ne va pas jusqu’au bout. J’irais voir une vidéo de .flow dès que j’en aurais l’occasion, c’est peut-être une formidable découverte qui s‘annonce =D.



Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories