20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 15:50

« Hi Miss Alice, what kind of dreams do you see with your eyes of glass ? »  Still Doll (Kanon Wakeshima)

 

J’ai toujours été une grande fan de l’œuvre de Lewis Carrol, je crois que vous l’aurez vite deviné suite à mon billet sur American McGee Alice, aussi ai-je la fâcheuse tendance à être très attirée par toutes ses itérations (un véritable appeau à Helia). Comme il existe plusieurs visual novel sur le sujet (la série des Heart no Kuni no Alice ~Wonderful Wonder World~ de laquelle sont sortis plusieurs mangas, Alice♥Parade ~Futari no Alice to Fushigi no Otometachi~ illustré par Noizi Ito, Forest de la compagnie Liar Soft, Are you Alice ? ), j’ai donc longtemps caressé l’espoir de réaliser une analyse comparative de ces jeux, mais aucun ne semble pour l’instant traduit en anglais. Qu’à cela ne tienne, j’ai un dernier atout dans la manche, un petit visual novel développé par le groupe doujin Bouquet en 2008 : Tokyo Alice.

 

top.jpg

 

Tokyo, de nos jours. Il fait chaud cet après-midi là, beaucoup trop chaud. Outa revient de l’école en courant ; sa voisine et amie d’enfance, Arisu, n’est pas venue en cours depuis trois jours alors que c’est la période des examens et il s’inquiète pour elle (Arisu serait-elle malade ?). Alors qu’il se dirige vers l’appartement où elle vit pour la secouer un peu, Outa croise la jeune fille vêtue d’une robe à froufrous étrange. En essayant de la rattraper, il est aspiré dans un univers inconnu : le pays des merveilles. Afin de la ramener dans la réalité, il faudra découvrir ce qui est arrivé à Arisu en explorant ce monde fantasmagorique issu de ses rêves et de ses désillusions. Mais existe-t-il bien une sortie ?

 

Ce jardin de roses

Pour un visual novel réalisé avec peu de budget, Tokyo Alice s’en sort avec les honneurs. L’interface est soignée, dans des tons rappelant un échiquier, et propose les fonctionnalités de base (même si on regrettera l’absence d’une galerie CG et d’un jukebox) avec une certaine personnalisation, ce qui est toujours appréciable. Ici, nulle paper-doll, mais un ingénieux système de portrait : la carte que vous voyez à gauche contient l’image du personnage qui prend la parole et tourne à chaque changement d’expression ou de prise de parole par un autre personnage. A noter qu’elle reste face cachée lors des passages de narration pure. L’avantage est que cela tranche du coup beaucoup moins avec les backgrounds qui sont des photographies. J’avoue que cela m’a au départ un peu inquiétée, mais au final ce n’est pas déplaisant dans le sens où le pays des merveilles est représenté sous la forme d’un parc enchanteur (le genre d’endroit ensoleillé et fleuri où tu voudrais passer ton dimanche en famille). Et Tokyo est représenté par...ben Tokyo, pas d’incohérence de ce côté-là. Certes il y a quelques scènes qui coincent un peu (la place du marché représentée par un truc qui n’a rien à voir, genre j’ai l’impression que la photo a été prise devant mon garage) mais globalement on n’y fait plus trop attention au bout d’un moment et certaines parties de ce parc sont vraiment à tomber. Assez pour te donner envie de passer de l’autre côté de l’écran, je trouve. Le jeu contient très peu d’event CG mais ces dernières sont plutôt jolies même si imparfaites donc rien à dire sur ce point-là.

 

Au niveau sonore, encore une fois c’est plus que correct. Bruitages et musiques ont été piochés sur des sites spécialisés donc la qualité n’est pas transcendante mais chaque piste colle admirablement bien à l’ambiance générale sans être prise de tête. On remarquera notamment le morceau à l’accordéon qui illustre à merveille la folie enthousiaste qui saisit les habitants du pays des merveilles et, surtout, l’air d’une boîte à musique qui s’accélère dans une course infernale pour se muer en une magnifique mélodie inquiétante à souhait.

 

Tokyo-Alice-001.jpg

 

The uninformed must improve their deficit or die

Maintenant, qu’en est-il du scénario ? Car, bien évidemment, l’univers de Lewis Carrol est à double tranchant : ses récits sont universels, et comme on en voit des variations partout, au final il est de plus en plus difficile d’évoquer le sujet en apportant quelque chose de nouveau. Sur ce point, Tokyo Alice semble de prime abord parfaitement peu inventif : Outa est catapulté comme par magie au pays des merveilles, qu’on lui désigne comme un rêve d’Arisu, et sa mission est de retourner dans la réalité. Ensemble. Sauf que tout n’est certainement pas aussi simple et qu’Outa a la mémoire bien courte...

 

Pour commencer, le visual novel est truffé de bad end vicieuses dans le sens où, la plupart du temps, c’est le choix le plus raisonnable qui se révélera le plus désastreux (la 1e option, vraisemblablement). Le jeu semble d’autant plus vous narguer qu’après avoir répéter ce motif plusieurs fois, il n’hésitera pas à retourner sa veste de temps à autre pour mieux vous plonger dans la confusion. Ou alors il se moquera clairement de votre pomme : j’en prends pour témoin le second chapitre, lorsqu’on nous demande de choisir qui du Chapelier Fou ou du Lièvre de Mars recevra notre humble visite. Outa réfléchit profondément, ajoutant que ce sera sans doute déterminant dans sa progression, il y a un peu de tension, eu égard à votre dernière bad end, mais si vous avez avidement lu le livre, vous savez parfaitement que les deux lurons prennent toujours le thé ensemble et que vous finirez invariablement par les rencontrer tous les deux. Ce petit jeu sied d’autant mieux à l’illogisme du pays des merveilles qu’il n’est clairement pas inutile. En effet, vous DEVEZ mourir le plus régulièrement possible si vous espérez débloquer l’épilogue en fin de course. Car à chaque faux pas apparaîtra le chat du Chester avec son éternel sourire de psychopathe complètement trognon, c’est un de vos alliés et il vous guidera en expliquant exactement où vous avez échoué et ce qu’il aurait mieux valu faire. Il est nécessaire d’avoir assisté à chacune de ces entrevues mais je préciserai pourquoi plus loin. Toujours est-il que la séquence du chat du Chester est absolument adorable. Son design est à la fois rigoureusement similaire à celui pensé originellement par John Tenniel (l’illustrateur officiel) et sensiblement moins effrayant (le chat de Tenniel a l’air de vouloir vous dévorer), la teinte violette semblant être héritée de Disney.

 

Tokyo-Alice-003.jpg

 

I only take tea with friends

Ce qu’il y a de bien avec Tokyo Alice c’est qu’il retrace fidèlement l’ambiance du livre à sa manière et en l’adaptant à certains traits de la « culture » japonaise. Le pays des merveilles regorge de personnages absurdes et attachants (justement parce qu’ils sont tous fêlés) qui mèneront la vie dure à ce réaliste d’Outa, toujours prompt à lancer des remarques acides. La sensation est étrangement similaire au plaisir qu’on a en retrouvant de vieux amis perdus de vue. Sensation exacerbée par les nombreuses références implicites. Il n’y a pas grand-chose à dire concernant ces figures connues de tous sinon qu’elles n’ont pas pris une ride.

 

Mais évidemment les habitants du pays de merveilles font, en somme, partie de ce paysage, les vrais protagonistes sont ailleurs. Mis à part le couple principal Outa/Arisu, on ne comptera que Clo, un petit lapin noir qui vous sert de guide, l’animal de compagnie de la jeune fille ayant atterri là on ne sait trop comment (et dans une moindre mesure la duchesse, ressemblant trait pour trait à la mère d’Arisu) comme « nouvel arrivant ». De ce fait, cela évite de s’éparpiller en demeurant toujours centré sur la relation qui unit les deux amis, une relation pas si évidente que cela à décrypter dans le sens où Arisu ne cesse de se dérober à toute interprétation pendant une bonne partie du voyage. Mais quand elle se révèle enfin, on ne peut que partager son dilemme, son envie d’évasion, ou plutôt son envie d’être Alice. En effet, Arisu et Alice sont deux personnes différentes.

 

Tokyo-Alice-004.jpg

 

Les deux Alice

Le jeu de mots japonais est difficile à traduire mais le concept reste relativement simple et c’est sur cela que se base l’intégralité de l’histoire : Arisu n’est pas et ne sera jamais l’héroïne de Lewis Carrol. Elle a hérité de ce nom de sa mère, admiratrice du livre éponyme, et elle-même est devenue fan d’Alice au Pays des Merveilles dès l’enfance au point de vouloir devenir Alice et d’être obsédée par l’idée d’échapper à la monotonie de la réalité par un rêve qui serait à la fois doux et cruel, un rêve qui serait sien. Aussi, dès que Outa la voit attifée de cette robe de conte de fée, elle exigera d’être appelée « Alice », comme pour gommer définitivement toute trace de la jeune fille réelle au profit de la figure fantasmée.  D’où le poème qui sert souvent de synopsis au VN :  

« Hey, Alice. Don't you regret it ? Hey, Alice. Don't you miss it ? Hey, Alice. Don't you wish you could return to that land ? Hey, Alice »

En ce sens, Tokyo Alice n’est plus tant une énième variation de Lewis Carrol que la triste histoire d’une adolescente perdue qui voudrait simplement se réfugier dans ses rêves comme le faisait autrefois l’héroïne du roman.

 

D’ailleurs, en un sens, on peut considérer qu’Arisu n’est même pas la Alice de son propre pays des merveilles car, comme elle le dit si bien, la vraie Alice est censée être un « outsider », un élément étranger égaré là par hasard. Or, ce rôle n’est-il pas justement dévolu à Outa ? Il est celui qui erre à travers le parc en quête d’une sortie. Arisu, elle, voulait être un habitant comme un autre du pays des merveilles, et pour cela, elle s’est arrogé un rôle finalement évident (d’autant plus quand on connaît la fin d’Alice de l’autre côté du miroir) puisqu’il s’agit de l’autre côté de la pièce. Je ne sais pas si c’est un spoil de l’avouer puisqu’on le découvre à la moitié de l’aventure mais je préviens quand-même ceux qui voudraient se préserver la surprise. Le véritable rôle d’Arisu est, bien sûr [léger spoil] la reine de cœur[léger spoil]. C’est bien normal quand on sait qu’elle a tout pouvoir sur cet univers né de son imagination. 

 

Tokyo-Alice-002.jpg

 

"That way" "This way" "Here" "Dead end" "There" "Wrong way" "Take this path" "Everywhere" "Nowhere"

Je n’ai fait qu’effleurer l’intrigue de Tokio Alice pour ménager les lecteurs puisque, comme je l’avais annoncé dès le début, il y a un « twist » derrière la façade joyeuse du pays des merveilles. Cette révélation est déjà préparée par énormément de petits détails situés dans les conversations badines des personnages loufoques, mais elle est parfaitement développée et touche droit au cœur. Arisu n’est qu’une jeune fille ordinaire, quoiqu’un peu rêveuse, mais on ne peut pas s’empêcher de ressentir de l’empathie par rapport à son schéma de pensée, sa difficulté à évacuer la douleur et à surmonter la solitude. Les larmes sont donc de sortie.

 

Un dernier point avant de conclure, mais les plus attentifs auront remarqué que dès l’introduction une petite phrase nous prévient qu’il est possible d’obtenir un « happy end ». Il est facile d’oublier cette mention sibylline, pourtant c’est un indice non négligeable. Il se trouve qu’après avoir complété le visual novel une première fois (ce qui doit prendre 2h au bas mot) un jeu de memory de 14 cartes est disponible dans le menu. Il n’est pas très difficile mais la silhouette d’Arisu apparaît comme une ombre, ce qui est légèrement intriguant. C’est qu’en réalité il existe un second jeu de memory, de 50 cartes cette fois (où Arisu sera visible normalement) uniquement déblocable après avoir complété le VN à 100%, c'est-à-dire avoir visionné toutes les bad end (les conseils du chat du Chester donc) et tous les embranchements possibles. Ce nouveau memory est bien plus difficile (avec un temps très limité) et permet d’accéder à quelques lignes supplémentaires, faisant office d’épilogue à l’histoire (on y apprend notamment des choses très intéressantes quant au sort de certains personnages). Ce qui est affreusement ironique là-dessous c’est que dans une des bad end, Arisu condamne Outa à jouer au memory jusqu’à la fin de ses jours, enfin toute la nuit...et c’est exactement ce qui va arriver au joueur soucieux d’accéder à ce fichu épilogue. Quand je vous disais que les concepteurs prenaient un malin plaisir à vous narguer !

 

Tokyo-Alice-005.jpg

 

 

En conclusion, Tokyo Alice est un visual novel qui mérite davantage à être connu. Derrière des prémices assez simplistes, il parvient à nous livrer une vision finalement très réaliste de l’univers déjanté de Lewis Carrol en le liant fermement à notre monde contemporain et à ses travers. S’y mélange à la fois la nostalgie chère aux aficionados du livre et une belle intelligence dans la construction de l’intrigue avec des jeux de miroir constants. Définitivement une version d’Alice au Pays des Merveilles intéressante.

 

A noter que malgré la difficulté que comportait la présence de nombreux jeux de mots en japonais, la traduction anglaise ne s’en est, à mon sens, pas trop mal sortie. Je sais qu’il existe également une version française mais je n’y ai pas touché donc j’ignore ce qu’elle vaut, si certains préfèrent bouder la langue de Shakespeare, je serais ravie d’entendre leur avis sur cette traduction.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sakura 10/03/2013 19:06

Hé bien j'ai beaucoup aimé ce VN j'ai quand terminer le jeu sans mourir et avoir la good ending du premier coup o.o "(sa m'as beaucoup surprise !) Je le recommanderais a mes amis ^^

Helia 31/03/2013 15:58



Tu as eu la bonne fin du 1e coup ? Tu n’es pas la 1e à me dire ça, je vais commencer à croire que c’est moi qui ne suis pas douée du tout X’D. Tu as essayé de lire
l’épilogue aussi ?



MKS 22/01/2012 13:29

Coucou!
Je viens de commencer le jeu (et je suis morte au premier choix, comme tu disais que "les plus raisonnables étaient souvent les plus désastreux".... %D) et donc je me posais une question:
Tu saurais ou trouver l'OST par hasard? Parce qu'elle m'a l'air vraiment chouette *_*

Helia 22/01/2012 21:58



« je suis morte au premier choix, comme tu disais que "les plus raisonnables étaient souvent les plus désastreux".... %D » = Il est vicieux celui-là, hein =) ?

« Tu saurais ou trouver l'OST par hasard? Parce qu'elle m'a l'air vraiment chouette » = Malheureusement j’ai essayé et j’ai fait choux blanc. Le problème c’est que les pistes utilisées dans Tokyo
Alice sont des musiques libres disponibles sur des sites japonais (tu vois leurs noms dans les crédits). Comme les titres ne sont jamais donnés, tu es obligé de te rendre sur les dits-sites et de
fouiller toi-même. Et quand on ne sait pas lire les caractères japonais, ça devient vite mission impossible =x. Mais tu peux essayer quand-même si tu en as envie, tu seras peut-être plus patiente
que moi...



Gen' 02/01/2012 10:14

"Exactement. M’est avis que sera la partie la plus compliquée de la production, je pense déjà à des stratégies pour simplifier les choses."

Photographie retouchée ? Si c'est la solution de facilité par excellence, je trouve souvent les résultats très corrects. L'avantage, c'est qu'on peut faire les photos soit-même pour avoir un
résultat correct, ême s'il faut avoir les bons décors à portée de main.

Ma petite équipe pour la trad de Cradle Song commence à ressembler à quelque chose oui, j'ai déjà tout ce qu'il faut sous la main en terme de script et d'outils, j'espère qu'on pourra se lancer
dans le gros du travail dès la semaine prochaine. Je recrute toujours des relecteurs éventuels d'ailleurs, mais je vais peut-être éviter de démarcher ici, ce ne serait pas bien joli même si on ne
cherche pas les mêmes personnes X)

Helia 02/01/2012 17:32



La photographie retouchée c’est impossible. Pour plusieurs raisons. La moindre serait « La ville que j’ai en tête est complètement imaginaire, comment vais-je trouver des endroits susceptibles de
la représenter ? » (En sachant que la maison Caligula est inspirée d’une vraie ferme appartenant à une ancienne amie à qui je n’ai pas parlé depuis des années, je fais quoi ? je m’introduis chez
elle par effraction avec un appareil photo chouré à un passant ?). La plus sérieuse étant « Bonté divine, comment veux-tu que je représente la partie qui se déroule sur une autre planète et dans
l’espace =/ ? ». Bé oui, le fantastique a ses défauts... Si tu as un éclair de génie pour moi, je ne dis pas non, mais je crains que je ne puisse que me diriger vers des backgrounds dessinés.

« Ma petite équipe pour la trad de Cradle Song commence à ressembler à quelque chose oui, j'ai déjà tout ce qu'il faut sous la main en terme de script et d'outils, j'espère qu'on pourra se lancer
dans le gros du travail dès la semaine prochaine » = Eh bien, cela fait plaisir à entendre, j’attends de voir le résultat avec impatience ^^. J’imagine que les fêtes de fin d’année vous auront
ralenti en plus, non ?

« Je recrute toujours des relecteurs éventuels d'ailleurs, mais je vais peut-être éviter de démarcher ici, ce ne serait pas bien joli même si on ne cherche pas les mêmes personnes » = Oh, mais tu
peux...seulement ce sera certainement plus efficace sur l’article approprié concernant Milk. Je crains que peu de monde ne lise mon billet au sujet de Tokyo Alice, surtout autant de semaines
après sa publication :p.



Hitode 24/12/2011 16:01

EN PRINCIPE, j'ai tous les personnages qui sont apparu, à coup sûr j'ai dû rater une option un peu obscur, donc, au pire, je me choperais une sauvegarde du jeu si j'arrive pas à le terminer avant
la fin des vacances d'hiver !

"Et si tu veux te forger une culture en la matière, n’hésite pas à taper dans de plus gros visual novel"
Le problème, c'est que je suis assez difficile, j'ai peur de jouer à Saya no Uta parce que je suis une petite nature et je suis pas vraiment tenter à jouer à un eroge. Enfin c'est pas les scènes de
fesses qui me gênent, je peux vivre avec, c'est juste que si je veux jouer à un VN, je le fais pour le scénario, pas pour le porno. Pour l'instant, je fais Fate/Stay Night et je pense qu'une fois
que je l'aurais terminé, je ferais ENFIN Clannad ( Fûko, serious business ), mais mise à part ces deux-là, au final, je suis assez paumé...

"Mmm, peut-être que c’est juste moi mais je trouvais que Tokyo Alice nous incitait à faire des choix qui défient la logique et je suis très attachée à ma logique, du coup il est fort probable que
tu aies été plus « docile » en te laissant guider par le mode de pensée qu’on t’imposait."
Oui je crois que c'est ça, j'arrive au final presque à comprendre la logique du jeu et m'adapter. Mais sinon, j'imagine qu'une personne "normale" aurait au moins rencontré une fois le chat du
Chester. Et pour en revenir à l’intersection « Impasse » « Piège », je l'ai presque trouvé logique, un piège est par définition là pour te... piéger ( merci captain obvious )... enfin je sais pas
si tu vois ce que je veux dire xD...

Helia 27/12/2011 23:10



« EN PRINCIPE, j'ai tous les personnages qui sont apparus, à coup sûr j'ai dû rater une option un peu obscure, donc, au pire, je me choperais une sauvegarde du jeu si j'arrive pas à le
terminer avant la fin des vacances d'hiver ! » = Ce serait un peu dommage de s’en remettre à une sauvegarde quand-même.



« Le problème, c'est que je suis assez difficile » = Tu as essayé Narcissu 1 & 2 ? C’est gratuit, traduit en français, y a pas de scènes de sexe et c’est très émouvant. Et puis
des eroge avec un scénario solide, il y en a pléthore, il faut juste savoir les trouver ;).


(VNDB est ton ami)


 


« Mais sinon, j'imagine qu'une personne "normale" aurait au moins rencontré une fois le chat du Chester » = Euh, je ne suis pas « normale », merci =/. Cela veut dire quoi
exactement comme phrase ? Qu’il y aurait une frontière qui séparerait ceux qui s’adaptent à la logique du jeu des autres ?


 


« Et pour en revenir à l’intersection « Impasse » « Piège », je l'ai presque trouvé logique, un piège est par définition là pour te... piéger » = Ouais mais une impasse c’est un chemin
d’où tu peux pas sortir. Un piège, tu peux l’éviter, une impasse ça restera toujours une impasse. Du coup, même si c’était foireux, je voulais voir si on pouvait ruser mais le piège était très
particulier. Et si tu y vas avec Miss Carreau, l’impasse te rapportera des emmerdes quand-même X).



Hitode 20/12/2011 13:11

C'est bon, j'ai terminé Tokyo Alice. Enfin presque, j'ai pas réussi à débloquer l'épilogue, alors que j'ai sacrifié toute une journée à refaire tous les choix de tous les chapitres et refaire le
jeu de carte, je commence à désespérer un peu, mais je vais pas abandonner aussi facilement !

Personnellement, en tant que néophyte niveau VN, j'ai vraiment apprécié Tokyo Alice et j'ai pas pu m'empêcher à verser une petite larme à la fin, petite nature que je suis.

Par contre, au final, c'est peut-être moi qui ait l'esprit un peu tordu, mais j'ai trouvé les choix à faire dans le VN presque logique à faire, pour peu qu'on garde bien en mémoire les conseils que
nous donnent Clo et certains des membres du pays des merveilles. Dans ma première partie, j'ai même pas vu le chat du Chester en ayant une bad end.

Du coup, ça m'a donné envie de relire l’œuvre originale, ça fait longtemps que je l'ai plus lu.

Helia 21/12/2011 20:48



« j'ai pas réussi à débloquer l'épilogue, alors que j'ai sacrifié toute une journée à refaire tous les choix de tous les chapitres et refaire le jeu de carte, je commence à désespérer un
peu, mais je vais pas abandonner aussi facilement » = L’épilogue est un peu retors à obtenir mais rien de très compliqué. Il suffit de vraiment prendre toutes les combinaisons possibles
(tous les personnages doivent apparaître dans le chapitre final, si ça peut te donner un indice)...et de finir le Mémo à 50 cartes. Il m’aurait donné du mal celui-là.



« Personnellement, en tant que néophyte niveau VN, j'ai vraiment apprécié Tokyo Alice et j'ai pas pu m'empêcher à verser une petite larme à la fin, petite nature que je suis » = Bah,
j’ai pleuré aussi, tu sais. Le VN est assez simplet mais il reste très sympathique. Et si tu veux te forger une culture en la matière, n’hésite pas à taper dans de plus gros visual novel (même si
c’est chronophage), je suis sûre qu’il en y a qui te plairont ^^.


 


« c'est peut-être moi qui ait l'esprit un peu tordu, mais j'ai trouvé les choix à faire dans le VN presque logique à faire, pour peu qu'on garde bien en mémoire les conseils que nous donnent
Clo et certains des membres du pays des merveilles. Dans ma première partie, j'ai même pas vu le chat du Chester en ayant une bad end » = What, même pas une seule fois le chat du Chester
0_o ? C’est un peu triste pour l’expérience de jeu ça... Mmm, peut-être que c’est juste moi mais je trouvais que Tokyo Alice nous incitait à faire des choix qui défient la logique et je suis
très attachée à ma logique, du coup il est fort probable que tu aies été plus « docile » en te laissant guider par le mode de pensée qu’on t’imposait. Ça plus la curiosité
(l’intersection « Impasse » « Piège » m’a paru sadique).



Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories