31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 07:00

Littérature

 

Yaël Vitkine

(née en 1935)

Yaël Vitkine voit le jour dans les coulisses lors d’une représentation où ses parents, tous deux comédiens, ont tenus à rester jusqu’au bout. Elle prend pourtant très vite le théâtre en horreur et répond « Plutôt crever ! » à ses géniteurs quand ceux-ci lui proposent de rejoindre leur troupe avant de couper les ponts et de s’installer à New York. « Yaël, qui n’a jamais cessé d’écrire, achève son premier roman en 1963. Elle envoie les manuscrits à de nombreux éditeurs, qui le refusent les uns après les autres. Jusqu’à ce qu’elle décroche enfin un rendez-vous.

Une fois dans le bureau du directeur littéraire, elle manque de défaillir en entendant son verdict : Chère petite Madame, un roman dialogué de la première à la dernière ligne, sans aucune description, chez nous, ça s’appelle du théâtre ! […]

Yaël accepte alors, enfin, d’être ce qu’elle est : une dramaturge. »

 

Elle garde tout de même une certaine réserve et signe ses pièces du pseudonyme de Sam Green, sous lequel elle connaît un grand succès. Mais tout bascule lorsque ses parents adaptent sa dernière œuvre et demandent à la rencontrer. « Yaël, qui a su leur dissimuler cette part de son existence, ne peut plus éviter la confrontation ; elle se rend à Tel-Aviv et révèle la vérité à ses parents qui, totalement incrédules, refusent de quitter l’aéroport, persistant à vouloir attendre Sam Green. Quatre heures plus tard, après que leur fille eut déballé toutes sortes de preuves sur le carrelage de l’aéroport, ils éclatent en sanglot, avant de changer d’avis et de danser une hora ».


Extrait :

 

Nous commençons par vous citer un extrait de sa tentative de cuisine Un oignon sur le toit, dont le style illustre bien l’atavisme auquel elle n’a pu échapper. Ce texte en lui-même n’a aucun intérêt littéraire, mais le passage choisi illustre bien le combat inconscient de l’auteur : alertée de sa tendance inconsciente à écrire des pièces, elle s’en défend farouchement avant d’être rattrapée en chemin.

 

Recette du Gefilte Fish

Pour 6 personnes

 

Achetez une carpe de 1,5kg […] Préparez le bouillon dans lequel cuiront les boulettes : mettez dans une cocotte les arrêtes, la tête et les peaux avec 4 belles carottes, 1 oignon, 1 poireau, 1 branche de céleri. […] Quand les carottes sont cuites, retirez-les du feu.

 

Les carottes

Pourquoi ? Nous étions bien dans le bouillon !

 

La cuisinière

Ne vous inquiétez pas, vous y retournerez.

 

[…]

 

Les boulettes

Combien de temps on va y rester ?

 

La cuisinière

Pas plus d’une vingtaine de minutes.

Après cela je vous ferais refroidir

Sur une assiette en laissant réduire le bouillon de moitié.

 

Les carottes

Et nous alors ? On se sent seules…

 

La cuisinière

Nus y sommes : vous allez pouvoir rejoindre les autres.

 

Vous avez compris l’idée… Nous interrompons ici l’extrait de la recette.

 

Mots-clés : strudel aux pommes, Freud, déni

 



Thomas Tilby Mac Daniel

(1805 – 1822)

Né d’un forgeron écossais Thomas Tilby Mac Daniel est encore jeune lorsqu’il rencontre un druide du nom de Mac Taliesin qui l’initie à la mythologie celte. Son père, inquiet, finit par se poser des questions sur cet étrange mentor qu’il n’a jamais vu et une nuit que son fils tardait à rentrer, il partit à sa recherche. « Au bout d’une heure de marche dans la forêt envahie par la nuit, Mac Daniel surprend son fils et Mac Taliesin au beau milieu d’une séance de rituels initiatiques.

 

Entièrement nu, le druide pratique la fécondation du sol, une pratique bien connue de tous ceux qui maîtrisent un tant soit peu les ordres du chamanisme druidique. En bref, il copule avec l’humus frais à la lueur de la pleine lune, tandis que Thomas, déguisé en cervidé, imite le brame du cerf.

Le manque de culture de Mac Daniel père est tel qu’il voit dans ce spectacle la confirmation de ses craintes : cette scène lamentable sert de préliminaire à un accouplement contre-nature, dans lequel le plus âgé a de fortes chances d’être le plus –voire le seul- satisfait des deux partenaires. Le forgeron saisit une pierre, probablement un silex, et la projette sur le pauvre druide Taliesin, allongé sur le ventre et absorbé par son mouvement de va-et-vient, il ne voit rien venir, et reçoit le projectile en pleine tempe. Il meurt, après avoir émis un très long râle, parfois interrompu par des insultes bien peu conformes à la sérénité qui l’avait jusque là caractérisé.

Pour le jeune Thomas, le retour à la maison est accablant, empreint de désespoir. Il n’arrive pas à oublier les images de son père traînant jusqu’au feu de camp le cadavre ensanglanté et boueux de son maître pour une incinération expresse fort réussie. »

 

De désespoir, il se pend en laissant une lettre indiquant « Ce n’est pas ce que tu crois ! ». Son père publiera le manuscrit que le jeune homme gardait secret, L’anneau de Larry Border (croisement entre Harry Potter et Le seigneur des anneaux). « Deux cents exemplaires seront imprimés ; ils seront tous achetés par les habitants du village, compatissant au chagrin du forgeron. »

 

Citation : C’est pas ce que tu crois !

 

Mots-clés : Le Seigneur des anneaux, cornemuse, Donjons et Dragons, Sean Connery, annulaire, La Petite Maison dans la Prairie, LSD, Harry Potter

 


 

Firmin Lavigne

(né en 1941)

 

Citation : En amour comme en cent, rien ne vaut les nombres pairs

 

Extraits des Aphorismes à boire et à déboire :

 

L’effet mère ? Ephémère… Un jour j’ai rencontré un psy. Je lui ai dit que mes parents passaient leur temps à faire l’amour. Il m’a demandé si j’avais déjà eu envie de coucher avec ma mère. J’ai répondu que oui, il m’a alors expliqué que mon attirance pour les femmes mariées dénotait une homosexualité latente.

 

La politique ? J’y crois toujours mais je ne prie plus.

 

Extrait de la chanson La Turlute à Dédé :

Ici notre auteur met en scène une jeune femme qui reçoit son cousin du Quebec. Elle l’accueille chez ses parents et, après un dîner bien arrosé, le cousin lui demande de lui faire une turlute. Elle refuse, outrée. Il s’en offusque, arguant qu’une bonne turlute, c’est familial ! En effet, au Quebec, une turlute est un chant populaire que traditionnellement on entonne à la fin des repas…

 

Mam’zelle ma cousine

L’repas fut ben goûtu

Une très très bonne cuisine

Je l’ai déjà dans l’cul

 

Maint’nant que panse est pleine

Me vient une belle idée

Veux-tu cousine Hélène

Venir me turluter.

 

Cousin tu es très beau

Et j’amerais t’aider

Mais je suis ta cousine

Et ce serait pécher

 

M’enfin ma douce amie

De quoi s’rais-tu coupable ?

Une turlute jolie

Finit très bien la table

 

Quel diable es-tu donc

Pour me faire dévier

Et faire de mon oncle

Mon beau-père de Beauprès ?

 

Je ne veux que chanter

Suis-je un monstre pour ça ?

Invite donc ton père

S’il ne dort pas déjà.

 

Tu vas beaucoup trop loin

Mon ami mon cousin

Et pourquoi pas ma mère ?

Et pourquoi pas le chat ?

[…]

 

Mots-clés : brèves de comptoir, l’Os à moelle, les frères Jacques

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kaïl 02/04/2010 17:17


Yaël VITKINE ou le retour aux sources. Se débattre de manière à fuir le théâtre pour mieux y revenir d'une façon ou d'une autre.
Thomas TILBY MAC DANIEL aura été plus traumatisé par la mort funeste brutale du druide que par ses rites triviaux et décousus. C'est à vous laisser perplexe.
Firmin LAVIGNE, ses réflexions, sa chanson ; tout transpire la gagne chez ce garçon.


Faf 01/04/2010 11:48


Helia > Carrément
Hier le directeur et le prof qui s'amusent avec un parapluie pendant le TP m'ont totalement achevés


Helia 01/04/2010 10:05


Faf = Les parapluies vont hanter tes nuits =D.

Kiddy = Décidément, ton clavier se rebelle X). Assez porté vers l'inceste ? Bah non, c'est un mec à peu près normal (par rapport à d'autres du même livre) mais cette chanson en particulier (y a pas
d'extrait de Vive les artichauts, quel dommage ;__;) est douteuse XD. Moi ce que j'aime c'est le décalage entre la cousine qui s'imagine des trucs pervers et le cousin qui veut absolument sa
chanson (une turlute, une turlute !).


Kiddy 31/03/2010 15:34


JE VOULAIS DIRE :

asss porté vers l'inceste !xD


Kiddy 31/03/2010 15:33


Bah dis donc , ce Firmin Lavigne m'a l'air d'être asses poré vers l'incest O_o


Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories