Lundi 6 avril 2009 1 06 /04 /Avr /2009 00:00

Je me demandais par quel anime commencer pour faire mes reviews et certains commentaires récents m'ont rappelés Romeo X Juliet, la très controversée adaptation de Shakespeare par le studio Gonzo, alors soit je vais commencer par ça !

Attention très long article. Certaines parties contiennent des spoilers pouvant vous gâcher certaines révélations, je mettrai des balises pour les tous derniers épisodes mais pas pour ce qu'il y a avant, vous êtes prévenus.





Petit rappel
Tout le monde connaît sûrement en gros la trame de Romeo et Juliette mais un petit rappel ne fait pas de mal.
Donc, la pièce originale décrit l'histoire de deux famille ennemies depuis toujours : les Montaigus et les Capulets. Le fils Montaigu, Romeo est un putain d'emo amoureux « fou » de Rosalie qui en a rien à faire de lui, du coup il parcourt les chemins en récitant des poèmes sur l'amour et la mort (véridique) pendant que Benvolio et Mercutio, ses copains, se moquent de lui et l'entraînent au grand bal des Capulet où celui-ci rencontrera Juliette, fille de la famille rivale, et dont il tombe éperdument amoureux...par ce qu'elle est plus belle que Rosalie. Apparemment c'est réciproque et nos deux adolescents de...14 ans (et oui c'et un détail que l'on oublie souvent) se comptent fleurettes et en un seul dialogue se promettent carrément le mariage (on comprend vite qu'en fait si Romeo veut coucher avec Juliette c'est le seul moyen respectable de le faire, or il VEUT coucher avec elle). Après moult péripéties ils se marient mais Romeo, suite à une provocation, tue le cousin de Juliette (il venait quand même de buter Mercutio le cousin) et est banni. Juliette tourne emo par ce qu'elle encore vierge mais Romeo réussit à s'introduire dans sa chambre pour régler le problème...et puis se lamente devant le curé par ce que sa vie est fichue et que c'est pire que de mourir. Les parents de Juliette essayant de la forcer à épouser un type sexy mais dont elle n'a rien à carrer, elle fait semblant d'être morte avec la complicité du curé qui tente de prévenir Romeo du stratagème. Mais la Poste est en grève le messager n'est pas arrivé à temps et Romeo se suicide devant la tombe...où Juliette dort le plus tranquillement du monde. Quand elle se réveille elle a la douce surprise de voir le cadavre de son amant et se tue de désespoir. Quand les deux familles apprennent toute l'histoire, ils se donnent la main et font une ronde se réconcilient.


Oui, à ce niveau là vous devriez l'avoir compris, je déteste la pièce de Shakespeare qui ne vaut pas mieux que ses nombreuses adaptations. Et pourtant j'ai aimé Romeo X Juliet alors que les histoires d'amour niaises ce n'est vraiment pas mon genre. Rien que le synopsis annonce quelque chose d'entièrement différent :

Sur un continent flottant à mi chemin entre rêve et réalité, la grande famille des Capulets dirige la ville de Neo Verona jusqu'au soir où le duc Montaigu assassine son rival et toute sa famille. Seule la fille de Capulet, Juliette, réussit à s'échapper. 14 ans plus tard, le grand duc de Montaigu règne avec sévérité sur Neo Verona et recherche toujours la dernière Capulet en organisant des sortes de razzias où plusieurs jeunes filles susceptibles d'être Juliette sont capturées par les gardes de la cité. Heureusement un justicier masqué, Akai Kaze (Torubillon rouge/ Vent pourpre) apparaît régulièrement pour les sauver. Or il se trouve que sous le déguisement se cache un jeune homme frêle Odin, ou plutôt une jeune fille se travestissant en homme pour des raisons qui lui sont encore inconnues : Juliette. Lors d'une de ses escapades sous l'identité d'Akai Kaze, elle fait alors la connaissance d'un noble qui la sauve de justesse : Romeo, le fils du grand duc de Montaigu.

Alors, pour faire court : qu'est-ce que vaut cette adaptation très libre, il faut l'avouer, d'une oeuvre mondialement connue et déjà archi rabâchée ? Est-ce une adaptation de plus de l'universelle histoire de Romeo et Juliette ?

   


Pour s'y retrouver un peu
Déjà Romeo X Juliet contient pas mal de personnages, bien plus que la version originale en tout cas, en voilà la liste pour s'y retrouver plus facilement.
Du côté des Montaigus, on a bien sûr Romeo, dont le père est grand duc, Mercutio au service du duc qui est surtout là pour surveiller Romeo sans qu'il s'en doute, Benvolio meilleur ami de Romeo, tout comme dans la pièce, et dont le père est maire de la ville, Portia, mère de Romeo qui vit loin du château et Hermione, fille d'un riche noble et très amoureuse de celui-ci (oh le beau triangle amoureux qui s'annonce !).
Du côté des Capulets, et sans surprise, il y a Juliet, alias Odin, alias Akai Kaze, Cordelia son amie d'enfance et servante, Conrad ancien chef de la garde rapprochée des Capulets qui veille sur elle, son petit-fils Antonio, Francisco et Curio, serviteurs de la famille Capulets qui protègent Juliette en toutes circonstances, Wiliam Shakespeare (eh oui !) dramaturge et protecteur de tout ce petit monde, Emilia une de ses actrices et Lancelot, un médecin allié d'Akai Kaze.
Mais nous avons aussi des outsiders dans les personnes de Tybalt dont on connaît mal les intentions au début et Ophelia, un être surnaturel et mystérieux.



Un coup de foudre en deux étapes

La première chose qui m'a marqué dans Romeo X Juliet c'est l'ambiguïté de la notion de coup de foudre, parce qu'au fond il y en a deux. On connaît tous le stéréotype : ils se rencontrent, et tout de suite le silence se fait, ils s'aiment, c'est évident.
Dès le premier épisode on voit un peu de ce cliché : lors du bal, ils sont tous deux dans leur plus bel apparat, Juliette se retourne, elle voit Romeo, tous les deux ont une sorte d'exclamation, de surprise sur le visage, on sent qu'ils ont tous deux reçus une décharge d'électricité et l'épisode se conclue sur cette scène déjà agréable avec une musique à la fois triste et joyeuse -présage du destin qui les attend ? On pourrait donc se dire que ça y est on a notre cliché, mais en fait non car c'est la deuxième fois que se rencontrent Romeo et Juliette. La première fois qu'ils se sont vus, Juliette était travestie en Akai Kaze.


Romeo est donc en droit de ne pas tomber amoureux d'elle tout de suite comme dans le cliché traditionnel, mais lui ne l'étant pas on peut se dire que quelque chose cloche, que le cliché ne marche plus, bien au contraire, puisque Juliette réagit en véritable tsundere. Or pendant tout ce premier épisode, et après cette rencontre qu'ils prétendent tous deux être banale, ils agissent tous les deux de manière étrange. Juliette touche son poignet d'un air rêveur, certains diront que c'est à cause de la réminiscence de souvenirs qui jaillissent à cet instant, or après cela, elle va demander de son propre chef à William ce qu'est l'amour pendant que de son côté, Romeo, en attrapant la main d'Hermione se souvient brusquement du moment où il a attrapé celle d'Akai Kaze, sourit dans le vide et rougit légèrement avant de poser la même question que Juliette a posé à Willima mais à Benvolio. C'est donc un coup de foudre en deux étapes, puisqu'au fond ils s'aimaient déjà presque avant la scène du bal, mais ce n'était encore qu'un sentiment diffus, abstrait, que la rencontre « officielle » va faire éclore.



Le thème des fleurs
Un autre point marquant dans Romeo X Juliette c'est l'utilisation de l'iris. L'iris étant le symbole de la maison Capulet (la rose pour les Montaigus) c'est un peu la fleur interdite qui ne se trouve que dans peu d'endroits à Neo Verona, et pourtant c'est sûr ce thème que se déroulera l'amour des deux protagonistes : c'est en ramassant un iris flottant dans une fontaine que Juliette rencontrera véritablement Romeo, c'est en cherchant des iris dans le seul endroit de la ville où ceux-ci poussent à l'état sauvage que ce dernier reverra sa dulcinée, c'est en rendant visite à la tombe de ses parents que Juliette déguisée en Odin trouve des iris et revoie Romeo lui-même guidé par son pégase et le parfum de ces fleurs, comme si les iris étaient de bienveillantes fées permettant de voir l'être aimé à tout moment du moment qu'elles sont dans les parages. L'iris est partout, du mouchoir que Juliette brode à Romeo, à celui qu'elle fait tomber pour arriver aux pieds de celui-ci, entraînant une des plus belles scènes romantiques que j'ai jamais pu voir dans la japanimation (et je pèse mes mots), jusque dans l'église en ruines dans laquelle Romeo et Juliette « se marient ».


Au contraire de l'iris qui est le blason de l'union réciproque des amants, la rose est le symbole de l'amour déçu, de l'amour à sens unique. Le fait même que ce soit l'emblème du duc de Montaigu qui est un personnage plus que torturé se marie avec le sang des Capulets qu'il a versé et en devient un signe de solitude, d'autant plus qu'en signe de rébellion les villageois en périphérie de Neo Verona accrochent des roses séchées sur leurs portes. Hermione montre une roseraie à Romeo et c'est avec les mêmes roses qu'elle l'attend en vain lorsqu'il est avec Juliette.



Une mise en abîme intéressante : le personnage de Willy
Avec le personnage très étrange de Willy, l'anime s'offre le luxe d'une mise en abîme intéressante et surprenante à la fois. Wiliam Shakespeare devient un personnage, dramaturge de son état, qui écrit la pièce de Romeo et Juliette en s'inspirant de l'histoire qu'il voit évoluer sous ses yeux. Dans son théâtre sont placardées des affiches sur Othello, il demande de l'aide à Odin et Antonio pour une comédie nommée Comme il vous plaira, il est le confesseur de Juliette lorsque celle-ci ne sait plus quoi faire de ses amours avec Romeo, sa mère récite des vers d'une autre de ses pièces, Richard III. C'est un personnage secondaire et pourtant d'une importance capitale de par le jeu qu'il offre au spectateur. C'est un peu comme s'il écrivait au fur et à mesure ce qui se passait. Il le dit lui-même à Juliette lorsqu'elle comprend qu'il connaissait sa véritable identité depuis le début : « Lorsque je te regarde, j'ai le sentiment que je vais pouvoir écrire une histoire d'amour inédite. Laisse moi écrire une histoire qui traversera les siècles. », ce à quoi elle répond « C'est regrettable, je ne serai jamais l'héroïne d'une quelconque romance ». De plus, c'est lui qui conclut la série en offrant ses commentaires sur ce qui s'est passé puis sur ce qui semble être l'After Story des personnages. L'anime se finit donc sur ses mots, ce qui n'est pas rien.



Les références à l'oeuvre originale
Les différences sont énormes entre Romeo et Juliette et Romeo X Juliet, mais certains passages « originaux » ont néanmoins été gardés tout en étant complètement réadaptés. Le bal des Capulets devient celui des Montaigus pour plus de cohérence, la célèbre phrase sur le nom de Romeo se transforme en « Si cette fleur ne portait pas de nom (nb : l'iris), elle sentirait bon de toutes façons », la fameuse scène du balcon n'est plus de nuit mais de jour et au milieu d'un jardin, le mariage qui semblait pourtant impossible existe bien mais de manière symbolique, juste entre eux, dans l'église désaffectée et l'exil de Romeo n'est plus une simple interdiction de voir Neo Verona mais un aller simple pour les mines de Gradisca.





Une part de fantastique
Ceux qui s'attendent à du pur réalisme vont être déçus. Vérone devenue Neo Verona est une cité magnifique et légèrement utopique sur un continent flottant dans les airs où vivent des pégases, un lieu à la fois futuriste et moyenâgeux. Sur le dos de ces mêmes pégases le temps semble ne plus exister comme suspendu. On apprend vers la dernière partie de la série qu'à l'origine cette île imaginaire était soutenue par deux arbres jumeaux, deux arbres géants, chacun à une extrémité, pour soutenir le monde. L'onirisme est ainsi quasi omniprésent, que ce soit dans les graphismes très soignés de la ville, lors du bal, de la fête des fleurs ou encore dans l'église abandonnée. Certaines scènes, comme le voyage en barque sous fond de coucher de soleil ou le vol à dos de pégase, renforcent ce côté poétique en y rajoutant des sentiments, les champs de fleurs sont légions, le palais un joyaux d'architecture qui ne manquerait pas de faire partie de nos patrimoines protégés, même la « Neo Verona de la nuit » (que j'appellerai Dark Neo Verona pour plus de facilités) qui est le royaume des bons buveurs et des prostitués est un lieu guttural mais possédant son charme propre, relié à la terre par un unique pont bien gardé, les autres portes donnant sur le vide. Regarder Romeo X Juliet c'est donc le dépaysement assuré : de la belle Neo Verona ensoleillée à la Dark Neo Verona, lieu de luxure, en passant par les tranquilles bourgades de la périphérie, aux forêts luxuriantes parsemées de champs d'iris ou aux mines désolées de Gradisca soumises à des tremblements de terre récurrents, chacun y trouvera son paysage ! Et pour les avides de mystères, il reste encore le souterrain du château où vit en secret l'arbre surnaturel Escalus, baignant dans une eau limpide et dont les fruits sont des lueurs étranges.

Ophelia, l'étrange gardienne d'Escalus

 



Le couple de Romeo et Juliette : le jour et la nuit, la nuit et le jour
Chacun des deux amoureux est représenté par une couleur : le bleu sera pour Romeo et le rouge pour Juliette. Et au début on le voit bien, ces couleurs marquent une certaine opposition entre eux : Juliette la Tornade Rouge est impulsive, dynamique, enjouée, on voit bien qu'elle a du caractère et ne se laisse pas marcher sur les pieds, elle sait même se défendre seule en maniant l'épée ; Romeo est calme, posé, réfléchi. Or une fois ensemble, la complémentarité ne tient plus vraiment puisque Juliette en devient effacée sous l'influence de Romeo tandis que lui-même devient aussi irréfléchi et impétueux que sa partenaire. Au fur et à mesure de l'histoire une évolution certaine se fait pour chacun des personnages. Juliette, celle qui change le moins, devient un peu plus réfléchie à cause des catastrophes qu'ont entraînés certaines de ses actions, plus mûre aussi puisqu'elle accepte le destin que lui prophétise Ophélia sans en parler à personne sinon Tybalt. Romeo, quant à lui, connaît l'exil des mines et apprend donc la dure vie de mineur ; les conditions de vie difficiles lui donnent à penser et il quitte peu à peu son insouciance d'enfant tout en restant un utopiste convaincu, il finit par comprendre tout le mal qu'a fait son père et se révolte même contre lui en revenant des mines sans autorisation pour l'alpaguer sans retenue. Si Juliette comme Romeo reste toujours un peu niaise, les deux amoureux commencent peu à peu à découvrir la cruauté de la réalité et abandonnent leurs cocons respectifs, la noblesse pour Romeo, la protection abusive des vassaux Capulets pour Juliette.



Des personnages manichéens mais travaillés

Attention, ça spoile sa mère, notamment sur Tybalt et le Grand Duc !


Cela ne sert à rien de le cacher : Romeo X Juliet est un anime d'un manichéisme incroyable : il faut toujours que ce soit les gentils Capulets qui défendent les pauvres villageois du méchant Montaigu et des méchants nobles. Or on peut vite voir quelques nuances apparaître. Les nobles sont d'une grande lâcheté par ce qu'ils n'osent pas s'opposer au Duc sous peine de se voir renvoyer de Neo Verona comme c'est le cas avec le père de Benvolio, mais les villageois ne sont pas mieux puisque le curé du coin dénonce le docteur Lancelot d'être de mèche avec Akai Kaze pour une poignée de pièces d'or.

Les Capulets qui apparaissent si gentils sont aussi ambigus. Si Curio et Franscisco, le duo semblable à Fai et Kurogane de Tsubasa Reservoir Chronicle, aident parfois Juliette dans ses enfantillages de super héroïne, alias Akai Kaze, ils ne le font que pour sa protection et non pour défendre la veuve et l'orphelin. De plus, ce dernier est un calculateur avéré, pas forcément diabolique mais très froid sous ses airs joviaux, qui ne sauve le maire de l'assassinat que parce qu'il peut lui être utile, laisse Juliette envoyer au massacre certains de ses compagnons en prenant soin de la sauver elle en recrutant Tybalt à l'occasion alors qu'il sait pertinemment que c'est un guet-apens, ce qui ne l'empêche pas de se jeter dedans une fois la mission effectuée.

Franscisco


Curio


De même Conrad, loyal serviteur de la maison Capulet n'est pas très clair. Sans s'en rendre compte il utilise Juliette comme un jouet et sans même lui demander son avis, la force à accomplir toutes sortes de devoirs en espérant la voir réhabiliter sa maison...mais toujours sous son influence. Ce n'est que dans les dernières minutes de la série qu'il se demandera s'il a vraiment toujours été juste et si séquestrer Juliette en permanence sous l'apparence d'un garçon tout en lui rabâchant qu'elle doit conduire la rébellion était vraiment bien pour elle.


Du côté des Montaigus l'ambiguïté est aussi là. Mercutio, lâche et pleutre, a une attitude étrange envers le Duc, on sent que celui-ci l'effraye et le fascine à la fois, et cette contradiction le mènera vers la démence lorsque le Duc tuera son père sous ses yeux après avoir accepté de l'adopter. Acculé par sa propre faiblesse, Mercutio ne verra comme solution que de tuer celui qu'il admire avant de disparaître, plus déboussolé que jamais.

Le Grand Duc, quant à lui, paraît être tout ce qu'il y a de plus « méchant ». Despote avéré, il écrase les révoltes dans le sang, malmène son fils, tue ses propres alliés à tout va, parfois même en public, et n'écoute que sa brutalité. Pourtant, cet aspect caricatural prend une autre tournure quand on apprend son passé. Fils d'une prostituée et d'un Capulet, il a vécu dans la misère pendant des années, cirant des chaussures pendant les ébats de sa mère. A la mort de celle-ci, il a juré de se venger et s'est fait adopté par les Montaigus dont il a empoisonné les descendants avant de séduire une Capulet naïve, la mère de Tybalt, pour apprendre toutes les informations qui lui étaient nécessaire avant de l'abandonner. Ce désir de vengeance et de pouvoir le mènent dans une folie qui ne fait que croître au fil des épisodes. Ses yeux exorbités par la haine font peur à tous ceux qui étaient jadis ses amis et il se retrouve bien vite de plus en plus seul, entamant un nouveau cercle vicieux. Pour un méchant stéréotypé, il est plus que fascinant ! Sa chute aussi pitoyable que fut au fond sa vie, puisque sa raison d'être ne se trouvait que dans le meurtre de tous les Capulets, le rend presque sympathique. Comme il l'avoue lui-même à Juliette quand il comprend que pendant toutes ces années il s'est tué lui-même à force de démesure, « Je pensais que si j'avais le pouvoir, je pourrais soumettre le destin à mon bon vouloir ». C'est dans les bras de son ennemie et de son fils qu'il meurt en soupirant que s'il était si dur c'était par ce que personne ne l'avait vraiment aimé...par ce que lui-même ne souhaitait pas être aimé.



De son côté, Tybalt est aussi un être ambigu. Par sa naissance il est à la fois Capulet et Montaigu et son désir de vengeance pour son père ne fait que le rapprocher de lui. En voulant tuer le Duc, il prend le risque de devenir comme lui, et ce n'est l'intervention de Juliette qui lui fait prendre conscience qu'il prend le mauvais chemin et que la vengeance ne le mènera qu'à la même folie qui a détruit sa vie.





Fausse et vraie fin

Méga spoil sur les deux derniers épisodes, c'est du serious buisness là !


Romeo X Juliet a deux fins. La première, la plus simple, est le dénouement de la rébellion des Capulets contre le méchant Montaigu. Romeo et Juliette semblent voués à ne jamais être ensemble durant toute la première partie de l'anime mais lorsque Juliette arrive à la tête d'une armée d'une certaine importance, l'issu obligatoire semble être le happy end puisque le Duc meurt et que Romeo laisse la place à sa dulcinée. Comme ils s'aiment on peut se dire qu'ils vont se marier pour de vrai et que le problème disparaîtra de lui-même. Oui, mais ce n'est pas la fin. Dans la dernière partie de l'anime, Ophelia révèle en effet à Juliette qu'étant la dernière survivante des filles Capulets, elle doit se sacrifier pour sauver Ecalus, le dernier arbre à soutenir le monde, qui est en train de mourir, sous peine de voir celui-ci disparaître. Quelque puisse être le happy end avec le Duc, si Juliette n'empêche pas le monde de s'écrouler, tout n'aura servi à rien. C'est là que se joue le vrai enjeu dramatique, la rivalité Capulet/Montaigu n'étant que la première phase d'une véritable tragédie. Ainsi, et on la comprend, Juliette, du haut de ses 16 ans, est heureuse et ne demande qu'à vivre avec Romeo en toute tranquillité comme Antonio ou son amie Cordelia qui vient de se marier.



Or on lui demande de sacrifier le bonheur qu'elle vient difficilement de mettre en place pour la survie des autres. Le dilemme est atroce, mais l'issue semble inexorable. Quand Romeo l'apprend il veut la sauver bien sûr, mais à quoi cela leur sert-il d'être ensemble s'ils vont tous mourir dans l'heure qui suit ?



Le tour de force de Gonzo réside là, dans la fin. Car ceux qui souhaitent un happy end et ceux qui veulent la fin tragique de Shakespeare seront tous servis, ou tous mécontents, c'est au choix. Juliette se transforme en arbre grâce à la graine d'Escalus, Romeo, tué par Ophélia, à ses côtés pour l'éternité et les autres protagonistes ont le droit à ce bonheur tant désiré. On outrepasse donc toutes les frontières politiques et les histoires de simple vengeance pour se tourner vers quelque chose qui ne repose plus que sur les sentiments et l'abnégation, un final qui a de quoi marquer les mémoires.


 

Bilan final :




+ Juliette sait se battre !
- Mais c'est une quiche, s'il y a 5 mecs devant elle, elle se fait désarmer arrivé devant le quatrième...

+ Un graphisme époustouflant avec une bonne utilisation de la 3D
- Mais le chara design est vraiment trop minimaliste par moment (bonjour les plans sur des personnages mal dessinés)

+ Un univers fantastique...
- ...qui ne plaira pas à certains.

+ Romeo et Juliette sont moins niais que la version originale.
- M'enfin ils le sont quand même.

+ Une belle histoire d'amour !
- Mais pourquoi les triangles amoureux sont-ils aussi mal exploités ? Hermione, fiancée de Romeo est invisible et Curio et Fanscisco, tous deux amoureux de Juliette ne font que le dire à la fin et avec un « Dommage » pour seule consolation ! Et Tybalt, il n'a pas l'air si indifférent non plus, alors ?

+ Des persos travaillés...
- ...mais manichéisme powaa quand même  :/  !

+ Juliette en super héros, façon Fanfan la Tulipe, ça lui donne du charisme...
- ...ou pas !

+ Une bande-son qui colle bien à la série et un opening tout à fait en symbiose avec l'ambiance de l'anime
- Dommage qu'on ne l'entende pas si souvent que ça la musique. Et le premier ending bien qu'entraînant ne correspond à rien et, foutage de gueule, on voit juste des fleurs qui tournent pendant 1min30 !

+ Des larmes, du rire, de l'amour, des bishos qui ont la classe, des moments forts en émotions.
- Mais une légère baisse de rythme entre l'épisode 10 et la rébellion, le temps que Romeo et Juju batifolent dans les prés, fassent les malins devant les gardes et soient chacun de leur côté avec soit une pioche soit Hermione pour compagnie (et en fait la mine c'est mieux que cette cruche).


En conclusion, Romeo X Juliet est pour moi un anime relativement bon, voire moyen au vu d'autres animations, mais une adaptation exceptionnelle de la pièce de Shakespeare. Beaucoup de points noirs peuvent être montrés du doigt, mais si l'on joue le jeu de rentrer dans l'univers, c'est un voyage qui vaut le coup. Après, les fans de l'original risquent d'être plus ou moins déroutés du cours des évènements et les amateurs de shôjos purs et durs auront du mal avec le côté fantastique, mais j'assume : je ne supporte pas les histoires d'amour à l'eau de rose et encore moins l'oeuvre de Shakespeare (pour moi c'est une daube)...mais j'aime Romeo X Juliet  !

Par Helia - Publié dans : Japanimation
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Retour à l'accueil

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Rechercher

Présentation

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Träumendes Mädchen

 

Je fais des visual novel maintenant : 

BB-minicover2.jpg

Ambre-minicover2.jpg

Milk-minicover2.jpg

Membres du PG

Amo.jpgCorti.jpg
Excelen.jpg

Gemini2.jpg

Katua

Kyu


Nemotaku
Rukawa.jpg

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés