16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 17:46
...mais certaines sont mieux que d'autres


Comme vous vous en doutez le titre de cet article est une pure provocation et surtout pas ce que je pense. A noter que j'aurais tout aussi bien pu l'appeler « On a tous des passions...mais les miennes sont mieux que les vôtres ». Mais bon, il ne faut pas pousser le bouchon trop loin non plus, hein ? Quitte à enfoncer des portes ouvertes, j'ai bien envie de pousser un petit coup de gueule envers un phénomène de plus en plus répandu que je ne peux décidément pas saquer : en philo on appellerait ça le dogmatisme au sens où Kant l'entend (genre j'y connaît quelque chose en philo, ahahah).


L'enfer c'est les autres : Tu reboot en mode sans échec ?
Soyons réalistes, dans la société actuelle, les gens qui passent beaucoup de leur temps devant un ordinateur sont considérer comme des débiles mentaux (et pas ceux qui passent leur journée devant une télé bizarrement), ou sinon des hackeurs asociaux (je sais me servir d'internet, je suis une hackeuse olol).



Exemple stupide : Que nous montre l'affiche du film Cyprien ? Un geek féru de hautes technologies. Jusque là, ça va. Et comment est-il représenté ? Comme un mec (pas une fille hein, un  puceau c'est mieux), binoclard, moche, aux cheveux gras, complètement coincé et pathétique. Le montre une réplique « culte » que j'ai pioché dans la bande d'annonce lorsque Cyprien fait chier ses collègues de travail féminines à coup de « Tu reboot en mode sans échec ? ».



Ahah, je ris... Mais attendez une seconde, ça ne vous rappelle pas la caricature aujourd'hui ringarde du matheux/comptable d'entreprise ? Le geek serait donc juste le nouveau nom de ce vieux stéréotype. Pas très inventif, si ?




L'enfer c'est les autres : J'aime rater ma vie
En dehors de cette caricature de caricature, bon nombre de préjugés tournent en rond : « Vous autres les geeks/otakus (geeks et otakus : même combat \o/ !), vous gâchez votre vie. Sortez dehors au lieu de passer la journée devant un écran et de vivre dans le virtuel ». Déjà, de un, tous les geeks/otakus ne sont pas forcément des nolife, certains ont le luxe de se payer une vie sociale, si, si, je vous jure ! Et deuxièmement : je t'emmerdeuh (pas vous, ceux qui disent ce genre de bêtises). Et si j'aime ça moi ? Et si ça me plait de passer mes journées à regarder des animes et à ne descendre de mon perchoir que pour manger ? Chacun a ses hobbys, sa façon de mener sa vie, je ne vois pas pourquoi ma manière de voir les choses serait moins valable qu'une autre. Quelqu'un qui passe tout son temps à vivre sa passion serait donc un raté ? Un looser qui n'aurait rien compris à la vie ?


Prenons un exemple pour mieux comprendre la situation : Monsieur X, père de famille, est fan de football. Il consacre donc tout son temps libre à jouer avec sa propre équipe, à aller regarder des matchs dans des stades et à acheter quelques goodies de temps en temps, parfois un peu au détriment d'autres choses, mais il faut bien choisir et il a choisi. Va-t-on dire qu'il gâche sa vie ? Je ne pense pas. Mettons qu'en rentrant d'un tournoi quelconque un dimanche soir, il croise son fils déjà adulte mais vivant encore chez lui et qu'au détour d'une brève conversation il comprenne que celui-ci à passer la journée devant son ordinateur. Outré, il lui dit « Enfin, pourquoi restes-tu dans ta chambre ? Vis un peu avec nous ! ». Le fils ne serait-il pas en droit de lui rétorquer « Eh cool vieux ! T'es parti ce matin avec tes potes pour ton tournoi bidule truc, tu viens juste de revenir et je ne t'ai rien dit moi. Alors laisse-moi vivre ma passion à moi de mon côté et je te laisserai vivre la tienne, d'accord ? ». Autre exemple plus trash : A une homosexuelle, vous diriez « Nan mais tu gâches ta vie ma vieille, se faire culbuter c'est le top ! ». Je ne pense pas non plus, ou alors vous avez un sacré goût de la provoc' ! Pareil avec le célibat. Autour de moi dès qu'une fille se retrouve célibataire (ce sont des choses qui arrivent), elle gémit qu'il faut qu'elle se trouve un mec tout de suite sinon ça va plus. Comme si c'était une honte d'être célibataire !


De même, on est tous différent, alors pourquoi cracher sur la différence des autres ? Le « tu gâches ta vie là » sous-entend « tu ne vis pas comme moi DONC tu ne vis pas comme il faut ». Ma réponse à cette remarque qu'on m'a bel et bien faite IRL sera « Tu sais quoi ? Je la gâche avec plaisir ! Si tu savais combien je suis heureuse d'être une pauvre looser qui passe à côté de la vie, j'ai envie de le crier tellement fort que tu t'en cacherais derrière tes préjugés à la con ! ». Le « les noirs c'est des êtres inférieurs par ce qu'il ne vivent pas comme nous » c'est fini depuis un bon demi-siècle...ou du moins je l'espère !

3D <<< 2D



Plaidoyer en faveur de la PASSION
« Vivre dans le virtuel » ? Oh mais...ce serait pas le but des fois ? Pourquoi je reste devant mon ordinateur au lieu d'aller me bourrer la gueule dans la dernière soirée en date ? Par ce que le reste m'ennuie tiens ! Les animes mettent de la couleur dans mon quotidien « métro, boulot, dodo ». Je pense que les otakus cherchent dans les animes quelque chose qui leur manque dans la réalité. C'est aussi pour ça à mon avis qu'Haruhi a eut autant de succès : qui n'a jamais cherché un peu de magie/paranormal/fun pour égayer la routine ? Regardez autour de vous un instant. Vous n'avez jamais songé à partir, à partir le plus loin possible ? Les animes, comme le cinéma ou la littérature d'ailleurs, sont là pour nous vendre du rêve. Vous êtes maladroit avec les filles et pas très séduisant ? Akkamatsu et les anime harems sont là !



Vous avez toujours voulu avoir une vie épicée, être le centre du monde et récolter des pouvoirs magiques de la mort qui tue ? Les magical girls à la rescousse !



Votre lycée/collège est barbant, vous avez besoin d'en rigoler un bon coup ? Des tas d'animes comiques comme School Rumble ou Sayonara Zetsubou Sensei vous les montreront comme les théâtres de l'absurde où tout est possible !



Envie de verser une larme ou d'une histoire touchante ? Attendez on en a plein d'autres en réserve ! Bien sur que ce n'est pas réel mais honnêtement...qu'est-ce qu'on s'en fout ! Tiens un autre exemple : regardez Final Fantasy VII Advent Children. Des batailles épiques, des grosses épées, des mecs balèzes qui semblent danser dans les airs, c'est simple, on en prend plein les mirettes. L'attraction terrestre ? Les épées de trois tonnes ? Qu'est-ce qu'on s'en fiche que ce ne soit pas réaliste du moment que ça nous fait rêver ! Et oui, nouvelle exceptionnelle, on ne peut tuer personne avec une carte d'identité en plastique, désolé Kirika (Noir), va chercher du cyanure, là au moins c'est scientifiquement prouvé que ça tue ! N'oublions pas le cas du hentai qui est ironiquement drôle : vous connaissez des pornos où l'actrice aurait des seins de trois tonnes l'unité, serait habillée comme une fillette de 8 ans et accepterait de se faire violer par des tentacules ou implanter un pénis ? Non, et c'est ça qui est stupidement drôle ! Et si oui, vous en connaissez, prière de ne pas citer d'adresse ni de noms, je tiens à ce qu'il reste de mon cerveau.

Argh, mais c'est quoi ces obus 0_o ?


Je vais me prendre pour exemple mais là où je vis la semaine, c'est-à-dire une ville rasée par les américains après la seconde guerre mondiale, où l'on a planté « provisoirement » des bâtiments gris et moches de partout et où il pleut tout le temps de surcroît. Un ami me montre Baten Kaitos sur sa GameCube et que vois-je ? Des cités multicolores qui flottent dans un ciel azur. Oh bah tiens, au lieu de déprimer en regardant par la fenêtre ou en allant dehors, je n'ai qu'à jouer à un bon petit jeu vidéo ! En parlant du loup...


Les croisés s'en vont en guerre
A la télé et à la radio, on entend toujours la même propagande : les jeux vidéos cay le mal, la cyberdépendance cay le mal, vous êtes tous de futurs psychopathes, lol. Et les journalistes d'expliquer par A + B que les jeux vidéos rendent accros. Faux monsieur le juré ! Et je vais prouver le contraire ! Ce ne sont pas les jeux vidéos qui rendent accros mais les comportements additifs qui se dévoilent au travers des jeux vidéos. Explication : quand on a l'impression que quelque chose nous manque, on a vite besoin de combler ce vide, ou du moins d'avoir une béquille sur quoi s'appuyer, et c'est dans ce but qu'un comportement additif peut survenir. Certains se tournent vers la bouffe, d'autres se tournent vers la clope, le résultat est le même. Enlevez à un alcoolique sa bouteille, il aura un comportement dépendant avec autre chose. Alors à choisir, si j'ai un comportement additif, je préfère être dépendante d'un ordinateur ou du chocolat plutôt que de saloperies qui seraient dangereuses pour moi. Sans compter que se défouler sur un FPS diminue sensiblement les chances de sortir un flingue et de buter tous les passants.



Toutes ces fausses pubs viennent d'ici.


Pourtant aujourd'hui encore, dire « je suis geek/otak' » c'est presque comme faire son coming out ! Papa, maman, j'ai une nouvelle à vous annoncer, je suis...une otaku ! Bientôt on verra l'émergence d'une Geek Pride tiens ! Et comme les homosexuels, je demande le droit à l'indifférence, le droit de vivre sans me cacher, sans avoir cette putain d'étiquette collée sur le front. Alors, geek/otaku, que sommes-nous pour être regardés de travers (en règle générale) par nos semblables...y compris ceux de notre propre camp ?


Ô rage, ô désespoir, ô drame infini
Le dogmatisme dont je parlais plus haut (cad le fait de dire « moi j'ai raison, toi t'as tort » ) s'étend jusqu'aux otakus eux-mêmes ! On pourrait penser que face à l'incompréhension des autres envers sa passion, l'otaku serait solidaire avec ses confrères...et bah non ! (enfin pas toujours, nuançons, nuançons) L'homme a besoin de s'assimiler à un groupe et de garantir la cohésion de ce groupe et pour cela rien de mieux qu'un ennemi commun. C'est bien connu, on s'entend mieux le temps d'une alliance contre un ennemi commun, et une fois celui-ci out, hop, les différents reprennent et on se dispute de nouveau (suffit de piocher des exemples dans l'Histoire). De même agit l'otaku. Très vite, quelque soit le sujet (d'un anime quelconque du genre de School Days ou de Code Geass, de l'épineuse question du fansub, d'autres otak' pas gentils, gentils) deux camps se constituent, un peu à la manière des rouges et des bleus dans Team Fortress 2 : les pro- et les anti-.  Et souvent (pas toujours mais souvent), ils se mettent sur la tronche (virtuelle) à coup de « moi j'ai raison, toi t'as tort » . Sans compter le clash des générations parfois (je caricature à l'extrême bien sûr mais ça doit parfois donner quelque chose comme ça : « moi je suis sur le web depuis 10 ans, baisez moi les pieds, vous aviez qu'à naître avant » versus « nan mè j'kiff grav Naruto vou pouvè pa conprendr » ). Tout le monde fait ça IRL me direz-vous, mais pour une petite communauté florissante comme celle des férus de culture visuelle moderne (boudiou ça fait classe !), déjà mal reconnue, c'est assez ironique. Evidemment que le débat est important mais il ne faut pas stigmatiser. On a tous des goûts différents, se cacher c'est nul, faire le mouton c'est nul, assumer c'est dur.  Il y a parfois de quoi se sentir comme les gens qui vivaient dans les Caraïbes au XVIIIe siècle lorsqu'ils ont vus les missionnaires espagnols leur tomber dessus avec des croix géantes, baragouinant de manière incompréhensible. Et quand ils ont eus le malheur de dire « oui, oui » pour les faire partir : « Mouhahah, vous êtes convertis, maintenant it's pillage time ! » « Hey, mon village ! » « Sprotch ». Stupide digression, j'en conviens. Ahem~

Dans ta face vilaine trolleuse


Le but de cet article n'était évidemment pas de troller, ni même de proposer qu'on se tienne la main et qu'on fasse une ronde comme les Bisounours, mais faire passer un message. Voilà, des fois, j'aspire juste à plus de respect. Alors avant de juger, pensez que votre avis n'est pas le seul existant au monde et qu'on peut avoir une autre vision des choses ne remettant pas nécessairement en question la vôtre. A chaque fois que vous vous retenez d'être méchant, Arika reçoit un coup dans la gueule.

Pensez à Arika, faites une bonne action, cassez lui le nez !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kapalsky 08/09/2013 22:52

Il est vrai qu'aujourd'hui, etre geek, otaku ou autre relève beaucoup moins de la situation à clivage social qu'avant, mais il reste quand même beaucoup de progrès à faire dans le domaine de la
tolérance.

Helia 21/11/2013 17:25



Oulah, tu déterres de
très vieux articles, dont je ne suis pas forcément fière =’). A l’époque, être « geek » était un chouilla moins à la mode mais je ne saurais dire si on va vraiment dans le bon sens
pour autant (tu dois prouver que t’es un vrai et tout).



Kyu 28/04/2010 22:35


Je suis entièrement d'accord !
Je n'aurai pas dit mieux !


money-chan 07/04/2010 19:05


tout à fait d'accord avec toi.Il faut que certaines personne apprenne à être plus tolérantes(pardon pour l'orthographe si il y a des fautes)


Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories