11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 15:58
Changement de programme ! J'avais pensé parler de Saya no Uta mais finalement je remets ça à la prochaine fois.

Dans la grande flemme qui m'a pris ces derniers jours, je cherchais un jeu vidéo pour combler mon ennui et je suis donc allé fouiller dans les vieilleries que je n'ai pas touché depuis un bon paquet d'années. Au début j'avais pensé réessayer Amerzone, cette sombre histoire d'explorateur sensé ramener un oeuf dans un lointain pays. Et par ce que je n'avais pas réussi à aller plus loin que le premier CD, ça m'a traumatisé toute ma vie (j'avais 10 ans en même temps). Je ne l'ai pas trouvé mais en cherchant bien je suis tombé sur une jolie boîte colorée qui me faisait de l'oeil : Myst IV Revelation pour PC. Pourquoi pas, me dis-je. Et c'est là que commença l'aventure...



Première remarque : Myst IV est le quatrième opus de la série des Myst (qui en comporte cinq), il y a donc des subtilités scénaristiques que je ne peux pas saisir puisque je n'ai pas joué aux autres (j'ai essayé Riven mais je me suis retrouvée bloquée par ce qu'à un moment il me disait d'insérer le disque 2 puis qu'en fait non fallait remettre le numéro 1 et que non le numéro 2 et vous saisissez le principe). Le scénario global est le suivant :
Atrus, descendant du peuple D'ni, a le pouvoir en se servant de cette écriture ancienne de créer à partir de livres des mondes appelés âges. Or aveuglés par la cupidité, ses deux fils Achenar et Sirrus se sont servis de ses livres pour dominer les peuples des âges et ont occasionnés de nombreux massacres. Pour les punir, Atrus se résolut à les enfermer chacun dans deux âges-prisons, deux mondes déserts et désolés. Lorsque Myst IV commence, Atrus s'est décidé à apprendre à sa petite fille Yeesha le D'ni alors qu'il avait refusé de le faire pour ses fils. Vingt ans se sont passés et lui et sa femme se demandent si Achenar et Sirrus se sont assagis et s'il est temps de mettre un terme à leur exil. Pour se décider, il vous a appelé et vous demande de l'aide.




A ce moment du jeu le scénario semble bien construit et assez intéressant. On se demande juste en quoi on peut aider Atrus et on finit embarqué dans un sacré bordel, il faut le dire. A peine arrivé, il ne nous demandait que de lui prodiguer des conseils, puis de faire quelques manipulations obscures avec des machines étranges, puis de rétablir le courant qu'il a fait sauté, avant de carrément vous dire qu'il faut tout faire vous-même, et finalement vous vous retrouvez à sauver le « monde » ou presque. Il y a de l'arnaque là-dessous monsieur Atrus ! Plus sérieusement l'intrigue est bien amenée mais le boîtier du jeu est mensonger. « Myst IV Revelation : Chaque famille a un secret, celle-ci en a deux ». Déjà il n'y a pas de révélation à proprement parler dans ce jeu et en plus il n'y a pas « deux secrets », il n'y en a pas ! Mais ça c'est de l'ordre du détail me direz-vous.


Tomahna de jour...je veux vivre là-bas *__*

Commençons avec les points forts. Déjà ce qui frappe lorsqu'on lance Myst IV ce sont les graphismes, ils sont purement et simplement fabuleux. De Tomahna paisible et inquiétante, aussi sublime de jour que de nuit à Serénia, un monde fabuleux et enchanteur en passant par Haven parcourue d'une jungle luxuriante et hostile, chaque âge est une merveille pour les yeux et respire la vie. On voit les feuilles des arbres bouger avec grâce dans le vent, d'étranges oiseaux-papillons transparents, les arbres à pollen ou même les Mangrees (des sortes de singes) s'agitant sur les branches. Partout ça pétille de vie et de nombreuses interactions sont possibles comme taquiner des crabes sur la plage ou prendre des bulles d'eau dans ses mains. Le premier « monde », Tomahna, regroupe une série d'habitations en hauteur rejointes par différentes passerelles, un vrai petit coin de paradis. Haven, l'âge-prison d'Achenar le chasseur, est en plusieurs parties : il y a la plage où repose une vieille épave et il y a la partie sauvage à la fois savane, jungle et marécage. Le plus beau des âges reste Sérenia et sa douceur, son ambiance calme et mystique, c'est précisément le genre d'endroit qu'on imagine dans ses rêves sans jamais espérer le voir en vrai. Le seul monde complètement différent des autres est celui de Spire, l'âge-prison de Sirrus le scientifique, qui, au contraire, est totalement mort. Les décors sont vraiment étranges, on ne sait jamais si le personnage évolue sur des dessins en 2D particulièrement bien faits ou si c'est de la 3D avec de drôles de textures. Spire est un enfer de pierre, il ne s'y passe pas grand-chose et il s'en dégage une atmosphère étouffante : que des cristaux à perte de vue, des nuages sans ciel, une froideur apparente, et par ce que c'est un monde suspendu, il n'y a aucun moyen de s'échapper où que ce soit.


Tomahna de nuit...une atmosphère complètement différente

Soulignons que Myst IV est un jeu à la première personne. L'immersion est donc un point important. On a d'autant plus « l'impression d'y être » que la musique et les bruitages sont parfaitement orchestrés. D'un côté la bande-son est à la fois discrète et très jolie, très bien adaptée à chaque situation, elle permet d'entrer complètement dans l'ambiance ; de l'autre les bruitages apportent énormément de réalisme. Chaque fois que vous touchez un objet il y a un petit son correspondant, et chaque objet fait du bruit à sa manière, que ce soit les cris d'animaux lointains dans la jungle, les échos inquiétants de la roche ou le simple son d'une feuille de papier qui se plie, il y a toujours cette « impression d'y être ». De plus, le personnage que vous incarnez n'étant jamais décrit, vous pouvez très bien vous substantivez à lui et rentrer complètement dans le jeu. Au fil de l'aventure un médaillon vous sera confié et grâce à lui vous pourrez vivre l'aventure d'une autre manière : soit revoir des morceaux du passé en touchant un objet, soit entendre l'histoire de ces objets, soit écouter de nouveau ce qu'un personnage vous a dit au même endroit. Vous pourrez donc entrez encore plus profondément dans l'univers et faire votre propre enquête sur les évènements inexpliqués qui ne vont pas tarder à avoir lieu.


Haven, vue de la jungle

Pour l'instant que du bon, mais nous arrivons là où le bat commence à blesser. Il y a deux choses qui agacent. La première étant justement les personnages. Dans Myst IV ce sont de vrais acteurs qui jouent et sont ensuite rajoutés sur le décor. Si au début le contraste ne gène pas trop, très vite ça devient de plus en plus voyant et de plus en plus cheap. Plus il y a de lumière plus ça se voit et plus ça se voit, plus ça agace. C'est un peu comme si les développeurs agitaient une pancarte « Vous voyez combien ils sont laids par rapport aux décors somptueux qui sont derrière, hein ? Vous les voyez bien ? ». Sans compter que les acteurs ont l'air plutôt mal à l'aise de jouer sur fond vert. Le summum du contraste est bel et bien atteint à Sérénia, paradoxalement le plus beau monde, où les acteurs 3D ne sont vraiment pas très bien incrustés. Mais là, à la limite, on pourrait dire que ce n'est qu'un détail et qu'il ne faut pas y regarder de trop près. C'est vrai. La deuxième chose qui agace c'est la maniabilité. Tout se joue avec le curseur, aussi bien les déplacements, le jeu de loupe, ou encore les diverses actions, ce qui fait que parfois le jeu peine à répondre. Les énigmes finales de Spire et Haven notamment souffrent de cette maniabilité puisque même en faisant ce qu'il faut faire, solution à l'appui, il ne se passe rien. Ces foutus Mangrees ne sortent de leurs nids qu'après une vingtaine d'essais alors que c'est la combinaison et ne parlons surtout pas des cristaux de Spire puisque je n'y arrive toujours pas, même après quarante essais. Une fois de plus, comme c'est surtout pour les énigmes finales, ça parait bien anecdotiques mais croyez moi, quand vous avez fini un monde à 99% et que ces putains de cristaux n'entrent pas en résonance et que du coup vous n'avez pas le code secret pour finir Sérénia, vous avez les boules (oui je n'ai pas pu finir ce Myst à cause de ça).


Spire

Le dernier point sera le plus gros défaut : les énigmes. Certaines critiques que j'ai vu sur Internet disent qu'elles sont vraiment faciles et accessibles. Je me suis toujours considérée comme une intellectuelle, pas au sens de « génie » ou d'intelligent, mais plutôt au sens de fille qui aime faire marcher ses méninges et se casser la tête à penser (au détriment de l'action eh oui). Myst IV semble donc fait pour moi, non ? Une histoire proche d'un visual novel au fond, avec des graphismes et des musiques superbes (sans compter les animations quand on glisse le long d'un tunnel ou qu'on prend un ascenseur, j'adore ça, j'ai l'impression d'être aux montagnes russes) reposant sur de la réflexion. C'est le jeu idéal, non ? Et bah non. J'en viens à regretter Kingdom Hearts 2 et son système bourrin mais jouissif de « taper sur tout ce qui bouge » (c'était un bon défouloir au moins). En comparaison de ce point, tous les autres défauts sont anecdotiques. Les énigmes sont juste atroces !

Vous vous rappelez quand j'ai dit que Myst IV était très vivant ? Le fait qu'il y ait pleins de choses partout à voir c'est rigolo...le fait que toutes ces choses sensées être des détails, des petits jeux, soient en réalité des indices et qu'en louper un seul empêche toute résolution de l'énigme en court, ça c'est pas drôle. Si à Haven ça va, le plus dur est de retrouver son chemin dans le labyrinthe, Spire est un cauchemar. Cet abruti de Sirrus a foutu des bouts de papier partout et s'il en manque un, l'énigme est insoluble (même avec la solution, les cristaux résistent mais bon) ! C'est ça le problème de Myst. J'ai lancé le jeu par ce que je voulais un truc sympa et distrayant, un JEU quoi, et à la place, j'ai eu des énigmes complètement biscornues à s'arracher les cheveux. Et moi qui croyais aimer ça... J'ai quand même réussi à parvenir à 99,9% du jeu (et je suis toujours bloquée, merci les cristaux de Spire) avec la solution à portée de mains. Mais même avec, je devais constamment faire attention à ce que je faisais et avoir une feuille de papier à côté de moi. Les développeurs ont pensés que pour éviter le coup du bloc note à portée de main et que ce soit trop dur, ils allaient inventer l'appareil photo et un super système d'aide. Problème : je n'ai compris que trop tard qu'il fallait photographier chaque feuille de papier, chaque indice, chaque excrément de crabe unijambiste, chaque poussière de chaque monde. Du coup je me suis rabattue sur la solution et j'ai abandonné l'appareil photo, pas si pratique que ça en fait. Et le système d'aide ? Il est tellement chouette que je l'ai jamais trouvé... Voilà la raison pour laquelle Myst m'a une fois de plus traumatisé : ça te viole le cerveau en moins de deux. Désolé à ceux qui me diront qu'il fallait se creuser les méninges plus que ça mais Myst est sensé être un JEU, quelque chose de ludique, pas un truc fatigant. Si je ne peux plus faire un pas à force regarder partout et de tout prendre en photo, je n'avancerai jamais ! La seule énigme que j'ai pris du plaisir à faire est celle que tout le monde déteste dans le monde des rêves, mais au moins celle-là n'était pas très dure et plutôt amusante.


Sérénia, une autre idée du paradis

Je me rend compte qu'en fait j'ai dis beaucoup de mal de Myst alors que ce n'était pas si terrible que ça. En fait je pense que c'est surtout un jeu réservé aux amateurs du genre, voilà peut être pourquoi je n'ai pas trop pu y entrer. Rien que pour l'ambiance extraordinaire et pour vivre une belle aventure, je vous le conseille. Mais gardez la solution pas loin, car il n'y a vraiment aucune honte à sécher sur un jeu tel que Myst et que ce n'est qu'un jeu. Justement.



Les +

_Des graphismes fabuleux
_Des musiques superbes
_L'ambiance
_Une aventure et plusieurs fins possibles
_Une intrigue sympathique

Les -
_Les personnages 3D pas toujours bien incrustés
_La maniabilité lors des énigmes finales
_Fait sentir à ceux qui se pensaient un minimum intelligent à quel point ils sont stupides
_Take it easy...
_Le serpent de Haven, je peux pas le voir en peinture, il me fait peur... bon d'accord c'est pas un argument valable

Partager cet article

commentaires

OuaF 04/03/2011 22:53


Ah oui j'avoue, j'ai spoilé comme un porc, pardon, c'est plus fort que moi, vu que je rencontre rarement des gens qui connaissent Myst mon traumatisme sort de lui-même... XD;

Hahaha Achenar me faisait peur quand j'étais petite, je trouvais Sirrus plus rassurant pour une raison inconnue... et puis il y avait cet Âge glauque qui abritait une espèce de château avec une
pièce secrètes avec plein d'instruments de torture dedans... c'est horrible mais raconter ça au lieu de me sur-traumatiser ça me donne envie de sortir ma Playstation et d'y rejouer! XD

En fait j'ai beau flippé/être frustré en jouant/regardant un truc j'ai quand même envie d'y revenir... c'est toujours mêlé d'une fascination foireuse. XD Comme une espèce de monstre horrible dans
Resident Evil 4 qui essaie de te chopper dans des égoûts et que tu dois fuir en passant par un ascenseur ou je sais plus quoi (le seul passage du jeu à m'avoir vraiment fait peur si on oublie tous
les moments où j'ai sursauté et hurlé (je hurle facilement quand je suis pris par surprise XD) parce qu'un zombie arrivait par derrière ou quoi... eh ben ce monstre, en fait, je l'adore, c'est mon
préféré, et avec lui les horribles machins informes que tu dois tuer avec le pistolet qui détecte la chaleur qui est impossible à manier, et leurs potes qui ont des pics qui sortent du corps (for
maximum fun) dont j'ai même retenu le délicieux patronyme (Iron Maiden)... c'est terrible XD j'ai peur de jouer à Saya no Uta mais je suis sûr qu'après y avoir joué ça va devenir pour moi un truc
cultissime!


Helia 04/03/2011 23:31



« Ah oui j'avoue, j'ai spoilé comme un porc, pardon, c'est plus fort que moi, vu que je rencontre rarement des gens qui connaissent Myst mon traumatisme sort de lui-même... » = Je pense
pas que ce soit grave, il ne doit pas y avoir des masses de gens qui connaissent Myst par ici et si c’est le cas, je suppose qu’ils doivent bien connaître le coup des livres.


Personnellement mon traumatisme en matière de point & click foireux c’est Amerzone et je me suis juré de poster un jour une vidéo dans laquelle je mettrais enfin la main sur ce putain d’œuf à
la con. Ce serait une bonne catharsis =

OuaF 04/03/2011 16:35


Aaahh Myst ;_; je n'ai jamais été au delà du premier sur Playstation (le fameux jeu qu'on t'a prêté et que tu n'as jamais rendu, on en a tous au moins un chez soi) et je le regrette. Avec une amie
on avait prévu d'acheter les autres sur PC (elle avait le premier sur PC, comme ça on aurait pu y rejouer et se les faire tous d'affilé) mais ça ne s'est jamais fait. :( Lire ton article me redonne
envie...

Mais j'approuve pour les énigmes, ffuuu. Dans Myst déjà c'était une horreur. Je pense que chaque personne ayant joué à Myst (surtout que moi la première fois j'étais très jeune, donc double trauma)
se rappellera toute sa vie de l'ignoble énigme du PIANO. L'énigme que même en relisant vingt fois les indices, même en notant tout bien correctement, au final t'étais obligé d'aller voir la soluce
parce que RIEN NE MARCHAIT, et même avec la soluce tu galérais encore une heure. Je pense que le traumatisme transparaît dans mes paroles, fuuu.

Et puis, Myst avait plusieurs fins, trois si je ne me trompe pas, une bonne... et deux mauvaises, histoire de bien te planter. J'ignore si tu y as déjà joué ou l'a déjà vu, mais voilà le topo : tu
débarques dans un Âge qui sert un peu de Nexus pour reprendre la terminologie de Yume Nikki, sans savoir DU TOUT où tu es ni ce qui se passe, tout ce que tu as comme info c'est l'intro qui
t'explique que t'es tombé dans un bouquin (euh, ok) et des lettres auxquelles au final tu ne comprends pas grand chose au début vu que tu ne connais pas les personnages (vu que tu es SEUL AU
MONDE.) Tu te balades au pif et tombe sur une espèce de bibliothèque ronde dont tu peux faire pivoter les murs et dans laquelle se trouvent deux livres, un bleu et un rouge. Et là, surprise magique
: les livres te parlent! Dans le livre rouge est enfermé Sirrus, et dans le bleu Achenar, les deux fils d'Atrus donc. Ils te racontent que pour les libérer tu dois leur ramener des pages rouges ou
bleus suivant celui que tu veux sauver, sachant que si je ne m'abuse tu dois en choisir un. Seulement voilà, tu apportes la dernière page à l'un d'eux (perso j'avais choisi Sirrus, je le trouvais
classe même si je savais qu'il était méchant, j'aimais moins Achenar, en plus apparemment c'était plus ou moins sous-entendu que le grand kiff d'Achenar c'était la torture), il est libéré... et là
surprise surprise! Tu es enfermé à sa place! Tu es donc bloqué pour toujours dans un bouquin, c'est génial, c'est la mauvaise fin, youpi, vive la gratitude! Et Sirrus se fout bien de toi si je me
rappelle bien... (Achenar fait sans doute pareil mais bon, je me suis senti trahi par Sirrus moi :'( ) M'enfin, c'est plus ou moins expliqué quand même tout le long du jeu que les deux frères sont
de dangereux sociopathes et que tu ne dois pas les libérer mais à la place retrouver Atrus avec uns système tordu d'ascenseur caché dans la cheminée où tu dois appuyer sur une plaque métallique qui
a l'air complètement anodine et... enfin voilà. Je pense que tu comprends ce que je veux dire. ;__;

...malgré tout, j'aimerais bien jouer aux autres. /maso


Helia 04/03/2011 21:59



Han comment tu spoiles =O. Bon, ben puisque tu dévoiles déjà la fin, je suppose que je peux faire pareil X).


 


J’ai aussi testé le 1e Myst quand j’étais enfant mais je ne suis jamais arrivée loin et j’ai oublié le jeu…et puis des années plus tard je m’en suis souvenue et je suis allée voir un
walkthrough : les énigmes sont des épreuves de torture, ni plus, ni moins. Mais COMMENT est-on supposé trouver des trucs pareils =( ?


 


D’ailleurs il n’y a pas 2 mais 3 mauvaises fins ! Evidemment tu te fais plumer si tu essayes de sauver ou Sirrus ou Achenar (moi c’était lui que je préférais, je sais pas pourquoi, il avait
une tête de génie de la lampe…) mais si tu vas voir le livre où est emprisonné Atrus, il t’explique qu’il faut trouver la dernière page blanche sinon il ne pourra jamais en sortir. Et si tu ne
l’écoutes pas…félicitations tu peux désormais passer le restant de tes jours dans une cave avec un type qui te déteste d’avoir été aussi con =D.


 


Mais même si tu délivres Atrus, il enchaîne direct sur la suite de Myst, Riven, où cette fois tu dois sauver sa femme. Là il y a beaucoup plus de fins possibles mais ça a l’air tout aussi joyeux
(j’ai jamais dépassé le début du jeu non plus, trop difficile).


 


« ...malgré tout, j'aimerais bien jouer aux autres. /maso » = Faut croire que l’expérience ne t’a pas assez traumatisé XD.



Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Träumendes Mädchen

 

Je fais des visual novel maintenant : 

Mel

Membres du PG

Amo.jpgCorti.jpg
Excelen.jpg

Gemini2.jpg

Katua

Kyu


Nemotaku
Rukawa.jpg

Catégories