13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 21:30

 

Ouch, ça fait un moment que je n’ai pas blogué. J’étais quand même prête à m’y remettre, j’avais presque fini toutes les disserts à rendre et puis, surprise, j’en ai écopé d’une nouvelle en bonus et mes examens approchent à grand pas. Cela va donc faire plus d’un mois que je suis archi-occupée par les études et que je ne suis plus très présente par ici (voire totalement absente pour ceux qui attendent toujours une réponse à leur mail, pardoooooooon). Comme ça fait un bail que je ne peux pas trop souffler, et ben je commence à être fatiguée, très fatiguée, et donc de surcroît extrêmement blasée (oui ça va avec). On va dire que c’est la phase obscure de la mélancolie.

Je vais essayer de reprendre le rythme mais il va falloir un peu de patience. En attendant mon apathie va être dur à supporter, je te plains d’avance courageux lecteur…Parce que quand je suis comme ça je n’aime rien.

 

 

NET                        

J’aime pas les blogs qui veulent faire partager leur passion pour un anime, un manga, un jeu vidéo et dont l’argumentation se limite à deux paragraphes (un pour résumer l’histoire, l’autre pour une argumentation binaire en J’aime/J’aime pas), voire trois quand ils sont en forme…

 

Evidemment j’ai bien conscience que tout le monde n’a pas une formation littéraire comme moi qui m’oblige à disserter régulièrement et me rend l’exercice beaucoup plus naturel (encore que, c’est à débattre), l’envie ou le temps de tartiner des pages et des pages sur un sujet (enfin pas trop non plus sinon c’est dur à engloutir d’un coup) mais voir des billets aussi minces, moi ça me rend triiiiiiiiiiste (écoutez le sanglot de la littéraire). Globalement le synopsis d’une série, on peut le trouver partout, donc ce qui fait tout l’intérêt de l’article c’est bel et bien ce que vous ajoutez par-dessus votre visionnage, et là en l’occurrence vous ajoutez pas grand-chose alors qu’au fond vous avez ptet des tas de trucs épatants à raconter.

 

Et si vraiment vous avez du mal à écrire, que c’est trop contraignant, que vous avez du mal à laisser sortir les mots, eh bien ce n’est pas grave. Il existe des tas de manières de partager son avis sur tel ou tel anime, à travers les forums ou des sites comme Anime-Kun, vous n’êtes pas obligés de vous forcer à tenir un blog a priori, surtout si vous ne tirez pas grand profit de l’expérience.

 

Z09

 

J’aime pas les fans totalement aveugles. Regardons la vérité en face : les sites qui durent arrivent à se construire une certaine autorité dans le milieu mais au fil du temps, n’ayant plus rien à prouver à personne, ils n’ont parfois finalement même plus besoin de s’appliquer. Ils peuvent écrire n’importe quoi et la foule en délire les acclame déjà. Et là c’est un peu le début de la fin. Très vite les commentaires se résument à « prem’s » (genre c’est une course automobile : le premier qui repère le nouveau billet a gagné) et à « tro bien ». Un tel manque de sens critique ne donne clairement pas envie d’être célèbre (sinon pour un boost d’ego j’imagine).

Sauf que souvent le site qui est acclamé par ces groupies dénigre ces mêmes personnes de manière directe. Avouez que c’est quand même putain d’ironique de voir un blogueur cracher sur les kikoolols (ces figures emblématiques du net) et recevoir plus de 150 commentaires positifs rédigés en langage sms d’authentiques kikoolols qui disent « ololol t’a kro raison a mor lé kikoo ».

Alors soit c’est moi qui n’ai pas bien compris quelque chose, soit certaines personnes ont de la merde dans les yeux…

 

J’aime pas les gens qui parlent pour ne rien dire mais qui sont adulés parce que, parce que, parce que je cherche encore ! Personnellement j’ai toujours eu pour éthique de ne parler que quand j’avais des trucs un minimum pertinents à dire. A chaque fois qu’à mes yeux ça ne l’était pas vraiment, je me mordais les doigts de honte d’avoir osé écrire pour dire si peu. Et puis je me rendais compte qu’en fait la majorité des gens sont bien moins exigeants que moi (de l’autre côté c’est pas bien difficile) et qu’un rien peut faire leur bonheur. C’est plutôt cool mais en même temps…pas vraiment.

J’aimerais parfois comprendre en quoi prendre des photos de ce que l’on vient d’acheter, genre le dernier coffret collector de telle série ou la deux-cent-vingtième figurine de fille d’anime à moitié à poil (…bande de riches va !) voire de son étagère à mangas, peut être aussi passionnant. Pour les collectionneurs je ne dis pas, il doit bien y avoir une valeur intrinsèque, mais pour le mec lambda je nage dans le mystère…

 

Z02.jpg

J'enferme les gens dans des boîtes mais les transformer en télé ça serait pas mal non plus

 

J’aime pas le poids de plus en plus débordant de l’humour. Ce point là concerne surtout les vidéos commentées mais pas que. J’ai souvent remarqué que le net était un vilain toxicomane en manque d’humour. Il veut sa dose, il la veut maintenant, il la veut tout de suite, à un tel point que ça en devient parfois un peu étrange.

Souvent quand je me balade (pas IRL, j’entends), je découvre des vidéos commentées sympas. Le mec (car souvent c’est un mec, désolée les filles, vous êtes clairement minoritaires) présente son jeu de manière totalement traditionnelle, y a aucune blague, aucune ironie, rien, juste une ptite vidéo sans prétention. Et il a 75 commentaires qui lui disent « Ouah trop drôle, j’suis mort de rire ». Euh, what ? Les gens sont donc tellement en manque d’humour qu’un rien les plie de rire ?

Je parle des vidéos commentées parce que c’est extrêmement répandu sur le net (et LA manière d’être célèbre très rapidement) et que généralement les instigateurs sont ébahis de leur propre succès, mais c’est aussi comme ça sur les blogs et je le constate d’une certaine manière à ma propre échelle.

Les gens n’ont pas envie de réfléchir, ils veulent oublier leur journée de merde ou les factures à payer pour demain, ils veulent rire un bon coup. D’accord mais c’est un peu triste si l’humour devient la seule manière de se détendre, voire de communiquer sur le net. Et puis se gaver de lolilol pour un rien ça rend aussi vulnérable. On a souvent vu des romans décrivant des contre-utopies/dystopies manipulant le peuple par des moyens crapuleux (perte totale de l’intimité dans 1984, impossibilité d’accès à la culture dans Fahrenheit 451, embrigadement total dès la naissance dans Le meilleur des mondes) mais après tout, l’humour pourrait aussi être utilisé comme arme.

Moi j’serais dictateur j’occuperais mon peuple avec du lol, des tas de loisirs superficiels et j’interdirais d’être triste (du pain et des jeux comme dirait César, sauf que là je mise un max sur les jeux), comme ça, je peux les contrôler sans même qu’ils s’en aperçoivent et je brise toute résistance. Je fais comme dans Sora Kake Girl, j’enferme les citoyens dans des boîtes avec un net sécurisé et je leur fais croire qu’il n’y a qu’en restant là dedans mater des photos de lolcats qu’ils seront heureux. Je détruis la réalité. Personne veut me prêter un petit pays pour tester, voire ?

 

 

ANIME

J’aime pas les mechas. Parce les robots déjà, étant un être désintéressé par la mécanique, ça ne me passionne pas du tout, et en plus ces trucs sont généralement beaucoup trop gros ! Je sais bien que combattre dans l’espace ou en écrasant des gratte-ciels ça fait classe mais moi je préfère l’échelle humaine. Sauver l’univers j’en ai pas très envie non plus. Un robot normalement ça ne fait pas d’acrobatie spectaculaire non plus. Et puis surtout il y a bien moins de mérite à être le héros si c’est le véhicule qui a les super pouvoirs. On aura beau me dire « Tu conduis comme une déesse », « Tu es l’élue », je me sens remplaçable par le premier quidam venu parce qu’au fond c’est toujours la voiture géante qui fait le boulot, sans elle je ne suis rien. Et ça c’est frustrant. Du coup je préfère le genre…

 

Z04.jpg

 

…Mahou Shoujo / Magical Girl parce que là même si tu as un coup de pouce pour éveiller ton potentiel, tu sais que c’est vraiment toi qui fait tout. Et puis il y a les scènes de transformation qui sont d’une inutilité ahurissante dans l’unique but de te rendre cool et de te laisser le temps de prendre la pose. Mais en même temps j’aime pas trop les magicals girls parce qu’elles utilisent souvent leurs pouvoirs (quelques fois géniaux, quelques fois ridicules) pour des broutilles. Je me souviens d’un épisode de Lilpri par exemple où les mascottes kawaii mangent toutes les tartes aux pommes. Dans le même registre, Sakura (de Card Captor Sakura of course) se retrouve bien confrontée à…des salles de classe pas rangées qui apparaissent aléatoirement. Nom de Dieu, vite, appelons les pompiers !

C’est ça que j’aime beaucoup moins avec les magicals girls, c’est généralement beaucoup trop mignon…

 

Z08.jpg

Oui mais là c'est une exception...

 

J’aime pas les histoires d’amour type « shoujo » non plus d’ailleurs. Que le couple soit hétérosexuel ou homosexuel, c’est pareil, ça m’ennuie toutes ces avalanches de sentiments dégoulinants de rose. Tu sens bien que tout est terriblement déconnecté de la réalité, terriblement idéalisé. Trop idéalisé pour moi.

Les histoires d’amour sous l’angle de l’homosexualité c’est souvent encore pire, encore plus idéalisé (ce qui veut tout dire). On ne trouve pas facilement de vrai shoujo ai / yuri parce qu’il y en a partout mais juste pour exciter les fantasmes des garçons et les quelques titres véritablement centrés sur le sujet ne sont pas des plus intéressants. J’ai testé Yuri Hime Wildrose une fois. Certaines histoires étaient sympas mais globalement on tourne toujours en rond. Le shounen ai / yaoi, n’en parlons pas, c’est de loin le genre que je trouve le plus guimauve. Il a au moins le mérite de me remettre en question vu que TOUTES les filles semblent avoir un petit faible pour le yaoi. Serais-je secrètement un garçon ? Ou alors juste tristement réaliste ?

(Si Gen le veut bien je parlerai peut-être un peu de cette attirance pour  l’idéal le plus pur en rapport avec un dossier spécial contes de fées si ce n'est pas déjà fais)

Ce qui est sûr c’est que je ne supporte pas les histoires d’amour (j’ai pas aimé Titanic et Roméo + Juliette n’a pour lui que l’esthétique de la scène de rencontre et le parti-pris moyennement culotté de la scène finale) s’il n’y a rien d’autre pour l’accompagner. Comme par exemple…

 

Z07.jpg

 

…la comédie. Sauf que j’ai bien envie de dire aussi « J’aime pas la comédie ». Disons que je suis d’une rare exigence en ce qui concerne l’humour et il faut se lever de bonne heure pour me faire rire. Ajouter à cela une franche méfiance envers « l’humour japonais » et ça restreint considérablement les possibilités. Mis à part Ouran High School Host Club je ne me rappelle pas avoir véritablement éclaté de rire devant un seul animes tout le long des épisodes. Au mieux je souris.

 

Ce qui fait que bizarrement je préfère le drame. Je pleure très facilement, alors pour peu qu’il y ait de la matière, je me transforme vite en fontaine. En revanche je n’aime pas l’exagération dramatique à outrance genre « Je suis née dans un sac à dos abandonné par mes parents dans la forêt parce qu’ils ne pouvaient pas me nourrir, j’ai été élevée par une licorne à trois têtes qui s’est faite tuée par les chasseurs quand j’avais cinq ans, chasseurs qui m’ont violée dans une tournante qui incluait aussi les chiens et quand j’ai finalement retrouvé ma famille, un tsunami a dévasté la maison et les a tué sous mes yeux. Oh et je suis à présent aveugle et paralysée à vie, snif, snif ». C’est quand même mieux avec davantage de subtilité. Les filles malades sur le point de mourir d’un cancer / d’une malédiction / whatever et les gens dont la famille a été massacrée sont monnaie courante, ça deviendrait presque lassant…

 

J’aime pas le shounen parce qu’il y a trop de tomes / épisodes à rattraper…oui je suis une feignasse, c’est ma seule excuse.

 

Z03.jpg

 

J’aime pas l’ecchi pur et dur, malgré ma perversion naturelle (enfin il paraît), parce que ça m’explose les yeux toutes ces plans sulfureux en permanence. Mais étant une habituée du fait, ça ne m’empêche pas de regarder quand même. Il est tellement délicieux ce doux son du nerf optique qui se déchire dans un hurlement effroyable, je crois que je ne m’en lasserai jamais. Oh et je n’ai pas besoin de mentionner l’absence de scénario habituelle, je pense.

 

J’aime pas le hentai parce qu’une fois qu’on en a découvert un ou deux pas trop mal, on se rend vite compte qu’on a tout vu. C’est toujours la même chose, toujours, toujours, toujours. A tel point que j’ai parfois envie d’aller voir les studios et de les conseiller pour faire de vraies bonnes histoires érotiques (et je suis pourtant loin d’être douée en la matière). Déjà vous m’ôtez la traditionnelle scène de sexe directe d’ouverture qu’on ne peut placer nulle part dans l’histoire et vous me foutez quelque chose de plus suggestif. Ensuite vous allez me lire les Liaisons Dangereuses et je vais vous expliquer c’est quoi l’intérêt de l’attirance-répulsion qu’on arrête de plaquer toutes les nanas dans les bras du héros sans challenge. Je sais que le spectateur a débranché son cerveau mais faut jouer avec les tensions sexuelles un peu sinon c’est plus du hentai, c’est un distributeur de boisson (haute teneur en fluides) automatique.

Et je ne testerai pas les trucs hardcores, mes yeux ont quand même un seuil de résistance.

 

Z06.jpg

Le tranche de vie, ce paradis terrestre retrouvé...

 

Mais pire que tout, je ne supporte pas la tranche de vie. S’il y a un type de série que je fuis, c’est bien celui-là. On pourrait considérer Haibane Renmei comme un tranche de vie je suppose, mais à mes yeux ce quotidien qui nous est présenté a quelque chose d’onirique et de surnaturel qui fait qu’on ne s’ennuie jamais, il y a toujours quelque chose à découvrir. Donc du moment qu’il y a un semblant de scénario, ça peut aller. Si ce n’est pas le cas, je n’essayerai même pas de regarder, je sais que je n’aimerai pas.

C’est instinctif, viscéral. J’ai érigé ma vie comme une aventure perpétuelle parce que je ne supportais pas l’idée d’un quotidien morne et triste à la base de « métro boulot dodo », alors quand je cherche du divertissement, un niveau supérieur d’extraordinaire (dans le sens de pas ordinaire du tout donc), et qu’on me propose justement ce même quotidien de petits riens que j’ai banni, forcément il y a comme une réaction d’allergie. C’est pour cela que face à K-ON (ou Nichijou maintenant) par exemple, j’aurais naturellement tendance à me placer du côté de ceux qui n’aiment pas, non par volonté de troll, mais toujours par « allergie ».

 

Je crois que je comprends les adorateurs du tranche de vie. Le tranche de vie c’est quoi ? Une petite vie toute tranquille, toute douce, toute rigolote. Y a des éléments de votre quotidien mais en mieux, vous vous reconnaissez dedans, les personnages sont trop chous à faire des grimaces trognonnes en permanence, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Quand t’as un problème, tes copines sont toujours là pour te remonter le moral. L’idéal en somme. L’idéal rose bonbon. Le monde des Bisounours mais pour les adultes. Jamais tu vois de crachats sur les trottoirs, jamais les héroïnes elles ont de l’acné, jamais les gens sont des connards, jamais on se fait racketter dans la rue. Le tranche de vie c’est probablement l’état le plus proche du stade ultime de l’idéal. Et l’idéal moi je peux pas ou alors je le découpe à coups de tronçonneuse.

 

Quand j’étais petite mes parents me disaient que je n’aimais rien. Ils ont peut-être raison après tout. Je n’aime jamais rien. Ou alors c’est une preuve de lucidité de ma part de savoir discerner les défauts dans toutes les séries que je regarde (les qualités aussi mais c’est tellement plus rieur de faire sa grognon), la preuve que je ne me laisse pas aveugler par la PASSION, que je ne subit pas ce que je vois.

 

Z05.jpg

Le monde d'Helia en technicolor ça donnerait à peu près ça

 

Je n’aime rien. Enfin peut-être que si. J’aime bien les animes singuliers, ceux qui ont une histoire originale, une histoire qui m’attire, qui mélangent un peu tous les genres et évitent les étiquettes. J’aime bien les animes avec des personnages tellement bien foutus qu’ils te paraissent réels, qu’ils te paraissent vivre en toi depuis toujours.

J’aime surtout les trucs bizarres. Beaucoup de trucs bizarres. Les expériences extrêmes en fait. J’aime regarder une série qui te fait remettre en doute jusqu’à ta propre existence, qui te fait remettre en doute le monde entier, qui te viole l’esprit à sec et sans vaseline par une violente lobotomie à tendance philosophique. Il n’y a pas de mots pour décrire ce genre d’OVNIs alors j’appelle ça des animes WTF, des inclassables. Ce genre d’œuvres est par définition fort rare alors j’essaye de les économiser pour plus tard, je fais durer le plaisir. Mais j’adore ça. Et avec le recul je me dis que c’est vraiment comme un sport à risques, comme sauter en parachute ou prendre de la drogue, qu’en fait je suis tellement blasée qu’il n’y a vraiment plus que ça pour me procurer des sensations. Je dois être un peu décadente sur les bords.

 

Au fond c’est ptet pour ça que j’aime rien, rien d’autre que l’extrême, l’hallucinogène, le n’importe quoi : c’est ce qui me ressemble le plus. Une vie ordinaire ? A base de thé et de gâteaux ? Très peu pour moi ! Rien que ces derniers jours j’ai eu des idées farfelues que j’ai très envie d’inclure dans mon VN à un moment ou à un autre, des broutilles à base de nuages qui t’absorbent et même que tu peux t’installer à l’intérieur et que c’est encore mieux qu’une cabane (on a tous fais une cabane étant enfant) ou de nonnes fantômes qui sacrifient leur existence pour faire fonctionner le monde. Oh et ais-je mentionné les cérémonies tribales à base d’esprits bovins, l’explorateur qui donne des cours improvisés à des amazones (dans un arbre géant ce serait cool mais alors avec des lucioles comme éclairage, faudrait que j’y pense) et les arc-en-ciel toboggans * ? L’heure n’est pas aux gâteaux ou alors fourrés au LSD (l'imagination du pauvre) les gâteaux, c’est plus rigolo.

 

Tiens, mais que font ces hommes en blanc dans ma chambre ?

 

 

RASSER RASSERA RASSERA
...oui il fallait absolument que je vous pollue les oreilles avec cet air que j'ai dans la tête


* Et ne me regardez pas avec ces grands yeux ronds, je suis tout à fait capable de rendre ça cohérent…ce qui se révèle assez inquiétant quand on y repense bien.

 

Quand j’aurais fini ma dissertation de linguistique (vous avez manqué un billet rédigé par mes soins il y a quelques mois sur le sujet, ça finissait en métaphore sexuelle exhibitionniste, signe que je me suis profondément emmerdée lors de la conférence) et ma seconde dissertation de littérature du XVIIe siècle (mauvaise pioche la dendrophilie), promis, juré, j’écrirai un vrai article. Si mes examens n’ont pas démarrés d’ici là…

 

EDIT :

Hum, je sens qu’il va bientôt falloir que je sous-titre mes billets. Déjà pour les gens qui lisent en diagonale :

1) Ceci n’est pas un coup de gueule parce que cela sous-entendrait que je suis en colère. Apathie et colère sont des concepts TOTALEMENT opposés (merci de revoir votre vocabulaire si besoin).

2) Ceci n’est pas une critique de la japanimation. D’ailleurs si vous regardez attentivement j’ai mis le billet en 3615 My Life, ce qui veut tout dire. Je suis juste en mode « j’aime rien » ou « Schtroumpf Grognon », eeeeeeet…c’est tout. Vous vous attendiez à un pamphlet engagé avec un titre pareil ?

 

Bon c’est pas tout ça mais j’ai fini ma dissertation de linguistique (qui est donc une belle séance de masturbation intellectuelle, linguistique oblige) et j’ai bien besoin d’un remontant, il me faut ma dose de nawak premium sous peu pour me remettre à bloguer. On ne peut quand même pas écrire décemment si on n’est pas sous acides !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Natth 18/04/2011 11:59


la façon dont tu en parles laisse présager quelque chose d’atroce >> C'est juste que j'aime faire peur aux gens ^w^

Plus sérieusement, j'estime que Urotsukidoji est le meilleur anime hentaï que j'ai eu l'occasion de voir et Ai no Kusabi le meilleur anime yaoi. Mais ils n'ont rien de mignon et de doux. Les choses
vont même très loin, plus loin que la sexualité classique, surtout dans Urotsukidoji.

Sinon, je crois qu'Exelen n'aime pas le yaoi, mais Ai no Kusabi est justement le seul qu'elle ait vraiment apprécié (si je ne me trompe pas).


Helia 21/04/2011 22:18



« C'est juste que j'aime faire peur aux gens ^w^ » = T’as raison, c’est beaucoup plus rigolo =D.

« Plus sérieusement, j'estime que Urotsukidoji est le meilleur anime hentaï que j'ai eu l'occasion de voir et Ai no Kusabi le meilleur anime yaoi. Mais ils n'ont rien de mignon et de doux.
Les choses vont même très loin, plus loin que la sexualité classique, surtout dans Urotsukidoji » = Ah ouais, ton meilleur hentain toutes catégories confondues ? Hum, il n’en faut pas
plus pour aiguiser ma curiosité. Je me laisserai ptet tenter un de ces quatre ^^. Mais si ça me brûle les neurones, je dirais que tout est de ta faute, hein :p.



Gen' 16/04/2011 12:00


Je n'ai pas oublié notre petit affaire, disons juste que le week-end s'est transformé en quinzaine, j'ai gardé ton mail bien au chaud et j'y répondrai en temps voulu.

Le danger du "j'aime pas" à outrance, c'est qu'on finit par ne plus aimer que le petit confort de notre misère personnelle (à partir du moment où il y a des choses à conspuer, il y a raison
d'être). Le coup du "Remet les pieds sur terre ! Regarde la réalité en face", ça a tendance à me sortir par les narines, si ça veut dire qu'on doit tous rejoindre le petit club huppé du mal de
vivre et se livrer quotidiennement à des concours de pendaison et autres roulettes russes intellectuelles, l'intérêt en devient vite très limité. Les abîmes insondables du chaos intérieur, c'est
bien joli, mais ça n'a jamais ramené de quoi manger, ce qu'un "metro-boulot-dodo" fait très bien, impliquant un sacrifice substantiel sur l'éveil individuel (qu'on embrasse volontiers lorsqu'on a
une famille à nourrir). La réalité, elle a belle allure, mais c'est un peu la bonne poire dans l'histoire, encore une excuse à la con pour se conforter dans un malaise existentialiste on ne peut
plus subjectif (et soyons sérieux, comment celui qui rejette son quotidien pourrait-il parler du rapport des autres avec la réalité ?). Et le WTF, c'est juste une douce catharsis. Du coup j'ai
tendance à rejoindre Sirius : j'aime ce que j'aime, je n'aime pas ce que je n'aime pas, et mes expériences me permettent de déterminer le pourquoi du comment de manière totalement abstraite et
illimitée, tout en faisable sensiblement évoluer mon ego (je rejoins assez K66 rapport à la soupe indigeste et à la flamme). Ne prends pas tout ça pour toi hein, c'était aussi un petit coup de
gueule momentané.

Je voulais aussi revenir sur le genre tranche de vie. Ses digressions récentes ont aussi tendance à m'indifférer, mais je ne rejette pas non plus le genre (je pourrais citer Nichijou, auquel je
n'accrocherais sans doute pas sans le random ambiant et le sens assez exceptionnel de l'expressionnisme que la série dégage, on est à des lieues de K-On, qui est beaucoup plus terre-à-terre, je
rapprocherais plus la série d'Hare+Guu se je devais vraiment faire une comparaison). Mais je me retrouve toujours confronté au même dilemme : parfois, j'aimerais que le tranche de vie creuse un peu
plus en profondeur les thèmes qu'il aborde, quitte à glisser temporairement dans le drame. C'était un peu le cas avec Gakuen Utopia Manabi Straight! qui sous son design "moe" cache un background
intelligent, et nous fait miroiter une évolution assez drastique de la situation (je pense toujours à cette scène bonus des DVD où on voit une Manabi adulte nostalgique dans les ruines dévastées de
son ancienne école - dévastées par quoi ? Séïsme, guerre (civile) ? -). Bref, j'aime le tranche de vie lorsqu'il tend vers d'autres genres. Ou alors j'aime le tranche de vie historique, du genre
les récits qui se déroulent durant le Japon de la Seconde Guerre Mondiale, mais c'est aussi très étroitement lié à la notion de drame (dans Ushiro no Shoumen Daare, on passe les trois quarts du
film à observer le quotidien on ne peut plus banal d'une famille, banal pour l'époque). Le quotidien n'est pas toujours cette ombre menaçante qu'on lui prête, et j'aime que des oeuvres
s'intéressent aussi à ces valeurs un peu désuettes mais touchantes qui formaient le(s) quotidien(s) d'autrefois. Ce qui est amusant, c'est que des séries comme Lucky Star pourraient très bien
prendre une valeur commémorative si elle était vue, disons, un petit siècle dans le futur, dans un autre contexte quotidien. Je divague un tantinet, mais je me demande comment nos descendants
percevront tout ce fourbi otaque. On peut sans doute reproduire ce schéma sur nous-mêmes avec les représentations du quotidien d'époques révolues, sans les idéalisations qu'on leur prête (je pense
aussi à Eikoku Koi Monogatari Emma, et de son côté docu-fiction bien loin du mysticisme de l'Angleterre de Jack l'Eventreur). Dans une certaine mesure, j'aime le tranche de vie donc, lorsqu'il a
quelque chose à offrir, pour sa valeur témoignage innée. C'est aussi un des éléments clés des films Ghibli, d'ailleurs.

Personne n'aime rien, tu aimes juste ne pas aimer.


Natth 16/04/2011 00:59


Ton âme, tu vas la perdre quand tu t'apercevras que le copain de lycée d'Hitomi (Escaflowne) et l'homme-chat voyeur d'Urotsukidoji ont le même nom. Je crois que je ne regarderai jamais un Amano de
la même manière...

Pour le reste, il y a suffisamment de violence physique, mentale et de gore (Urotsukidoji) pour oublier toutes les perversions sexuelles (voyeurisme, viol, tentacules...). Mais le pire est que les
auteurs n'ont pas oublié leur scénario. La preuve, ils n'ont pas trouvé d'argent pour faire le remake d'AnK en 2010 (initialement 13 OAV et pas un seul de sorti). Si ça c'est pas la preuve que cet
anime est exceptionnel...


Helia 16/04/2011 13:08



« Ton âme, tu vas la perdre quand tu t'apercevras que le copain de lycée d'Hitomi (Escaflowne) et l'homme-chat voyeur d'Urotsukidoji ont le même nom » = Je suis pas vraiment du genre à
focaliser sur les noms donc avec un peu de chance, j’y survivrai.


 


« Pour le reste, il y a suffisamment de violence physique, mentale et de gore (Urotsukidoji) pour oublier toutes les perversions sexuelles (voyeurisme, viol, tentacules...) » = Je dois
avouer que la façon dont tu en parles laisse présager quelque chose d’atroce, j’ose à peine imaginer l’ampleur de cette « œuvre » et les séquelles que ça pourrait laisser.


Cela pourrait être un challenge personnel X’).



Rukawa 15/04/2011 20:23


tu peux mater Mahoujin Guru Guru.


Helia 16/04/2011 13:08



« tu peux mater Mahoujin Guru Guru » = Je mets ça dans ma Wishlist immédiatement o7



Rukawa 15/04/2011 19:50


et pis, tu ne peux pas être mon padawan, remettre dans le droit chemin un thaliste c'est beaucoup trop épuisant mentalement :(
je ne suis qu'un simple humain :/


Helia 15/04/2011 20:04



« nan je ne suis pas un vieux loup :(
le loup a connotation avec le mot solitaire » = C’est pas faux. J’avais dans la tête l’image du vieux loup de mer dans un roman jeunesse que j’avais lu étant petite, le marin bougon au grand
cœur, mais c’est vrai que dis comme ça…


 


« en formateur de champions j'ai surtout eu des échecs cuisant comme NiKi et kyouray :/ J'aurai pu en faire des types vraiment bien. enfin, je me console avec Jevanni qui a pas trop mal
tourné » = C’est un peu dommage d’arrêter aussi prématurément quand même =O.


 


« et pis, tu ne peux pas être mon padawan, remettre dans le droit chemin un thaliste c'est beaucoup trop épuisant
mentalement » = Ah, parce que je suis considérée comme une thaliste maintenant ? Soit XD. Mais justement ! Tu vas me laisser errer dans les flammes insondables des abysses sans que
jamais je voie la surface =( ? Et même pas un dernier conseil avant de partir =( ?






Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories