12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 00:00

Non pitié pas taper, ramassez les pierres, je vais m'expliquer, je vais m'expliquer !

J'ai découvert l'anime Mai Otome un peu comme tout le monde, en tant que suite de l'anime Mai Hime (que je n'avais pas aimé, comble du paradoxe) et histoire de voir si ce n'était pas mieux. Je suis tombée sur cet article de FFenril et...j'ai décidé de le voir, juste pour le lulz. Et effectivement, c'était bien une daube énorme, alors pensez-vous bien, quand j'ai su qu'il existait un manga, j'étais en maque de ma petite dose de Lol/Wtf quotidienne et peut être aussi sous emprise de substances illicites, qui sait. Toujours est-il que j'ai lu le manga de Mai Otome jusqu'au bout, Mai Otome Araishi compris. Et le pire dans cette histoire, c'est que j'ai aimé ! Remontons dans le temps pour reconstituer le crime !

\!/ Risques mineurs de spoilers !  \!/




Un pauvre gars complètement persécuté par ses camarades de classes, qui sont de vrais loubards, s'enfuit de son école de cassos et arrive, on ne sait trop comment à passer les auditions pour devenir princesse à se faire embaucher comme sosie de la défunte princesse Mashiro à laquelle il ressemble beaucoup.
Avant de n'enfiler qu'une vulgaire perruque et un peu de maquillage magique, il rencontre une jeune fille de manière assez courante pour un manga harem, c'est-à-dire par le biais de sa culotte. Cette fille c'est Arika.


Oui je sais, ça commence mal... Mais c'est après la transformation miracle qu'on réalise donc que la princesse Mashiro que l'on suivra tout au long de l'histoire ne sera pas la stupide loli agaçante de l'anime mais un mec. 1 point pour le manga ! Après avoir croisé Arika, c'est en tant que princesse qu'il rencontre Nina Wong qui est chargé de sa protection en tant qu'otome, c'est-à-dire une pucelle qui déchire tout et qui est éduquée pour foutre la pâtée aux méchants tout en n'étant qu'un gentil petit toutou pour son maître. Le mec en question semble aussi pervers que n'importe quel homme...enfin à sa décharge, le panty-shot avec Nina était tellement voyant que même moi qui suis une fille je n'aurais pas pu ne pas regarder.


Et la petite scène qu'il imagine suite à cette mésaventure est juste épique (j'aurais voulu plus de trucs comme ça dans Mai Otome l'anime, ça aurait changé des scènes d'onsen tiens...).


Ce n'est pas retentissant mais un petit sourire s'esquisse. Ensuite Mashiro re-rencontre Arika mais en tant que princesse, se fait attaqué par des super-méchants, blablabla, sauvé par Arika qui est définitivement moins chiante dans le manga que dans l'anime. Ce n'est plus l'héroîne aussi, du coup on la voit un peu moins et surtout on ne l'entend plus et ça, ça fait un plus non négligeable.1 point pour le manga ! Sinon Mashiro intègre l'école des otomes, qui ne sont pas « cools, fortes, et belles » pour ceux qui saisissent l'ironie de la chose, et apprend les rudiments de princesse en compagnie de tout un tas de jeunes filles en fleurs qui ne demandent qu'à l'avoir comme maîtresse (en gros les otomes sont au chômage et Mashiro un des seuls patrons potentiels qui puissent les prendre) ou à lui chourer son beau collier qui a des pouvoir magiques et MYSTERIEUX. Il fait aussi la connaissance d'Erstin, étiquetée poitrine F et androphobe, qui s'ajoute au harem. En gros Mashiro doit partager sa chambre et sa vie avec d'abord deux puis trois aguichantes jeunes filles sans laisser éclater le secret de son sexe ni se laisser aller à la tentation sous peine d'être privé de sa virilité par Sergay le premier ministre et Natsuki la directrice de l'école. Bizarrement il préfère les saignements de nez à répétition qu'être de nouveaux bizuté par les cassos de son ancien lycée !



Bon, après il se passe pleins de choses plus ou moins intéressantes mais qui semblent totalement caricaturales, à un tel point qu'on ne sait plus si l'auteur fait exprès ou si c'est vraiment le scénario (l'exemple du « Je suis ton père » par le robot/Dark Vador m'a fait éclaté de rire...avant de me rendre compte que si, C'ETAIT son père...OMG). D'où l'afflux de second degré. Le scénario est quand même beaucoup plus *intéressant* que celui de Mai Otome l'anime (d'un autre côté c'est pas bien difficile), donc 1 point de plus pour le manga ! Et puis y a un passage culte avec Akane qui montre bien que c'est une caricature voulue de Mai Hime.



Pis la petite allusion yuri qui tue entre Haruka, Yukino et leurs clones maléfiques était assez gratuite mais c'est fou ce que la réaction d'Haruka peut être priceless ! Pas de Shizuru X Natsuki dans aucun des mangas que ce soit Mai Hime ou Mai Otome d'ailleurs, et tant mieux, ça commençait à être lourd de voir autant de yuri et du yuri aussi gras, 1 point de plus pour le manga !


Le scénario évolue quand même sans trop de temps morts et même s'il n'est guère original (c'est peut dire), usé et abusé jusqu'à l'os, voire simple prétexte à du fanservice, il est traité jusqu'au bout bien gentiment et le héros finit même par avoir l'air classe. Deux fois.





Et puis il y a le manga bonus, Mai Otome Araishi qui ajoute un petit arc à la série et qui va encore plus loin dans l'auto-caricature.


 Cela commence fort simplement par Mashiro tranquille avec son petit harem qui voit soudainement la moitié de l'école fondre sur lui. Et là on a une parodie de sacrifice assez croustillante.



Et puis le frère jumeau de Nagi, le roi de la principauté voisine pour ceux qui sauraient pas, débarque et met à ses pieds l'école des otomes de manière économique : forcées de payer des dettes monstrueuses les otomes et Mashiro lui appartiennent et il décide de faire de ce dernier sa maid attitrée juste pour l'humilier. On voit alors son admiration pour Nagi qui est...totalement absurde.


Et Mashiro (qui est un homme je le rappelle) agissant comme la parfaite maid de manière totalement naturelle est tordant. Surtout quand il réalise qu'il prend goût à la soumission et à l'uniforme !



Pendant ce temps Erstin réfléchit à une manière intelligente de libérer le héros, ce qui donne du Sailor Moon *légèrement* ecchi. C'est Erstin aussi...


En gros, ce que j'ai pensé du manga se résume à ça : « Why Sunrise, why ? ». Sunrise aurait pu faire de Mai Otome un anime encore plus sympathique que sa version papier mais on dirait qu'il se sont acharnés à faire disparaître le peu de qualités de l'original. Car oui, il ne faut pas se leurrer, Mai Otome n'est pas le manga du siècle, encore moins celui de l'année. C'est un divertissement sympathique sans plus, un peu lassant parfois, mais globalement qui ne perd pas trop d'intensité et qui suit son histoire sans détours tout en offrant un début de psychologie au héros, ce qui est pour moi plutôt rare pour un manga harem, car Mai Otome est un manga harem (et Arika en fait partie ;__ ; ). Beaucoup de panty-shots au début mais ça finit par s'atténuer au fur et à fur que l'histoire devient tragique même s'ils sont légions (genre aucune fille n'est foutue de mettre une jupe dépassant les trois centimètres de longueur et Erstin n'a toujours pas investi dans la chirurgie esthétique pour réduire son bonnet F, au moins ça lui sert d'attaque de la mort qui tue...)



En conclusion :
Pourquoi cracher sur Mai Otome, le manga :
_être sincèrement allergique aux petites culottes
_avoir trop souffert de l'anime pour ne pas en avoir garder de graves séquelles qui font que la vue d'Arika leur serait fatale
_être une fangirl de Shizuru X Natsuki
_rechercher un scénario profond et philosophiquement irréprochable
_avoir mieux à foutre
_ne pas être sensible au potentiel lolesque des daubes
_ énième comédie harem
_vouloir absolument que Tomoe la lesbienne aux mauvais goûts abuse de Shizuru  avec un déguisement de bébé

Pourquoi en venir à apprécier Arika...euh Mai Otome :
_globalement une histoire et des personnages sympathiques
_ Arika ferme sa gueule et est presque mignonne
_Nina ne se tape pas son père
_le héros finit par avoir la classe
_Erstin sert à quelque chose \o/ (ou presque)
_pas de loli Mashiro
_apprendre que Nagi est un fan de SM n'a pas de prix
_pas si mal dessiné mine de rien
_fanservice !!!
_la relation entre Mai Hime et Mai Otome prend enfin un sens ou presque !
_des moments presque émouvants
_pas de milliards de noms inutiles supplémentaires à apprendre ni de Mai qui cuit du ramen

Voilà, ça y est, je file dans mon bunker attendre ma lapidation publique. Je n'ai qu'une seule chose à dire pour ma défense : FANSERVICE ~DESU !!!



Vous ne pensiez tout de même pas que vous alliez échapper à la petite image fanservice avec les vaches quand même !

 

D'ailleurs, faudrait que je déclare très bientôt au monde mon amour des vaches, de toutes les vaches (sauf Arika).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories