23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 15:00

Mangas

 

Il y a des années de ça, je me souviens être tombé, dans un mini catalogue Soleil Manga, sur un extrait issu d’un manga fort intriguant qui parlait notamment d’un meurtrier multirécidiviste indifférent aux cris de ses victimes. J’ai longtemps cherché ce manga, sans succès. Et puis l’autre jour, alors que je sortais ma carcasse d’asociale pour rendre visite à une amie prépaïste, que vois-je dans sa collection ? Le manga en question. Comme elle est gentille, elle me l’a prêté. Et je dois dire que je ne regrette pas ma lecture…

 

 

God save the Queen

 God01.jpg

 

Adaptation d’un roman d’Hiroshi Mori par la mangaka Yuka Suzuki, ce one-shot, se déroulant dans un 22e siècle dont on ne sait rien, nous narre l’arrivée de Michiru Saeba et de son compagnon androïde Roidy, qui jusque là étaient perdus dans le désert, dans une ville étrange et paisible, coupée de toute civilisation, un véritable jardin d’Eden d’où le bien et le mal ont disparus. Impressionné par la beauté de l’architecture et de la reine des lieux, Déboh Suho, Michiru pense prolonger son séjour dans ce petit paradis artificiel, malheureusement pour lui, à peine est-il arrivé que se produit un horrible meurtre. Que se cache-t-il derrière la façade idyllique de cette cité ? Voilà ce que découvrira Michiru au terme d’un éprouvant voyage métaphysique…

 

Bizarre, vous avez dit bizarre ?

Etrange. Voilà ce qui définit le mieux God save the Queen. Il s’agit d’une histoire profondément étrange et pas forcément très facile d’accès. Par son format de one-shot, la dessinatrice a dû compresser au maximum le roman original (que je ne connais pas) et ça se ressent dans le déroulement du récit. Le tout début est lent, presque planant, et tout à coup tout s’accélère, tout va trop vite, voilà Michiru propulsé, comme le lecteur, en plein cauchemar et tout en allant trop vite, le manga nous propose nombre de scènes contemplatives qui ne prendront sens que dans les toutes dernières pages. D’où une drôle d’impression. Rien n’est jamais ce qu’il parait être au fond. Notre héros, Michiru, hanté par son passé, nous reste un total inconnu pendant près des ¾ du livre et celui qu’on voit au départ comme un très jeune homme un peu farceur, un peu androgyne, se révèle infiniment plus complexe en réalité. Ses cauchemars récurrents, ses réveils en sueur ou la légère différence entre ses deux yeux (presque imperceptible au départ) nous mettent la puce à l’oreille mais sa véritable identité reste encore cachée, enfouie en lui-même.

 

God02.jpg

 

Voyage initiatique

Ce qui est le plus surprenant dans God save the Queen, c’est que l’histoire se mue en prétexte d’histoire. En effet, ne vous attendez pas à un thriller trépidant juste parce qu’il est question de meurtre. Certes Michiru mène l’enquête, or ce n’est déjà plus une enquête policière mais une quête philosophique. Le meurtre est un point de départ à une réflexion sur la vie, la mort, la folie des hommes et leur besoin d’utopie. Car dans cette ville mystère, comme l’annonce la reine, on ne meurt pas, on entre dans sa « période de long sommeil », ce à quoi Michiru répond que sans volonté un corps, même intact, ne sert plus à rien. Les habitants ont beau être persuadés de la perfection de leur système de cryo-conservation et crier haut et fort que Dieu les fera revivre, il est évident que la cité, n’entretenant aucun rapport avec le monde extérieur, est promise au déclin. Et c’est là qu’intervient un des fantômes du passé de Michiru, le fameux tueur multirécidiviste, menace omniprésente et longtemps absente, fantasmagorique.

 

God03.jpg

 

Que le fou sauve la reine

God save the Queen est donc un manga atypique, mystérieux, ensorcelant même, qui réserve de nombreux rebondissements. Ainsi le plus grand secret de Michiru, ancré dans son corps, se trouve sous notre nez et pourtant nous ne le voyons ni ne le devinons jamais. Mais la beauté et la complexité de ce voyage métaphysique ne se révélera pas forcément à tout le monde car même après plusieurs lectures, beaucoup d’éléments sont encore dans le flou, laissés à l’interprétation du lecteur. Les amateurs d’étrange devront être ravis.

 

God06.jpg

 Extrait de l'annexe présente dans Le Labyrinthe de Morphée

 


 

 Et quand il n’y en a plus, il y en a encore ! Autre one-shot adapté par la même mangaka du même auteur, Le labyrinthe de Morphée reprend de nombreux éléments de God save the Queen, dont les protagonistes principaux, et par là on peut dire qu’il s’agit de sa suite spirituelle. Bien que les deux œuvres soient techniquement indépendantes, je vous conseille quand même de les lire dans le bon ordre sinon il va vous manquer un gros bout de l’histoire…

 

 

Le labyrinthe de Morphée

 

God04.jpg

 Toujours au 22e siècle Michiru et Roidy continuent leur périple. Prochain objectif : réaliser un reportage sur l’île Saint-Jacques (inspirée du Mont Saint-Michel), qui ressemble sur pas mal de points à la ville de Lunatic City de God save the Queen, le dernier indice que possède le jeune homme pour essayer de mieux comprendre celle qui avait été sa petite amie. Mais encore une fois un meurtre se produit dès son arrivée, meurtre qu’on ne tarde pas à lui imputer. Dans sa course pour trouver la vérité, Michiru se heurte encore à des révélations inattendues et de vieux secrets qu’il aurait peut être mieux fallut enterrer pour toujours…

 

 Bizarre, vous avez dit toujours aussi bizarre ?

Le Labyrinthe de Morphée est bien le digne héritier de God save the Queen par son traitement onirique, ses scènes contemplatives dont le sens nous échappera jusqu’à la fin, et son déroulement rapide -trop rapide ?- cauchemardesque. Puisque le passé de Michiru a déjà été abordé dans le tome précédent, on touche ici à ses motivations, sa façon de vivre après avoir vécu un évènement aussi tragique, ainsi que sa relation avec Roidy. Ce one-shot est définitivement plus orienté sur le lien qui unit nos deux compères mais aussi sur des questionnements philosophiques tels que « Les machines peuvent-elles devenir humaines ? ». Le sommeil, le corps, l’âme viennent compléter les réflexions sur la vie et la mort, en ce sens, Le Labyrinthe de Morphée se fait l’aboutissement de God save the Queen.

 

God05.jpg

 

Sleeping Beauty

Malgré la ressemblance frappante qui unit les deux œuvres (qui commencent toutes les deux par le réveil comateux de Michiru face à une immensité déserte ou qui contiennent toutes les deux une reine à l’apparence imposante et à la chevelure d’une longueur époustouflante), ce one-shot est bien plus complexe encore que le précédent. Même après plusieurs lectures, certains éléments me paraissent toujours incompréhensibles (et quand je dis incompréhensibles c'est vraiment que même avec une volonté de fer je ne comprend pas comment ça peut être réalisable) et je crois que c’est pour cela que je l’aime moins. Ce n’est pas pour autant qu’il faille bouder le Labyrinthe de Morphée mais une fois encore à réserver aux amateurs d’étrange, voire de métaphysique.

 

God07.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Méta 23/06/2010 23:15


Oui, c'est sur que le 2ème est plus "métaphysique" sur le fond. C'est peut-être ce point qui m'a attiré.

Oui, c'est un coincidence mais je les cherchais depuis pas mal de temps. Ils ne sont plus édités alors c'est dur :s


Helia 23/06/2010 23:30




« Oui, c'est sur que le 2ème est plus "métaphysique" sur le fond. C'est peut-être ce point qui m'a attiré. » = Question de goût j’imagine. Enfin ça ne tient pas à grand chose, je ne
déteste pas non plus le Labyrinthe de Morphée =).


 


« Oui, c'est une coïncidence mais je les cherchais depuis pas mal de temps. Ils ne sont plus édités alors c'est dur :s » = Un peu pareil que moi en fait. J’en avais entendu parler mais
je n’ai jamais pu les trouver. Et je n’aurais jamais pu les lire sans un petit coup de pouce ^^.








Méta 22/06/2010 17:09


On a relevé les mêmes points, même si j'ai une préférence pour le Labyrinthe de Morphée, le décor et l'histoire m'ont plus séduit dans l'ensemble :)


Helia 23/06/2010 22:33



J'avais vu en effet que tu avais également écris des articles sur God save the Queen et Le labyrinthe de Morphée. Sacrée coïncidence ^^.


(Si j'aime moins ce dernier one-shot, c'est surtout parce que je le trouve bien trop incohérent et encore plus difficilement compréhensible que le premier en fait =/. )



Helia 30/05/2010 16:10


En même temps, je crois que ce n’est un secret pour personne XD. Et puis depuis quand le character-design de Lucky Star est-il réaliste ?


X4713R 30/05/2010 08:47


Merci. :)
(Maintenant que j'ai vu l'image en entier et le pied de Konata, je peux le dire: l'illustrateur dessine presque aussi bien les pieds que Ryukishi07 quand il dessine les mains dans le jeu
Higurashi.)


Helia 29/05/2010 20:25


Je me casse la tête à faire un article sérieux et tout et toi tu bloque sur le pied de l’image d’en-tête espèce de vilain ;__ ;.

(La demoiselle c’est Hiyori : http://moe.imouto.org/post/show/87403/izumi_konata-lucky_star-nishiya_futoshi-tamura_hiy )

Sinon worst jeux de mots ever X) (oui je mélange anglais et français, c'est normal) !


Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories