7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 04:03
Article écrit à 4H30 du matin dans un état second. Allez pas dire que personne ne vous a prévenu!


Qu'est-ce qu'il y a le premier samedi du mois lorsqu'il se fait tard ? Non pas un film avec de très bonnes actrices amatrices de sucettes à l'anis ou de glaces au citron (don't worry it's safe for work =D) mais bien entendu un débat très cul(turel) elle était facile celle-là. Cet article est avant tout une remise en question...ou ma manière à moi de me noyer dans un verre d'eau.

Question centrale très con : Peut-on être soi-même sur Internet ?



(Prenez ça comme un intermède...ou une ruse stupide ET sournoise de ma part pour justifier le fait que je soit malade comme un chien et donc que je préfère mater tous les walkthroughs de Final Fantasy X  sur YouTube pour me décider à l'acheter...logique, j'aime me spoiler)



S'il est vrai que beaucoup de gens se connectent sur la toile pour des raisons bien différentes (pour le plaisir, par ce que c'est devenu une drogue, pour se tenir au courant des dernières intoxs...euh infos), nous n'avons pas la même vision de l'Internet et c'est normal. Evidemment dis comme ça, il n'y a pas de problèmes particuliers, mais c'est à partir du moment où tout à coup on décide de faire entendre sa voix dans ce boucan cybernétique que la question prend vraiment du sens. Faire un blog c'est un peu décider de se faire entendre, de crier « Moi aussi j'existe », « J'existe et mon avis aussi est intéressant ». Et exister ce n'est pas toujours facile... Voilà donc la liste des questions que je me pose par rapport au bloging.



T'y vas ou t'y vas pas ?
Créer un blog c'est se lancer dans un défi toujours renouvelé car il faut consacrer énormément de temps : du temps pour écrire des articles les plus intéressants possibles (ou possédant le plus de contenu possible), du temps pour faire parler de lui en postant des commentaires les plus utiles et les plus pertinents possibles sur les blogs des copains (et des copines), du temps pour répondre aux commentaires, parfois hargneux, parfois trop laudatifs pour être honnêtes, parfois touchants. Au début, on s'investit à fond par ce que c'est notre nouveau joujou, on a envie de partager nos passions, mais c'est déjà plus délicat de prolonger tout ça sur la durée. C'est tellement facile de lâcher prise. On se dit « Oh, la flemme de poster un article aujourd'hui, je le ferai la semaine prochaine », trois mois s'écoulent, on se lasse, on se décourage peut être aussi en regardant les blogs des autres, et puis il finit par y avoir autant de mises à jours que de cheveux sur le crâne de Barthez... Se lancer, est-ce que ça vaut vraiment la peine sur une longue durée ?





Salut, je m'appelle bogoss_du_76 et toi ?

Un détail que l'on oublie souvent reste celui de notre identité IRL. En clair, peut-on impunément signer nos articles de notre véritable patronyme ? Il y en a qui le font à fond, et avec le nom complet tant qu'à faire, d'autres juste avec le prénom. On peut dire que c'est à la fois plus convivial (appeler quelqu'un par son nom, le connaître, il y a tout suite comme une sorte de « complicité » qui s'installe), et plus courageux aussi ; on a des idées et on n'hésite pas à se détacher de l'anonymat pour les assumer. De l'autre côté, ça peut aussi poser des problèmes. Imaginons, cas anecdotique et croustillant, que vous êtes dans votre crise d'adolescence à un niveau bien cliché et avancé de kikoololisme. Vous faîtes un blog de kikoo avec parfois de belles conneries à la pelle. Or voilà, un jour vous finissez par grandir, vous oubliez ce que vous aviez écrit et vous passez à autre chose. Oui mais quelle facilité ce sera pour vos enfants et petits-enfants trop curieux de le retrouver sur le net, et quelle honte vous allez vous taper au prochain repas de famille ! C'est le côté marrant. Il peut malheureusement y avoir plus d'ennuis que cela, si vous vous amusez à citer des personnes qui ne seront pas forcément jouasses de voir ce que vous avez écrits sur elles « dans leurs dos », à parler politique de manière un peu abrupte au mauvais endroit au mauvais moment, si votre futur employeur aime particulièrement dénicher les photos compromettantes sur Facebook, etc. De l'autre côté l'invasion des pseudonymes est-elle vraiment préférable ? Trouver sur le net des bogoss_du_76, des meufchod19, des Xx-lOùlOù-xX n'a rien de crédible. Alors entre les deux extrêmes, est-il possible de dévoiler sa véritable identité sur son blog ? Je dirai que cela dépend des blogs. Je sais par exemple, que je ne suis vraiment pas pressée de montrer ce que j'écris à mes proches ; s'il le découvre par hasard, j'en serai d'abord mortifiée, puis amusée, mais au fond je serai plus inquiète qu'heureuse. Ce que je dis ici, je ne le dirai pas dans d'autres conditions...et ma gentille famille n'a pas forcément à savoir que je suis une hikikomori qui hurle « FANSERVICE » devant ce genre de vidéos (nan mais cay abusay l'abus de fanservice en même pas 5 minutes, ils veulent me piéger, c'est ça è___é ? C'est pas désagréable pour autant mais c'est comme la chantilly, faut pas trop en prendre) ou qui s'amuse à jouer à des jeux peu recommandables juste par ce qu'elle n'a rien de mieux à foutre.

Nosebleed...Je fonds...Too much moe for me

 



Enlarge your e-penis/e-boobs...par tous les moyens ?
Quand on fait un blog, on le fait pour les autres bien sûr, mais on le fait avant tout pour soi. Le blogeur c'est quelqu'un qui a envie de parler...et pas à un mur. Trouver un public est délicat, le garder encore plus, le faire réagir en permanence n'en parlons pas. Quand, après une campagne de tous les efforts à poster le plus de choses pertinentes possibles chez les autres pour qu'ils viennent faire un tour chez bibi, on finit par acquérir un petit cercle de lecteurs, on est tout contents, on vérifie 50 fois par jours si on n'a pas de nouveaux messages (mais noooooon, ça ne me correspond pas du tout), on répond tout de suite dès qu'un commentaire est posté pour finalement ne pas ajouter grand-chose, bref c'est la joie. Mais pour avoir le plaisir immense de se sentir utile à l'humanité (ironie inside) il faut des commentaires de temps en temps. Si possibles des constructifs. Un certain site avait prouvé que 90% des commentateurs étaient des floodeurs et c'est vrai que si sur la courte durée ça fait plaisir à l'ego, ça démoralise un peu aussi de voir si peu de répondant. Mais au début un commentaire vaut mieux que rien niveau encouragement. Et pour en avoir, il est nécessaire d'inciter les gens à en faire (par ce qu'il y a beaucoup d'invisibles qui lisent mais ne disent rien). L'étape la plus casse-cou (pour ne pas dire autre chose) et la plus stratégique en somme... Face à ça il y a plusieurs méthodes :

  • Raconter sa vie de manière lourdingue et chiante

Contenu pertinent : 10%
Flux de commentaires : 5% / 15% si vous comptez vos propres commentaires
Probabilité que les lecteurs reviennent : 10%

  • Poster les dernières news...qu'on peut trouver sur 36 blogs différents à trois heures d'intervalles

Contenu pertinent : 33% /0% si c'est un vil copié/collé (bouh, pas bien de plagier)
Flux de commentaires : 55% si vous avez une petite notoriété, sinon epic fail
Probabilité que les lecteurs reviennent : 20%

  • Troller un max dans l'article pour faire réagir

Contenu pertinent : 50%
Flux de commentaires : 85%
Probabilité que les lecteurs reviennent : 30%

  • Poster un pavé extrêmement poussé et rempli d'informations sur un sujet/anime en particulier

Contenu pertinent : 75%
Flux de commentaires : 12%
Probabilité que les lecteurs reviennent : 40%

  • Parler du truc dont tout le monde parle en ce moment en disant que c'est kewl

Contenu pertinent : 20%
Flux de commentaires : 60%
Probabilité que les lecteurs reviennent = Coutre durée : 50% /Longue durée : vaut plus rien

  • Faire de l'humour sur n'importe quel sujet

Contenu pertinent : 50%
Flux de commentaires : 60%
Probabilité que les lecteurs reviennent : 60%

  • Etre une méga-star depuis un petit moment (tout le monde en rêve)

Contenu pertinent = aléatoire /oscille entre l'infini et le néant
Flux de commentaires : 200%
Probabilité que les lecteurs reviennent : 90% (vous êtes devenu un must aussi)
Taux de fanboyisme/fangirlisme : dépasse même votre égo


Mouhahaha, avec cette pomme ensorcelée, je dominerai le mond...la blogosphhère

 



Au fait, j'écris quoi ?
C'est un sujet assez polémique en ce moment mais je trouve qu'il est judicieux de se poser la question « Qu'est-ce que les lecteurs attendent d'un blog ?/ Qu'est-ce que j'attends de mon blog ? ». Faire un blog c'est d'abord pour s'amuser, éviter les prises de tête et parfois en profiter pour exprimer ses opinions en toute impunité. Mais il y a certaines règles tacites ; on n'écrit pas n'importe quoi n'importe comment. Bien sûr il y a l'orthographe qui compte énormément mais c'est le contenu le plus problématique. Il y a des gens qui aiment bien les petits articles légers portant sur les scoops et/ou avec humour, d'autres qui préfèrent les gros articles de fond qui explorent le plus possible les sujets abordés, d'autres encore qui adorent les listes, les tutoriaux, les « épisodes » (genre vidéoludiques ou podcasts), les news ou juste les résumés des épisodes de la dernière série en date (on ne citera pas de titres pour ne pas faire de vagues :p). Face à toutes ces divergences, c'est avéré : on ne peut pas plaire à tout le monde. Quelques fois de vieilles traces de censure subsistent sur certains points et il est difficile de ne pas foncer droit dans la gueule du loup en abordant le tabou (allez, soyons joyeux, soyons fous : parlons de politique : pour ou contre l'euthanasie de tous les hommes politiques ? ]oups, je crois qu'on appelle ça un homicide, sinon un génocide). Alors je fais quoi ? J'ai un avis bien tranché sur la question, j'essaye de rester neutre ou je déballe tout de suite tout ce que je pense ? Là encore ça dépend sur quoi. Rester neutre sur les polémiques assure de se faire lyncher avec de moins gros cailloux (ou par les deux camps quand on est malchanceux) mais sur quelque chose qui touche à l'affectif, ça peut rendre l'article froid et fade. A l'inverse, trop ouvrir sa gueule (pas forcément pour troller hein) peut ramener pas mal d'ennuis mais le déchaînement de passion qui se ressent par la suite sur d'autres chose a quelque chose presque envoûtant, bien que subjectif (bien sûr). Le tout serait donc de jauger quelle attitude avoir quand et sur quel point. Et avec toutes ces restrictions, elle est encore là ma liberté d'expression ?





Ouais, et alors ?
Alors j'en reviens à ma question pseudo-métaphysico-mesfesses de départ : Peut-on être soi-même sur Internet ? Genre je viens de faire cet article (bidon ?), il y a des gens qui me diront « ouais trop cool t'es géniale » et d'autres « mais osef, tu racontes n'importe quoi c'est nul ». Selon la proportion de l'un ou de l'autre camp, je n'en tirerai pas les mêmes conclusions : trop de l'un fera que mon ego deviendra trop gros pour pouvoir s'asseoir sur la Tour Eiffel et que du coup je me mettrai à tout considérer comme acquis ; trop de l'autre fera que je finirai par me demander si l'article avait une utilité de départ (ici la réponse est non, j'avoue, c'est ça qui est cool parfois) et si « on peut parler de tout, oui, mais pas avec n'importe qui » pour reprendre Desproges. Si on ne peut plus parler de tout ce dont on a envie de parler, quel est l'intérêt de faire un blog (ou un site, je ne suis pas « websitophobe» (/me WTF)) ? Quel est même l'intérêt de se connecter sur Internet si ce n'est pas pour lire des avis très différents sur tous les sujets ? Faut-il ignorer la censure tacite qui plane parfois inconsciemment sur nous sur des sujets bien ciblés ? Faut-il écrire pour les autres et s'oublier soi-même ? Fait-on un blog pour raconter sa vie à un moment ou à un autre ? Pour ne jamais le faire ? Peut-on dévoiler qui on est IRL ? Toutes ces questions restent pour moi encore un peu obscures même si des pistes se dessinent quand même à mes yeux. Mais je serais ravie d'entendre des opinions différentes sur « La meilleure façon de bloguer en 6 leçons /Comment avoir la classe en bloguant sans les pieds » (tu peux pas test, la fièvre ça donne trop des phrases de chelous qui veulent rien dire parfois quoi mec).

Sur ce je repars me noyer dans mon verre d'eau, c'est qu'il fait chaud bordel...ah on me souffle à l'oreille que je devrais arrêter d'écrire à 4h du mat' sous l'emprise de vertiges que c'est vraiment la dernière fois que je le fais...avant la prochaine.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kapalsky 08/09/2013 23:02

C'est vrai que créer un blog est devenu très "mainstream" ces dernières années, et pas toujours pour les bonnes raisons (les skyblogs par exemple).
C'est aussi vrai que des fois la volonté d'alimenter un blog, podcast ou autre, peut vaciller: peu de lecteurs, pas de feedback, l'impression de n'écrire que pour soi...
Des tas de gens expriment leurs opinions et leur individualité sur les plateformes, et quelque soit l'impact qu'ont leur écrits, c'est tant mieux, car à cette époque où on nous fait avaler tout et
n'importe quoi, je pense que ce dernier bastion de liberté qu'est le Net est encore le seul ou on peut ouvrir sa gueule et espérer que quelqu'un entende l'écho.

Si cela joue un rôle positif pour les générations futures, à savoir élargir leur esprit, leur sens critique et leur esprit de découverte, alors je dis oui, bloguons encore autant que nous le
pouvons :D

Helia 21/11/2013 17:26



Le phénomène des blogs
a sérieusement diminué pourtant, non ? Les gens sont davantage sur Facebook, Twitter et Tumblr qui permettent la brièveté et une interaction poussée. Le blog n’étant plus qu’un outil
d’écriture pure, il fait fuir ceux qui ne se sentent pas capable de faire des textes structurés et construits, je pense, ce qui est dommage =/.


 


Comme le dit un
proverbe « Les paroles s'envolent, les écrits restent » : le souci de l’immédiateté des réseaux sociaux c’est que le mots disparaissent sous la masse là où un blog gardera les traces
via ses archives. C’est pour ça qu’on en a besoin et que j’espère que le support perdurera.



genshimada 16/05/2012 23:02

Cher Hélia,
Je trouve ton blog tout juste excellent, étant moi-même un otaku (ou en tout cas je le pense bien sinon je ne serais peut être pas ici à lire tout tes articles avec délectation) j'arrive à
comprendre ton sentiment de frustration de voir que ceux qui lisent tes articles, se sentent concerné mais n'osent pas répondre ou ajouter sa pierre dans la la vague (ça veut rien dire u_u). Étant
aussi en filière littéraire (de niveau 10 avec compétence flemmardise) je trouve tes articles très bien écrits, bien amenés, le bonheur quoi.
En ce qui me concerne les blogs j'ai essayé mais j'ai abandonné, comme tu dit on peux vite se décourager... J'adore ton blog (encore une fois), j'en suis d’ailleurs devenu fan tant par la justesse
de tes articles, de la folie qui les parcourent, de leurs humours éclatants et par leur sujets toujours autant passionnant (oui même cet article, tes réflexions sont intéressantes, voir tirées par
les cheveux par moment mais franchement... Continu comme ça

Helia 22/05/2012 23:43



Eh bien, merci genshimada, ça me fait très plaisir que mes articles plaisent, j’essaye de les rédiger du mieux que je peux donc c’est toujours gratifiant s’ils sont efficaces ^^.


 


Forcément c’est un peu triste de se dire que parmi toutes les personnes qui liront un billet très peu me diront ce qu’ils en pensent. Du coup c’est parfois difficile d’estimer si ce que j’écris
est bien ou pas. Mais j’ai globalement des commentateurs de qualité donc je ne me plains pas o/.


 


Sinon, ajouter sa pierre à l’édifice, tu veux dire ? J’avoue que j’aimerais bien que plus de monde participe, surtout ceux qui en ont les moyens, après il ne faut pas que ça vire à la
dictature, on est pas obligé de tenir un blog et il existe des tas d’autres moyens d’expression.


 


« tes réflexions sont intéressantes, voire tirées par les cheveux par moments » = Mais elles sont TOUJOURS tirées par les cheveux, mon caporal :3. C’est ce qui fait ma réputation de
barjo \o/.



Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories