27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 14:29

Aujourd’hui on va tenter une petite expérience : je vais prendre le média du Visual Novel comme base pour partir complètement en vrille dans des réflexions personnelles à penchant philosophique (une lubie que je garde d’habitude pour des discussions plus privées). Car oui, j’adore me retourner la cervelle jusqu’à plus soif en réfléchissant sur des tas de choses que plus personne ne prend la peine de remettre en doute. En l’occurrence ça tient plus à de la théorie littéraire qu’autre chose mais bon…Non, ne me remerciez pas, petits chanceux.

 

(Pis, il paraît que c'est à la mode de parler VN : l'article de Suryce sur les visual novel en France et celui de Dri sur comment en créer l'attestent, ça intéresse visiblement des gens )

 

Z01.jpg

Tenshin Ranman - Lucky or Unlucky

 

Le fait de monter mon propre projet me permet de comprendre pas mal de choses sur la production de VNs actuelle, tant du point de vue amateur que du point de vue commercial, Orient et Occident confondus. Et notamment pour tout ce qui concerne la romance.

 

L’amour a toujours été le pilier de la littérature, de l’Antiquité jusqu’à nos jours le sujet a été traité à toutes les sauces (de L’art d’aimer d’Ovide à la théorie de la cristallisation de Stendhal dans De l’amour en passant par L’Astrée d’Honoré d’Urfé ou Les Hauts de Hurlevent d’Emilie Brontë), il est partout. En fait je crois qu’on peut même considérer que la grosse majorité des récits « romanesques » (pas les traités de philosophie et les essais historiques donc) tournent autour de l’amour. S’il n’est pas au premier plan (ça arrive), il reste inévitablement quelque part dans le décor (ex : Le Meilleur des Mondes, Les Lettres Persanes). L’amour c’est LE thème universel, à tel point que certains estiment que c’est le seul sentiment qui peut relier tous les êtres humains sans exception (car « nous avons tous été amoureux au moins une fois dans notre vie », déployez la guimauve). Ce n’est donc guère surprenant quand on liste les différents types de VNs/eroges disponibles sur le marché de retrouver une quantité effroyable de romances. Jusque là on nage dans les lieux communs mais mon expérience naissante me donne l’occasion d’élaborer un certain nombre de théories à ce sujet.

 

Z02.jpg

Separate Blue

 

Je me suis toujours demandé pourquoi, dans tout bon harem qui se respecte, le héros faisait tomber les filles presque instantanément, pourquoi le simple fait de ramasser le stylo d’une demoiselle lui donnait systématiquement un droit de cuissage. La réponse est triste : parce que c’est plus facile. Construire une relation cohérente et plausible entre un gars et une fille qui découvrent leurs sentiments demande pas mal de doigté, ça se fait lentement, à travers une séries d’évènements fragiles. Autant dire que parfois la tentation est grande d’envoyer le travail d’orfèvre au diable et de déclarer « Ok, il est temps de sortir l’argument ultime des écrivains depuis le Moyen-âge (et bien avant) : le coup de foudre ! ». Avec le coup de foudre (ou le philtre d’amour si on prend exemple sur Tristan et Iseut), tout roule avec une aisance assez incroyable vu qu’après un bon déplantage de forêt, le chemin vers la fin du récit ressemble à une ligne bien droite (c’est un peu plus subtil que ça mais globalement on vient de rendre la Terre plate en un coup de bulldozer cosmique). Je pourrais vous citer tellement de mauvais romans à l’eau de rose de mon adolescence si ceux-ci avaient eu une réelle influence sur mon cerveau corrompu, mais voilà je ne me souviens plus de grand-chose sinon que le schéma est très répétitif et que c’est justement ce qui plaît aux lecteurs/lectrices à mon avis. Le coup de foudre est un peu un gros fantasme très humain aussi car son existence signifierait que vous n’avez pas besoin de faire des efforts pour être aimé, ça tient à de la magie. Mauvaise nouvelle, un coup de foudre s’il existe, ça se provoque et la séduction est un jeu dont vous pouvez rarement vous dispenser pour conquérir le cœur de l’être désiré. Il n’y a vraiment qu’Aragon pour commencer un livre avec une phrase d’accroche telle que « La première fois qu'Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide » qui est un véritable pied de nez à l’archétype du coup de foudre.

 

Z04.jpg

Bloody Call

 

Faire en sorte que toutes les jolies demoiselles tombent amoureuses du héros via ce truchement est donc compréhensible bien que contestable. La parade du « rayon laser », aka annihiler tous les hommes potentiellement baisables d’un environnement (voire de la Terre entière pour Sekai ni Otoko wa Jibun Dake) pour que la femme, cette nymphomane née, se jette sur le seul porteur de pénis du coin, est aussi compréhensible bien que toujours contestable. Ce que je ne m’explique pas c’est cette facilité exacerbée qui règne dans la plupart des VNs/eroges existants. Souvent, dans les cas des plus génériques (genre la série des Come See Me Tonight), on a une introduction, beaucoup de comédie en milieu lycéen eeeeeeet le héros n’a plus qu’à faire un peu attention à l’élue de son cœur pour qu’ils sortent ensemble et éventuellement accomplissent leur devoir conjugal avec zèle (ah, les jeunes…). Quel est l’intérêt ? Quel est l’intérêt d’une histoire d’amour aussi plate ?

 

Z10.jpg

Shuffle Essence +

 

On en arrive à un élément qui me semble important pour tous ceux qui désirent réaliser leur propre VN un jour : en lurkant sur la liste de jeux proposés par Ren’Py, je me rends compte qu’il existe encore plus d’œuvres amateurs que je ne le pensais mais beaucoup tombent sous le coup du maléfice du « Sympa mais oublié une fois terminé ». Pour se démarquer des autres productions je crois qu’il n’y a qu’une solution : créer un jeu « mémorable ». Pas mémorable au sens de « chef d’œuvre absolu » (quoique si vous le pouvez, faut pas s’en priver) mais plus dans l’idée qu’il doit rester un petit quelque chose du visionnage. Et pour ça il y a plusieurs facteurs qui jouent.

 

Z05.jpg

Love & Order

 

Le premier est à mon sens la durée. Un rapide coup d’œil sur VNDB vous indiquera que la plupart des très gros jeux (qui font plus de 50h) sont principalement des blockbusters connus comme Clannad ou Fate/stay night alors que la plupart des tout petits jeux (qui font moins de 2h) sont justement des jeux amateurs dont vous ne soupçonnez même pas l’existence. Globalement un VN qui dépasse les 50h de jeu est une garantie assez fiable de la présence d’un scénario (on ne peut pas faire une histoire de cul bateau qui tienne aussi longtemps toute seule), une donnée parfois faussée par la possibilité d’un gameplay dans certains cas qui allonge plus ou moins artificiellement le temps passé devant l’écran. Mon argument est simple : si vous passez un quart d’heure ou une demi-heure à lire un récit, il vous marquera forcément moins que si vous avez sué sang et eau pendant des semaines pour en venir à bout. Donc au final, le jeu vous marquera plus dans le second cas parce qu’il y aura un sentiment d’accomplissement. Par exemple, je me suis sentie plutôt fière d’avoir terminé Ever17 en entier et j’étais soulagée d’avoir enfin la bonne fin de Kirimiya dans Yume Miru Kusuri. En revanche je n’ai tellement rien retenu du très simple Sore ja, Mata ne que j’ai abandonné l’idée d’écrire un article dessus tant je manquais de matière et il est vite tombé dans les limbes de mon esprit. Ecrire une histoire trop simple est donc une bonne idée dans l’optique de s’essayer aux VNs amateurs mais c’est une très mauvaise idée dans l’optique de provoquer un impact sur le lecteur. 

 

Z03.jpg

AQUAS


Le deuxième point concerne le problème de l’inspiration. Souvent les gens qui font des VNs amateurs prennent modèle sur des jeux qu’ils aiment (logique) mais n’arrivent pas forcément à s’en détacher et finissent plus ou moins par faire de leur création un « ersatz » de récit déjà existant (c’est aussi le cas des « fangames »). Je sais bien que c’est un cap difficile pour tous les aspirants écrivains mais il y a quelques éléments à garder en tête : cette histoire qui vous a tant plu n’est pas la seule bonne histoire qui existe dans le monde des VNs donc n’hésitez pas à tester le plus de choses possibles pour enrichir l’expérience, ne restez pas centré sur l’idée d’un Higurashi-like ou d’un Kanon-like ; et surtout plagiez malin. Le plagiat est perçu de manière très négative à notre époque, il n’en a pas toujours été ainsi (au XIXe siècle certains auteurs traduisaient les œuvres de langue étrangère en les reformulant complètement à leur sauce, c’est par exemple le cas de plusieurs nouvelles de Nerval) et le terme est utilisé dans des cas très différents. Réécrire une œuvre existante en changeant uniquement deux ou trois détails c’est du plagiat (par exemple, beaucoup considèrent que La bicyclette bleue est un plagiat éhonté d’Autant en emporte le vent), partir d’un bout d’une œuvre existante et y ajouter d’autres références et un peu de soi c’est de la création littéraire. Il faut bien avoir conscience qu’il est impossible au XXIe siècle d’inventer de la « matière première », tout a déjà été pensé avant par quelqu’un d’autre en somme. La littérature ne peut évoluer que si on dépasse cet état de fait en utilisant l’alchimie : on combine des matériaux anciens, du usé jusqu’à la trogne, pour en faire des mélanges innovants et nouveaux. L’inventivité réside donc dans le dosage et dans l’implication qu’on rajoute. Refaire Roméo et Juliette c’est du déjà vu, prendre la situation de base, héros que tout oppose et voués à ne jamais se retrouver, et la mettre dans un contexte complètement différent, - au hasard dans un monde fantastique genre île volante, pégases et arbres magiques qui soutiennent le monde plus tyrannie, résistance et guerre civile* – c’est innover en mélangeant des influences diverses en un tout cohérent. Il est donc primordial de prendre du recul pour rendre cette alchimie possible et se délivrer de modèles parfois trop encombrants.

 

*si ça vous dit quelque chose c’est normal, je viens de vous décrire le scénario de Romeo X Juliet

 

Z07.jpg

Re : Alistair

 

Le troisième point concerne justement la romance. Enormément de VNs amateurs ou commerciaux nous présentent des histoires d’amour avec le même problème que leurs homologues japonais : il n’y a rien de particulièrement gratifiant pour le lecteur à voir Gars A Lambda sortir avec Miss B Lambda, partie de jambes à l’air incluse ou non. Ainsi le VN amateur de Sakevisual, Re:Alistair, s’illustre plus par le sympathique mélange online/IRL que par la non-personnalité des trois beaux gosses à séduire. En réalité je constate que c’est surtout mon opinion de grosse littéraire élitiste vu que les fans femelles de Sakevisual ou de Christine Love (de même DTP se démarque plus par son utilisation de Facebook que les tribulations amoureuse des ados) semblent demander toujours plus de romance fade de la part des studios (probablement parce qu’elles se reconnaissent dans la non-personnalité de l’héroïne et dans le fait que les mâles courtisés soient beaux et creux), ce qui me désole profondément. Tant de potentiel gâché… Mon avis je le nourris de plus de vingt siècles de littérature : dans les bons romans il y a toujours un obstacle quel qu’il soit pour compliquer la relation des amoureux et le lecteur n’a qu’une envie c’est de voir ces derniers triompher des épreuves dans un happy end (Tristan et Iseut quelqu’un ?). Toute hostile que je sois à la disneylandisation à outrance du monde, je ne suis pas particulièrement gênée par une happy end si elle découle d’un conflit enfin surmonté. Ce que je ne supporte pas c’est que Gars A Lambda obtienne sa happy end avec Miss B Lambda alors qu’il ne s’est rien passé du tout ou que leur seule épreuve aura été de choisir un restaurant pour la Saint Valentin (dans le 1e Come See Me Tonight la seule épreuve de tout le jeu c’est quand le héros se fait taper sur les doigts pour avoir laissé les plaques de cuisson allumées, je crois).

 

Z08.jpg

Don't take it personally, babe, it just ain't your story

 

La présence d’obstacles dans une relation amoureuse fictive (et réelle ?) est absolument nécessaire pour la rendre plus intense et donc plus intéressante, plus vivante. Les obstacles peuvent être présents dès le départ, apparaître au fur et à mesure, se concentrer en une série de petits obstacles ou en un unique et infranchissable obstacle, peu importe. On peut même les classifier en deux catégories : il y a les obstacles externes et les obstacles internes. Dans le second cas c’est le héros ou l’héroïne qui, à cause d’un passé traumatisant (ou de sa fierté, n’oublions pas les tsundere) par exemple, se refuse à avouer ses sentiments ou qui s’empêche de tomber amoureuse. C’est de loin ce qui demande le plus de subtilité et de caractérisation psychologique, donc le plus difficile à réaliser correctement. On utilise donc plus fréquemment des obstacles externes qui facilitent la prise de conscience amoureuse tout en la compliquant comme la présence d’un père absolu qui interdit à sa fille de voir son amant, une guerre entre clans ou des coups du sort variés. Un combo des deux types d’épreuves étant possible, voire conseillé pour plus de profondeur. Certains éléments scénaristiques vont automatiquement entrer dans les deux types : l’inceste, par exemple, force les protagonistes à se cacher de la société (obstacle externe) et à accepter leur situation (obstacle interne), c’est donc un assez bon filon que n’exploite malheureusement pas du tout Candy Boy, à mon grand désarroi.

 

Z06.jpg

Sono Hanabira ni Kuchizuke o: Anata o Suki na Shiawase

 

L’utilisation intelligente d’obstacles est souvent ce qui fait toute la différence dans un eroge japonais, je pense. Mon meilleur exemple en la matière serait Yume Miru Kusuri puisque malgré des scènes olé-olé, le jeu arrive à construire un impact dans chaque route en confrontant sans arrêt le couple à des difficultés : dans le scénario d’Aeka l’ijime (externe) et dans celui de Kirimiya sa personnalité particulière (interne) puis les parents du héros qui s’y mêlent (externe). Celui de Nekoko est un peu plus flou, on pourrait presque considérer la drogue comme une double contrainte (impossibilité de connaître la « vraie » Nekoko sous ce masque enjoué et conséquences désastreuses avec les gens qui l’entourent). A partir d’une histoire de base comme on en voit des centaines dans le monde des eroges, ce jeu arrive à se bâtir une personnalité alors qu’à l’inverse beaucoup d’autres produits coulent complètement dans l’anonymat parce qu’il n’y a aucun défi à relever pour le héros. Imaginez-vous un jeu Key où le protagoniste n’aurait aucune demoiselle en détresse au passé larmoyant à sauver ? Ce ne serait pas très vendeur, pas vrai ? Il en va de même pour les VNs amateurs à mon sens : si vous souhaitez écrire une romance, n’hésitez pas à placer des embûches sur la route des héros pour pimenter le tout et avoir plus de chances de captiver le lecteur.  

 

Z11.jpg

Yume Miru Kusuri

 

Et dans le cas où vous n’arriviez vraiment pas à former un couple qui ait une relation « vivante », pas de panique, il reste toujours la possibilité de faire entrer dans l’équation le scénario. En effet, si vous zonez sur le net, vous avez peut-être déjà dû vous apercevoir que les reviews d’eroges comportaient souvent deux types de classements : les héroïnes triées par préférence et par importance (on vous propose alors un ordre). Le classement de vos héroïnes préférées repose –comme l’indique le terme- sur vos goûts personnels mais pas uniquement, la caractérisation du personnage peut aussi jouer un rôle. Telle demoiselle peut par exemple n’avoir aucun rôle dans le scénario du jeu mais une personnalité tellement bien foutue que le joueur va apprécier quand même sa route (on en revient à cette histoire d’obstacles). A l’inverse le classement des héroïnes par ordre d’importance (souvent croissant) vous indique que certains personnages ont un rôle à jouer dans l’histoire, ce qui leur donne un intérêt supplémentaire et transcende le délicat exercice de la relation amoureuse. Une même héroïne peut bien sûr cumuler ces deux aspects (et là on tient un combo particulièrement dévastateur mais faut être bon :p). Je ne peux malheureusement pas trop développer cette partie de ma théorie sans spoiler un bon paquet de VNs/eroges et ceux dont je peux parler n’ont pas vraiment cette caractéristique (dans Ever17 toutes les héroïnes sont liées au scénario, dans Yume Miruku Kusuri il n’y a pas de scénario principal qui relie le tout et Saya no Uta est l’archétype même du combo sauf qu’il n’y a qu’une héroïne). Je me prendrais bien moi-même comme exemple mais ce serait me couper l’herbe sous les pieds X). Oh, allez si, just for fun. Imaginez que votre héroïne se découvre du jour au lendemain princesse extraterrestre et qu’elle se voie remettre une mission importante à accomplir pour la survie de sa dynastie : sa route devient très scénarisée et la relation qu’elle entretient avec le protagoniste devient beaucoup moins conventionnelle (disons qu’ils ont moins le temps de se regarder le nombril si un empire est en jeu). Vous voyez le tableau ? La relation amoureuse perd un peu son statut de centre de l’attention, c’est donc plus pratique de l’esquisser par petites touches sans que ça devienne trop lourd : elle est « contextualisée ».

 

Z09.jpg

Katawa Shoujo

 

Et, pallier suivant, si vous éprouvez toujours des difficultés pour écrire de la romance alors tant mieux ! Reléguez-la au second plan (contextualisez-la !) et concentrez-vous sur d’autres aspects de votre histoire. Le sentiment amoureux n’est pas obligé d’être toujours au coeur de la production artistique. La télévision, les magazines et la littérature ont beau le scander quasi en permanence la vie ne se limite pas à l’amour ;). Encore heureux sinon ce serait triste ! Evidemment c’est plus vendeur de proposer de la romance parce que les consommateurs avancent en terrain connu mais se laisser surprendre rapporte à mon sens davantage. Comme l’explique Holly Lisle sur son site dédié aux apprentis-écrivains, le tout n’est pas de rédiger des textes dans un style qui nous est étranger juste pour donner au public ce qu’on pense qu’il attend de nous mais de faire ce qui nous plaît : ça paraît évident mais pourtant… C’est un peu comme ça que je fonctionne d’ailleurs. Après Milk qui est de loin mon projet mettant le plus en avant la romance (ce qui ne veut pas dire grand-chose quand on sait comment je traite le sujet), je pense que je vais revenir à ce que je préfère : garder l’amour au second, voire au troisième plan. Tout seul il prend trop de place mais en accompagnement c’est parfait.

 

Sur ce, j’ai une route à écrire et il est grand temps que j’avance un peu dans ma tâche ! La prochaine fois, si vous voulez, je pourrais vous pondre une théorie sur le drame. Enfin si mon avis intéresse quelqu’un vu que, comme de bien entendu, tout ce que je propose ici n’est que le fruit de mes méditations, vous avez probablement un paquet d’objections à proposer…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jinigami 14/08/2011 04:47


« Y a des symboles bizarres qui s’affichent dans ton message et qui m’empêchent de le copier-coller entièrement dans Word sans que ce soit le bazar X). » -> Ben mon message vient de Word
aussi…serais-ce qui arrive lorsque deux mondes parallèles établissent un lien entre eux ? x)

« Ou alors n’en avoir rien à faire. » -> J’aime cette option^^

« C’est possible. Je dirais plutôt qu’ils n’ont pas conscience qu’il s’agit d’une insulte et donc d’un mot potentiellement blessant. Souvent parce qu’ils n’ont pas appris à faire preuve de tact
^^’. » -> Il y en à qui le savent, mais je pense plutôt que tu viens d’énoncer l’autre catégorie.

« il y a tout un tas d’autres moyens de « contagion » tout aussi amusants à découvrir =D. » -> Es-tu sûre que c’est une bonne idée de mettre le partage et la contagion dans le même sac ? Et «
amusant » ? Hm…je me demande comment réagit ton entourage lorsque tu es malade. :P

« Ah, c’est vrai que le visual novel est un média très difficile justement parce qu’il force un travail en équipe » -> Je n’ai pas de problème contre ça. C’est juste que des gens qui veulent
faire des mangas, j’en connais pas :’(

« Tu vas peut-être trouver ça ridicule mais j’ai justement attendu d’avoir un certain nombre d’animes dans ma liste avant de me lancer dans le blogging. » -> Non, je trouve ça logique. Serais-je
ridicule ?:/
« Han, comment t’es méchant avec moi ! J’suis pas une perverse d’abor é__è. C’pas ma faute si vous êtes tous si purs ! Regardez plus de hentai quoi, mince, me laissez pas me sentir seule à regarder
n’importe quoi. » -> Je n’ai jamais dit n’en avoir jamais regardé, j’ai juste été surpris par la quantité :P

« L’époque où il pleuvait des adaptations incomplètes a bien évoluée, on a plutôt le droit à des surenchères de bonus même ! » -> Oui, j’avoue, mais le plus souvent pour cela on enlève des
évènements, en particulier dans les animes tirés de VNs. Rares sont ceux qui conservent avec grâce presque tout le scénario (pour ne pas citer Amagami SS :P) d’origine.

« Il ne doit même pas être traduit en anglais alors bon, pour se le procurer il faut se lever de bonne heure. » -> Je m’en passerai ^^

« C’est juste que j’ai pas retenu tous les détails. » -> Ah, ben tu t’en rappelles, déjà =)
« Où donc ? » -> Bonne question…dans un film, où dans un dessin anime. Désolé, je vois vraiment plus, mais ce n’est pas la première fois que j’entends ça.

« Je trouve ça un peu triste de ne jamais remettre ses principes en question » -> Je n’ai pas à les remettre en question, vu que je n’ai pas de principes (aïe, j’éviterai à l’avanir de sortir
trop souvent cette phrase, où je vais me faire des ennemis…)^_^

« j’aurais l’impression d’en consommer comme je consommerai des lames de rasoir ou du dentifrice >_ Roh, les miens prennent des années à atteindre, quand même, je les choisit avec soin
>. Argh, t’es en train d’essayer de me faire croire que je suis sincère avec moi-même ? >. Identifier et supporter quoi ?

« Je ne marche qu’au stress X). » -> Hoho, et moi je marche à l‘organisation. J’ai comme habitude de prévoir exactement ce que je vais faire chaque minute du temps qu’il m’est donné. Enchanté :P


Helia 15/08/2011 11:09



« serait-ce qui arrive lorsque deux mondes parallèles établissent un lien entre eux ? » = Oh, mince, je crois que tu as trouvé l’explication =O ! Mais quelque chose me tracasse...
Ne devrais-je pas être celle qui vit dans un monde parallèle et donc celle qui envoie des messages avec des caractères bizarres ? A moins que par une tournure inattendue, la réalité et mon
univers aient échangés de place et dans ce cas...fu fu fu, je vais bientôt pouvoir conquérir le monde =D.



« Es-tu sûre que c’est une bonne idée de mettre le partage et la contagion dans le même sac ? » = C’est même forcé. Pour communiquer avec moi il faut un contact et ce contact nécessaire
au partage entraîne nécessairement le début de la contagion. Par ailleurs ce n’est pas forcément immédiat.


 


« Et « amusant » ? Hm…je me demande comment réagit ton entourage lorsque tu es malade. :P » = Mon entourage ne réagit pas et ne compte pas. On peut considérer qu’ils n’existent pas.


 


« C’est juste que des gens qui veulent faire des mangas, j’en connais pas » = Il y en a pourtant ! Tu as déjà essayé de regarder sur Deviant’art ?


 


« Non, je trouve ça logique. Serais-je ridicule ?:/ » = Pas à mon sens, après je sais bien que cette opinion n’est pas forcément répandue.



« Oui, j’avoue, mais le plus souvent pour cela on enlève des évènements, en particulier dans les animes tirés de VNs » = Oh, tu parlais très spécifiquement des adaptations de VNs ?
Je pensais qu’on était plutôt sur les mangas... Adapter un visual novel est un exercice extrêmement difficile, justement à cause de la présence d’une interactivité.


 


« Rares sont ceux qui conservent avec grâce presque tout le scénario (pour ne pas citer Amagami SS :P) d’origine » = Ah, parce que tu trouves qu’Amagami SS est une bonne adaptation
=_= ? Il y a quand même pas mal de défauts et le principe de reboot est vraiment à double-tranchant.


 


« Je n’ai pas à les remettre en question, vu que je n’ai pas de principes » = Alors ça c’est impossible parce que le fait même de ne pas avoir de principes EST un principe :p.


 


« Argh, t’es en train d’essayer de me faire croire que je suis sincère avec moi-même ? » = Je ne sais pas, je ne connais pas ta vie X).


 


 « Identifier et supporter quoi ? » = Les blagues salaces...


 


« Hoho, et moi je marche à l‘organisation. J’ai comme habitude de prévoir exactement ce que je vais faire chaque minute du temps qu’il m’est donné » = Ben pareil, stress et organisation
vont ensemble quand c’est délibéré.



Jinigami 13/08/2011 11:01


« Tu sais, tu peux espacer tes réponses, ça fera du bien à mes yeux :x. Pis ça mord pas les espaces... »  Désolé, ça paraissait plus espacé sur word x’)

« C’est plus infantilisant qu’autre chose, je trouve que c’est une dénomination ironique donc je l’utilise régulièrement »  D’accord, je vais donc commencer à m’y faire :P

« plutôt que « d’insulter gentiment » par exemple, quel oxymore, je supporte pas cette pratique »  Généralement, même si je n’aime pas généraliser, les gens qualifient une insulte de « gentille »
lorsqu’ils ne veulent pas en payer les conséquences. En partant de ce principe, je n’aime pas non plus…

« Crois-moi ou non mais il y a des gens qui m’envient ma folie XD. »  Je te crois. « Par contre je suis une sale égoïste, je la partage pas, ou très peu :p. »  Partager ta folie ? Je ne vois pas
comment tu pourrais le faire… :/

« Tu peux écrire un manga en français aussi. »  J’admet que ce sera plus simple. « Après si tu as des idées, ce serait dommage de ne pas les exploiter d’une manière ou d’une autre ^^. »  J’aime
le manga dans le sens où je peux le réaliser tout seul (avec les moyens et l’éditeur :P), contrairement au VN, et je peux aussi poser à l’avance tous les choix du personnage principal, ce qui
simplifie pas mal de choses, pour l’élaboration de sa psychologie^^

« Boh, j’ai pas vu des masses d’animes et ma liste stagne énormément »  Ta liste est déjà suffisante pour avoir un minimum de culture en la matière =) « Après j’ai pas l’impression de regarder
autant de hentai que cela non plus. »  C’est de l’auto défense ? x) Bon j’arrête…

« J’ai beaucoup aimé l’anime mais il souffre quand même énormément de son aspect inachevé, c’est vraiment bête qu’il se soit arrêté aussi prématurément »  Rares sont les animes qui vont jusqu’au
bout, malheureusement :’( « T’as pas testé le light novel original, je suppose ? »  Tu supposes très bien, je ne l’ai pas testé.

« Je ne me rappelle pas des masses de Rina, ça fait longtemps que j’ai vu la série aussi :x. »  Désolé, parfois j’oublie qu’il n’y à que moi pour se rappeler des noms des personnages d’une série
que j’ai vu 3 ans auparavant, avec une 50aine de series vues entre-temps…
Disons juste que Rina va jusqu’au bout de ses convictions, de ses objectifs. En dire plus me ferait tomber dans le SPOIL, chose que je déteste, et que je vais donc éviter de répandre.

« J’ai ma philosophie bien à moi et elle dit que le plus important n’est pas le but que l’on se fixe pour avancer mais le chemin parcouru pour y arriver =O. »  J’ai déjà entendu ça quelque
part…^^
« Un rêve trop près de la réalité n’est plus un rêve, ce serait lui ôter tout son pouvoir. » Personnellement, je choisis des rêves atteignables. Une fois atteints, j’en trouve d’autres. Tu
pourrais dire que ça se rapproche plus d’objectifs que de rêves, où que j’ai peur de trop espérer de la vie, mais j’ai toujours vécu comme ça, et je ne vois pas de raison pour changer.

« Se mentir à soi-même c’est simplement accepter de rentrer dans un moule, ça ne te rend pas plus rationnel, ça te « normalise » et la normalité n’est pas l’unique façon de vivre à mon sens. » 
Vraiment ? Je pense plutôt que les gens nient le fait qu’ils se mentent à eux-mêmes. D’une façon où d’une autre, tu te mens toujours à toi-même (même si tu es sûr(e) de penser quelque chose, tu
peux facilement te rendre compte que tout ce que tu fais, c’est nier plus où moins catégoriquement les partis adverses), et le fait d’en avoir conscience te permet de prendre du recul. C’est à mon
sens ce qui est le plus rationnel (attention, cette manière de penser peut causer de graves déprimes par moment).
Quoi qu’il en soit, il y peu de chances que tu réussisses à me convaincre du contraire, et je crois que cela va aussi dans l’autre sens, donc je ne vais pas insister^^

« Ah tiens, je pensais que c’était connu pourtant ^^’. »  J’avoue que parfois mes fréquentations sont désespérément naïves et ignorantes… :P

« Mauvaise pioche aussi. Je suis une stressée de la vie, en éternelle course contre le temps, si je reste à rien faire je culpabilise, je me rends malade et je m’en veux parce que j’ai perdu un
temps précieux. »  Argh dommage :/

« Du coup je ne peux pas rester trop longtemps passive. Et puis j’ai trop de choses à faire, je dois avancer


Helia 14/08/2011 00:06



Y a des symboles bizarres qui s’affichent dans ton message et qui m’empêchent de le copier-coller entièrement dans Word sans que ce soit le bazar X).


 


« D’accord, je vais donc commencer à m’y faire :P » = Ah mais c’est toi qui vois. Tu peux aussi crier au scandale si ça t’amuse =D. Ou m’intenter un procès. Ou alors n’en avoir rien à
faire.


 


« généralement [...] les gens qualifient une insulte de gentille lorsqu’ils ne veulent pas en payer les conséquences » = C’est possible. Je dirais plutôt qu’ils n’ont pas conscience
qu’il s’agit d’une insulte et donc d’un mot potentiellement blessant. Souvent parce qu’ils n’ont pas appris à faire preuve de tact ^^’.


 


« Partager ta folie ? Je ne vois pas comment tu pourrais le faire... » = Roh, tu manques d’imagination là ! Déjà je la partage au travers de ce que j’écris, ensuite il y a
tout un tas d’autres moyens de « contagion » tout aussi amusants à découvrir =D.


 


« J’aime le manga dans le sens où je peux le réaliser tout seul (avec les moyens et l’éditeur :P), contrairement au VN, et je peux aussi poser à l’avance tous les choix du personnage
principal, ce qui simplifie pas mal de choses, pour l’élaboration de sa psychologie » = Ah, c’est vrai que le visual novel est un média très difficile justement parce qu’il force un travail
en équipe (dans le domaine du manga tu peux très bien former un duo mais tu vas rarement monter un collectif). Dans un sens plus tu ajoutes d’éléments, plus le résultat demande de compétences et
d’équipiers. Le plus « simple » étant l’écriture d’un livre, ensuite tu rajoutes les visuels et tu obtiens un mangas, tu rajoutes encore la musique et l’interactivité et tu as un visual
novel. Je comprends que tu préfères travailler en solo, c’est mon cas d’habitude (et c’est aussi pour ça que je m’occupe seule du scénario, même si je demande un coup de main à des amis pour me
relire).


 


« Ta liste est déjà suffisante pour avoir un minimum de culture en la matière =) » = Tu vas peut-être trouver ça ridicule mais j’ai justement attendu d’avoir un certain nombre d’animes
dans ma liste avant de me lancer dans le blogging. Et même là j’avais l’impression de manquer de légitimité. Si je n’ai pas une solide base de comparaison pour commencer, je ne peux pas élaborer
un avis qui soit mûr, non =x ?


 


« C’est de l’auto défense ? x) Bon j’arrête… » = Han, comment t’es méchant avec moi ! J’suis pas une perverse d’abor é__è. C’pas ma faute si vous êtes tous si purs ! Regardez
plus de hentai quoi, mince, me laissez pas me sentir seule à regarder n’importe quoi.


 


« Rares sont les animes qui vont jusqu’au bout, malheureusement » = Au bout de quoi ? Des adaptations ? C’est pas vrai ça =O. L’époque où il pleuvait des adaptations
incomplètes a bien évoluée, on a plutôt le droit à des surenchères de bonus même !


(Après on adapte plus les mêmes choses non plus)


 


« Tu supposes très bien, je ne l’ai pas testé » = Il ne doit même pas être traduit en anglais alors bon, pour se le procurer il faut se lever de bonne heure.


 


« Désolé, parfois j’oublie qu’il n’y à que moi pour se rappeler des noms des personnages d’une série que j’ai vu 3 ans auparavant, avec une 50aine de series vues entre-temps… » = Hé,
mais je me souvenais de son nom, de son design et de son histoire dans sa globalité =(. C’est juste que j’ai pas retenu tous les détails.


« J’ai déjà entendu ça quelque part… » = Où donc ?


 


« Personnellement, je choisis des rêves atteignables. Une fois atteints, j’en trouve d’autres. Tu pourrais dire que ça se rapproche plus d’objectifs que de rêves, où que j’ai peur de trop
espérer de la vie, mais j’ai toujours vécu comme ça, et je ne vois pas de raison pour changer » = Je trouve ça un peu triste de ne jamais remettre ses principes en question mais bon, chacun
sa façon de voir les choses. Je ne m’imagine pas vivre pour des rêves jetables, j’aurais l’impression d’en consommer comme je consommerai des lames de rasoir ou du dentifrice >_

Jinigami 31/07/2011 11:04


"Mon Dieu, mais c’est terrible ! Il y en a donc beaucoup trop, tes yeux ne pourront jamais supporter une telle effusion sans exploser, détourne vite le regard !" = Ahh! Trop tard! :o
"je dis, tu es un vilain flemmard :p. " = Je sais. Le terme vilain est assez...euh...enfin je risque de mal le prendre si tout le monde se met à me le dire, alors disons que je suis pour gagner du
temps afin de mieux en perdre^^
"C’était bien la peine de venir contrer mes arguments si c’est pour avancer les mêmes X). " = Désolé, sur le coup j'avais pas remarqué...et c'est bien ce que je disais: Je m'exprime mal.
"Je ne sais pas s’il y a grand-chose à apprendre sinon analyser la manière dont je tourne les choses pour voir qu’est-ce qui colle et qu’est-ce qui colle pas, et ensuite bénéficier de
l’expérience." = C'est ce que je comptais faire :)
"Maso ? Non, juste complètement tarée. " = Je vois. Fais gaffe, si je développe un complexe d'infériorité face à une tarée, je risque d'aller mal...
"A choisir, tu vois, je préfère un personnage bizarre avec qui je n’accroche pas forcément mais qui est suffisamment intéressant pour m’intriguer plutôt qu’un personnage transparent que je ne
détesterai pas mais qui sera trop vide pour que je sente quelque chose pour lui. " = Hm...je ne l'avais pas vu de ce point de vue-là... Pour le visual novel, je préfère laisser de côté, mais je
garde précieusement cette idée pour le jour où je voudrais faire un manga (enfin, quand mon dessin sera un peu plus présentable et que je parlerai, et écrirai japonais :p"
"Oh, tu as vu Mushi Uta =O ? C’est chic ça ^^. " = Je suis perçu pour la plupart des gens comme un malade des animes. En ayant survolé ta liste, je pense pouvoir dire que j'en ai vu autant que toi
(le nombre reste le même, mais on enlève les hentai...j'en ai jamais vu autant :o ). Tout ça pour dire que Mushi Uta est, parmi pas mal de références (en toute modestie :p), un de mes titres
préférés (un hein? C'est pas le seul...) en matière de psychologie des personnages.
"Moi j’aime bien Kakkou d’ailleurs, je trouve le héros globalement bien construit, ça change un peu des gentils loosers lambdas et des mecs supra balèzes" = Oui, quand j'ai dit "psychologie des
personnages, je parlais de lui, même si les autres sont acceptables (On ne trouve pas tout le temps des héroïnes comme Rina qui pensent par elles-mêmes^^) :p
"Euh, je ne suis pas un chien moi é__è. Je ne me mets pas debout ou assise, là, comme ça, juste parce qu’on me propose un nonos…" = Je voulais dire que ça dépend de si tu tapes (et lit) à l'ordi
debout où assise. -_-
"Oh, ça, tu sais, je le savais déjà. Je considère ne pouvoir compter que sur moi en cas de réel pépin et je suis du type électron libre, je ne m’accroche pas trop aux autres. Donc t’en fais pas, je
ne prétends pas faire dépendre ma motivation d’autrui ^^. Surtout que j’ai des rêves à réaliser. " = Des rêves, c'est bien, mais les appeler ainsi les éloigne de la réalité... Cela dit, tant mieux,
c'est des gens comme ça qu'il faut dans la société.
"Mon éthique stipule du recul et de la lucidité en permanence =O." = Se mentir à soi-même peut aussi être synonyme de rationalité =)
"Ensuite je n’apprécie guère ce « concours de bites », le but n’est pas de montrer qui a la plus grosse et je ne suis pas là pour étaler ma mégalomanie. " = L'expression "concours de bites" m'était
inconnue jusqu'à présent, et bizarrement, je ne veux pas savoir d'où elle provient...
"Je m’en fous d’écraser tous les egos du monde. D’ailleurs comme je suis une putain de perfectionniste, faut surtout pas me dire ça, je vais vouloir créer un chef d’œuvre et je vais tout abandonner
parce que ça ne sera jamais assez parfait à mon goût. Mauvaise pioche. " = Dommage...sinon je te conseillerai de ne RIEN faire pendant un moment. Ça aide vachement à se réveiller quand on se rend
compte à quel point on perd son temps (dans mon cas cela nécessite de me mentir à moi-même, car je juge que tout est une perte de temps, mais ça devrait le faire pour toi^^).


Helia 02/08/2011 20:42



Tu sais, tu peux espacer tes réponses, ça fera du bien à mes yeux :x. Pis ça mord pas les espaces...


 


« Le terme vilain est assez...euh...enfin je risque de mal le prendre si tout le monde se met à me le dire, alors disons que je suis pour gagner du temps afin de mieux en perdre^^ » =
Ne me dis pas que tu trouves ça insultant si je te traite de « vilain » =O. C’est plus infantilisant qu’autre chose, je trouve que c’est une dénomination ironique donc je l’utilise
régulièrement (plutôt que « d’insulter gentiment » par exemple, quel oxymore, je supporte pas cette pratique).


 


« Fais gaffe, si je développe un complexe d'infériorité face à une tarée, je risque d'aller mal... » = Crois-moi ou non mais il y a des gens qui m’envient ma folie XD. Par contre je
suis une sale égoïste, je la partage pas, ou très peu :p.


 


« Pour le visual novel, je préfère laisser de côté, mais je garde précieusement cette idée pour le jour où je voudrais faire un manga (enfin, quand mon dessin sera un peu plus présentable et
que je parlerai, et écrirai japonais :p) » = Tu peux écrire un manga en français aussi. Ou même transvaser ton projet de manga en un projet de VN (puisque ce média utilise aussi du visuel).
Les possibilités te sont ouvertes. Après si tu as des idées, ce serait dommage de ne pas les exploiter d’une manière ou d’une autre ^^.


 


« Je suis perçu pour la plupart des gens comme un malade des animes. En ayant survolé ta liste, je pense pouvoir dire que j'en ai vu autant que toi (le nombre reste le même, mais on enlève
les hentai...j'en ai jamais vu autant :o ) » = Boh, j’ai pas vu des masses d’animes et ma liste stagne énormément (il faut dire que je procrastine en réalité très peu, je n’ai pas le temps
de m’enfiler les séries comme je le faisais en terminale). Après j’ai pas l’impression de regarder autant de hentai que cela non plus.


 


« Tout ça pour dire que Mushi Uta est, parmi pas mal de références (en toute modestie :p), un de mes titres préférés (un hein? C'est pas le seul...) en matière de psychologie des
personnages » = J’ai beaucoup aimé l’anime mais il souffre quand même énormément de son aspect inachevé, c’est vraiment bête qu’il se soit arrêté aussi prématurément (tiens, j’aurais pu
inclure ça dans ma liste de maître du monde, une vraie adaptation de Mushi-Uta). T’as pas testé le light novel original, je suppose ?


 


« On ne trouve pas tout le temps des héroïnes comme Rina qui pensent par elles-mêmes » = Je ne me rappelle pas des masses de Rina, ça fait longtemps que j’ai vu la série aussi :x.


 


« Des rêves, c'est bien, mais les appeler ainsi les éloigne de la réalité... Cela dit, tant mieux, c'est des gens comme ça qu'il faut dans la société » = J’ai ma philosophie bien à moi
et elle dit que le plus important n’est pas le but que l’on se fixe pour avancer mais le chemin parcouru pour y arriver =O. Aussi il faut justement que le rêve soit le plus loin possible de la
réalité pour permettre le plus beau des voyages. Un rêve trop près de la réalité n’est plus un rêve, ce serait lui ôter tout son pouvoir.


 


« Se mentir à soi-même peut aussi être synonyme de rationalité =) » = C’est entièrement faux et tu le sais. Se mentir à soi-même c’est simplement accepter de rentrer dans un moule, ça
ne te rend pas plus rationnel, ça te « normalise » et la normalité n’est pas l’unique façon de vivre à mon sens.


« L'expression "concours de bites" m'était inconnue jusqu'à présent, et bizarrement, je ne veux pas savoir d'où elle provient » = Ah tiens, je pensais que c’était connu pourtant ^^’.


 


« Dommage...sinon je te conseillerai de ne RIEN faire pendant un moment. Ça aide vachement à se réveiller quand on se rend compte à quel point on perd son temps » = Mauvaise pioche
aussi. Je suis une stressée de la vie, en éternelle course contre le temps, si je reste à rien faire je culpabilise, je me rends malade et je m’en veux parce que j’ai perdu un temps précieux. Du
coup je ne peux pas rester trop longtemps passive. Et puis j’ai trop de choses à faire, je dois avancer

Jinigami 29/07/2011 13:24


"Flemmard, va, il n’y en a pas tant que ça." Il y en à 5! :P ...grosso modo...
"Il va falloir que tu m’expliques ta phrase du coup. Si le coup de foudre n’est pas qu’une production fictive issue des fantasmes de l’Homme, alors qu’est-ce que c’est ? Le fantasme des dinosaures
? Des albatros ? Des fourmis 0_o ? " Hm...des hommes en général! De l'être humain si tu préfères. Mais comparer les êtres humains à des fourmis est...raisonnable, je pense^^.
"Et c’est avant tout abordé du point de vue d’une fille en fait (c’est plus facile pour moi ^^’). Quand j’aurais fini mon VN, tu pourras voir ça je pense" Du point de vue d'une fille? Pourquoi pas?
Je ne suis pas sexiste où autres, aucun problème, au contraire, j'apprendrai avec motivation!
"S’il n’y avait pas de difficultés, ce ne serait pas drôle =D. " Excuse-moi, mais serais-tu M? Non, désolé, j'ai rien dit, en fait... :P
"Paradoxalement je suis de l’avis contraire.Un personnage-miroir est plus utile dans le cadre d’un fantasme à mon sens. Quand tu veux toucher ton lecteur, il faut qu’il s’identifie un peu au
protagoniste bien sûr, mais aussi qu’il y ait un peu d’admiration." J'aime ce point de vue, mais il me mène souvent à ma perte, mon goût pour les personnages étant...étrange pour certains. Des
exemples (dans des animes) de mes préférences: Hei de Darker than Black, Kakkou de Mushiuta...qui sont loin d'être aimés de tous. :/
"Je préfère me présenter sous une posture relativement humble parce que c’est la solution qui me paraît la plus diplomatique ^^. " Admirable...enfin, sur la durée, je veux dire. =)
"j’ai plutôt tendance à laisser les commentaires s’empiler X). " Woups, on dirait que j'ai laissé le tien poireauter...désolé.
"Bah écoute, je suis bien contente si j’arrive à te motiver un peu XD. J’aimerai bien que quelqu’un me motive aussi tiens. " Tu connais mon pseudo sur Facebook? Quelqu'un Danslemonde, et on dirait
que tu viens de m'appeler par mon prénom :P . Mais bon, je suis pas doué pour motiver...en général je réussis plutôt au contraire. Je peux tout de même essayer? Je me lance:
Allez! Debout! Enfin, assis, ça dépend du point de vue... Bref! Motive-toi! Ne compte pas sur les autres pour te motiver! Les autres ne sont que des amas d'égocentrisme qui ne t'aideront que s'ils
en tireront un certain intérêt, alors oublie le fait de compter sur eux: l'humanité est pourrie. Chacun se ment à soi-même, et le meilleur moyen d'y échapper est de te croire à ton propre mensonge.
Alors tu vas te trouver un bon mensonge motivant, et te mettre au boulot! Allez, montre-moi donc que tu peux faire mieux, et montre à tous les egos du monde qu'ils ne sont rien face au tien!
Debout! Enfin... =D


Helia 30/07/2011 21:18



« Il y en a 5! :P ...grosso modo... » = Mon Dieu, mais c’est terrible ! Il y en a donc beaucoup trop, tes yeux ne pourront jamais supporter une telle effusion sans exploser,
détourne vite le regard ! Pff, genre 5 commentaires c’est trop long à lire, c’est bien ce que je dis, tu es un vilain flemmard :p.


 


« Hm...des hommes en général! De l'être humain si tu préfères. Mais comparer les êtres humains à des fourmis est...raisonnable, je pense » = Hmmm, en gros, si je résume, tu m’as soutenu
que le fantasme n’était pas que le propre de l’espèce humaine et après moult répliques, tu me dis, en fait, que le fantasme est le propre de l’espèce humaine. C’était bien la peine de venir
contrer mes arguments si c’est pour avancer les mêmes X).


 


« Du point de vue d'une fille? Pourquoi pas? Je ne suis pas sexiste ou autres, aucun problème, au contraire, j'apprendrai avec motivation! » = Je ne sais pas s’il y a grand-chose à
apprendre sinon analyser la manière dont je tourne les choses pour voir qu’est-ce qui colle et qu’est-ce qui colle pas, et ensuite bénéficier de l’expérience.


 


« Excuse-moi, mais serais-tu M? Non, désolé, j'ai rien dit, en fait... :P » = Maso ? Non, juste complètement tarée.


 


« J'aime ce point de vue, mais il me mène souvent à ma perte, mon goût pour les personnages étant...étrange pour certains »  = Je ne saisis pas de quel type tu parles mais ça
m’étonnerait qu’ils soient si impopulaires. M’est avis que tu devrais suivre ton instinct plutôt que de vouloir créer un protagoniste qui plaira aux autres. Si toi tu n’aimes pas ton héros,
comment veux-tu le faire aimer de ton lecteur ? Tu peux très bien inventer des personnages détestables remarque, mais le mieux reste d’avoir une certaine connexion avec ce que tu construis,
je pense, et l’affection en est une. A choisir, tu vois, je préfère un personnage bizarre avec qui je n’accroche pas forcément mais qui est suffisamment intéressant pour m’intriguer plutôt qu’un
personnage transparent que je ne détesterai pas mais qui sera trop vide pour que je sente quelque chose pour lui.


 


« Des exemples (dans des animes) de mes préférences: Hei de Darker than Black, Kakkou de Mushiuta...qui sont loin d'être aimés de tous » = Oh, tu as vu Mushi Uta =O ? C’est chic ça
^^. Moi j’aime bien Kakkou d’ailleurs, je trouve le héros globalement bien construit, ça change un peu des gentils loosers lambdas et des mecs supra balèzes (là il est les deux sans qu’on
constate de trop grosse incohérence, donc bon point).



« Allez! Debout! Enfin, assis, ça dépend du point de vue... » = Euh, je ne suis pas un chien moi é__è. Je ne me mets pas debout ou assise, là, comme ça, juste parce qu’on me propose un
nonos…


 


« Ne compte pas sur les autres pour te motiver! Les autres ne sont que des amas d'égocentrisme qui ne t'aideront que s'ils en tireront un certain intérêt, alors oublie le fait de compter sur
eux: l'humanité est pourrie » = Oh, ça, tu sais, je le savais déjà. Je considère ne pouvoir compter que sur moi en cas de réel pépin et je suis du type électron libre, je ne m’accroche pas
trop aux autres. Donc t’en fais pas, je ne prétends pas faire dépendre ma motivation d’autrui ^^. Surtout que j’ai des rêves à réaliser.


 


« Chacun se ment à soi-même, et le meilleur moyen d'y échapper est de te croire à ton propre mensonge. Alors tu vas te trouver un bon mensonge motivant, et te mettre au boulot! Allez,
montre-moi donc que tu peux faire mieux, et montre à tous les egos du monde qu'ils ne sont rien face au tien! » = Je suis experte en auto-manipulation mais c’est trop demander de moi que de
me voiler la face entièrement. Mon éthique stipule du recul et de la lucidité en permanence =O. Ensuite je n’apprécie guère ce « concours de bites », le but n’est pas de montrer
qui a la plus grosse et je ne suis pas là pour étaler ma mégalomanie. Je m’en fous d’écraser tous les egos du monde. D’ailleurs comme je suis une putain de perfectionniste, faut surtout pas me
dire ça, je vais vouloir créer un chef d’œuvre et je vais tout abandonner parce que ça ne sera jamais assez parfait à mon goût. Mauvaise pioche.



Jinigami 18/07/2011 11:14


"Il suffit de lire les commentaires au-dessus pour s’en faire une idée, hein X)." Aïe, mes yeux! x)

"je ne pense pas que le public visé par ces ouvrages soit les garçons en priorité ;). " Je parlais de l'Homme avec un grand H, désolé si je m'exprime mal.

"C’est possible mais dans ce cas c’est un faux coup de foudre, un réflexe d’auto-défense, un mécanisme. Le personnage ne cherche plus l’amour, il cherche une bouée de sauvetage, ce qui induit pas
mal de complications. " Je vois. Il est vrai que dans ce cas-là, les évènements à suivre dans le scénario devront être bien dosés.

"si ça peut t’intéresser, je comptais parler d’un personnage de ce genre dans une de mes histoires un jour. " Oui, oui. Je suis intéressé, ne serais-ce déjà pour voir, comment tu arrives à jouer
sur la tournure des évènements malgré cette psychologie du personnage du "je me rabats sur le premier-venu"^^.

"il faut travailler sa profondeur [...] mais si tu y arrives, je suppose que le héros sera vraiment singulier =). " D'accord. C'est un défi à relever. Je doute y arriver du premier coup, mais ça me
tente d'essayer, car pour que le plus de personnes possibles se reconnaissent dans le personnage, le personnage principal Lambda constitue un bon équilibre (j'ai dit un bon équilibre, hein? Je
doute que le laisser à l'état "pur" soit un bonne idée...".

"Après mes conseils valent ce qu’ils valent, je ne suis pas particulièrement douée dans le domaine non plus, mais je m’y connais en théorie littéraire X). " T'en as pas marre d'être modeste avec
tout le monde? Non, excuse-moi, être modeste est un bon point de beaucoup de points de vue différents, j'ai dérapé :P... Après, tes conseils valent ce qu'ils valent, comme tu le dis, mais si je me
suis embêté à laisser un commentaire, c'est pas pour rien (bon d'accord, c'est aussi parce que j'avais remarqué la rapidité de tes réponses...). Ils valent assez pour qu'un tir-au-flanc comme moi
se bouge un petit peu et la théorie littéraire est toujours un plus à prendre =).


Helia 19/07/2011 18:35



« Aïe, mes yeux! x) » = Flemmard, va, il n’y en a pas tant que ça. Et les plus gros sont ceux de X4713R sur Koihime Musou donc qui parlent d’autre chose :p.


 


« Je parlais de l'Homme avec un grand H, désolé si je m'exprime mal »


« mais ne pense pas pour autant que le coup de foudre ne soit que production fictive issue des fantasmes de l'homme »


Il va falloir que tu m’expliques ta phrase du coup. Si le coup de foudre n’est pas qu’une production fictive issue des fantasmes de l’Homme, alors qu’est-ce que c’est ? Le fantasme des
dinosaures ? Des albatros ? Des fourmis 0_o ?


 


« Oui, oui. Je suis intéressé, ne serais-ce déjà pour voir, comment tu arrives à jouer sur la tournure des évènements malgré cette psychologie du personnage du "je me rabats sur le
premier-venu"^^ » = Déjà il faut savoir que cette particularité fait pour moi partie d’un tout qui étoffe la personnalité du personnage (il faut bien expliquer comment ça fonctionne) donc
j’ai une approche un peu différente. Et c’est avant tout abordé du point de vue d’une fille en fait (c’est plus facile pour moi ^^’). Quand j’aurais fini mon VN, tu pourras voir ça je pense (si
tu choisis le bon personnage =x).


 


« C'est un défi à relever » = S’il n’y avait pas de difficultés, ce ne serait pas drôle =D.


 


« pour que le plus de personnes possibles se reconnaissent dans le personnage, le personnage principal Lambda constitue un bon équilibre » = Paradoxalement je suis de l’avis contraire.
Un personnage-miroir est plus utile dans le cadre d’un fantasme à mon sens. Quand tu veux toucher ton lecteur, il faut qu’il s’identifie un peu au protagoniste bien sûr, mais aussi qu’il y ait un
peu d’admiration. Si le héros est « lambda », on risque de ne rien ressentir pour lui. Evidemment c’est compliqué d’en faire quelqu’un d’ordinaire et de singulier à la fois, c’est un
peu pour ça que je préfère tenter le chemin le plus risqué en faisant souvent en sorte que mon héros soit quelqu’un de pas normal du tout. Du coup il y a de fortes chances pour que je
m’auto-détruise toute seule avec ce genre de parti-pris =’).


 


« T'en as pas marre d'être modeste avec tout le monde? » = Tu veux que je réagisse comment ? Que je parte d’un grand rire maléfique en lançant d’un ton snob « Moui, je sais,
je sais, je suis la meilleure » ? Le pire c’est que certains pourraient ne pas comprendre que c’est de l’autodérision et aller colporter que j’ai un ego énorme X). Je préfère me
présenter sous une posture relativement humble parce que c’est la solution qui me paraît la plus diplomatique ^^.


 


« bon d'accord, c'est aussi parce que j'avais remarqué la rapidité de tes réponses... » = Rapide, je sais pas, ça dépend de mon humeur et de mes disponibilités. Des fois je reste une
semaine sans répondre. J’essaye de pas trop lambiner, histoire de conserver un peu de dialogue mais j’ai plutôt tendance à laisser les commentaires s’empiler X).


 


« Ils valent assez pour qu'un tir-au-flanc comme moi se bouge un petit peu et la théorie littéraire est toujours un plus à prendre =) » = Bah écoute, je suis bien contente si j’arrive à
te motiver un peu XD. J’aimerai bien que quelqu’un me motive aussi tiens.



Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories