30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 19:20

Ayant eu l'occasion de tester les différents visual novel francophones qui seront vendus à la Japan Expo 2013, je me suis dit qu'il serait dommage de ne pas en faire profiter les gens ! Voici donc mes impressions sur chacun des projets. Je vous encourage vivement à vous les procurer, si possible, afin de les encourager dans leur lancée. Pour davantage d'informations (sur le prix, l'emplacement des stands, etc), voir l'autre version de mon article sur Projet Saya (il y a une carte détaillée, pour ceux que ça intéresse).

 

Faith/Puella : la sorcière d’Orléans

FP-cover.jpg

Cercle : Collectif (Type-Moon France, Studio Shaft, Thalie, etc)

Durée : ~30min


Solidement accrochée au bûcher qui la mènera à sa mort, Jeanne d’Arc se lamente sur la tournure des évènements. Avec amertume, elle se remémore son passé solitaire et ses exploits héroïques, des exploits permis par un curieux pouvoir…


FP-01.jpg

Faith/Puella a été crée en tant que cadeau à Gen Urobuchi pour sa venue à Epitanime et se présente donc comme un croisement entre Puella Magi Madoka Magica et Fate/Zero, deux œuvres sur lesquelles il a travaillé et qui ont le point de commun de posséder le personnage de Jeanne d’Arc. C’est donc avant tout un VN fait par des passionnés. Travail collaboratif oblige, la conception a été répartie entre les nombreuses personnes rassemblées autour du projet : il y a plusieurs scénaristes, plusieurs compositeurs et plusieurs artistes, ce qui fait qu’on peut admirer le style respectif de chacun mais aussi constater les disparités (ce qui personnellement ne me gêne guère).

 

FP-02.jpg

Un panty shot de Jeanne d'Arc...pourquoi pas ?


Faith/Puella se présente comme un kinetic novel utilisant le nvl mode : chaque partie importante de l’histoire est représentée par une CG et les transitions se font en dévoilant l’image au fur et à mesure pour mieux coller avec l’intrigue. L’histoire retrace le périple de Jeanne d’Arc en essayant de se rapprocher des faits historiques tout en incluant une dose de fantastique, le tout sur une bande-son originale assez variée et bien utilisée (à un petit passage près). La présentation est soignée, l’interface colle parfaitement avec le thème (parchemins, enluminures) et il y a même un menu bonus qui contient les différentes musiques (pour ceux qui voudraient les écouter) mais aussi des croquis ayant servis pour les différentes CGs. Une attention d’autant plus appréciable qu’on peut y trouver quelques blagues sur la conception du jeu (bon okay, surtout celle de Morsy :3). A noter également que le jeu est disponible en trois langues (français, anglais, japonais), ce qui est toujours un bon point.

 

Catharsis

Catharsis-cover.jpg

Cercle : V.Gear

Durée totale : 3-4h / Démo : ~30 min


Deux individus mystérieux, dont on ignore le nom, discutent de tout et de rien pour passer le temps et décident de se lancer dans un jeu un peu particulier : ils se mettent d’accord sur le synopsis d’une histoire qu’ils devront développer tour par tour jusqu’à enfin accéder à la « fin ». Pendant la partie les lois ordinaires n’ont plus cours, seule importe la narration et c’est à ce prix que les deux joueurs comptent malmener leurs personnages. Mais ceux-ci seront-il d’accord de se laisser manipuler alors qu’ils ne cherchent qu’à survivre aux obstacles déposés sur leur route ?

 

Catharsis-01.jpg

Je crois que quoi qu'il arrive, on aura des passages salaces...


 Catharsis est un kinetic novel qui prend le parti de baser son scénario sur une mise en abîme intéressante et ambitieuse. Les deux « joueurs » parsèment leur histoire de commentaires sarcastiques ou comiques et s’élancent fréquemment dans un débat d’idées qui au fond n’en est pas vraiment un, comme s’ils n’étaient que deux avatars du véritable scénariste, censés figurer sa facette la plus blasée et sa facette la plus excentrique, comme si le véritable combat n’était pas tant pour les duellistes de vaincre leur adversaire que pour l’auteur de se combattre lui-même : on entendra la jeune femme s’indigner à de nombreuses reprises que son partenaire est atrocement cliché…pour finalement tomber dans le même travers (ce qui montre bien que ça ne sert à rien de vouloir éviter les tropes à tout prix parce qu’on se heurte forcément à quelque chose qui a déjà été fait, le plus important c’est avant tout de s’approprier un cliché pour en livrer une version personnelle, mais je m’égare). Pendant ce temps, sur une île déserte, une jeune fille se réveille amnésique et menottée avec pour seule compagne une demoiselle aussi joyeuse qu’envahissante (et visiblement très perverse), ce qui ne l’aide pas trop à s’y retrouver. La question est donc de savoir ce que les joueurs vont infliger à ces pauvres personnages. Et accessoirement s’ils vont réussir à rendre ça cohérent.

 

Catharsis-02.jpg

La preuve !


La démo s’arrêtant assez vite dans le déroulement de l’intrigue (le début est un poil longuet et les joyeusetés ont à peine le temps de commencer), il est difficile de prévoir ce qui va suivre mais ce qui est sûr c’est que le VN a du potentiel : les graphismes sont jolis, les musiques de qualité, la mise en scène est très bonne et l’interface reste simple mais suffisamment customisée. Je ne suis pas fan des blagues à base de poitrine ou celles sur les aveugles mais j'aime beaucoup le côté "méta" et j'espère bien que la version finale nous réservera quelques surprises.

 

Système Isolé Chapitres 1 & 2

SI-cover.jpg

Cercle : Endless Seasons

Durée : plus d’une heure


202X, quelques mois après la disparition d’une grande partie de l’humanité suite à un virus mystérieux, six survivants se réveillent sur une île sans savoir comment ils se sont retrouvés là. Sans aucun moyen de contacter le monde extérieur, ils essayent de passer le temps le plus agréablement possible dans le bâtiment ultra-moderne à leur disposition mais les doutes fusent et chacun possède un secret qu’il refuse de révéler…

 

SI-01.jpg

 Système Isolé démarre de manière très semblable à un Ever17~the out of infinity dans le sens où vous incarnez un jeune homme apparemment sans histoire qui se retrouve bloqué dans un environnement de haute-technologie avec une poignée de rescapés et avec qui il va essayer de cohabiter. Seulement, contrairement à Ever17  où les personnages passaient quand-même une bonne partie de leur temps à copiner et qui étaient toutes plus victimes que coupables, le VN d’Endless Seasons sous-entend assez vite que chacun des survivant a un paquet de cadavres dans son placard et que ça aurait bien à voir avec cette fameuse infection, ce qui instaure une ambiance assez particulière, à mi-chemin entre la gentille comédie et les Dix petits nègres d’Agatha Christie. Une impression d’autant plus renforcée que les personnages font mention d’un certain Patrick Kahn, un contact qu’ils ont tous en commun sur leur téléphone high-tech mais que personne ne connaît et qui est évidemment injoignable, ce qui n’est pas sans rappeler l’hôte fantôme de la nouvelle.

 

SI-02.jpg

 Si l’histoire met un peu de temps à vraiment se lancer, le héros n’étant pas très disposé à nous révéler grand-chose au début, les évènements deviennent vraiment intrigants : par exemple, on apprend que le complexe où se trouvent les protagonistes possède un système de « droits » attribués à chaque personnage par le biais de son téléphone permettant d’ouvrir un certain nombre de portes. Le 2e chapitre se finissant sur un gros rebondissement, l’utilité de cette information s’avérera probablement dans les chapitres suivants. En parlant du final, il est incroyablement dérangeant, pas tant à cause de la violence de la scène que du jeu qu’il met en place avec le lecteur (là encore très inspiré d’Ever17, à mon sens) : des indices sont balancés sous forme d’images subliminales qui vont complètement briser l’apparence lisse du héros et brouiller encore davantage les cartes. Globalement le jeu reste très mystérieux et donne envie d’en savoir plus.

 

SI-03.jpg

 Côté technique, Système Isolé est plutôt agréable malgré l’absence de customisation de l’interface (qui aurait pu rendre le tout encore plus immersif, c'est un manque assez handicapant). Les musiques ne sont pas des musiques originales vu que l’auteur n’a pas réussi à trouver de compositeur pour l’instant mais elles collent bien à l’ambiance et gageons que ce problème sera réglé dans les chapitres qui vont suivre. Il y a quelques choix ça et là qui proposent des variations, ce qui peut amener le joueur à tomber sur une bad end (ça a été mon cas et je dois dire que la « vraie » fin du chapitre est beaucoup mieux) mais rien d’immensément compliqué. A noter que même si le jeu est surtout composée de dialogues faussement superficiels (ce qui est super dur à écrire, je compatis, mais en même temps ce n'est pas ma tasse de thé du tout <_<), il y a un paquet de références littéraires (Sartre, le Meilleur des Mondes, la Bête Humaine) : on dirait du fanservice pour m'amadouer, c'est de la triche !

 

Maintenant que cela est fait, ça serait bien que je retourne plancher sur mes idées d'articles énoncées début juin...vais-je seulement y arriver ?

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Snesfan3000 05/07/2013 21:30

Quel est le put**n de complot, qui m'a empêché d'entendre parler de ce fameux faith/puella !? Oh ma rancune n'a pas de limites envers ceux qui ont pu approcher Gen et contribuer à ce jeu (
notamment parce que j'aime trop rester chez moi, que un billet de TGV coûte 120 et japan Expo entrée + sabres débiles à acheter... )
Que de choses qui obscurcissent ma soul gem.

Helia 19/07/2013 22:53



Les personnes derrière Faith/Puella ont finalement fait assez peu de publicité : si tu ne suis pas quelques uns des
contributeurs sur Twitter et que tu ne lis pas Type-Moon France, c’est normal d’être passé à côté ^^. Il me semble que le jeu devrait être disponible en téléchargement à un moment ou à un autre.
Si c’est le cas, j’en parlerai sur le devblog ou le compte de l’équipe (promotion du VN en France)  !



Rukawa 30/06/2013 21:17

what Helia est vivante.

Helia 30/06/2013 21:27



Eh ouais, t'as vu 8). J'avais dit que je bloguerai plus qu'à l'occasion, une fois tous les X mois, donc...



Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories