18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 01:45

En voilà un titre très inspiré. En fait je cherchais surtout un moyen de contourner l’inévitable terme de « plagiat » parce que celui-ci ne me semble pas très bien adapté, mais c’est assez délicat. Plagier à mes yeux c’est piller, recopier quelque chose en ne changeant que quelques minimes détails. A partir du moment où l’on reprend une œuvre existante en y insufflant un peu de soi et en la retravaillant, il n’y a plus de plagiat. La frontière est donc assez floue et attise toujours bon nombre de polémiques dans lesquelles je n’ai pas très envie de m’engouffrer.

 

36dfedd55ba88123e1f4bf764c0ffb06.png

 

Aujourd’hui j’ai préparé une petite vidéo pour partager les similitudes musicales sur lesquelles je suis tombée dernièrement. Etant un peu spécialiste de Kajiura sur les bords, je ne résiste pas à l’envie de débuter par une démonstration de « l’autoplagiat » (néologisme ?) en établissant un comparatif de quelques uns de ses morceaux qui se ressemblent vraiment trop . Et puis après on passera à ces fameuses « inspirations musicales baladeuses » avec des pistes de compositeurs différents mais qui soulèvent pas mal de question. Oh et pour le lulz j’ai du vrai bon plagiat bien voyant (et légal de surcroit, youhou, vive la SACEM) à base de rap.

 

J’ai donc bricolé un petit quelque chose sans grande prétention, histoire de meubler un peu, le temps que je prépare de vrais articles, et je m’en vais vous le commenter.

Par contre je préfère prévenir d’abord, j’ai inclus des bouts d’openings/endings des animes/jeux concernés pour qu’il y ait quelque chose à regarder à l’écran quand même. C’est probablement une idée stupide mais j’avais aussi envie de me faire la main en m’entrainant au montage. Vous en subissez les conséquences, désolé =D.

 

 


 

 

"Autoplagiat"

1

Yuki Kajiura

Noir OST 2 - In Memory of you (2001)

El Cazador de la Bruja OST 1 - Ennui (2007)

 

Cet exemple est le premier à m’avoir frappé « l’oreille » je crois. Il faut dire que j’étais tellement fan de l’OST de Noir que quand j’ai écouté Ennui quelques années après, j’ai immédiatement tiqué « Hey mais c’est le début de In Memory of you, elle a juste viré l’accordéon ! ». Autant j’aime bien le lent crescendo du premier morceau, autant je crois que c’est Ennui que je préfère parce que la mandoline on ne s’en lasse jamais :3.

 

2

Tsubasa Reservoir Chronicle Future Soundscape IV - A whip and a witch (2006)

El Cazador de la Bruja OST 2 - Cowardly little dogs we are (2007)

 

J’ai beau avoir eu l’OST de Tsubasa Reservoir Chronicle sous la main avant je n’avais jamais remarqué ce morceau dans la foule des autres pistes et ce n’est que récemment que j’ai tout à coup réalisé Que Cowardly little dogs we are, que j’aime beaucoup, était une sorte de version accélérée de A whip and a witch avec des cœurs. Au moins ça rend bien =O.

 

3

Mai Otome OST 2 - Run, cat, run ! (2006)

Pandora Hearts OST 2 - Do it later (2009)

 

L’OST de Pandora Hearts a été pour moi une grosse déception alors quand, en plus, je vois des « copies » d’anciens morceaux que j’aime bien mais plus fades, ça ne m’aide pas à revenir sur ma première impression…

 

4

Mai Hime OST 2 - Shiromuku no Hime (2005)

Tsubasa Reservoir Chronicle Future Soundscape IV - Let go (2006)

 

Encore une fois, je n’ai fait le rapprochement entre ces deux pistes qu’il y a peu alors que j’avais les deux albums à portée de main. A choisir je préfère Let go à cause des passages qui suivent (et que je n’ai pas fait figurer ici) et qui apportent un peu plus de variété.

 

5

? - The Courtesy Waltz

Kalafina (Red Moon) - Yami no Uta

 

Là je triche un peu, je le concède, mais ça m’a tellement choqué que je ne pouvais pas passer à côté. En réalité The Courtesy Waltz n’est sortie sur aucun OST officiel, elle fait partie des bonus téléchargeables sur le site de Kajiura (et sur Canta per me où je suis allé la dénicher), de ses anciens travaux restés dans l’ombre (dont certains se trouvent sur sa nouvelle compilation The works for soundtrack). La compositrice a donc totalement recyclé cette vieille piste oubliée dans le dernier album de Kalafina. D’un côté j’approuve le changement, mais de l’autre ça me gène un peu, je ne sais pas trop pourquoi.

 

 


 

Inspirations « baladeuses » ?

6

Matrix Revolutions OST - Navras (2003)

Tsubasa Reservoir Chronicle Future Soundscape IV - Sacrifice (2006)

 

Celui-là je ne l’aurais jamais trouvé sans aide vu que je n’ai jamais vu un film Matrix de ma vie (c’est une honte, un scandale, je sais). Sacrifice faisant déjà parti de mes morceaux de Tsubasa Reservoir Chronicles favoris, la ressemblance ne m’a pas plus formalisé que ça (là où il y a eu une véritable croisade un peu exagérée contre Yoko Kanna), d’autant plus que Kajiura s’approprie vraiment l’air pour en faire quelque chose de personnel. Au final ce hasard m’aura permis de découvrir Navras, de Juno Reactor & Don Davis, se révèle beaucoup plus long et plus hétérogène (avec des phases un peu techno).

 

7

Hack//sign OST 1 - Fake Wings(juillet 2002)

Last Exile OST 2 - Lost Friend (septembre 2003)


Encore une fois on en arrive à un exemple de variation intéressant. Les deux pistes sont toutes les deux très jolies et cultivent leur propre version du même air mais traité différemment. J’ai dû faire un peu de ficelage dans la mélodie de Dolce Triade parce qu’on n’entend chanter Hitomi que vers la toute fin et que sa façon de chanter offre aussi un bon élément de comparaison. Ma préférence reste tout de même à Fake Wings.

 

8

Juuni Kokki OST  - Sanctus Kihaku (Kunihiko Ryo)(2003)

The 3rd Birthday OST - Into the Babel (2010)

 

Il s’agit de ma dernière trouvaille en date et remonte donc à quelques jours. Je lisais la critique de la bande-son de The 3rd Birthday sur Role Playing Magazine et les éloges du rédacteur se sont montrés suffisamment éloquentes pour me donner l’envie de tester quelques morceaux sur Youtube. Quelle ne fut donc pas ma surprise, en découvrant que Into the Babel, décrit comme une tuerie de Mitsuto Suzuki, empruntait une litanie que je connaissais bien, et pour cause : Sanctus Kihaku faisait partie de l’OST des 12 Royaumes…offert en promotion dans un numéro précédent de Role Playing Magazine ! Visiblement le rédacteur de l’article n’était pas le même que celui qui a eu l’idée de vendre le CD.

 

9

Noir OST 1 - Les Soldats (2001)

Final Fantasy XIII OST Disc 3 - The Vile Peaks (2010)

 

Tiens donc, encore une ressemblance troublante ! Les chœurs de The Vile Peaks ont la même tonalité et disent la même chose que dans Les Soldats. Cela pourrait n’être qu’une coïncidence (les deux artistes auraient fait appel au même orchestre, les paroles renverraient à un texte ultraconnu de la Bible, on peut tout imaginer) et je le pensais aussi très fortement, jusqu’à ce que je tombe sur Into the Babel, cité ci-dessus. Certes le rapprochement est étrange, mais ce sont deux compositeurs différents, n’est-ce pas ? Et bien, en allant vérifié sur VGMDB, mon intuition a porté ses fruits puisque si c’est bien Masashi Hamauzu qui est à l’origine de The Vile Peaks, l’arrangeur n’est nul autre que…Mitsuto Suzuki ! Décidément, on dirait que ce monsieur aime bien les chants grégoriens =).

 

10

Eric Satie - Je te veux (1902)

Yume Miru Kusuri OST - The girl is baking sugar pastries (2005)

 

En essayant de réviser un peu mes classiques j’ai redécouvert un certain nombre de compositeurs que je connaissais sans savoir leur nom et celui de leurs œuvres (par exemple j’ai découvert que la Chevauchée des Valkyries était le thème d’une machine à laver…ah ces plaisantins de publicitaires, toujours prêts à forger notre culture) dont Erik Satie. Et là encore, ça a fait tilt dans ma tête quand j’ai écouté la version de Je te veux présente dans le film d’Haruhi (c’était plus commode à choper comme ça). Cette mélodie me rappelait curieusement Yume Miru Kusuri. Je ne sais pas si c’est juste moi mais j’ai vraiment l’impression que Funczion Sounds a repris le morceau à sa sauce. Evidemment c’est impossible à vérifier vu puisqu’il n’est fait mention de Erik Satie nulle part, mais vu que l’enregistrement est passé dans le domaine public depuis longtemps, il n’en aura pas vu l’utilité et je n’aurais jamais de réponse certaine…

 

Et maintenant pour le lulz, voilà deux exemples que j’ai trouvés de rappeurs qui pillent éhontément Kajiura. Inutile de préciser vers quelle version va ma préférence…

 

11

I talk to the rain - Tsubasa Reservoir Chronicle Future Soundscape I (2005)

Nach - Un dia en suburbia (2008)

 

12

Canta per me - Noir OST 1 (2001)

Ma conscience - Rap français (2005)

 


 

En attendant que je revienne fraiche, dispose et en pleine forme, je vous propose un petit jeu (toujours sur le thème de la musique) sous la forme d’une sorte de mini-blindtest. La vidéo qui suit contient 5 morceaux que vous devez deviner et tous sont en rapport avec les eroges, sinon ça ne serait pas drôle :p.

 



Quelques indices :

_Sur les 5 pistes, 4 sont des openings et l’intrus est une BGM provenant de l’un des jeux représentés

_Un des morceaux est un remix mais cela ne vous handicapera pas fondamentalement pour découvrir le titre qui se cache derrière

_Les images montrées proviennent des openings. Je les ai bien sûr légèrement modifiés (sinon ce serait trop facile) mais vous pouvez vous en servir.

_A noter que je n’ai pas forcément mis un seul extrait pour chaque titre.

 

Voilà, voilà, essayez de ne pas tricher et d’en trouver le plus possible. Pas besoin d’écrire le nom du chanteur (souvent assez obscur), le nom du jeu et de la piste suffiront =).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kapalsky 26/11/2013 00:05

Wow, ca en fait des tracks de Kajiura que je ne connaissais pas :p
L'auto-plagiat est préférable au plagiat tout court, je pense, mieux vaut qu'un composeur joue avec ses marques de fabriques plutot que d'aller piquer les idées d'un autre. Certains en paient les
frais malheureusement, comme James Horner, et ce malgré les énormes scores qu'il a signés au long de sa carrière.
Au cours de ces dernières années, j'en ai entendu des "réappropriations" de mélodies existantes par des compositeurs japonais, leurs inspirations sont tellement baladeuses que je pensais meme en
faire un article. Pour eux c'est ok, leurs travaux acquièrent une certaine légitimité du moment qu'ils apportent leurs variations, et surtout tant qu'on ne les confronte pas à leurs sources
d'inspirations, et dans le domaine de l'OST, il faut quand meme aller les trouver les sources!

Etant gros fan de scores, entendre des variations de musiques ricaines dans des animés me fait sourire. Deux exemples de "pompages" trouvés au cours de mes nombreuses écoutes: Taku Iwasaki semble
aimer James Newton Howard (les intros sont quasi-similiaires: http://www.youtube.com/watch?v=AG__-2EMWh0 et http://www.youtube.com/watch?v=8edxzgQlIyQ). Ou encore, venant de l'animé "Canaan", une
track (>http://www.youtube.com/watch?v=_AhZCE0Tku4) qui fait penser direct à une autre sortie dans un truc bien différent (>http://www.youtube.com/watch?v=bdOY-6NgATA). Et encore, ce ne sont
que quelques exemples!

Alors oui, on pourra dire ce qu'on veut sur un tel qui pompe un tel, accuser la grande Kanno d'etre une "voleuse" ou je ne sais quoi... on l'oublie souvent, composer une OST, c'est un boulot de
commande, il faut donc bosser avec certaines variables et contraintes. Et voir ce qui à été fait avant peut faciliter amplement le processus de création. On n'invente plus, on modifie, d'ailleurs
l'excellent docu "Everything Is A Remix" de Kirby Ferguson explique vachement bien ce principe de récupération

Helia 28/11/2013 12:41



Un jour, je ferais des articles pour montrer la puissance de Kajiura =’).


 


Légalement l’auto-plagiat n’a bien sûr aucune conséquence, néanmoins on peut légitimement se demander si ce n’est pas un signe de l’essoufflement du
compositeur : s’il commence à recycler ses vieilles mélodies c’est qu’il commence à manquer d’idée. Le plagiat pur peut également avoir ce sens-là comme se traduire par une diversification
des registres d’un artiste (il essaye autre chose et se raccroche à du connu).


 


Je serais très curieuse de voir un article sur le sujet des réappropriations si tu comptes toujours t’y atteler, les exemples que tu donnes sont intéressants
=O.


 


Exactement, il est de plus en plus difficile de faire de l’entièrement neuf et original mais la création artistique n’en mourra pas pour autant, le tout est de
mixer différentes sources et pas une seule. C’est d’ailleurs ce que j’écris dans un autre article. Peut-être celui de septembre 2011 qui a suivi, où j’ai mieux compris le phénomène des
samples : certains des exemples traités ici deviennent donc obsolètes.



Petite Plume 29/05/2011 10:10


L'air de la n°8, je l'ai déjà entendu ailleurs. J'en suis sûre, je ne connais que lui, et pourtant, pas moyen de me rappeler où je l'ai entendu. Bon, bah, plus qu'à aller écouter toutes mes OST en
long et en large dans l'espoir de la retrouver !


Helia 29/05/2011 12:37



« L'air de la n°8, je l'ai déjà entendu ailleurs. J'en suis sûre, je ne connais que lui, et pourtant, pas moyen de me rappeler où je l'ai entendu. Bon, bah, plus qu'à aller écouter toutes
mes OST en long et en large dans l'espoir de la retrouver ! » = Tu me rappelles que j’ai effectivement trouvé une nouvelle occurrence de ce morceau entre temps et que j’avais oublié de
l’inclure. Je vais aller éditer l’article, si ça se trouve c’est la même piste ^^.



Gen' 26/03/2011 11:23


C'est bien à la qualité que je faisais allusion, mais c'est un jugement qui ne concerne que moi :')


Gen' 22/03/2011 15:55


Je parle de See-Saw et du début de FictionJunction si tu préfères, parce qu'à mes yeux il n'en reste plus grand chose à l'heure actuelle (on est même plutôt rentré dans une troisième période,
Kalafina ?).


Helia 23/03/2011 17:48



« parce qu'à mes yeux il n'en reste plus grand chose à l'heure actuelle (on est même plutôt rentré dans une troisième période, Kalafina ?) » = Techniquement, elles n’ont jamais été
aussi présentes =O ! Yuki Kajiura a sorti un album FictionJunction pas plus tard qu’en 2009, elle a inclus Yuriko Kaida (jusque là « femme de l’ombre ») dans l’équipe de manière
officielle, repêchée Kaori Oda qui s’était évaporée depuis Tsubasa Reservoir Chronicles (mais pas loin puisqu’elle participait à Sound Horizon ^^), pareil pour Keiko et Wakana mais qu’elle a en
plus réunis dans le nouveau groupe Kalafina (qu’on peut donc percevoir comme la continuation de FictionJunction). La seule qui a un peu disparue des radars c’est Yuuka. C’est bien dommage vu son
talent =/.


 


Bon d’un point de vu qualitatif, je t’avouerai qu’on a beaucoup perdu mais le concept FictionJunction n’a pas vraiment l’air prêt à disparaître ^^.


 


(See-Saw c’est une autre histoire…)



Gen' 21/03/2011 18:44


Par plagiat véritable j'entends entre deux auteurs contemporains, ça a moins de sens si on s'éloigne dans le temps, étant donné que comme tu dis on assiste à une sorte de "brassage" d'inspirations,
ce qui était sans doute aussi le cas dans l'Antiquité (les Grecs n'ont pas non plus inventé la musique). On peut se dire qu'à force de composer, on va finir par avoir essoufflé le panel de
possibilités de la musique - ce qui est assez improbable techniquement parlant -, mais l'oubli permet aussi de contrer ce phénomène (le problème étant peut-être qu'à notre époque, tout s'enregistre
et se conserve à long terme). Inspiration je veux bien, mais avec le respect de l'auteur/la source, donc. Ce qui implique une absence de copié/collé formel (même lorsqu'on pioche dans une
compilation de musiques traditionnelles).

J'ai toujours l'impression que mon compositeur préféré, sieur Hajime Mizoguchi, n'a pas encore eu l'occasion de dévoiler tout son potentiel, ce potentiel qui m'a marqué dans des OST comme celles de
Jin Roh, Escaflowne ou Jyu Oh Sei, et qui m'a convaincu de la sensibilité de sa musique. J'aimerais qu'on lui laisse plus souvent carte blanche, les rares fois où ça a été le cas j'ai été tout
simplement transporté. Il a heureusement pas mal d'albums indépendants à faire valoir, mais je trouve son travail dans le contexte de la japanim/cinéma très sous-estimé, c'est plutôt triste aussi.
Je comprends ton point de vue en ce qui concerne dame Kajiura, cela dit, je pense que je l'appréciais davantage à l'époque de See-Saw et FictionJunction.


Helia 21/03/2011 21:53



 


« On peut se dire qu'à force de composer, on va finir par avoir essoufflé le panel de possibilités de la musique - ce qui est assez improbable techniquement parlant » = Moi je pense que
si le matériau originel ne peut plus être neuf, c’est le mélange qui va tout changer. Car oui, on a tous des inspirations, c’est indéniable, c’est la façon de les agencer et de les modifier qui
fait ou non l’intérêt d’une œuvre. Les livres ou les films qui copient des clichés usés jusqu’au coude n’ont, par exemple, qu’un intérêt limité, justement parce que le mélange est mal fait. L’art
c’est de l’alchimie, on transforme le plomb en or =).


 


« Je comprends ton point de vue en ce qui concerne dame Kajiura, cela dit, je pense que je l'appréciais davantage à l'époque de See-Saw et FictionJunction » = Mais ce ne sont pas deux
époques différentes justement 0_o ? Tu parles de ses tous premiers albums en tant que See-Saw (avant qu’elle ne fasse de soundtracks donc), de la période FictionJunction Yuuka, ou lorsque le
groupe See-Saw a été brièvement reformé (surtout pour hack//sign d’ailleurs) ?


 


[Parce que techniquement parlant on est toujours dans la période FictionJunction, cf les openings de Pandora Hearts et Ookami Kakushi]



Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories