10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 17:28

Comme je l'ai déjà dit ici, je suis fan des premières productions de Bee Train. J'avais commencé par Noir qui reste une de mes séries favorites, et quand, en regardant Madlax, j'ai appris qu'il s'agissait en réalité d'une trilogie « girls with guns », évidemment je ne pouvais contenir ma joie. C'était en 2007, Noir étant sorti en 2001 et Madlax en 2004, le dernier opus allait donc bientôt faire son entrée. Je me suis donc jetée sur El Cazador de la bruja sans retenu...et au final, rien ne s'est passé comme prévu.

 

Nadie, chasseuse de prime de renom, reçoit une mission un peu particulière : elle doit trouver Ellis, jeune fille amnésique dont la tête a été mise à prix pour avoir tué le professeur Schneider, et qui posséderait des pouvoirs étranges et l'accompagner « vers le sud », à Winay Marka, seul indice dont elles disposent de la véritable identité d'Ellis.

 

Comme à peu près toutes les productions Bee Train, le synopsis est alléchant, nous promet une ambiance far west, des gunfights et du mystère. On ne peut bien évidemment pas dire qu'il brille par son originalité cependant, car à peu de mots près, c'est bien le synopsis de Noir et de Madlax, mais comme c'est voulu, on ne va pas chipoter. On a donc des personnages au design plus kawai/choupinet que dans les précédents volets et la bande-son, une fois de plus signée Yuki Kajiura.



Y a-t-il un personnage bien fichu dans cette foutue série ?
L'héroïne principale, Nadie, est une quiche, et je ne blague pas, une quiche, vous dis-je. Elle est chasseuse de prime mais on est en droit de se demander comment elle a pu parvenir à ce métier et comment elle a pu se faire recruter par Blue Eyes pour une mission aussi pointue. Ce n'est pas qu'elle n'est pas attachante mais la vérité c'est qu'elle ne mérite pas le qualificatif de « chasseuse de prime » et la succession de Mireille et Madlax ; la preuve, la seule fois où on la voit en action, elle glisse sur du verglas quand on la croit touchée à mort et c'est Ricardo qui finit la cible à sa place...avant de lui donner la moitié du pognon, l'est pas contraignant lui. Nadie a donc un sérieux problème de charisme là où ses prédécesseurs avaient un minimum la classe, ce qui est un gros handicap. Mais elle n'est pas la seule puisque sa compagne est Ellis, choupi-kawai-trognonne et autiste de son état. Elle est mimi certes, elle a des pouvoirs qui déchirent certes, mais elle a surtout 10 ans d'âge mental (ce doit être pour cela qu'elle s'entend aussi bien avec Lilio). Le montre un épisode qu'elle passe à faire la gueule à sa Nadie qu'elle adore par ce que cette dernière a eu le malheur de casser son jouet préféré, plus puéril tu meurs. C'est donc avec un duo un peu bâclé que commence l'aventure, et nul besoin de préciser que cela commence mal.


Les personnages secondaires sont si peu développés que j'ai dû batailler pour avoir des images d'eux, c'est dire.
On a donc le grand méchant, Rosenberg, qui est tout de même assez intéressant même s'il est mal utilisé. Ses motivations, au début évidentes, sont en fait réellement surprenantes.
Il y a aussi L.A, un personnage que beaucoup de gens sur le net trouvent agaçant et en réalité le seul que j'ai vraiment aimé.

Pourquoi ? Par ce que c'est le plus humain de tous au fond. L.A est un stalker qui ne cesse de pourchasser Ellis par ce qu'il l'aime et qu'il pense que c'est réciproque, son obsession atteint souvent la démence mais comment lui en vouloir avec une vie aussi misérable où il n'a jamais été que le jouet de Rosenberg ? Sans compter que Mamoru Miyano transcrit de manière époustouflante ses crises de folie (Light à côté c'est un débutant).
Parmi les « gentils » pour changer, Blue Eyes appartient à une organisation secrète rivale de celle de Rosenberg, elle a en fait deux apparences mais ça on s'en doute dès l'opening. La première ne fait pas long feu d'ailleurs et elle n'a pas grand-chose de mystérieux.
Sinon il y a Ricardo et Lilio, dont l'utilité est douteuse du début à la fin. En gros, Ricardo est un vieux loup qui répare toutes les conneries de Nadie mais on ne sait rien de lui, absolument rien. Et puis la fillette qui l'accompagne est encore plus inutile que lui.

Lilio : prix 2007 du personnage qui ne sert à rien


Non seulement elle n'a qu'une seule fucking ligne de toute la série (quand on a Marina Inoue comme seiyuu, ça fait vraiment pitié quand même) mais en plus elle ne fait rien...strictement rien (ah si à l'épisode 25, yahoo). Encore un personnage kawai et creux qui ne sert qu'à être montré lors des épisodes spécial maillot de bain.

El cazador 01

Puisqu'on parle de maillots de bain...

 



Tacos, tacos, tacos !
Le seul point d'humour d'El Cazador est un running gag complètement WTF auquel j'avais bien accroché au début...au début. Après Madlax et ses pâtes, voici...les tacos ! C'est simple dans chaque ville Nadie et Ellis se retrouvent confrontés à des tacos et tous les personnages finissent invariablement par chanter la chanson des tacos (même L.A et Lilio, ouah deuxième ligne de texte !). Au début c'est mimi puis un simple prétexte à du fanservice et à la fin c'en est mindfucking !

Voyez le monde en fanserv... en tacos !

 



Il faut sauver l'scénar !
El Cazador souffre donc tout d'abord d'un sérieux manque au niveau des personnages, aucun n'a ce petit truc qui fait qu'on s'y attache tout de suite, aucun n'a de véritable profondeur, ce qui est vraiment très dommage, mais à la limite ça passe encore par ce que ce sont Nadie et Ellis les stars et qu'on ne voit pas assez les autres pour s'en plaindre (quoi que). Non, le véritable problème d'El Cazador c'est son scénario. Pourquoi ? Par ce que l'idée de « voyage initiatique » tombe très vite à l'eau. Les animes qui n'ont pas de scénario (aka les tranches de vie) remontent souvent la pente par des persos attrayants et surtout une bonne louche d'humour, or c'est ce qui fait le plus défaut à l'anime pour remonter la pente. Le premier épisode est sympathique, le 13e intéressant, le 14e émouvant et à partir de la fin du 22e l'histoire se déroule jusqu'à l'épisode 25 y compris. Entre ces épisodes que j'ai nommé, il ne se passe rien, absolument rien, et c'est ce qui est affligeant. Ellis et Nadie doivent renforcer le lien qui est entre elles, c'est entendu, mais tout ce qu'elles trouvent sur leur route ce sont des personnages tertiaires ( à apparition unique) complètement grotesques : naviguant d'un stéréotype à l'autre on a les chasseurs de prime tout droit sortis de la gay pride (sont censés tuer Ellis quand même), la cruche qui passe sa vie à creuser dans la mine...par ce que son papounet lui a demandé de le faire, des bonnes soeurs prudes, une fille aux gros seins qui chante, des gentils mafieux (hey, what ?), une conne qui se prend pour un gourou et qui commence une secte du dieu-chat, on en a pour tous les (mauvais) goûts ! Alors pour combler ce vide intersidéral, que faire ? L'avez-vous deviné ? FANSERVICE ! Nadie et Ellis en serveuses, en maillot de bain (onsen + piscine) et sous-entendus yuri en veux-tu en voilà...et tacos. Oui. Encore les tacos...

Des chasseurs de prime très crédibles...


A mon avis, il aurait été plus judicieux de faire une série d'OAVs (avec 6 épisodes intéressants, pourquoi pas) ou une petite série d'une douzaine d'épisodes mais pas une longue tartine insipide comme ce qui a été servi !

Oui Ellis, moi aussi je m'étouffe après 26 épisodes

 



Une trilogie ? O RLY ?

  • Bee Train l'a dit, c'est une trilogie « girls with guns », on est donc en droit de faire la comparaison avec Noir ou Madlax. On peut se rendre compte que Bee Train a cherché à s'améliorer, exit les gros plans sur les yeux où seule la musique parlait, exit la répétition étouffante de flashbacks. Oui mais est-ce vraiment une amélioration ? Dans Tsubasa Rservoir Chronicle, Avenger ou //hack.sign, c'était agaçant, il est vrai (quoi que je ne suis pas tout à fait d'accord pour hack), mais c'est aussi tout ce qui faisait l'ambiance de Noir ou Madlax. Ici le passé d'Ellis, soi-disant mystérieux, n'est pas mis en relief, le flashback apparaît peu, c'est un peu comme s'il était secondaire, or il semble que ce soit la clé du « scénario », si je puis me permettre. Où est mon « pèlerinage dans le passé », hein ?

La "trilogie" "girls with guns" : petit jeu, cherche les intrus qui se sont glissés sur cette image

 

  • Un autre élément, l'organisation mystérieuse, est un peu raté. Là où les Soldats dans Noir et Enfant dans Madlax pesaient de tout leur poids pour entraver les personnages, le projet Leviathan, au nom pourtant riche, est complètement mis de côté...même suspendu à un moment !
  • Et le nom de « girls with guns » suppose des combats magnifique, non ? Pas de chorégraphie extraordinaire, pas de fille sexy en robe de soirée dans la jungle, ok, mais quasiment aucun combat là c'est un peu fort. Il est en plastique le revolver de Nadie ou quoi ! Car oui, immense déception, il y a très peu de combats et quand il y en a, notre chasseuse de prime nationale se contente de désarmer ses adversaires. J'ai entendu des gens dire que c'était bien mieux ainsi mais je ne suis pas très d'accord. Dans Noir comme dans Madlax c'est une question de survie, si Mireille et Kirika ne tuent pas les membres de Soldats ce sont elles qui y passent, si Madlax ne dézingue pas ses adversaires elle est morte, or là il est vrai que Nadie est surtout entourée de civils, mais même les chasseurs de primes elle les laisse partir...au risque de les voir revenir épisode par épisode. C'est ça que je trouve ridicule ! Ok, elle n'est pas obligée de tuer les officiers de police, Blue Eyes, L.A ou qui que ce soit, mais les chasseurs de prime qui lui courent après si, mince quoi, question de logique !
  • Un autre point sensible : le passé des héroïnes. Il est sous-entendu qu'elles se sont déjà rencontrées étant enfant dès l'opening. Intéressant, non ? Vous voulez en savoir plus ? Ahahah, et ben non ! Nadie et Ellis se sont déjà rencontrés, voilà, fin de l'histoire. Là où Kirika et Mireille ou Madlax et Margaret avaient un passé trouble en commun, Ellis et Nadie n'ont qu'une pure coïncidence. Mais ne vous en faites pas, ce n'est pas grave, car leur relation va beaucoup évoluer grâce à ce voyage ensemble, il n'y a pas vraiment de yuri au sens propre du terme, par contre les amateurs de shojo-ai vont être servis (et quelque chose me dit qu'un gender bender rendrait cette série immensément plus populaire).

RAEP TIME !!!


Qui qu'en veut de mon shojo-ai ?

 



La vraie fin, et celle qu'on aimerait oublier
El Cazador a deux fins : une belle et une moche. La première n'est pourtant pas autant une réussite que cela mais elle reste quand même touchante à sa manière. On connaît enfin la vérité sur le passé d'Ellis...c'est-à-dire ce qu'on savait depuis le début sur l'assassinat du professeur \o/. De l'autre côté, après l'épisode 14, c'était évident que ce n'était pas le père Noël qui l'avait tué donc bon, prévisible à mort ! Nadie et Ellis offraient un beau moment avec leurs sentiments et le sort de Rosenberg prenait enfin une issue.

Par contre
[spoiler]Nadie et Ellis qui meurent puis reviennent à la vie grâce à Blue Eyes c'était vraiment cliché, dès que la scène a commencé je savais que ce serait là sa seule utilité du coup j'étais un peu pantoise devant une telle gratuité... WTF ? Et puis l'unique phrase de Lilio, lol quoi, ça faisait totalement formule magique, au final on saura jamais qui elle est =/.[/spoiler]


Mais à ce point là de l'histoire, on pouvait être satisfait, ça y est c'est fini, plutôt bien fini, tout va bien...oh mais que vois-je ? Il reste un dernier épisode ? Le dernier épisode d'El Cazador, c'est un peu le fruit défendu : un After Story complètement foireux où les chasseurs de prime gays viennent faire suer nos héroïnes occupées à laver le linge dans un bled pourri avec des fringues moches (ou comment passer de la tenue de bounty hunter sexy à un tue l'amour total, Nadie je vais te relooker moi !). En bonus un nouveau ( ?) personnage complètement inutile et un final bâclé ! Le pire c'est que la phrase de fin était exactement ce que j'attendais de la fin d'El Cazador, mais dans un contexte différent <__<.

Par contexte je voulais dire moins de fanservice



En conclusion :
Pourquoi se mettre à regarder 26 X 25 minutes de ce truc
_bien plus abordable que Noir et Madlax
_Nadie est rigolote quand elle le veut
_Ellis est mignonne
_des pouvoirs magiques orgasmiques qui mettent le feu
_L.A est un psychopathe attachant
_la musique made in Kajiura <3
_l'ambiance western et légendes incas
_l'opening et l'ending sont pas mal
_l'épisode 14 déchire vraiment tout
_l'épisode 25 offre une super fin
_un cast de malades (que des bons seiyuus)
_si il y a des amateurs de tacos dans la salle
_chaque épisode vide laisse le temps de se limer les ongles et/ou de faire à bouffer en même temps

Pourquoi aller piquer un coup de gueule chez Bee Train

_Hey, il est passé où le scénario ?
_des personnages agaçants (Nadie = quiche, Ellis = gamine capricieuse et autiste, les autres = rien, dans tous les sens du terme)
_aucun suspens (dans la série Cluedo raté, je demande le professeur dans la bibliothèque avec un flingue et le colonel Moutarde)
_un personnage muet du début jusqu'à la fin sans raisons apparentes
_aucune psychologie sur les personnages secondaires (même principaux d'ailleurs)
_des aventures pitoyables
_les pouvoirs magiques servent à griller des saucisses ou mettre des glaçons dans un verre d'eau...quand ce n'est pas de brûler/faire tomber un pilier géant sur ses propres copains
_des organisations secrètes bidons
_trop de fanservice
_l'épisode 26
_trilogie mon c** ouais !
_maman, je m'ennuiiiiiiiiie
_un label « girls with guns » mensonger
_donne envie soit de manger des tacos soit de ne plus jamais en manger de sa vie


El Cazador a été pour moi une immense déception. Il est vrai que j'en attendais peut être beaucoup trop du dernier volet de la trilogie « girls with guns » et que passer après Noir et Madlax était délicat mais quand on met un label à sa série, c'est un peu inévitable. El Cazador aurait été annoncé comme une série lamba, j'aurais peut être été plus clémente. Ce qui me donne le plus de regrets c'est le magnifique ending de Fiction Junction Yuuka qui met en scène un homme masqué que l'on ne voit jamais dans la série. Or d'après ce que j'ai entendu, comme El Cazador manquait d'audience, Bee Train a modifié la suite de la série en express (pour la rendre plus courte ?) mais a laissé l'ending tel quel. Ce qui fait que je crève d'envie de voir la véritable suite de la série avec cet homme mystérieux et tout le tralala et que je fais des hypothèses probablement très fausses du genre « S'ils n'avaient pas tout changer à la dernière minute, peut être que... ».

El Cazador n'est pas une série foncièrement mauvaise et je ne l'ai pas détesté pour autant, c'est juste une série ennuyeuse, la faute à un scénario mal fait et à des personnages peu charismatiques.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Camilia 19/02/2014 18:19

Franchement ton avis est très négatif, cette série est super sympa et si je puis me permettre l'héroïne est certes pas très "passage à l'action" mais elle reste cependant très douée. De plus le
fait qu'elle ne soit doté de capacité hors du commun rend la série un peu plus originale.

sara 04/01/2012 21:16

mais vous avez rien compris vous êtes sur de l'avoir regarder? cette critique est tellement mauvaise (yen a un qui s'est lâcher)qu'il y a trop de chose a dire bref moi je trouve que ce manga était
vraiment excellent .

Helia 29/05/2010 20:22


Tiens, je ne m’attendais pas à ce que le chara-design de L.A fasse des émules ; ce qu’on retient de lui d’habitude c’est plutôt son doubleur, Mamoru Miyano ^^.

Les fringues de Nadie sont plutôt cools (ça rappelle Chloé en effet…en vachement moins classe, il faut l’avouer) mais clair que son flingue c’est juste un pistolet à eau : il est là pour faire joli
XD.


EvilBianca 27/05/2010 01:49


Je ne pense pas que cette série me plaira :x même si il y a un perso qui fait qu'elle m'intéresse...je sens que je pourrais la zieuter rien que pour les passages avec L.A ... parce que lui, il est
euh, comment dire?
*retient un "Kyaaa" de justesse* déjà rien qu'au niveau chara-design,j'ai des petites étoiles dedans les yeux (le genre tout juste débarqué du 19e siècle...puis je la lui piquerais bien, sa broche)
et il serait complètement fada en prime...pervers, obsédé, psycho,ceci combiné au fait qu'il aie des sentiments, me plait beaucoup (et cette nouille d'Ellis qui lui fiche des torgnoles dans presque
tous les extraits que j'ai pu voir é_è )
C'est bon, je prends! (mais sans supplément de Tacos, ça ira)
L'opening est pas mal en effet! (*pause à 0.35, kyah, kyah*) C'est moi ou Nadie a un faux air de Chloé quand elle marche à un moment avec son manteau flottant °°
Je crois que tu as visé juste, son flingue est en plastique... ^^'


Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories