20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 16:35

 

Anime.jpg

 

Tout d’abord je tiens à affirmer que malgré cette absence de 10 jours, je suis toujours vivante. J’avais très mal calculé les contrecoups du trimestre et une fois les vacances venues je me suis purement et simplement écroulée comme une larve. C’est à peine si je me souviens de ce que j’ai fait pendant tout ce temps X). Il faut dire que j’avais un peu beaucoup déconné lors de mes dernières semaines de cours puisque mes heures de sommeil se comptaient facilement avec une seule main, amputée de surcroît, et que j’avais tendance à m’endormir en plein cours, ce qui est très mauvais signe. Avec la cure que je viens de faire, j’espère revenir en pleine forme \o/.

 

Comme je n’ai pas eu le temps de beaucoup regarder d’animes, je retarde de nouveau la suite du dossier Kara no Kyoukai et à la place, on va faire coloré ! Que ceux qui sont tombés ici à cause du mot « culottes » lèvent la main ! Tout le monde ? Alors ça va, je suis rassurée, mes lecteurs me ressemblent .

 

Colorful est une petite série de 16 épisodes d’environ cinq minutes s’interrogeant sur le plus grand mystère que l’univers ait porté. Le monstre du Loch Ness ? Non. La création du monde ? Non. Le triangle des Bermudes ? Non, bien mieux que ça : l’anatomie féminine ! Ou les aventures d’une bande de joyeux pervers qui ont décidément bien du mal à retenir leurs pulsions.

 

Depuis de nombreuses années déjà la japanimation voit fleurir de plus en plus de séries ecchi mettant en scènes de jolies minettes fort dévêtues dont les attributs débordent de l’écran assortis de scénarios-prétextes. Dès lors le même discours a tendance à revenir « Marre des séries ecchi, c’était mieux avant ». Colorful est la preuve qu’avant ou après il y aura toujours des petites culottes puisque la série date de 1999, la seule différence c’est que cet anime reste relativement soft. On a donc un format plutôt original et on est en droit de se dire qu’en cinq minutes les gags passeront mieux que dans une série de 13 épisodes de 25 minutes par exemple. Le problème…c’est que ce n’est pas tout à fait le cas.

 

Colorful_01.jpg

 

Ma température est de 37,5 degrés

Colorful est donc un empilement de gags où l’on voit différents hommes essayer de regarder sous la jupe des filles qu’ils croisent ou d’effleurer leurs poitrines si l’occasion leur est donnée. Si certains personnages ne sont les héros que d’une seule séquence, d’autres sont récurrents et parcourent l’anime de leurs péripéties : dans les rangs masculins, on compte deux étudiants aussi obsédé l’un que l’autre, un prof de gym (seiyuu : Fumihiko Tachiki, connu pour Gendou Ikari dans Evangelion) qui a du mal à ne pas loucher sur une de ses élèves et Steve le touriste qui aime prendre des photos du Japon "exotique" ; dans les rangs féminins à part Pamela, la bien poumonée professeur d’anglais et Yamamoto (seiyuu : Sayaka Ohara, connu pour ses divers rôles de sorcière, Yuuko dans XXXHolic ou Beatrice dans Umineko), l’athlète, aucune n’hérite d’un nom.

Les gags en eux-mêmes sont basés sur un principe assez simple : généralement un garçon croise la route d’une jolie fille, il se rend compte qu’il est à deux doigts de voir sa culotte, et emporté par l’élan de la jeunesse (ou pas), met tout en œuvre pour apercevoir le bout de tissus tant fantasmé, avant de se faire punir par le cours des choses pour sa curiosité. Cela ne casse pas trois pattes à un canard mais cela reste léger, pas prise de tête, et quelques rares gags arrivent quand même à arracher un petit bout de sourire.

 

Personnellement j’ai par exemple beaucoup aimé quand Steve invite son copain afro-américain Jamie (déjà un black dans un anime ça fait du bien de temps en temps) et qu’on le voit dépasser de trois têtes les Japonais dans le métro. Quand enfin il arrive à bon bord et que Steve lui montre sa collection de vidéos de petites culottes, sa réaction est juste priceless et s’apparente à « Mais c’est quoi ces conneries ? ».

 

Colorful_02.jpg

 

 

Ma température est de 35, 5 degrés

Le souci c’est que les gags ont tendance à se répéter. Certaines séquences sont ainsi presque identiques. Déjà que la série était basée sur du comique de répétition, c’est assez dur de ne pas sentir l’ennui poindre le bout de son nez. Et les passages WTF du lot n’arrangent pas les choses. Qu’un homme soit désespéré pour voir dépasser 2mm de tissus, bon d’accord c’est classique, qu’un homme bave dans les fesses de sa collègue de travail accroupie, euh un peu moins, qu’un homme aille caresser les WC sur lesquelles une fille s’est assise, ahem, et qu’une troupe d’hommes en délires sortent dans les rues pour apercevoir la culotte d’une lycéenne géante qui se remaquille dans les vitres d’un buildings et fait éclater les vitres quand son portable sonne, euh…pardon 0_o ?

 

Oui Colorful ne s’embarrasse pas de vraisemblances et s’embarque souvent dans un pur délire assez difficile à suivre. Rien qu’en terme de graphismes, qui sont plutôt moyens soit dit en passant, les hommes sont tous caricaturés à l’extrême (alors que les filles sont toujours très jolies à regarder) et les têtes qu’ils font tour à tour semblent tout droit tirées d’un concours de grimaces/smileys rigolos. Cela ne fait pas vraiment rire pour autant, surtout au bout de 16 épisodes de grimaces intempestives. Mais le plus gros défaut est encore à venir.

 

Colorful_03.jpg

 

 

Ma température est de…euh plus beaucoup

Pourquoi vous parler de Colorful et pas de la nouvelle saison de Kiss X Sis par exemple ? Parce que Colorful a une caractéristique assez particulière. Sur les cinq minutes de gags, il faut bien des transitions, n’est-ce pas ? Au début c’est le cas, elles ne sont pas rocambolesques mais c’est mignon, léger, dans l’esprit de la série, bref tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Sauf que très vite, ces petites transitions rigolotes passent à la trappe et à la place on a le droit à une sorte de zapping constitué de séquences complètement incompréhensibles (ça va de la course de voitures, à la bataille spatiale, en passant par le discours présidentiel, la virée en discothèque et le cartoon, le tout mélangé sous acide) et accélérés sur fond de bug musical (vous savez, quand le disque est rayé). Et à chaque épisode, entre chaque gag, c’est le même manège, avec de légères variantes (les images ne sont pas dans le même ordre par exemple). Le problème c’est que j’ai tout simplement trouvé ces séquences insupportables. Elles arrivent comme un cheveu sur la soupe, ne servent à rien, et donnent l’impression d’être en plein bad trip. Et arrêtez ce bug sonore par pitié, mes oreilles pleurent !

 

Cet aspect expérimental, on le doit probablement à une partie du staff de Serial Experiments Lain qui, pour une raison qui m’échappe, s’est retrouvée sur ce projet. Là où dans Serial Experiments Lain, le côté cauchemardesque et sous acide avait une place compréhensible, dans Colorful je ne comprend tout simplement pas ce que ça vient faire au milieu des petites culottes.

 

J’ai passé sous silence le son et la musique pour une raison très simple. Soit ils ont manqués de budget et ont voulu camoufler le fait que ce sont les 5 mêmes seiyuus qui font tous les personnages (ce qui personnellement ne m’aurait pas du tout dérangé), soit ils étaient drogués, mais toutes les voix des personnages secondaires sont passées à la moulinette façon Caramell Dansen (en moins agréable) et deviennent donc suraiguës. Sans compter les effets sonores bizarres : c’est ainsi qu’en plein milieu d’un gag on se reçoit des bruitages à la manière de Crazy Frog (vous ne verrez plus jamais les sous-vêtements de la même façon). Mais…pourquoi ? Pourquoi tous ces bruits bizarres, ces avalanches d’images soi-disant psychédéliques aussi diversifiées que la garde-robe d’un croque-mort ? Pourquoi cette avalanche de n’importe quoi devant le simple nom de Yamamoto ?

 

Ce qui me fait le plus mal en écoutant l'opening de Colorful (qui pour moi s'apparente à un viol auditif quand on l'écoute trop longtemps) c'est qu'il est chanté par Miyamura Yuuko, qui a, entre autres, interprêté ça et ça. Bonjour le décalage !

 

 

Fais monter la température, baby !

En conclusion, Colorful est sans conteste une des séries les plus bizarres que j’aie jamais vu. Certains crieront au génie devant cette « perle expérimentale » (tous les goûts sont dans la nature, tous les goûts sont dans la nature, tous les…non, vraiment désolé, je peux pas), la plupart des filles crieront au loup devant une image aussi stéréotypée des hommes (car c’est bien connus les hommes ne pensent qu’au sexe, ce sont tous de vilains pervers, et vas-y que Colorful en remet une couche), et moi j’hésite entre hausser les sourcils et aller me prendre une cure de désintox…

 

Colorful_04.jpg

 

Pas besoin de prendre de la drogue pour voir la vie de toutes les couleurs, Colorful est là !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kyu 02/05/2010 20:06


x) oh ba tu sais mes commentaires ne sont jamais bien intéressants =p


Helia 02/05/2010 01:13


Y a pas de honte à avoir été vaincu par Overblog qui est maître en matière de bug :p. Tu t'es bien battu soldat, nous honorerons ta mémoire !

(Mais du coup je saurais jamais, ce que tu as voulu dire, dommage =x)


Kyu 01/05/2010 23:16


Je lâche l'affaire, supprime mes commentaires foiré ^^' En gros j'avais fait toute une mise en scène pour dire que j'ai adoré cet article (très bien écrit !) et que l'anime lui même m'a plutôt plu
=) Voilà, c'est plus simple comme ça x)
(Ah là là, vaincu par un serveur... Epic fail Kyu, epic fail xD)


Helia 01/05/2010 13:32


Kaïl = Le Japon et le fétichisme, toute une histoire :p. Ce qui me parait le plus paradoxal dans ce genre de séries, c’est que le souci principal du pervers de base n’est même pas de coucher avec
la jolie demoiselle qu’il reluque, mais juste de voir ses sous-vêtements…bien plus intéressant, non XD ?

Kyu = T’es pas le premier à avoir ce problème =O. Essaye d’écrire d’abord sur Word au cas où, parce que souvent t’es obligé de tout recommencer en cas de bug d’Overblog(là ton commentaire est
perdu, je ne l’ai pas en entier dans le panneau administratif non plus =x).

Nataka = Ahaha, effectivement sacrée coïncidence XD. Tu lui as pas dis que les inscriptions pour être la nouvelle égérie de Colorful (dans lequel on voit la culotte de toutes les nanas qui passent)
étaient closes depuis longtemps :p ?

Toro = Tu aimes bien Colorful donc, si je comprend bien ^^. Bah c’est vrai que la série a des petits moments sympathiques mais c’est vraiment trop n’importe quoi pour moi. Le zapping gâche tout
l’intérêt à mes yeux =x.

Puisque tu parles de Yamamoto…T’as compris pourquoi à chaque fois qu’on parlait d’elle, son buste apparaissait à l’écran et son nom pullule en dizaines d’exemplaires sur l’écran (genre on connaît
pas son prénom à force =x) ? Moi je cherche toujours…


Toro 01/05/2010 13:17


Effectivement, colorful c'est un peu n'importe quoi, et des fois effectivement pas terrible.
Mais le couple "prof de sport/Yamamoto" fonctionne à tous les coups pour moi, et fait que la série mérite à mon sens d'être vue ^^


Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories