14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 22:10

 

Interruption de votre programme habituel. Ici Satan, en personne, qui vous parle. Comme faire pleuvoir les catastrophes naturelles et la famine sur les pays pauvres et les récessions économiques sur les pays riches, ça commence un peu à me barber, je suis devenu réalisateur de hentai à mi-temps et je vous présente aujourd’hui en exclusivité ma collection de DVDs. Faites bien attention que personne ne vous voie lire cet article, vos yeux et votre intégrité mentale risquent de piquer un peu, mouhahahaha.

 

Hentai2

 

Oui je sais, j’ai pleins de dossiers en cours en ce moment et laisser mes séries d’articles inachevées, c’est franchement pas malin, mais cette fois-ci j’ai une bonne excuse de parler d’autre chose ! L’autre jour que je me baladais sur Sankaku Complex (site pas tout à fait SFW non plus), je suis tombée sur cette vidéo qui a fait revenir un vieux traumatisme enfoui au plus profond de ma mémoire. Poussée par la curiosité je n’ai rien trouvé de mieux à faire que de vérifier si c’était bien aussi immonde que dans mon souvenir. Rectification : c’est cent fois plus immonde que dans mon souvenir. Fermez vite cette page si vous voulez gardez votre âme (et ne pas vous spoiler), parce que, très loin devant Eiken ou Papa to kiss in the dark, voici la série la plus glauque jamais vue : Boku no Pico (agrémenté de ses suites s’il vous plaît).

 


 

Boku no Pico ou le prélude à la catastrophe

 

Soulignons tout d’abord comment ce shota-hentai commence bien puisque l’opening est une succession de fanservice graveleux sur le thème « Pico te fait l’amour des yeux » ou « Pico est encore travestie en fille avec tous les costumes qui vont bien » sur un fond sonore des plus vomitifs à base de paroles bien niaiseuses (Oh oui, je t’aime, blablabla, soyons heureux tous les deux, vive les parties de jambes en l’air dans les bois, blablabla) et de voix haut perchée. Et en plus l’opening te spoile méchamment la gueule parce que tu n’es pas sensé savoir au début que Pico a un pénis (ni qu’il sait faire de la guitare avec d’ailleurs 0_o).

 

 

 

Bon c'est pas vraiment l'opening mais un AMV de l'anime avec la musique de l'opening

 

Nous sommes dans un hentai, la première scène est donc obligatoirement une scène de sexe avec musique d’ascenseur, ruse très utilisée pour te faire patienter le temps que le scénario se mette en place. Une scène de sexe où l’on croit voir un brave type sans visage coucher avec une fillette habillée en froufrous roses et lui enfoncer un gros cube de glace là où le soleil ne brille jamais…Mais dis donc, ça commence fort bien, je me demande quelle va être cette histoire palpitante ! Sûrement un conte torturé à base d’un amour impossible se passant au Mexique sur fond de guérilla, ce qui expliquerait la présence d’un cactus dans la pièce.

 

Pico14.jpeg

 

J’y étais presque puisque la prochaine scène nous présente Tamotsu, un homme qui se prélasse au soleil en plein été et passe son temps à regarder les fesses des nanas qui passent. Comme il n’a rien de croustillant à se mettre sous la dent, le voilà qui utilise les lunettes télescopiques pour touristes qu’on trouve partout du moment qu’il y a un panorama à observer quelque part, et il en profite pour faire son voyeur et mate les nanas sur la plage. Soudain, une belle jeune fille aux cheveux blonds nage nue dans un lagon et semble le regarder. Ce qui est bien sûr totalement impossible puisqu’elle est au moins à 20 putain de kilomètres de là. Oh, ais-je mentionné le fait que cette inconnue nage nue à quelques mètres des bancs de touristes ? Quel merveilleux hobby. Moi aussi quand je vais à la plage j’aime sentir les algues voguer sur mes parties génitales, ça me donne l’impression de faire corps avec la nature.

 

Pico18.jpg

 

Ensuite Tamotsu va dans un café auquel il est visiblement accoutumé et rencontre pour la première fois la petite-fille du patron, timide et peureuse, la belle inconnue de tout à l’heure ! Qui a réussi à rentrer à la nage trois fois plus vite que Tamotsu avec sa voiture, mais ça c’est un détail, c’est sûrement une sirène ! D’ailleurs le patron est quand même super sympa puisqu’il jette Pico (oui c’est son nom) dans les bras d’un parfait inconnu pour que celle-ci se fasse un « ami » (il a presque l’âge d’être son père mais bon). Mais oui, mais bien sûr, moi aussi je vais interpeller le premier gars qui passe pour garder mes enfants, surtout s’il y a marqué « Free Candy » sur son van, ça ne peut être que bon signe.

 

Pico16.jpg

 

Bon la suite est aussi étonnante que la présence d’un panty shot dans un anime ecchi : Pico fait sa petite fille innocente de sa voix trainante et finit par vendre son corps pour une glace. Je serais toi j’aurais plutôt réclamé une Mercedes ou des actions chez Total, mais une glace c’est bien aussi pour s’initier à la prostitution. Bref Pico fait l’amour des yeux à son cône à la vanille, s’installe dans la voiture de Tamotsu placée en pleine forêt (hum-hum, rien de louche non vraiment), en met partout sur le tee-shirt de son nouveau copain et se retrouve obligé de le sucer parce que quand même quel gâchis, une si bonne glace ! C’est en pleine partie de « Joue avec moi au gynécologue » que le grand dadais inexpressif découvre que la jolie petite Pico qui ressemble à une gamine de 8 ans a un drôle de truc dans sa culotte. Il reste coincé deux minutes devant l’objet du crime et finit par se dire « A boy is fine too ». Ah oui, sans oublier de balancer à Pico « Tiens bien ta glace pendant que je te lèche hein, ma voiture est toute neuve, j’ai pas envie que tu me cradosse ma banquette arrière ». Ce qu’il finit par faire en éjaculant trois litres sur le plafond de l’auto.

 

Pico06

 

Et puis s’en suit une série de jeux sexuels tout à fait passionnants, dont le travestissement de Pico en fille, puisque Tamotsu a du mal à laisser tomber son hétérosexualité visiblement. Le comble de l’ironie est atteint quand la victime déclare « Hein ? Une jupe ? Mais je suis un garçon moi ! » alors qu’il porte des vêtements féminins à longueur de journée…

 

Pico17.jpg

 

L’OAV s’éternise, alors pour dynamiser un peu, Pico décide de voler au secours du scénario et de s’enfuir à poil dans l’ascenseur parce que Tamotsu le considère comme un objet sexuel. Et de se couper les cheveux pour ressembler à un homme. Quand l’hétéro refoulé retrouve sa trace (dans un…cimetière 0_o ?) Pico a vraiment l’air d’un garçon cette fois. Et il s’écrie qu’il ne laissera plus jamais un adulte jouer avec son corps sous prétexte de lui offrir des glaces et que dorénavant il agira comme un homme, et non une gamine effarouchée. The end.

 

Pico03.jpg

 

Ah si seulement ! Si seulement ! Non, en fait Pico ne dit rien du tout et se laisse sodomiser sur la plage en suggérant simplement qu’on pourrait les voir mais sans faire de chichis pour autant. Et Tamotsu n’a pas l’air de tilter que si on le voit faire ce genre de choses avec un mineur, ça pourrait mal tourner, non, car dans le monde fabuleux du hentai, on jouit des litres de chantilly faite maison dos à la lune comme un loup crierait sa solitude, et surtout on peut coucher n’importe où avec n’importe qui et n’importe quoi, un garçon de huit ans, un chien, un concombre, une tentacule, who cares ; un orifice plein apporte toujours le bonheur et la joie et il n’y a jamais besoin de lubrifiant ou de tact quand on pratique certaines positions, non, on peut y aller comme un bourrin, le partenaire ne sentira que de l’amour.

 

Pico08.jpg

Beuh...j'ai besoin d'un seau...

 

Rien qu’après le visionnage de Boku no Pico, ses personnages vides et creux, ses trois musiques d’une pauvreté inimaginable qui passent en boucle, son scénario écrit après la prise de trois barres de coke, on se dit que quelque chose ne va pas, que la relation décrite est non seulement totalement incohérente mais en plus immorale. Mais c’est tellement exagéré qu’on en redemande, soit parce qu’on a un faible pour notre protagoniste éponyme et son apparence kawai, soit parce qu’on est fan du genre et qu’il n’y a que ça comme shota-hentai de disponible ou alors juste parce qu’on est masochiste.

 

Avec le second OAV, Pico X Chico (tout un programme), on pousse encore plus loin dans le WTF et le viol de conscience.

 


 

Pico X Chico : YOOOOOOOOOOO

 

Avec un opening aussi graveleux et pourri que le précédent, yeah.

 

 

 

 

Pas de scène de sexe pour commencer, serait-ce un bon présage ? Hélas non, Tamotsu a disparut comme par magie, Pico a retrouvé sa coupe kawaiiiii et perdu dans la forêt, il mate un petit garçon tout nu qui pêche dans la rivière. Ils deviennent vite copains et s’amusent comme des petits fous…nus…ben oui, comment peut-on être enfant, aller près d’un point d’eau et rester habillés plus de trente secondes, c’est vrai ça ? Je n’ai visiblement rien compris à la vie. Ni à la natation il semblerait puisque Pico et Chico (son nouveau copain qui lui ressemble vaguement à un garçon, pas trop tôt) nagent sous l’eau la bouche grande ouverte. Hum. Je ne suis pas experte en anatomie mais je crois que les humains ne peuvent pas respirer dans de l’hydrogène, je crois. Ne nous arrêtons pas à ce menu détail et continuons cette formidable histoire d’amitié virile entre deux hommes virils qui sont nus dans la rivière, nus dans la paille, nus en haut d’un arbre et… Pardon 0__o ? Depuis quand on grimpe dans les arbres à poil ? Tu pourrais faire une chute et retomber sur ton pénis abruti de Pico, au moins ça te castrerai et abrégerai du coup nos souffrances, m’enfin. Même ça mis à part, l’écorce ça doit piquer le cul, c’est super désagréable, comment tu peux faire la sieste 5m au dessus du sol, dans le plus simple appareil. Activité très virile que la sieste naturiste.

 

Pico02.jpg

 

Là où ça commence vraiment à devenir glauque c’est quand Chico montre à Pico sa cachette secrète, une chambre mansardée pleine de jouets dont un pénis à ressort (très subliminal le message). C’est la nuit, pyjama party au programme j’imagine ? Ah non, à la place, Chico propose de regarder par le trou du plancher sa grande sœur aux gros seins (dont le lit est pile en dessous, ça alors), qui est en pleine expérimentation botanique/culinaire et s’essaye à la greffe de banane en milieu humide. Je ne sais pas combien de douzaines de fruits sont plantés là mais ça a l’air très rigolo comme hobby. Chico pense pareil mais ne comprend pas trop la signification des cris de sa grande sœur. Heureusement Pico est là pour lui apprendre la vie. Grand prince, il lui propose de faire pareil et tous deux commencent un concours de celui qui a l’engin le plus gros pour des gosses de huit ans. Ah et Pico passe sous la table. Sans table, mais le principe reste le même, il se sacrifie bravement à l’apprentissage sexuel de son copain. Là déjà c’est grave. Regarder un adulte pervertir un enfant avec une sexualité précoce est une chose hideuse, mais voir deux enfants (du même sexe tant qu’à faire) faire des choses pour adultes l’est tout autant, voire même plus. Et ça ne s’arrête pas là !

 

Pico11.png

 

En vrac : Pico finit sa gâterie par un câlin placé un peu bas, le lendemain la sœur ressort ses bananes à l’heure du repas (pas étonnant qu’elle soit seule si elle donne ses sextoys à manger après utilisation, beuh) et les deux enfants se planquent dans la grange pour s’adonner à la sodomie.

 

Pico12.jpg

 

A peine la grande sœur sortie faire les courses que Pico et Chico courent se travestir en lui piquant ses fringues. D’où une grande réflexion de ma part sur le fait qu’un gamin de huit ans et une femme d’une vingtaine peuvent porter les mêmes vêtements…ce qui est impossiiiiiible ! Mais ce n’est pas fini ! Pico et Chico, toujours dans la chambre de la demoiselle, et toujours habillées en filles, sortent un sextoy en forme de patte de chien du placard et jouent avec. Je déglutis péniblement, à deux doigts de fondre en larme. Un garçon de huit ans cosplayé en maid qui masturbe son copain du même âge en mini jupe avant de lui fourrer une patte de chien en plastique dans la culotte…Je me sens pas bien tout à coup é___è.

 

Pico10.jpeg

 

Mais quand la grande sœur, tout juste rentrée, les surprend dans leur manège et commence à se toucher en les espionnant, c’en est juste trop pour ma pauvre cervelle. Mais. Non. C’est NON. On ne se touche pas en regardant son petit frère mineur se faire sodomiser par un copain. Tu peux partir vomir dans les chiottes, recracher tes yeux et te casser vite fait, traumatisée à vie, mais tu ne restes pas là à te tripoter la culotte ! Mais quel genre de sœur tu es bordel de merde ? Il a ton sextoy dans le postérieur et c’est tout ce que tu trouves à faire ? Sors toi les doigts du vagin et appelle plutôt un pédopsychiatre mince quoi. Moi je tombe sur mon petit frère en pleine fellation, mais je dors plus la nuit 0___o.

 

Pico05.jpg

 

Et c’est sur une succession de plan plus gerbant les uns que les autres que se finit ce 2e OAV.

Je ne sais même pas quoi dire tellement ce truc est atroce et immoral. Le pire c’est qu’après Pico X Chico, Boku no Pico parait presque normal, et ça c’est grave parce que ça veut dire qu’à chaque OAV on intègre un niveau de normalité supplémentaire alors que très concrètement, aucune des deux histoires n’est normale. Un adulte ne doit pas se servir d’un petit garçon comme sextoy même si celui-ci lèche sa glace et s’habille de manière provocante et deux enfants ne doivent pas faire ce genre de choses avant un âge un peu plus avancé. En tout cas ça me parait la base. Mais le pire c’est que le calvaire est loin d’être terminé…

 


 

Pico X Chico X Coco : YOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

 

 Cette fois l’opening est musicalement un peu moins mauvais mais c’est visuellement toujours aussi atroce de fanservice shota-esque. Sans compter la diversité des paroles : « Plus de blabla, prend moi, prend moi grand fou ».

 


 

Et ça commence par les préliminaires à une scène de sexe. Même qu’on dirait que Pico s’est laissé séduire par…par une…une FILLE. Incroyable, ça existe ça ? Bon l’opening nous spoile aussi sur le fait que c’est pas vraiment une fille mais chut, faut pas dire. Petite anecdote, cette scène d’ouverture est en réalité complètement déconnectée du reste de l’intrigue et il est super difficile d’arriver à replacer cette pièce dans le puzzle. Elle ne sert qu’à mettre l’eau à la bouche du spectateur qui s’attend forcément à ce que quelque chose se passe.

 

Pico09.jpg

 

L’OAV commence directement avec l’arrivée de Pico dans ce qui semble être Tokyo. Un peu perdu il cherche son ami Chico qui le guide par téléphone mais comme celui-ci n’est pas très malin, il lui sort des énormités comme « Alors pour me trouver, c’est super simple, tu dois voir une grande tour rouge » « On la voit dans un périmètre d’une dizaine de kilomètres je te signale ». Soudain la conversation est interrompue par une coupure d’électricité et toutes les lumières s’éteignent comme par enchantement. Pico aperçoit alors au loin, en haut d’un building, une belle jeune fille qui jette sa robe dans le vide et saute dans une piscine située sur le toit. Cinq minutes ne se sont pas encore écoulés qu’on nage déjà en pleine incohérence… Déjà comment l’électricité peut-elle partir comme ça à l’exception d’UN endroit précis ? Et comment Pico peut-il distinguer ce qui se passe du haut de ce fameux building ? Et pourquoi y a-t-il une piscine en haut de ce foutu immeuble ? Et pourquoi l’autre abruti jette sa robe ? Mais c’est n’importe quoi ! Et qu’est-ce que les scénaristes ont à copier la rencontre entre les divers protagonistes à tort et à travers ? Dans le 1 c’est Tamotsu qui voit Pico se baigner à poil dans la mer, dans le 2 c’est Pico qui rencontre Chico à poil dans une rivière au beau milieu de la forêt et là c’est Pico qui voit Coco (c’est son nom) sauter du haut d’un immeuble à poil pour faire trempette. Sérieux, les maillots de bain c’est pas pour les manchots, sortez couverts quoi, merde…

 

Pico20.jpg

 

Bref, on retrouve donc Pico, toujours habillé avec des pantalons moulants, et Chico qui n’a qu’une salopette sur le dos pour couvrir sa peau (n’oubliez pas que Chico est le seul personnage à ressembler à un garçon alors il faut en faire des tonnes niveau virilité, sinon ça risquerait de nous échapper, sait-on jamais). Le premier encourage le deuxième tandis qu’ils jouent devant un distributeur de pins. Chico en attrape un mais c’est pas celui qu’il voulait alors il le refourgue à son pote. Débarque alors la jeune fille aux cheveux longs que Pico avait entraperçut. Comme elle n’a pas l’air de bien comprendre les règles élémentaires de civilité, elle s’incruste, se fait offrir un premier pins avant d’en réclamer deux autres, histoire que le premier ne se sente pas seul. Hum. Y aurait-il une symbolique pas du tout subtile là-dessous ? Je vois déjà comment la suite va se passer, c’est même pas drôle…

 

Pico19.jpg

 

Pour les remercier de ce cadeau hyper trop cool, la fille se présente sous le doux nom de Coco et emmène ses nouveaux copains chez elle…dans une rame de métro. Non, rien d’anormal, vraiment. Un gosse qui vit seul sous terre et rentre chez lui en marchant sur la voie ferrée c’est super courant voyons. Surtout au Japon. Bizarrement la maison de Coco n’est pas insalubre, ça sent l’arnaque quelque part. En plus dans son frigo y a que des bonbons ! Et les cinq fruits et légumes par jour, hein è_é ? Bon Coco est plus qu’aimable puisqu’elle invite carrément ses amis à rester dormir autant de temps qu’ils le désirent. Hum, ça sent définitivement l’arnaque !

 

Pico21.jpg

 

Cette nuit là Pico n’arrive pas à dormir. On dirait qu’il a besoin d’aller aux toilettes vu comment il se tortille mais visiblement ce n’est pas ce qu’il recherche puisqu’il se retrouve à espionner Coco qui se touche sur son lit, en nuisette sexy (très cohérent pour quelqu’un d’aussi jeune). Evidemment Pico pourrait lui laisser un peu d’intimité mais non, il préfère l’imiter, planqué derrière le rideau, sauf qu’il est tellement pas malin qu’il se casse la figure et se retrouve les fesses à l’air devant son nouveau copain (car c’est à ce moment là qu’on voit que la fille aux cheveux longs a AUSSI un pénis). Coco lui fait alors gentiment remarquer que ça fait trois plombes qu’il a vu qu’il était là et donc ils couchent ensemble. Je SAVAIS que cette histoire d’hospitalité était louche.

 

http://uppix.net/b/1/1/87080eb3ef5cef22d124f2d8416ea.gif

 

Le lendemain Chico baisse son froc devant les plantes du salon…Euh oui, ok, d’accord, tout à fait. Puis les trois amis piochent dans la penderie de Coco, se travestissent tous en filles et partent en ville… Mais c’est quoi ce passe-temps de merde ? La situation est d’autant plus risible que Chico, vêtu en gothic lolita, marche sur les mains la culotte à l’air et que même s’ils sont tous habillés en femme, ils vont tous les trois pisser dans la nature comme des mecs. Dérangeant mélange. Pendant leur promenade Coco raconte des histoires bizarres à base de tortues, de chats qui dansent la samba et de fées (véridique). Et quand les deux gars lui demandent son numéro de téléphone, vision d’horreur.

Au milieu des dizaines de portables (il fait la collection ‘comprenez), la patte de chien en plastique du 2e OAV ! Mais que, que…

 

Pico151.jpg

 

Alors qu’ils se baladent, Chico décide de jouer dans un distributeur pour avoir le pins qui lui plait. Pendant ce temps Pico devient tout dur parce que Coco s’est fait éclabousser. Du coup ils vont faire des trucs pas nets derrière un buisson à la vue de tous. De plus en plus glauque. Moi je surprend deux garçonnets d’une dizaine d’années déguisés en filles se sucer dans les fourrés, pas sûr que mon cerveau s’en sorte sans dommages collatéraux…

 

Pico15.jpeg

 

Le soir suivant, Pico n’arrive toujours pas à dormir, alors il se promène…et tombe sur Chico et Coco en train de faire des trucs très humides. Du coup il est super vexé et il boude un peu tout le lendemain. Coco s’en aperçoit et se dit qu’il a ptet merdé quelque part. Et il disparaît comme ça, paf, en plein milieu de la rue, en jupette, comme à son habitude. Tout tristounets, les deux autres tentent de le retrouver en disant « Mais en fait c’était peut être une fée ». Pis tout le monde se rencontre à nouveau à la tour rouge (Tokyo Tower) pour une gigantesque orgie à base de threesome. C’est à ce moment là que j’ai dû me pencher pour ramasser mes yeux tombés à terre entre temps. Pas d’explication, pas de dialogue, non, juste du sexe. On ne saura jamais qui est Coco et pourquoi les lumières s’éteignent tout le temps, ni pourquoi il porte des robes et des boucles d’oreille à longueur de journée. Ni pourquoi nos héros ont tendance à jeter leurs vêtements dans le vide. Je veux dire, ils les ont ptet achetés d’occaz, mais la moindre des choses quand on fait un threesome en haut d’un lieu touristique, c’est quand même de garder son slip dans le coin au cas où.

 

Pico13.jpg

 

Et l’OAV se finit alors que des litres de sperme giclent dans l’air en parfaite harmonie avec le feu d’artifice prévu par la mairie ce soir là. C’était bien programmé, bravo les gars. Et Pico qui sourit en brisant le quatrième mur pour la troisième fois consécutive « On se reverra, hein ? ». Dans mes pires cauchemars oui 0__o.

 


 

La série des Boku no Pico est d’un goût tellement douteux que je ne vois pas comment on peut honnêtement être excité par ce genre de choses, c’est juste immonde. Après visionnage, on se sent sale à l’intérieur, et le premier réflexe est de prendre une douche d’eau de javel pour récurer la souillure en profondeur. En fait il y a plusieurs aspect à aborder. D’abord techniquement les OAVs restent très moyens : la musique (générique y compris) est répétitive et fade et les graphismes corrects sans plus, pareil pour l’animation. Du point de vue de l’émotion, certaines seiyuus (celle de Pico a une voix irritante) n’aident clairement pas à aimer des personnages déjà vidés de toute substance (ce sont juste des « fantasmes » ambulants), et le scénario est juste un gouffre sans fond rempli d’incohérences et mal construit. Moralement c’est même tellement glauque que l’équipe de traduction passe dès le début un message indiquant qu’elle ne cautionne en aucune manière la pédophilie et qu’on doit voir ça comme de l’expression artistique. Ahem.

 

Pico07.jpg

 

Alors pourquoi ? Pourquoi avoir créé cette chose sans nom ? Parce qu’il y a un marché pour ça bien sûr (et malheureusement). Je ne sais pas s’il existe beaucoup de shota-hentai mais je présume qu’il y en a beaucoup moins que de hentai normal, enfin j’espère. Le pire c’est qu’il existe des personnes qui vont aimer ce genre de productions et ça, ça dépasse mon entendement parce qu’il y a vraiment quelque chose de pourri jusqu’à la moelle dans Boku no Pico, comme un malaise…

 

Pico01.jpg

 

Ici Satan. Je vous ai bien cramé le cervelet, hein ? Un vrai tsunami cérébral ! Pour mon prochain métrage j’hésite encore, je suis demandé sur tellement de projets vous savez. Un mélange d’Isshoni Sleeping et d’Endless Eight peut être, mouhahahaha. Vous pouvez reprendre une activité normale à présent…si vous en êtes capables.

 



Reprise de la saga d'été la semaine prochaine. Je rapelle qu'il vous reste un peu moins de 15 jours pour participer au blindtest =).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

K0SUKE 02/07/2016 21:00

C'est dingue ce putain de rageux en dessous, Piko Utatane xD

Déjà, s'il se faisait chier, pourquoi continuer ? x'D Surtout que c'était vraiment drôle, ma belle-soeur adore ( je capte pas... ) cet anime, mais pourtant elle a ri. Ensuite, parler d'homophobie alors que ton article est carrément correct c'est... c'est pas un bon argument. xD
Bref, j'ai adoré, tant pis pour les idiots qui n'y voient aucun humour. On peut aimer cet anime pour le fun ( pas pour moi ee ) du moment qu'on le trouve pas "génial". Car c'est vraiment glauque comme histoire, la première.
PS : Sur Nautiljon, ils doivent juste être dérangés... Le genre de personnes qui matent des snuff movies

Piko utatane 24/04/2016 21:05

J'en ais marre ! Bon, part ou commencé ?
Ah... oui ! Je sais.
1) l'article ma fait chier littéralement. Je comprends pas, bon pourquoi des smileys ? tu veux que je te prennent au sérieux, je suppose. Alors pas de smileys ! Putain ! Ses pas crédible.
2) Pourquoi ta regarder les autres OAV ? Ta pas aime le premier, tu dit qu'il te fesait vomir! Moi j'aime pas un manga ( clannad ) je le regarde plus après.
3) Et si sa avait été du hentaï comme ont en voix si souvent, sa t'aurais plus ? Moi qui suis pourtant un mec, je hais le hentaï. Tu te plains que les persos sont jeunes. Ah ah ah pauvre naïve! Ses de shotacon ses normal !
4) "La série des Boku no Pico est d’un goût tellement douteux que je ne vois pas comment on peut honnêtement être excité par ce genre de choses, c’est juste immonde. Après visionnage, on se sent sale à l’intérieur, et le premier réflexe est de prendre une douche d’eau de javel pour récurer la souillure en profondeur." Tu parles pas de toi la ? Moi j'ai bien aimé cette anime. Je reconnais ses defauts comme ses qualités. Je parie que si tu regardé No money tu serait Cent fois plus traumatiseé. Et pourtant cet anime et plus que correct.
5 ) tu serai pas homophobe au fond? Non mais vraiment, "Mais. Non. C’est NON. On ne se touche pas en regardant son petit frère mineur se faire sodomiser par un copain. Tu peux partir vomir dans les chiottes, recracher tes yeux et te casser vite fait, traumatisée à vie, mais tu ne restes pas là à te tripoter la culotte ! Mais quel genre de sœur tu es bordel de merde ? Il a ton sextoy dans le postérieur et c’est tout ce que tu trouves à faire ? Sors toi les doigts du vagin et appelle plutôt un pédopsychiatre mince quoi. Moi je tombe sur mon petit frère en pleine fellation, mais je dors plus la nuit 0___o." Ça ses putain d'homophobes.
6 ) tu critiques se qui aime cet anime. Et ses immorale. J'aime cet anime. Et alors je vais pas de forcer a l'aimer. Sur Nautijilon ils sont tolérant.

Merci cordialement.

Haruru 31/08/2015 14:59

Article génial ! Hyper drôle et surtout très vrai. Sur des sites comme nautiljon, gout le monde adore ce truc; je commençais à me demander si je n'etit pas folle.

Helia 04/10/2015 18:19

Un de mes plus grands succès pour une raison obscure que je n’arrive pas à m’expliquer =’D.

C’est marrant que tu mentionnes Nautiljon parce qu’à la base c’est en surfant là-bas que j’étais tombée sur Boku no Pico. Et tout comme toi, je ne comprenais vraiment pas « l’engouement » X).

Griever 17/03/2014 05:04

... Et ce que tu fais me plait.

Tout ceci pour te dire que tu as ce petit quelque chose qui fait la différence à mes yeux et qui me pousse à veiller sur toi de loin x)

Prends soin de toi.

Un Griever sauvage s'enfuit!

Helia 18/04/2014 11:51



Eh bien, mon cher, quel pavé : tu vas me faire de la
concurrence, attention XD !


 


Vraiment tes mots me touchent et je me sens bien incapable d’y répondre de manière suffisamment convaincante pour leur rendre
justice. Quelques fois, j’ai l’impression que ce que je fais n’est jamais assez bien, que je me bat contre des moulins à vent et ça fait beaucoup de bien de recevoir des messages d’encouragement.
Et rien que pour ça, je te remercie d’être passé sur le blog m’écrire (même si c’est sur l’article Boku no Pico :p).


 


« On a tous un masque sur le visage et malgré ça, je te sentais sincère et vraie » = Peut-être parce que je suis
incapable de porter un masque, ce qui me joue bien des tours au quotidien.


 


« Enfin, pour te répondre, oui, ça me plairait beaucoup =3 » = Dans ce cas, je te redirige avec plaisir sur le site de
l’équipe de visual novel que j’ai monté il y a un moment déjà. Ce sont des livres interactifs et chaque membre apporte un peu sa touche personnelle dans son domaine (graphismes, musique, etc)
mais je pense qu’o reconnait assez bien mon style dans les différents travaux que nous avons sortis : http://blog.traumendes-madchen.fr/


 


« On peut parler de folie ou de génie, la frontière est mince entre les deux et la vie serait terriblement inintéressante
sans folie » = Je suis bien d’accord. La folie met du piquant dans ce système bien rôdé et structuré de normes rigides.



« Je me suis imaginé, pendant une minute, regarder ces oav avec la personne que tu es, riant des tes commentaires tandis que tes yeux fondaient à cause de
atrocités que tu voyais. Bien entendu, je t'aurais emmené à l’hôpital ne t'en fais pas » = Je ne sais pas si je dois te remercier de vouloir me conduire à l’hôpital ou être terrorisée à la
vision de mes globes oculaires fondant LITTERALEMENT X).


« j'aurais aimé répondre à tout ce que j'ai pu lire mais je ne voulais pas "spamer" » = Ce n’aurait été du spam que si
tu avais répété globalement la même chose. Si tu as quelque chose de nouveau à dire à chaque fois, ce n’est pas du spam. Et puis avoir un petit mot de temps en temps permet de garder contact avec
ses lecteurs ;)



« Tout ceci pour te dire que tu as ce petit quelque chose qui fait la différence à mes yeux et qui me pousse à veiller sur toi de loin » = Serais-tu
mon ange gardien XD ?


Je prendrais soin de moi, promis…mais je demande la permission de pouvoir quand-même m’épuiser à la tâche tant que mes différents
projets ne sont pas finis =’).


 


P.S : Désolée du retard, je suis surbookée, comme d’habitude

Griever 17/03/2014 01:36

Alors, tout d'abord, ça me fait vraiment plaisir d'avoir une réponse de ta part, au travers de mon message, je voulais surtout te remercier des moments passés sans prétention et partir comme un
voleur ^^

Je ne suis vraiment pas un grand spécialiste mais ce qui ressort de tes mots me plait, lorsque je te lis, j'ai cette impression d'avoir un échange, de t'écouter et d'acquiescer à tes dires. On a
tous un masque sur le visage et malgré ça, je te sentais sincère et vraie. Je sais, je suis bizarre, parfois même, un peu abstrait, souvent métaphorique alors que j'aime tout autant la logique et
les faits... Je suis une contradiction vivante TT_TT
Enfin, pour te répondre, oui, ça ma plairait beaucoup =3

Pour l'expression « une personne aussi cultivée risque de nous ensemencer de toute sa littérature »... Comment dire, c'est un petit jeu de mot et le meilleur moyen de te l'expliquer et de te donner
un exemple :
- "Cette personne est très cultivée."
- "C'est pour cette raison qu'on l'ensemence très souvent."

Je te laisse réchéflir 5 secondes et je te l'accorde c'est très cradingue mais comme nous étions dans un sujet "hentai" je me suis dit que ce n'était pas mal d'utiliser ce terme pour exprimer le
faite que tu allais nous faire rentrer dans un monde pornographique tout en gardant la richesse de ton vocabulaire et en utilisant la "culture" liée à tes études.

Absolument, c'est un compliment, j'aurais aimé l'exprimer d'une meilleure façon, retiens simplement que je suis quelqu'un de très second degré et lorsque je vois que tu arrives à faire perdre toute
crédibilité à un univers tel que celui-ci et que tu rends le tout ludique, intéressant, drôle et sarcastique, je m'agenouille devant tant de savoir faire et je trouve ça génialissime.

Pour ta dernière question. Lorsque je t'ai écrit ce commentaire, je me suis moi-même dit sur la fin que ce n'était pas forcément le meilleur endroit pour te remercier des moments partagés avec toi
mais... Cet article... Ce sujet... On peut parler de folie ou de génie, la frontière est mince entre les deux et la vie serait terriblement inintéressante sans folie.
Avec l'expérience de la vie on apprend tous à interpréter les choses de manière différente et à se protéger en conséquence. Comme je te l'ai dit, je suis très second degré et je me suis imaginé,
pendant une minute, regarder ces oav avec la personne que tu es, riant des tes commentaires tandis que tes yeux fondaient à cause de atrocités que tu voyais. Bien entendu, je t'aurais emmené à
l’hôpital ne t'en fais pas, au pire, je t'aurais donné mes yeux.

Sur ton blog, j'ai commencé par lire ta description, tu m'as fait découvrir doucement tes passions, tes joies, tes peines et j'aurais aimé répondre à tout ce que j'ai pu lire mais je ne voulais pas
"spamer" tes articles avec plusieurs commentaires d'une ligne ou deux, tu méritais plus que ça, j'aurais eu l'impression de m'imposer, de prendre de la place mais plus je te lisais et plus j'avais
envie de te répondre. J'ai continué à lire et à apprécier. Finalement, je suis arrivé ici, j'ai tellement rit que ça m'a décidé à t'écrire un "petit" commentaire (oui, tout est relatif).

Encore une fois, cet article n'est pas représentatif de tout ce que tu as pu faire ici mais la dérision du sujet m'a permis de me lancer (pas physiquement).

Il en aura fallu du temps passé sur ton blog pour que tu réussisses à me faire écrire mais je voulais vraiment t'encourager à continuer, pas forcément ces articles mais ce que tu entreprends en
général, je trouve tes écris "vivants" (ne me dis pas que tu en connais des morts... C'est abstrait >

Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories