11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 15:40

 

Avenger est un de ces nombreux animes qui passent toujours inaperçus, éclipsés par de gros succès ou juste des animes qui ont sus beaucoup faire parler d'eux. Dans le cas de beaucoup de ces productions on se dit que c'est dommage, que s'il n'y avait pas eu « cette » révélation qui a déchaîné les otakus en même temps ils auraient rencontrés plus de succès, un peu comme Higurashi no naku koro ni qui a eu la malchance d'être diffusé la même année qu'Haruhi mais qui ne s'en est pas mal sorti quand même. Il y a beaucoup d'exemples, beaucoup de méconnus qui mériteraient un peu plus de reconnaissance et Avenger...ne fait pas partie de ceux-là.

 

 

Avenger, un background des plus alléchants qui nous promet ni plus ni moins qu'une tueuse au passé torturé errante sur une planète Mars en ruine, dernier bastion de l'humanité, en compagnie d'une poupée, car dans l'incapacité de se reproduire les hommes ont désormais fabriqués des poupées ou dolls pour leur tenir lieu d'enfants, qui semblerait être capable d'émotions. Le tout sur une OST d'Ali Project s'il vous plaît. Sur le papier ça semble plutôt chouette...sur le papier seulement. Le gros point faible d'Avengertient en un nom : Bee Train, studio archi connu pour des animes particulièrement basés sur l'ambiance, la musique, les jeux de regard, studio reconnu pour avoir conçu Noir, Madlax ou .hack//sign. Or le gros problème de Bee Train est qu'ils ne cessent de faire du réchauffé depuis quelques années. De Noir et Madlax on est passé au récent El Cazador de la Bruja dont je ne manquerai pas de reparler plus tard vu la déception que j'ai ressenti face à un tel bâclage, et de .hack//sign, déjà difficile à suivre à cause du manque de rythme, on est passé à Avenger. En somme, Bee Train répète le même schéma à l'infini en le diluant de plus en plus, ce qui ne manque pas de désespérer les fans des premiers succès comme moi. Trêves de bavardages et passons à Avenger.

 

 

Le premier épisode d'Avenger nous présente Layla Ashley, une barbare (ou barbaroi) complètement amorphe (ce qui d'habitude ne manque pas de me plaire) et suicidaire, dont le but dans la vie est de se venger du méchant qui a été très vilain avec elle, on ne sait trop pourquoi (d'où le titre Avenger).

 

Elle semble complètement dénuée de vie et ne cesse de répéter les mêmes mots comme une autiste de base (quand elle parle, ce qui n'arrive pas souvent) « Essaye de me tuer si tu le peux ». Ok, ça peut être intéressant au début de voir une héroïne aussi atypique et en même temps aussi stéréotypée, mais très vite on s'en lasse. Le développement psychologique se limite assez vite et la douleur du personnage est si peu montrée qu'on ne ressent absolument aucune empathie vis-à-vis de ce qui ressemble plus à un fantôme qu'à un être humain. On finit même par en venir à se demander ce qu'elle attend pour se suicider pour de bon, c'est dire.

 

Mais Layla n'est pas seule puisqu'elle est accompagnée de la toute aussi silencieuse Nei, une doll sur laquelle plane beaucoup de mystères.

 

Beaucoup de mystères...ou pas en fait. Deux personnages muets qui passent leur temps à se regarder dans le blanc des yeux (et encore, se regardent-elles ?) c'est tellement fascinant, c’est vrai. C’est fou ce que je m’amuse. Sérieusement, vous l’aurez compris, c'est lourd, très lourd. Et puis les mystères de Nei, non mais laissez moi rire ! Non seulement on devine très vite que Nei a quelque chose de pas très courant pour une doll mais en plus la résolution finale de ces soi-disant mystères laisse perplexe. Comment ça ce n'est pas normal qu'elle se transforme en barbie ? Mais, ma brave dame, c'est la mode sur Mars en ce moment ! Pourquoi qu'elle devient une barbie ? Mais c'est sa croissance ! La puberté ! On n'y croit pas une seconde et on a l'impression d'un vaste foutage de gueule. Genre on se paye 13 épisodes de pur vide pour enfin savoir le passé douloureux de Layla et les MYSTERES de Nei et on se retrouve plongé dans une vaste fumisterie qui donne lieu à un WTF final pas piqué des vers. Franchement, c'est du mensonge publicitaire... The cake is a lie, yeah really.

 

 

Oh mais il y a aussi des personnages secondaires vous me direz. Mais absolument...et ils ne servent à rien du début jusqu'à la fin sinon à remplir le vide que Layla et Nei laissent derrière elles. Voyons voir, il y a le perso le plus bavard de tout Avenger qui passe son temps à essayer de motiver les deux muettes qui lui servent de compagnie, Speedy de son petit nom, ça ne s'invente pas un nom pareil d'ailleurs, réparateur de dolls de son état, il y a Volk (ou Wolk) une sorte de Bioman laid et mégalomane qui serait l'un des derniers pionniers encore vivants à avoir colonisé Mars, le grand méchant donc, et sa « femme » (enfin je sais pas s'il sont en couple mais ils sont toujours ensemble donc bon...) Vesta, considérée comme une déesse par la population et qui passe son temps à faire joli, très joli d'ailleurs, très, très joli, mais pas utile pour deux sous.

 

En plus d'avoir un nom à coucher en haut de l'Himalaya, il a aussi une tête de vainqueur...c'est sûr que ça n'aide pas

 

Et tout ce petit monde attend sagement que Layla aille dérouiller Volk... Et elle met 13 épisodes pour lui en foutre plein la tronche ; je sais que Mars c'est grand mais elle est lente quand même pour le coup...

 

Donc voilà, Layla passe 13 épisodes à marcher dans le désert flanquée de la MYSTERIEUSE Nei qui la suit comme son ombre et de Speedy qui essaye de montrer qu'il existe et qu'on zappe très vite avant de parvenir jusqu'au donjon face au boss final et...ah non tiens, on n'est pas dans un rpg. Désespérant quand on a patienté entre chaque épisode en croyant voir une once de scénario pointer le bout de son nez et qu'on a la merveilleuse surprise de voir tant d'attente récompensée par le grand rire hystérique de Layla qui se barre en laissant méchamment sous-entendre que « Démerdez-vous bande de nazes, moi j'ai mieux à foutre ». C'est marrant, moi aussi à l'origine \o/.

 

Et elles marchèrent pendant longtemps, se marièrent et eurent beaucoup de petits cailloux de la planète Mars...

 

Bon il n'y a pas que ça dans Avenger c'est vrai. Avenger c'est tout d'abord un character design correct, mais qui aurait pu être mieux pour l'époque quand même, une ambiance sombre et glauque assez sympathique et une musique plutôt de bonne facture pour du Ali Project et qui essaye désespérément de rattraper le reste et des seiyuus plus que compétents (Mika Kanai, connue pour avoir fait la voix de Satoko dans Higurashi, pour Nei et Megumi Toyoguchi pour Layla). L'opening et l'ending, toujours d'Ali Project, sont des arnaques publicitaires dans le sens où ils sont plutôt plaisants et dynamiques, ce qui peut faire croire au premier abord que la série est remplie d'action comme le scénario semble également le suggérer au début.

 

J'avais vaguement entendu parlé d'Avenger et m'étais décidé de lire les critiques avant de le regarder. Elles disaient toutes la même chose : à fuir par ce que désespérément lent. Mais moi, rebelle de la société, je me suis tout de même lancé et finalement...je dis la même chose. Avenger c'est lent, trop lent, affreusement lent, et quand on a réussi à rester devant une douzaine d'épisodes plus vides les uns que les autres on reste frustré par ce que l'intrigue n'a pas été élucidée et reste en suspens... Par contre je serais curieuse de voir un jour une analyse du complexe maternel de Layla et de Nei, par ce que visiblement notre barbare extranationale prend la poupée littéralement comme telle, comme si ce n'était qu'un joujou à trimballer et à câliner. Genre Nei c'est un nounours...

 

 

En conclusion :

Pourquoi il peut être intéressant de regarder Avenger :

_vous avez du temps à perdre et oh tiens, ça alors, juste assez pour regarder 13 épisodes d'un anime si possible pas trop intéressant

_vous avez des insomnies et souhaitez trouver un remède radical à ce problème

_vous êtes fan d'Ali Project jusqu’au bout des ongles

_le background vous séduit et il se trouve que vous êtes un écrivain en manque d'inspiration qui traite justement du poids du silence sur la planète Mars

_vous aimez être pris pour un con et vous désirez vous sentir frustré pendant des mois

_juste la curiosité et l'envie de se payer un bon petit WTF amené de manière magistrale (il faut rendre à César ce qui à César)

_vous êtes spécialiste du lancer de fourchette

 

Pourquoi Avenger est à fuir absolument :

_vous êtes un impatient de nature ou un hyperactif et vous ne pouvez pas supporter de rester devant un anime qui ne comporte pas une scène d'action toutes les 30 secondes

_vous aimez les animes de bonne qualité

_vous détestez Ali Project et tout ce qui s'y rapporte

_vous avez empalé Bee Train suite à leurs cafouillages en chaîne et souhaitez garder le peu de santé mentale qui vous reste en évitant tout ce qui vous rappelle leur lenteur de tortue manchot

_vous vous vantez d'avoir de bons goûts

_vous considérez que trois phrases par épisode n'est pas un quota suffisant pour rendre un anime vivant

_vous détestez les barbies et les fourchettes

 

 

Le mot de la fin sera un spoiler. ATTENTION SI VOUS N'AVEZ PAS ENCORE VU AVENGER, NE LISEZ SURTOUT PAS CE QUI SUIT MEME SI MORT DOIT S'EN SUIVRE

Il ne se passe rien pendant 12 épisodes mais à l'épisode 13...

[spoiler]...il ne se passe rien non plus... Mouhahaha, CQFD \o/ [/spoiler]

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories