31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 23:59

Maintenant que la trêve de Noël est finie, permettez que je fasse griller tous les petits zoziaux qui chantonnent sur mon nouveau barbecue et que reprenne la petite guéguerre entre les deux hémisphères de mon cerveau. J’ai été sympa, je vous ai laissé tranquille les 24 et 25 décembre mais pour le premier de l’an, je vous préviens que je ne vais pas vous louper =D.

  banni-re-mindfucking.jpg

 

Pourquoi toute cette mise en scène, me demanderez-vous. Eh bien parce que je vais maintenant vous parler du meilleur anime jamais pensé par l’homme. Les séries à la Eiken ou à la Boku no Pico peuvent clairement aller se rhabiller (ça fera plaisir à nos yeux de surcroit) devant la suprématie de celle que je vais vous présenter…et qui est incomplète. Remettons les choses en contexte.

 

Kyoko et Mika Kano sont des « stars » japonaises, dont on se souvient surtout, pour les lecteurs de Jpop Trash, par leurs excès en matière de chirurgie esthétique. Approchant de la cinquantaine, les deux sœurs peuvent clairement être qualifiées de MILF quand on voit les photos sexy qu’elles font. Je n’ai pas vraiment compris leur occupation dans la vie (visiblement pas grand-chose de passionnant) mais ce sont des « stars ». Soit. Et, chose qui va désormais nous intéresser, les deux sœurs ont lancé en 2009 leur propre anime (10 épisodes de 3 minutes), sous le titre d’Abunai Sisters. Une série disponible aussi en anglais qui s’inspire de leur vie tout en délirant un tout ch’tit peu, vraiment un tout petit peu. La différence se voit à peine.

 

Abunai-01.jpg

 

Si l’on en croit les explications de leur site officiel, Abunai Sisters c’est l’histoire de deux actrices über sexy, Koko et Mika (Pour aider ces ignares de non-japonisants, Kyoko est devenu Koko, ce qui est probablement la vulgarisation de prénom la plus stupide que j’ai jamais vu. C’est comme si je disais : « Helia c’est vachement compliqué à prononcer pour un non-français, maintenant je vais m’appeler Elia »). Mais attention, ce ne sont pas n’importe quelles actrices, non monsieur, en réalité ce sont des agents secrets au service de…euh, au service de…oh allez on s’en fout, y a des boobs ! Des agents secrets trop fortes bien sûr, non mais ho, c’est pas comme si on ne nous avait pas déjà fait le coup une bonne centaine de fois auparavant. Bref. Koko est donc l’aînée habile au maniement d’armes à feu, et Mika, la cadette avec la robe exotique, est experte en arts martiaux.

 

Abunai-02.png

Koko

 

Pour encourager les gens à acheter leur DVD, les sœurs Kano ont mis le paquet niveau bonus et diffusé le premier épisode le net. Comme je n’ai pas pu trouver la suite (commander le DVD a l’air super chaud, je crois qu’il ne se vend plus), je me contenterai donc de cet épisode là. Mais croyez-moi, avec ces trois petites minutes de rien du tout, vous allez passer le meilleur moment de votre vie tant les sœurs Kano nous vendent du rêve =D.

 

Je crois que je vous ai assez fait attendre, je vais maintenant m’attaquer à Abunai Sisters en savourant bien chaque seconde de cette petite merveille !

 

Abunai-03.png

Mika

 

L’anime commence par un petit générique d’introduction visiblement très inspiré. Les paroles, d’une très grande richesse assurément, se limitent donc au seul titre de la série et c’est un petit coup de génie que frappe là le parolier puisque ce petit tour de passe-passe permet de se souvenir quelle série on regarde. Il fallait y penser, Abunais Sisters l’a fait. Les deux héroïnes avancent sous l’œil de la caméra, tout en prenant la pause, avec une démarche chaloupée et totalement naturelle qui n’est pas sans évoquer un robot qui a des difficultés gastriques. Elles sont parées de tous leurs atours, c'est-à-dire une mini-robe à la texture rappelant le latex et mettant bien leurs formes en valeur. A noter qu’il s’agit ici d’une collection Dior pour fille de 10ans (il n’y a pas de petites économies !), ce qui explique la longueur des dites robes.

 

Ce qui est fabuleux avec ce générique c’est qu’il concentre à lui tout seul et en même pas dix secondes l’essence de la série. Vous avez vu l’intro, vous savez ce qui va suivre. Non vraiment chapeau, un tel travail mérite toutes les félicitations, je suis d’ors et déjà conquise. Des seins, de l’action, des seins, encore des seins et surtout des seins.

 

N'empêche que les deux avatars de Kyoko et Mika, malgré un côté 3D bien cheap, leur ressemblent en fait pas mal : des proportions surréalistes avec des gros lolos, d’énormes lèvres dégoulinantes de silicone, des yeux enduits de maquillage et des coiffures à peu près fidèles.

 

Abunai-04.jpg

 

Mais revenons-en au plus important : l’histoire. Et là attention, scénario de haute volée, Koko et Mika sont en vacances. Donc si je comprends bien, Abunai Sisters est le seul anime au monde à commencer par le traditionnel bonus à la plage. Si ce n’est pas un fabuleux pied de nez à l’industrie ça ! Tant d’audace et d’originalité me submergent. Mais attention ce n’est pas fini,  pour aller encore davantage à l’encontre de tous les clichés habituels du genre, Koko et Mika vont à la plage en tenue de latex ! Si, si, adieu donc le sempiternel maillot de bain, prétexte frivole pour reluquer des filles innocentes peu vêtues, et bonjour la tenue en latex révélatrice qui…moule tellement près du corps qu’on leur voit la raie des fesses. Soit. De plus, loin de flâner et de se dorer paresseusement au soleil, nos deux héroïnes bouleversent tout, elles font du sport. Il est vrai qu’on est tenté de voir dans leur démarche assez particulière de top model sur un podium un caractère aguicheur, mais ce n’est qu’une apparence ! En réalité les deux sœurs font des montées de genoux. Vous croyez quoi ? Un corps de déesse ça s’entretient ! Chirurgie esthétique le matin et montées de genoux l’après-midi, tout un programme. Bon, avec des changements aussi radicaux, il fallait bien opposer quelques archétypes donc la plage n’est bien évidemment pas n’importe quelle plage mais une plage de gros riche avec palmiers partout, bouteille de champagne sous le parasol et palais cinq étoiles en marbre à disposition. Hey, le métier d’actrice demande beaucoup d’efforts en montée de genoux, il faut bien compenser !

 

Abunai-05.jpg

 

Après cette sommaire présentation s’en suit une des meilleures scènes de dialogue jamais introduite dans un anime. Mika sort un mini-string de nulle part (de ses obus je suppose vu que les gros seins servent en réalité de poche, de ponceuse, de pompe à vélo et de coffre-fort) en déclarant qu’elle a son maillot de bain (LOL, mais bien sûr. Genre tu vas aller en pyjama à la montagne et dire : « Hey ça y est, j’ai ma tenue de ski » ? Non parce que là c’est tout aussi ridicule). Ce à quoi Koko répond :

A swimsuit ? […] A celebrity should be swimming in her birthday suit !

Hein ? Que ? Quoi ? L’aînée des soeurs Kano serait-elle en train de faire l’apologie de la nage naturiste (non parce que moi à ma naissance je ne portais pas de maillot de bain jusqu’à preuve du contraire) ? Je…Euh, c’est probablement un pamphlet caché en faveur de l’écologie et…Ah non, là je suis désolée, j’ai beau me creuser la tête, je vois pas comment justifier ça 0_o. Fanservice !

 

Abunai-06.JPG

 

Mais heureusement, le spectateur décontenancé par cette petite incongruité retrouve vite ses marques quand les deux héroïnes s’avancent triomphalement en tenue de latex vers le bord de l’eau pour faire l’amour aux vagues (il suffit de les écouter pour comprendre combien elles sont folles de désir pour cette surface humide, hum, yeah). C’est alors que Mika se révèle être une magicienne de grand talent : elle fait disparaître son string doré dans ses mains. C’est vrai que c’est moins classe que de se balader avec un revolver dans les fesses (c’est là que le planque Koko à mon avis) mais c’est tout de même assez impressionnant ! Effets spéciaux de folie !

 

Abunai-07.jpg

 

Malheureusement on n’aura jamais l’occasion de reluquer Koko et Mika à poil et mouillées avec des algues partout puisqu’un évènement étrange vient interrompre la tentative de trempette. Attention, séance WTF ! Nos héroïnes reçoivent un subtil signal (le « abunai emergency alarm », traduction pourrie quand tu nous tiens) qui les avertit d’un danger imminent. Quel genre de signal ? Oh, trois fois rien, leurs seins se mettent juste à vibrer et leurs tétons envoient des ronds rouges sonores. La routine quoi. Tout le monde sait bien que nous les femmes nous avons toutes des seins magiques qui nous préviennent quand le repas est cuit (fonction minuteur) ou encore quel programme passe à la télé ce soir (mince alors, j’avais failli louper la Roue de la Fortune, heureusement que mes seins ont le « abunai emergency alarm »). Par contre il est impossible de les régler et chacune possède sa propre sensibilité. Les miens par exemple brillent dans le noir à chaque fois que mes pensées concernent un être vivant, qu’il soit humain, animal ou végétal. L’avantage c’est que ça me permet de lire un bon roman même quand l’ampoule a grillé, l’inconvénient c’est que ça m’empêche de dormir le reste du temps. Mais depuis j’ai une astuce : j’imagine un jardin zen avec pleins de petits cailloux partout, ça enlève la veilleuse pendant au moins trois bonnes minutes. Koko et Mika étant des filles avec des capacités hors normes, leurs poitrines respectives sont particulièrement sensibles et développées et réagissent à chaque fois qu’elles pensent à quelque chose de sexuel. Autant vous dire que des « abunai », il y en aura beaucoup :p.

 

Abunai-08.jpg

 

Bref, un danger les guette sous la forme d’un vilain requin. Les deux sœurs ont beau être à trois putain de mètres de la première goutte d’eau, les voilà qui paniquent comme des malades alors qu’elles ont juste vu un bout d’aileron. Très crédible… C’est vrai que les requins ont pour habitude de venir s’allonger sur le sable pour bronzer, suis-je bête. Hey wait, comment peut-il y avoir un requin aussi près du bord ? C’est pas censé être un poisson un peu trop gros pour nager dans cinq centimètres cube ? A propos de gros, le symbole phallique de l’aileron en érection perturbe visiblement Mika qui trouve la nageoire affutée énorme. Oh yeah. Mais c’est là que la force d’Abunai sisters reprend ses droits. Dans un élan anti-conventionnel, le requin est en réalité un vilain robot qui possède un beau et long canon dans ses mâchoires d’acier. A quelques mètres de là un pervers avec ses jumelles les épie et marmonne d’une voix étouffée. On ne verra jamais le bas de son corps, caché parmi les rochers. Mais je pense qu’on aurait eu une belle et longue surprise le cas échéant. Oh yeah.

 

Abunai-09.jpg

 

On entre dans la phase d’action et nos héroïnes nous donnent des conseils de self-défense assez fascinants et dont la pertinence échappera à beaucoup. Saviez-vous, par exemple, qu’en cas de fusillade, mettons d’un robot-requin (ce sont des choses qui arrivent après tout) il ne faut pas se mettre à couvert derrière les rochers en courant le plus vite possible ? C’est une erreur commune. En réalité il faut se mettre à quatre pattes et ramper. Pourquoi ? Eh bien parce que ça va moins vite et que ça vous rend plus vulnérable bien sûr ! Hum, non, attendez, c’est pas ça. Parce que ça vous permet de repérer d’éventuelles truffes enfouies sous le sable bien sûr ! Euh, non plus. Bon une minute, je cherche mes fiches. Parce que ça vous permet d’emprunter une posture connotée en parfait accord avec les symboles phalliques récurrents bien sûr ! J’y étais presque. Bref.

 

Autre conseil de survie important : comment se débarrasser d’un requin. Prendre la fuite ? Tss, tss, mais non. C’est une autre erreur récurrente qu’on constate malheureusement de plus en plus souvent et qui a finit par entrer dans les mœurs. Quand on regarde à « Problème de requin » dans le dictionnaire des situations délicates et qu’on se trouve dans le cas numéro deux (aka le requin est dans l’eau mais pas moi donc en fait je risque pas grand-chose à part d’avoir des vacances pourries), la réponse donnée est désormais « Bah reste pas planté là et casse-toi, abruti ». Mais si l’on suit la vieille école, comme le font les sœurs Kano, il faut en réalité se saisir de la belle et longue bouteille de champagne la plus proche (on ne vous demande pas d’y gaspiller toutes vos économies mais il faut qu’elle soit de qualité quand même) et la secouer en gémissant de plaisir. Ou d’effort, je ne sais plus. Ce qui aura pour effet de…de…Une seconde, j’ai comme un fou rire qui remonte le long de mes naseaux.

 

*sort dans la rue en pleine nuit et rit à gorges déployées*

 

Voilà. Je disais donc qu’il fallait caresser un objet phallique en cas de sérieux danger avec les petits cris comme il faut. Ce qui aura pour effet de faire mourir de rire votre ennemi dans 100% des cas. Avouez que c’est efficace. Bon dans le cas présent c’est un requin-robot donc ça ne sert pas à grand-chose mais le vieux pervers qui mate les deux héroïnes a l’air d’aimer ça. Surtout quand les seins gigotent en bonus.

 

Bref. Cela nous mène au conseil survie numéro trois : les bouchons de bouteille de champagne sont des objets mortels. Seriously. Des gens sont décédés à cause de ça. Et contre les robots-requins ça marche du tonnerre. Donc, premier de l’an oblige, quand vous déboucherez votre bouteille de champagne, faites gaffes, ce serait con de tuer mémé alors qu’elle n’a pas encore pu rédiger ce testament en votre faveur ou d’envoyer votre pote Titi à l’hosto avant qu’il ne vous prête sa collection de DVDs (ça risque de lui faire réfléchir à deux fois en plus).

 

Abunai-10.jpg

 

Tout ça en même pas deux minutes, avouez que vous êtes bluffés, et à juste raison. Koko aussi puisqu’elle nous rappelle que pff, être une star c’est fatiguant, faut faire des tas de montées de genoux et ramper à quatre pattes sur la plage devant un robot-requin. On peut voir ici une critique assez révolutionnaire du star-system ! A côté du champagne, de l’île tropicale et du palace, les exercices quotidiens pèsent lourd et montrent combien la vie d’une actrice est difficile. Je n’oserai bien évidemment jamais vous spoiler ce fameux cliffhanger à la fin de l’épisode où le pervers voyeuriste appelle un mystérieux interlocuteur pour lui annoncer qu’il a finalement retrouvé les Abunai sisters, tellement la surprise d’un tel retournement de situation, jamais expérimenté dans aucune série auparavant depuis Dallas, possède un impact sur la conscience. Le choc a été tellement puissant à la vu du « to be continued » que j’ai soudain été envahie par une irrépressible envie de me pendre. Je ne sais pas pourquoi. C’est vrai ça, une série de cette qualité, on en a jamais assez ! Si je pouvais j’en mangerai tous les jours au petit déjeuner…que l’on me donne une corde ou un objet tranchant…une telle profondeur de scénario qui détrône aisément tous les animes anecdotiques de 2009 comme les films de Kara no Kyoukai (au hasard)…me trancher la carotide vite…la beauté des graphiques….ouvrez la fenêtre je dois sauter !

 

Abunai-11.jpg

 

Bref, après délibération entre les deux hémisphères de mon pauvre cerveau déjà bien atteint par quelques perles qu’on ne citera plus (Eiken et Boku no Pico *tousse* ), je crois que Abunai Sisters remporte la palme du plus mauvais anime jamais conçu. En trois petites minutes il arrive à concentrer tout ce qu’il y a de plus cliché et de plus ridicule dans une série en l’arrosant de trois milles litres d’un fanservice douteux, ce qui nous donne un mélange explosif. Je n’ai vu que cet épisode de la série donc, mais je vous jure que j’étais écroulée de rire de bout en bout. Je n’ose même pas imaginer ce que doivent donner les autres (il parait que nos merveilleuses actrices vont tourner une scène de lit et une scène de douche, mouhahaha, ça annonce la couleur).

 

Je sais que Noël est passé, mais Noël revient tous les ans : donc si quelqu’un débusque un jour ce DVD extraordinaire et me l’envoie en guise de cadeau, je promets de faire un article pour parler des 9 épisodes suivants (qui sont probablement plus épiques les uns que les autres) et de partager ce petit trésor =D. Bon, ça n’arrivera probablement jamais mais s’il y a quelques petits malins qui veulent m’embarrasser en public lors d’une convention (si j’en fais une un jour), on ne pourra pas dire que je ne vous ai pas tendu la perche !

 

Je n’ai qu’une chose à dire : les sœurs Kano, continuez à nous vendre du rêve et faites-nous une seconde saison !

 

Abunai-12.jpg

Capture tirée du second épisode. Quel scénario proéminent !

 

…cela va bien faire vingt ou trente fois que je me repasse ce premier épisode en boucle et je suis toujours aussi explosée de rire à chaque fois, j’ai l’impression que je ne m’en lasserai jamais =D.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

RosenLaurant 22/05/2013 05:34

J'ai filé chercher la vidéo sur Youtube sitôt cet article lu... comment ce truc a-t-il pu se vendre?

Me, Myself and I 14/09/2011 20:53


Super article, j'était morte de rire! X)
Mais dis moi, entre boku no pico et abunai sisters, lequel est le pire? C'est presque impossible de décider, non?


Helia 14/09/2011 22:10



« Mais dis moi, entre boku no pico et abunai sisters, lequel est le pire? C'est presque impossible de décider, non? » = C’est très facile à décider, au contraire :p.


 


Boku no Pico est une « œuvre » pédopornographique avec des sodomies à répétitions, Abunai Sisters a juste des seins qui font boing-boing et des tétons qui dépassent. Boku no Pico n’est
« drôle » que parce qu’on a besoin d’humour noir pour garder foi en l’humanité et aussi parce que c’est en décalage constant avec la réalité (ils ont poussé trop loin dans le fantasme),
Abunai Sisters est drôle parce que c’est tellement absurde et débile que c’est difficile de ne pas en rire. Boku no Pico dure 3 OAVs dont la moitié consiste en scènes de sexe pas très ragoûtantes
quand on est pas fan de shota, Abunai Sisters je n’en ai vu que 5 minutes mais une bonne dizaine de fois tellement j’étais pliée de rire devant la suprématie de ce minuscule petit épisode.


 


Donc, clairement, comme l’indique mon titre, je préfère regarder Abunai Sisters en boucle que Boku no Pico ;). Et crois-moi, il existe bien pire que ce dernier en terme de hentai déviant,
mais j’ai mes limites, je n’y touche pas.



Pukun 07/01/2011 19:02


"Mais ça ne demande pas beaucoup d’implication comme cursus ça ^^ ?"

Humm, si on a un bon niveau déjà et qu'on passe déjà ses cours du lycée à dessiner, avoir 27h de cours par semaine en rapport avec l'art ne dérange pas si on est passionné 8).

(Le seul problème : c'est une prépa dans un quartier chic encerclé par des boutiques comme Chanel, Dior et le Bon Marché, 90% des élèves sont dédaigneux face aux gens qui viennent pas de Paris
Intra Muros, ce qui est mon cas. Bref, c'est surtout l'environnement qui diffère tellement de la simplicité des anciens établissement que j'ai fréquenté précedemment... )


Helia 07/01/2011 20:31



« Humm, si on a un bon niveau déjà et qu'on passe déjà ses cours du lycée à dessiner,
avoir 27h de cours par semaine en rapport avec l'art ne dérange pas » = De toute façon j’imagine que si tu choisis d’aller en prépa art c’est qu’il se pourrait bien que tu aimes dessiner.
Hypothétiquement =D. Donc je ne me fais pas de soucis quant à ta passion ^^. En fait ma question portait plus sur les horaires/conditions de travail.


 


« c'est une prépa dans un quartier chic encerclé par des boutiques comme Chanel, Dior […] 90% des élèves sont dédaigneux face aux gens qui viennent pas de Paris Intra Muros » = Ah
ouais, niveau ambiance ça s’annonce tout de suite moins fun =/. J’espère que ça se passera bien pour toi et que tu tomberas quand même sur des gens sympas ^^.



Kyu 07/01/2011 18:43


"Aucun anime au monde ne pourra m’ôter la raison vu que je n’en ai plus =D" > Ah ouai, effectivement c'est radical XD


Pukun 06/01/2011 20:19


Doux Jésus, ça existe vraiment? Je croyais que ce n'étais qu'Utopie de croire à l'existence de cet merd... ce chef d'oeuvre de l'animation japonaise :)

(Je rajoute ton adresse email ce week-end, j'ai pas eu le temps de la semaine pour moi pour le faire D:, je préparais un entretien pour une prépa de bobo bourgeois d'art et j'ai été admise _o/
[mode 3615 my life/OFF], bref, j'ai tous mon temps pour qu'on puisse parler du projet :voix d'outre tombe: )


Helia 06/01/2011 22:00



Sache qu’il y a toujours une œuvre pour dépasser des limites que tu croyais infranchissables. Tu peux donc toujours trouver mieux (ou pire ça dépend). Abunai Sisters existe vraiment, c’est le
messie du WTF qui nous l’envoie pour nous prouver que ce n’est pas une Utopie :p.


 


« je préparais un entretien pour une prépa de bobo bourgeois d'art et j'ai été admise » = Ouah, félicitations =O ! Mais ça ne demande pas beaucoup d’implication comme cursus ça
^^ ?


 


« Je rajoute ton adresse email ce week-end, j'ai pas eu le temps de la semaine pour moi pour le faire D: » = C’est pas une adresse email, te trompe pas X). Mais sinon c’pas grave.
J’étais moi-même en partiel donc bon…



Présentation

  • : La mélancolie d'une otaku
  • La mélancolie d'une otaku
  • : Le WTF n'a pas de frontières ! Ou de la supériorité de la japanimation sur nos pauvre cerveaux. La mélancolie ? Ce qu'il y a de l'autre côté de la folie...
  • Contact

Accueil

 

 

Bienvenue dans ma faille spatio-temporelle

Blood
   

  Où me trouver sur l'internet :

Lastfm-kirika2

Twitter-kirika2.jpg

 

MAL-Yuka.jpg


FB.jpg
C'est tout ce que ça te fais quand je te dis qu'on va manger des crêpes ?

Aggregateurs :

samag.jpg

nanami.jpg

Rechercher

Patreon

 

Träumendes Mädchen

Catégories